Canada - Lettonie (Jeux olympiques 2014, quart de finale)

Ted Nolan tend un piège à son pays

Le Canada peut être soulagé d'avoir évité la Suisse, sa bête noire qui l'avait battu aux JO 2006 et l'avait poussé aux tirs au but aux JO 2010. Au lieu de ça, il affronte la Lettonie, qui a éliminé aux Helvètes et ne peut se targuer de tels précédents favorables. Cette nation a l'habitude de se faire tailler en pièces par les Canadiens à chaque fois qu'elle les croise aux championnats du monde (dont le terrible 0-11 de Riga). Ceci dit, cela fait quatre ans qu'elle ne les a pas rencontrés...

INDRASIS Miks-130208-341

Pour l'actuel sélectionneur Ted Nolan, meilleur entraîneur de NHL en 1997, c'est donc la première fois qu'il joue contre son pays natal : ce match permettra de mesurer les progrès qu'il aura fait accomplir à la Lettonie dans sa capacité à résister au jeu canadien qui la dépassait autrefois. Ce sera très difficile en ayant joué hier : on a vu aujourd'hui que les équipes passées par le barrage ont été désavantagées physiquement, surtout quand elles jouent essentiellement à trois lignes comme la Lettonie. En plus, un joueur-clé, Kaspars Daugavins, est malade.

Le gardien numéro 1 Edgars Masaļskis n'est pas aligné, malgré son gros match contre la Suisse. La titularisation de Kristers Gudļevskis fait sens pour trois raisons. 1) L'argument de la fatigue vaut aussi pour Masalskis qui peine souvent à répéter des performances quand les rencontres internationales s'enchaînent. 2) Gudlevskis, qui évolue actuellement en AHL, connaît bien le hockey nord-américain. 3) Masaļskis a été sorti trois fois en cours de match lors de ses trois dernières confrontations face au Canada, en 2005, en 2008 et en 2010 !

Mike Babcock a reconduit sa défense, en qui il a toute confiance. En attaque, il cherche toujours les bons ajustements. Il a replacé Chris Kunitz sur la ligne de son partenaire de club Crosby, et "sacrifié" ce coup-ci en tribune Mike Duchene, qui n'a pourtant pas démérité (il n'a pas eu un rôle facile vu que le duo Getzlaf-Perry ignore trop souvent le troisième joueur sur leur ligne).

SHARP Patrick-120504-392Même s'il sait que le pronostic ne lui est pas favorable, le "petit poucet" balte aborde ce match avec un état d'esprit conquérant : Martins Karsums tente de placer le palet sous le bras droit de Price, qui ferme bien le trou. Les spectateurs canadiens peuvent être contents : enfin un adversaire qui ne fera pas que défendre. Il faut dire que la Lettonie ne paraît guère capable de museler l'attaque canadienne comme a pu le faire la Finlande.


C'est peut-être parce qu'il y a plus d'espaces, mais le Canada trouve des combinaisons offensives qui manquaient jusqu'ici. Sidney Crosby part en breakaway, il échoue mais sa ligne poursuit l'action par une magnifique action collective. Chris Kunitz a le but tout fait dans une cage grande ouverte... et tire sur la transversale !

C'est juste une question de patience pour le Canada. Le gardien Gudlevskis s'avance bien face à Tavares à mi-distance puis plonge devant Nash pour le priver du rebond. La quatrième ligne aura sa revanche : passe de derrière la cage de Rick Nash pour Patrick Sharp pendant que John Tavares fait écran devant le gardien (1-0, 13'37").

Le Canada doit protéger cette avance sans se faire lui-même des frayeurs : sur une sortie de Price derrière sa cage, Kenins lui prend le palet et donne en retrait à Cipulis qui se fait contrer par un défenseur. Mais soudain, une longue passe d'Arturs Kulda envoie en breakaway - dans le dos de Bouwmeester - le grand technicien Lauris Darzins, qui fait descendre Price par sa feinte et place son revers dans le haut du filet (1-1, 15'41").

Duncan Keith gagne ensuite le concours de la pénalité la plus stupide en continuant à jouer avec une crosse cassée, mais le Canada n'aura jamais été mis en danger pendant ses deux infériorités numériques du premier tiers-temps.

BARTULIS Oskars-130208-301La deuxième période commence dans la douleur. Tout d'abord, John Tavares se blesse au genou sur une mise en échec d'Arturs Kulda. Peu après, Miks Indrasis part en 2 contre 1 et réussit un une-deux quasi-parfait : non seulement il manque sa reprise, mais dans son élan, et en gardant une position de one-timer avec un genou baissé et l'autre jambe en avant, il percute la balustrade. Indrasis reviendra sur la glace, malheureusement pas Tavares.

Le Canada obtient sa première supériorité numérique pour un cinglage de Girgensons. Le gardien Carey Price signe une magnifique relance avec un relais à la ligne bleue offensive pour envoyer Jeff Carter en breakaway plein axe : l'attaquant de Los Angeles exécute un peu le même mouvement que Darzins, mais Gudlevskis reste haut pour couvrir l'angle.

Le gardien letton réussit un autre arrêt, de l'épaule droite, face à ce même Jeff Carter. Lorsque Saint-Louis part à son tour en prison pour un cinglage sur Girgensons, la Lettonie ne parvient pas à entrer dans l'enclave canadienne bien protégée.

