Suède - Slovénie (Jeux olympiques 2014, quart de finale)

Ils auront tout donné

Depuis que les Jeux olympiques se jouent avec une phase finale à élimination directe, donc depuis Albertville en 1992, aucune équipe n'a été championne olympique sans avoir connu la défaite dans son groupe initial. La Suède, première des poules, a-t-elle donc un bilan... trop parfait ? Elle sait ce qu'il en coûte pour avoir été éliminé dans des circonstances similaires en 2002 après avoir dominé la première phase. Le fossoyeur de ses ambitions fut alors le Bélarus, qui évoluait en dehors de l'élite mondiale... comme la Slovénie cette année.

2014-02-19-Suede-Slovenie

Pour se rassurer, l'équipe aux trois couronnes peut se dire qu'elle n'a plus le malheureux Tommy Salo dans les cages, mais le meilleur gardien de son histoire, Henrik Lundqvist, en qui elle a toute confiance. Pour se rassurer tout à fait, il n'y a cependant qu'un seul moyen : marquer rapidement pour se mettre à l'abri. Ceux qui n'ont pas tout de suite distancé les Slovènes ont été battus...

La Slovénie est cependant vigilante, elle ne veut plus encaisser deux buts d'entrée comme face aux Russes ou aux Américains. Elle défend bien, coupe les lignes de passes et bloque la traditionnelle circulation de palet suédoise. Quand elle est quand même prise à défaut, Robert Kristan, ancien gardien d'élite suédoise, se rappelle au bon souvenir de ses adversaires, notamment avec un arrêt décisif de la plaque face à Alexander Steen.

Le défenseur Blaž Gregorc contre un lancer de la ligne bleue de Landeskog, part en contre-attaque et sert Tomaž Razingar qui se présente seul face à Lundqvist. Le capitaine slovène n'arrive cependant pas à lever son revers au-dessus des jambières du gardien suédois.

2014-02-19-Suede-Slovenie2Par rapport à d'autres "petites équipes" vues dans ce tournoi, la Slovénie joue moins défensif et presse plus. La quatrième ligne avec Mušič continue en particulier d'appliquer un forechecking, Niklas Hjalmarsson trop lent à relancer est surpris de se faire charger, mais ses coéquipiers arrivent au soutien.

La différence se fait en supériorité numérique. La Slovénie n'a rien fait de la sienne. En revanche, quand Jan Muršak part en prison pour crosse haute, c'est fatal. Le lancer de Daniel Alfredsson à la ligne bleue frappe le fond de la balustrade, et Alexander Steen prend le rebond dans l'angle grand ouvert (1-0, 18'50", image de gauche). Tout de suite après, Sabolic accroche Jimmie Ericsson sur un rebond, mais la pénalité entrecoupée par la pause est sans conséquence.

Quand Landeskog retient une crosse slovène en début de deuxième tiers-temps, les bleus comprennent qu'il faut cette fois en profiter. Les bons lancers de Kranjc et Pretnar ont cependant tous le même destin : un Henrik Lundqvist excellent pendant cette séquence. La Slovénie se crée encore une occasion par Jan Urbas qui met dans le vent Erik Karlsson avec une belle technique. La Suède reprend ensuite le contrôle de la partie : elle tire certes bien plus souvent à la cage, mais ses lancers sont généralement moins dangereux.

2014-02-19-Suede-Slovenie4À la mi-match, alors que la Slovénie vient de passer un peu de temps en zone offensive, Kovacevic se laisse emporter par son goût du jeu physique et charge Hagelin sans palet en zone neutre : obstruction. La pénalité est cependant annulée quand Daniel Sedin fait trébucher Kranjc devant la cage adverse. À 4 contre 4, Urbas sollicite encore Lundqvist. Puis la fin de période est de nouveau sous contrôle scandinave. La Tre Kronor applique un faux-rythme qui l'avantage face à ce genre d'adversaire patineur.

Il n'y a tout de même toujours qu'un petit but d'avance, ce qui n'est pas suffisant pour s'éviter des sueurs froides. La Suède marque enfin à 5 contre 5 au début du troisième tiers-temps, par sa "ligne de possession" si décevante jusqu'ici. Loui Eriksson protège bien le palet derrière la cage et trouve une bonne passe en retrait vers Daniel Sedin... qui inscrit enfin son premier but de l'année 2014 (2-0, 41'42").

