Slovénie - États-Unis (Jeux olympiques 2014, groupe A)

L'adversaire fétiche de Phil Kessel

2014-02-16-Slovenie-USADès le lendemain de son exploit face aux Slovaques, la Slovénie doit remettre ça contre les États-Unis, un gros adversaire, rapide et physique, qui pourrait avoir raison de son enthousiasme. Les précédentes confrontations sont anciennes et à sens unique : un 7-2 dans le tour de relégation en 2003, un 7-0 en 2005, un 6-0 en amical en 2006 (première sélection et premier but en senior de Phil Kessel) et un 5-1 en 2008 avec un triplé de Phil Kessel, dont il faudra donc se méfier car il est en grande forme depuis le début de ce tournoi olympique.

Sabahudin Kovačević a été suspendu ce matin : le défenseur n'avait pas reçu de pénalité pour sa charge à la tête qui a blessé Kopecky, mais il a été rattrapé par la commission de discipline. C'est une très mauvaise nouvelle pour les Slovènes, car c'est leur défenseur le plus physique, qui paraissait indispensable face aux Américains. Cela ne facilite pas la tâche du prometteur gardien Luka Gračnar, finalement envoyé dans le grand bain ce soir. Ryan Miller connaît aussi sa première titularisation, mais le portier américain a sans doute plus à perdre qu'à gagner dans ce type de match.

Les Américains portent un maillot "rétro", avec "USA" en diagonale, qui était celui de leur première médaille d'or olympique à Squaw Valley en 1960.

Que disions-nous, déjà ? Qui avait réussi un triplé à la dernière confrontation ? Ah oui, Phil Kessel... Le cauchemar des Slovènes reçoit le palet de Pavelski en zone neutre, dribble bien trop facilement un Mitja Robar passif et place le palet sous les jambières d'un Luka Gračnar qui rate son entrée olympique (0-1). On prend les mêmes et on recommence : Pavelski va chercher un palet envoyé au fond et le remet devant la cage où Kessel le dévie, dans les airs, d'un geste techniquement assuré (0-2, 04'33").

2014-02-16-Slovenie-USA3Comme contre la Russie, les Slovènes ont donc encaissé deux buts très rapidement. Et comme contre la Russie, ils font ensuite bien meilleure figure. Ils font tourner leurs quatre lignes offensives, la quatrième contribuant par du forechecking énergique avec le Briançonnais Boštjan Goličič, et contrôlent le rythme du jeu. Le bilan de tirs est finalement équilibré après vingt minutes (8 à 7), les plus dangereux étant signés Jan Muršak côté slovène et James van Riemsdyk - dans le masque de Gračnar - côté américain.

Sûrement rappelés à leur devoir dans le vestiaire, les Américains mettent la pression à leur retour sur la glace, mais un peu trop puisque David Backes va percuter le gardien. C'est le premier avantage numérique pour la Slovénie, et il n'aboutit qu'à un lancer lointain d'Aleš Kranjc, sans rebond.

Losque Sabolič prend la première pénalité slovène, le jeu de puissance américain ne fait guère mieux. Joe Pavelski voit cependant son lancer de la ligne bleue contré par Marcel Rodman, mais le centre américain a le mérite de revenir en défense se coucher devant le tir du Slovène parti en contre-attaque afin de lui rendre la monnaie de sa pièce.

2014-02-16-Slovenie-USA4Le compteur se débloque de nouveau à 5 contre 5. Joe Pavelski envoie un tir du poignet de la ligne bleue dans les bottes de Gračnar, et le rebond est pris dans une cage vide par - je vous le donne en mille - Phil Kessel (0-3, 31'05").

L'équipe américaine ne peut pas pas compter que pour un seul joueur. Blake Wheeler doit se réhabiliter de son apparition furtive d'hier, où il a juste eu le temps de faire une faute. Il réussit une excellente présence, fait le tour de la zone offensive pour désorienter tout le monde et trouve une belle passe transversale vers Ryan McDonagh dans le cercle droit (0-4, 32'17", photo de droite).