Le compteur de tirs affiche 30 tirs à 8 pour le Canada, mais le score est toujours de parité. De quoi donner confiance à la Lettonie alors qu'on aborde les cinq dernières minutes de la deuxième période. Darzins fonce dans l'enclave, il est évidemment encerclé de toutes parts, mais derrière lui, Arturs Kulda prend un lancer dangereux que Price détourne de la plaque. Le plus étonnant arrive après : l'obscur Koba Jass, joueur de quatrième ligne d'Extraliga tchèque, dribble le meilleur marqueur de NHL Sidney Crosby dans une action dont il voudra sûrement garder la vidéo. La façon dont Sprukts chipe le palet dans la crosse de Kunitz débordant sur son aile est également remarquable. La dernière occasion est canadienne : Corey Perry arrive à repiquer de derrière la cage en éliminant Pujacs, mais pas à battre Gudlevskis.

En raison d'une crosse haute d'Ozolins avant la pause, le Canada commence le troisième tiers-temps en supériorité numérique, mais bute toujours sur un os. Une fois dans leur zone, les Lettons se regroupent très bien autour de leur cage. Ils ont vraiment progressé en défense, comme la Suisse l'avait déjà remarqué. Ils s'engagent physiquement, ils se sacrifient devant les lancers.

WEBER Shea-090507-156Souvent maintenu sur les extérieurs, le Canada tire, tire et tire encore. Jonathan Toews croit bien trouver la faille : Gudlevskis sent que le palet le traverse et se couche alors sur le dos, ce qui a pour effet... de pousser le palet vers son propre but. Dans un réflexe étonnant, le défenseur Kristaps Sotnieks le voit et ramène in extremis le palet avec son gant sous son gardien, juste avant qu'il ne franchisse entièrement la ligne. L'arbitre refuse logiquement le but après avoir contacté la vidéo.

Le compteur atteint 50 tirs à neuf minutes de la fin, au moment où Pujacs part en prison pour un cinglage. À quatre secondes de la fin de la pénalité, le slap de Shea Weber trompe Gudlevskis (2-1, 53'06"). Une fois de plus, le Canada est sauvé par un but d'un défenseur !

Hormis un tir à mi-hauteur d'Armands Berzins, difficilement paré par la mitaine de Price, la Lettonie n'a guère d'occasions d'égaliser. Elle pousse à l'avant-dernière minute, mais Jeff Carter sort ce palet important de sa zone défensive.

Nolan a laissé sa marque : la Lettonie, qui n'avait jamais excellé défensivement, a franchi un cap. Elle est beaucoup plus physique et ne se laisse plus démonter par ce type d'opposition. Elle a fait trembler jusqu'au bout les meilleurs joueurs du monde, et peut être fière de son match. Malgré la défaite, le gardien Kristers Gudļevskis ne pouvait masquer son grand sourire lors des poignées de mains, conscient que cette grande performance individuelle pourrait accélérer ses débuts en NHL. Aucun Canadien n'ignore désormais qui il est...

Le Canada aura donc tremblé pour obtenir la victoire, chèrement acquise avec la blessure au genou de John Tavares. Il en a assez "soupé" avec les adversaires regroupés en défense, et peut maintenant aborder le plat de résistance, les États-Unis, qui pratiqueront certainement un jeu plus ouvert mais qui testeront aussi beaucoup plus sa défense jusqu'ici solide.

 

Canada - Lettonie 2-1 (1-1, 0-0, 1-0)
Mercredi 19 février 2014 à 21h00 au Palais des glaces Bolchoï de Sotchi. 9825 spectateurs.
Arbitrage de Tim Peel (USA) et Jyri Rönn (FIN) assistés de Brad Kovachik (CAN) et Sakari Suominen (FIN).
Pénalités : Canada 6' (4', 2', 0'), Lettonie 6' (0', 4', 2').
Tirs : Canada 57 (16, 19, 22), Lettonie 16 (6, 5, 5).

Évolution du score :
1-0 à 13'37" : Sharp assisté de Nash
1-1 à 15'41" : Darzins assisté de Kulda et Sprukts
2-1 à 53'06" : Weber assisté de Doughty et Toews (sup. num.)


Canada

Gardien : Carey Price.

Défenseurs : Duncan Keith (2') - Shea Weber (A) ; Marc-Édouard Vlasic - Drew Doughty ; Jay Bouwmeester - Alex Pietrangelo ; Dan Hamhuis.

Attaquants : Patrick Marleau - Jonathan Toews (A) - Jeff Carter ; Chris Kunitz - Sidney Crosby (C) - Patrice Bergeron ; Jamie Benn (-1) - Ryan Getzlaf (-1) - Corey Perry (-1) ; Patrick Sharp (+1, 2') - John Tavares (+1) - Rick Nash (+1) ; Martin Saint-Louis (2').

Remplaçant : Roberto Luongo (G). En tribune : Mike Smith (G), P.K. Subban, Matt Duchene.

Lettonie

Gardien : Kristers Gudļevskis.

Défenseurs : Artūrs Kulda - Oskars Bārtulis (A) ; Sandis Ozoliņš (C, 2') - Arvīds Reķis ; Kristaps Sotnieks - Georgijs Pujacs (2') ; Krišjānis Rēdlihs - Ralfs Freibergs.

Attaquants : Mārtiņš Karsums - Zemgus Girgensons (2') - Miks Indrašis ; Lauris Dārziņš (A) - Jānis Sprukts - Miķelis Rēdlihs ; Ronalds Ķēniņš - Vitālijs Pavlovs - Mārtiņš Cipulis ; Koba Jass - Juris Štāls - Armands Bērziņš.

Remplaçant : Edgars Masaļskis (G). En réserve : Ervīns Muštukovs (G), Kaspars Daugaviņš (gastro-entérite), Herberts Vasiļjevs.