Ce but semble couper les jambes de la Slovénie, désormais fatiguée de l'accumulation des efforts après sa qualification en barrage hier. C'est assez net sur l'avantage numérique suivant - cinglage de Johansson - où les bleus n'arrivent même pas à s'installer. En conséquence, il n'y a plus de match. Et la même ligne remet ça : Oduya sort le palet de la bande, et Niklas Bäckström décale Loui Eriksson qui bat Kristan côté mitaine (3-0, 48'04").

2014-02-19-Suede-Slovenie3Les seuls Slovènes qui ont encore du jus, c'est la quatrième ligne au faible temps de jeu : Goličič et Mušič tuent ainsi une pénalité de Robar. Mais dès le retour à 5 contre 5, Jimmie Ericsson donne en retrait à Carl Hagelin qui inscrit le 4-0.

Laissé libre par Tavzelj qui n'a pu complètement dégager le palet sous la pression, Hagelin s'amuse ensuite en cage ouverte, sur un service parfait d'Erik Karlsson (5-0, 56'10"). Le score est sévère pour la performance globale des Slovènes depuis une semaine, mais ils n'ont plus les moyens de résister.

Durant ce match, la journée de repos accordée aux qualifiés directs en quart de finale a vraiment démontré son intérêt. Le quatrième match en cinq jours a en effet été rédhibitoire pour la Slovénie. Comme sa quatrième ligne ne joue que quelques minutes, les autres cadres sont légitimement fatigués, surtout quand on sait l'énergie qu'ils ont déployée tout au long de la compétition.

Commentaires d'après-match

Matjaz Kopitar (entraîneur de la Slovénie) : "C'est sans aucun doute notre meilleur tournoi, les joueurs ont mûri. Le calendrier des rencontres a été assez rythmé. Quand nous avons encaissé le deuxième but, c'était fini. Nous n'avions plus d'énergie."

 

Suède - Slovénie 5-0 (1-0, 0-0, 4-0)
Mercredi 19 février 2014 à 16h30 à la Shaïba Arena de Sotchi. 7325 spectateurs.
Arbitrage de Brad Meier (USA) et Vladimir Sindler (TCH) assistés de Chris Carlson et Mark Wheler (CAN).
Pénalités : Suède 8' (2', 4', 2'), Slovénie 8' (4', 2', 2').
Tirs : Suède 38 (10, 16, 12), Slovénie 19 (6, 5, 8).

Évolution du score :
1-0 à 18'55" : Steen assisté d'Alfredsson et Karlsson (sup. num.)
2-0 à 41'42" : D. Sedin assisté d'Eriksson
3-0 à 48'04" : Eriksson assisté de Bäckström et Oduya
4-0 à 51'27" : Hagelin assisté de Kronwall et Ji. Ericsson
5-0 à 56'10" : Hagelin assisté de Karlsson


Suède

Gardien : Henrik Lundqvist.

Défenseurs : Niklas Kronwall (C, +2) - Jonathan Ericsson (2') ; Niklas Hjarlmarsson (+1) - Johnny Oduya (+1) ; Alexander Edler (+1) - Erik Karlsson (+1) ; Oliver Ekman-Larsson (+2).

Attaquants : Alexander Steen - Patrik Berglund (C) - Daniel Alfredsson (A) ; Daniel Sedin (+2, 2') - Nicklas Bäckström (+2) - Loui Eriksson (+2) ; Gabriel Landeskog (A, 2') - Marcus Johansson (2') - Jakob Silfverberg ; Carl Hagelin (+2) - Marcus Krüger (+2) - Jimmie Ericsson (+1) ; Gustav Nyquist (+1).

Remplaçant : Jhonas Enroth (G). En réserve : Jonas Gustavsson (G), Henrik Tallinder, Henrik Zetterberg (hernie discale).

Slovénie

Gardien : Robert Kristan.

Défenseurs : Klemen Pretnar - Aleš Kranjc ; Sabahudin Kovačević (2') - Mitja Robar (-1, 2') ; Blaž Gregorc (-2) - Žiga Pavlin (-3) ; Andrej Tavželj (-3) ; Matic Podlipnik.

Attaquants : David Rodman - Anže Kopitar (A) - Jan Muršak (2') ; Robert Sabolič (2') - Rok Tičar (-1) - Žiga Jeglič (-1) ; Tomaž Razingar (C, -3) - Marcel Rodman (A, -3) - Jan Urbas (-3) ; Boštjan Goličič - Aleš Mušič - Žiga Pance.

Remplaçant : Andrej Hočevar (G). En réserve : Luka Gračnar (G), Miha Verlič, Anže Kuralt.