Le match est plié, mais la Slovénie s'inquiète surtout pour un autre sujet : Anže Kopitar a été atteint par un palet, il a mal et ne joue plus. Žiga Pance le remplace sur la première ligne (Muršak prenant le poste de centre). le quatrième bloc ne rentre plus.

2014-02-16-Slovenie-USA5Le troisième tiers-temps est devenu anecdotique dans l'enjeu. David Backes redirige du patin - mais en position de freinage et donc sans geste intentionnel - un centre de Ryan Callahan (0-5, 43'26").

À dix-huit secondes de la fin, Miller est privé de blanchissage par un tir lointain de Marcel Rodman qui profite d'un écran de son frère David (1-5, 59'42").

Le duo offensif originaire du Wisconsin, Pavelski-Kessel, a fait parler sa classe sur ce match. Entre ses deux hat-tricks, Phil Kessel n'est plus tout à fait le même joueur. Son apparence extérieure de surpoids, y compris dans le visage, l'a longtemps desservi alors que c'est un vrai athlète. Autrefois un joueur jugé individualiste, il a beaucoup progressé et sait aujourd'hui utiliser sa vitesse dans le jeu au point de devenir dominant dans ce tournoi olympique, où sa ligne porte la performance américaine.

La Slovénie, elle, a 48 heures pour se préparer à un duel "inespéré" contre un adversaire de force égale, l'Autriche, avec un quart de finale olympique en jeu. L'état de santé d'Anže Kopitar sera évidemment une clé de ce match.

 

Slovénie - États-Unis 1-5 (0-2, 0-2, 1-1)
Dimanche 16 février 2014 à 16h30 à la Shaïba Arena de Sotchi. 4892 spectateurs.
Arbitrage de Mike Leggo (USA) et Jyri Rönn (FIN) assistés de Miroslav Vlach (SVK) et Mark Wheler (CAN).
Pénalités : Slovénie 4' (0', 2', 2'), États-Unis 6' (0', 4', 2').
Tirs : Slovénie 18 (7, 4, 7), États-Unis 28 (8, 11, 9).

Évolution du score :
0-1 à 01'04" : Kessel assisté de Pavelski
0-2 à 04'03" : Kessel assisté de Pavelski et Orpik
0-3 à 31'05" : Kessel assisté de Van Riemsdyk et Pavelski
0-4 à 32'17" : McDonagh assisté de Wheeler et Oshie
0-5 à 43'26" : Backes assisté de Callahan et Brown
1-5 à 59'42" : M. Rodman assisté de D. Rodman et Urbas


Slovénie

Gardien : Luka Gračnar.

Défenseurs : Klemen Pretnar (-1) - Aleš Kranjc (-1) ; Blaž Gregorc (-3) - Mitja Robar (-3) ; Andrej Tavželj - Žiga Pavlin (+1, 2') ; Matic Podlipnik (-1).

Attaquants : David Rodman (-1) - Anže Kopitar (A) - Jan Muršak (-2) ; Robert Sabolič (-1, 2') - Rok Tičar (-2) - Žiga Jeglič (-1) ; Tomaž Razingar (C) - Marcel Rodman (A, +1) - Jan Urbas ; Boštjan Goličič (-2) - Aleš Mušič (-2) - Žiga Pance (-2).

Remplaçants : Robert Kristan (G), Miha Verlič. En réserve : Andrej Hočevar (G), Sabahudin Kovačević (suspendu), Anže Kuralt.

États-Unis

Gardien : Ryan Miller.

Défenseurs : Brooks Orpik (+1) - Paul Martin (+1) ; Cam Fowler (+2) - Kevin Shattenkirk (+1) ; Ryan Suter (A, +1) - Ryan McDonagh (+1) ; John Carlson (+1).

Attaquants : Zach Parisé (C) - David Backes (+2, 2') - Ryan Callahan (+1) ; James van Riemsdyk (+3, 2') - Joe Pavelski (+3) - Phil Kessel (+3) ; Dustin Brown (A, +1) - Ryan Kesler - Patrick Kane ; Blake Wheeler - Paul
Stastny (-1) - T.J. Oshie (2') ; Derek Stepan.

Remplaçant : Jimmy Howard (G). En réserve : Jonathan Quick (G), Justin Faulk, Max Pacioretty.