Statshot - présentation premier tour des play-offs / play-down de Ligue Magnus

Comme nous vous l’indiquions en début de saison, la rubrique « Statshot » s’est renforcée cette année avec la création de divers indices statistiques inédits en France et inspirés des championnats nord-américains.

Ces indices ont pour vocation d’analyser par les chiffres les situations de glace et d’établir des tendances, ce qui peut le cas échéant s’avérer bien utile dans des perspectives à plus long terme. En somme, le but est de pouvoir constater si dans la durée, les prédictions statistiques se vérifient ou non. Le temps trop court entre la saison régulière et le début des play-offs ne nous permettant pas d’effectuer une analyse complète des chiffres du championnat, l’équipe statistique d’Hockey Archives a tenté de mettre en avant ces indicateurs pour voir si les « pronostics » se confirment pour ce premier tour des séries et pour le play-down.

Pour retrouver l’explication et les modalités de calculs de ces indices, vous pouvez vous référer à cet article.

Note : nous avions expliqué notre volonté de transparence dans l’utilisation de ces données. En somme, tous les calculs s’effectuent sur les situations de 5 contre 5, et ce seul fait rendent les feuilles de jeu en direct impératives dans notre travail. Voici donc les rencontres pour lesquelles la tenue de ces feuilles ont posé problème, et qui sont donc exclues (en totalité ou en partie) de nos calculs :

J1 : Chamonix – Angers
J2 : Dijon – Briançon
J4 : Dijon – Gap
J6 : Brest – Briançon (prise en compte uniquement du premier tiers-temps)
J7 : Dijon – Grenoble (prise en compte uniquement des deux premiers tiers-temps)
J9 : Dijon – Amiens
J11 : Dijon – Rouen
J12 : Brest – Angers
J13 : Strasbourg – Epinal (prise en compte uniquement du premier tiers-temps)
J15 : Dijon - Caen
J17 : Amiens – Briançon (prise en compte uniquement des deux premiers tiers-temps)
J17 : Dijon - Strasbourg
J20 : Dijon – Angers
J22 : Angers – Morzine (prise en compte uniquement des deux premiers tiers-temps)
J22 : Dijon – Brest
J24 : Dijon – Chamonix
J26 : Dijon – Epinal

Soulignons que des dirigeants des Ducs de Dijon nous ont contacté suite au Statshot de novembre pour nous demander plus de renseignements sur les problèmes invoqués. Ils furent un temps résolu avant de se poser à nouveau, mais nous ne doutons pas du fait de ce contact qu’il y a une volonté réelle de faire en sorte que ceci soit rectifié, notamment pour la saison prochaine.

Place à présent aux prédictions ! Personne n'a la science infuse, mais voyons si les tendances se confirment :

Grenoble – Gap

Duel des extrêmes de ce premier tour, la confrontation entre Grenoble et Gap ne devrait pas pour autant être une partie de plaisir pour les Brûleurs de Loups. En effet, bien que finissant aux portes du play-down, les Rapaces affichent une possession positive (50,04%) et sont sur une phase positive avec  51,12% de possession sur les 10 derniers matchs (4ème de la ligue dans ce domaine) et 6 victoires lors des 8 derniers matchs après un début de saison compliqué. En face, Grenoble a terminé sur le podium de l’IPP avec un probant 54,87% mais la fin de saison fut difficile : ainsi, ils ont été dominés aux tirs sur leurs 3 derniers matchs pour deux défaites face à Chamonix puis Villard.

À cause de ce coup de moins bien dans le sprint final, les Brûleurs de Loups ont donc dû abandonner la quatrième place au profit des Ducs d’Angers alors que les deux équipes étaient au coude à coude au classement depuis la 22e journée. Au final, Grenoble termine la saison sur des statistiques proches de celles de son adversaire (52,25% de possession sur les 10 derniers matchs). Mais l’avantage de la glace pourrait être déterminant pour eux dans cette série dans la mesure où Gap semble plus frileux dans le jeu à l’extérieur (IPP de 53,44% à domicile et 45,53% à l’extérieur).

Grenoble 55% - Gap 45%


Amiens – Morzine

Peu de temps après s’être affrontés en saison régulière (victoire d’Amiens 4-2), Gothiques et Pingouins se retrouvent pour ce premier tour des play-offs. Forts de leur sixième place, les Picards ont l’avantage de la glace et recevront dans leur antre du Coliséum pour les deux premières rencontres et éventuellement le match décisif. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les deux adversaires de la série tournent depuis peu sur courant alternatif ! Si on se réfère à l’indice PDO sur la saison, les chiffres sont conformes au rang du classement en saison : sixième total pour Amiens (1011,86) contre le dixième pour Morzine (984,71). En revanche sur les dix derniers matchs, ce sont les Pingouins qui s’en sortent le mieux puisqu’ils présentent le huitième total (997,78) alors que les hommes d’Heikki Leime restent sur une dixième place (994,07). En somme, pour ce qui est de l’état de forme, avantage au HCMAG 74 !

Pour autant la différence est trop faible pour que nous nous arrêtions sur ce seul fait. Au regard des autres indicateurs, les Gothiques sont en avance sur l’ensemble des tableaux, sans dominer outrageusement les Pingouins. Amiens peut compter sur l’un des meilleurs IPP (Indice de Possession du Palet) de la ligue (quatrième avec 52,35%), bien que ce chiffre soit lui aussi revu à la baisse sur les dix dernières rencontres. À tel point que les Hauts-Savoyards les talonnent à présent : 50,67% pour Amiens sur les dix derniers matchs, 50,54% pour Morzine.

On se retrouve dans l’analyse statistique la plus complexe qui soit : tous les chiffres d’Amiens sur les derniers matchs sont inférieurs à ceux qu’ils présentent sur l’ensemble de la saison, alors que la situation est totalement opposée pour Morzine. Et au final un bilan qui s’équilibre parfaitement ou presque entre ces deux clubs, pour une série qui s’annonce EXTRÊMEMENT serrée. Prime aux derniers instants de la saison régulière, donnons l’avantage à Morzine d’une courte tête : 

Amiens– 45% / Morzine 55%

Villard de Lans – Strasbourg 

A priori, la saison de Villard semble schizophrénique : sur le podium à l’issue de la phase aller avec 8 victoires en 13 matchs, les Ours sont ensuite lentement descendu dans le classement avec  seulement 4 victoires sur la phase retour. Quel est le vrai visage des Ours ? Avant même de parler de possession, il faut remarquer que, si Villard a terminé troisième de la phase aller, ils étaient la seule équipe parmi les huit premiers à avoir un différentiel de buts négatif (40 buts marqués contre 45 encaissés), notamment à cause de la valise reçue à Rouen lors de la cinquième journée (10-0), ce qui ne constituait pas forcément le meilleur présage pour la suite des opérations. Au niveau de la possession, pas de schizophrénie : avec un IPP de 41,65% sur toute la saison, les Ours ont rarement dominé leurs adversaires aux tirs à 5 contre 5. Même les deux équipes du play-down ont fait mieux dans le domaine.

Sans surprise, la fin de saison avec la descente au classement se ressent au niveau de la possession avec un très faible pourcentage de 38,8% sur les 10 derniers matchs. En face, Strasbourg n’a pas non plus forcément brillé dans ce domaine (47,85% lors des 10 derniers matchs) mais lors de leur dernière confrontation, il y a 15 jours, c’est l’Etoile Noire qui s’est le plus mis en valeur sur sa glace (25 tirs contre 12 pour les Ours à 5 contre 5). Mais, si Strasbourg termine la saison avec un IPP honorable de 51,19%, l’équipe s’est montrée en sous-régime an niveau du pourcentage de tirs (8,92%, 9ème de la ligue) et du pourcentage d’arrêts (88,11%, 13e), ce qui fait que l’Etoile Noire a fini en avant dernière position du classement du PDO pour la saison (970,31).

Villard 40% - Strasbourg 60%


Epinal – Chamonix

Spinaliens et Chamoniards se retrouvent une nouvelle fois en play-offs alors qu’ils avaient offert une série à suspense en quarts de finale la saison passée. Mais cette fois-ci ce sont les Dauphins qui sont en position de force au classement, un classement qui n’aura pas empêché la « surprise hiérarchique » lors du précédent exercice. Alors les Chamois de Chamonix peuvent-ils légitimement prétendre déjouer les pronostics ? En tout cas ils peuvent s’appuyer sur certaines lignes de force. Les coéquipiers de Laurent Gras possèdent notamment un IPP significatif sur les dix derniers matchs : en tenant 50,86% des palets de leurs dernières rencontres, ils comptent le cinquième total depuis janvier. Un IPP pour lequel Chamonix domine leur adversaire de série sur toute la ligne (IPP total, à domicile, à l’extérieur).

En revanche pour ce qui est de l’indice de chance PDO, il n’y a pratiquement pas photo. Pour cet indicateur où les valeurs d’Epinal ont souvent cette saison bousculé la hiérarchie, les Vosgiens terminent la saison avec le cinquième plus grand indicateur de Magnus (1015,65), contre le douzième pour Chamonix (978,76). Et ce n’est guère différent sur l’état de forme de 2014 (sixième valeur pour Epinal, onzième pour Chamonix). S’appuyant notamment sur une impressionnante force de frappe à cinq contre cinq (meilleur pourcentage de tirs de la ligue en équipe complète avec 12,38%), les Dauphins savent tirer profit des diverses situations et les chiffres font clairement d’eux les favoris pour remporter ce premier tour :

Epinal - 70% / Chamonix – 30%


Brest – Caen

Quoi de mieux qu’une bonne rivalité pour pimenter un play-down ? Si le contentieux historique est bien ancré, les deux équipes n’ont cessé de se croiser pendant toute la saison (pré-saison en août, coupe de la ligue, saison régulière) avec cette bataille pour le Mont-Saint-Michel ce play-down en point de mire. En effet, entre les Normands rescapés du barrage de l’an dernier et les Bretons fraîchement promus de Division 1, la confrontation en play-down n’est pas vraiment une surprise. Outre leur position au classement, les voisins de région se talonnent également au niveau de l’IPP (45,52% pour Brest, 43,35% pour Caen), principalement sur les 10 derniers matchs (respectivement 45,64% contre 45,13%).

Si les Finistériens ont souvent pris le meilleur sur les Caennais, ces derniers l’ont emporté sur leur glace en saison régulière et, bien que leur dernière confrontation se soit soldée par une victoire large des Albatros (8-2), ces derniers n’avaient alors pas outrageusement dominé la partie, tirant surtout partie d’un opportunisme total en attaque (33,33% aux tirs à 5 contre 5, un but tous les 3 tirs cadrés !). Le seul domaine où les deux adversaires ont une réelle différence se situe au niveau du PDO : là où Brest termine dans la moyenne avec 993,49 (10,03% au tir et 89,31% d’arrêts), Caen termine assez nettement en dernière position avec 951,1. Ainsi, les Drakkars finissent derniers de la ligue pour les pourcentages de tir (7,47%) et d’arrêts (87,64%).

Brest 55% - Caen 45%


« Statshot Facts » : Si vous hésitez encore, voilà pourquoi se qualifieront-ils ?

1- Grenoble – Gap : parce que Gap devrait subir le jeu, et qu’elle a été la plus mauvaise équipe de la ligue après avoir encaissé le premier but : 2 petits points pris sur 18 possible, et encore lors de la dernière rencontre face à Caen…
2- Amiens – Morzine : … parce qu’Amiens souffre à peu près du même syndrome que les Gapençais, alors que les Gothiques ont bien souvent encaissé le premier but : 6 points pris en 26 possible.
3- Villard – Strasbourg : parce que Strasbourg est un habitué des premiers tours, et que l’Etoile Noire brille bien souvent à ce moment de la compétition.
4- Epinal – Chamonix : parce qu’Epinal est l’une des meilleurs équipes de la Ligue en fin de match : sixième de la saison régulière au classement du troisième tiers.
5- Brest – Caen : parce que Caen a battu un bien triste record cette saison, en étant la seule équipe de l’histoire de la Magnus à ne pas avoir pris le moindre point à l’extérieur. Donc le désavantage de la glace risque d’être un fardeau.