Suède - Finlande (Jeux olympiques 2014, demi-finale)

Avant le remake de la finale des JO 2010 de Vancouver, voici la revanche de la finale des JO 2006 de Turin.
Si elle veut être championne olympique, ce qui serait un rêve éveillé, la Finlande doit passer par un parcours impossible : après avoir plongé la Russie dans le désarroi, elle doit maintenant battre la Suède, puis défier la meilleure nation nord-américaine. Un sacré menu pour cet outsider parvenu parmi les favoris. Écueil supplémentaire : Tuukka Rask, héros du quart de finale, a de la fièvre et ne se sent pas au mieux. Ce pays de gardiens a toujours de la réserve : Lehtonen tiendra le fort.
 

La Suède est la seule nation à n'avoir pas abandonné le moindre point, mais elle n'a pas encore totalement convaincu. Le réveil de sa ligne Sedin-Bäckström-Eriksson au troisième tiers-temps du quart de finale contre la Slovénie marque-t-il une nouvelle étape ? Jusqu'ici, les héros se nomment Henrik Lundqvist, le gardien, et Erik Karlsson, le défenseur offensif.
 
Le jeu de possession à la suédoise contre le système défensif finlandais : l'histoire de ce match est normalement écrite. Le premier point se confirme : Tre Kronor prned le contrôle du palet et s'installe souvent à cinq contre cinq. Comme aux derniers championnats du monde, elle cherche énormément les déviations, son nouvel art majeur : Jonathan Ericsson pour Daniel Sedin, pour un arrêt bas de la mitaine de Kari Lehtonen, ou encore Daniel Sedin pour Loui Eriksson.
 
Pour ce qui est du jeu ennuyeux et replié de la Finlande, il y a un bémol à apporter. Ceux qui mettent le plus de forechecking dans ce match, ce sont les ailiers de la quatrième ligne finlandaise, avec les piles électriques Komarov et Pihlström. La meilleure occasion est à mettre à l'actif de ce "trio KHL" : Jori Lehterä en zone neutr lance Komarov dans la profondeur, mais Henrik Lundqvist est à la parade avec sa mitaine.
 
la Finlande s'est montrée peu efficace à sa première supériorité numérique, la faute à des contrôles ratés de Selänne. Est-ce une raison pour faire des fautes ? Patrik Berglund frappe gratuitement Vatanen, et sur un engagement, Niklas Kronwall fait obstruction sur Teemu Selänne : le capitaine suédois semble faire le même reproche à son homologue finlandaise que ce dernier à Crosby : celui de simuler.
 
Toujours est-il que la Suède joue une minute et demie à 3 contre 5. Niklas Hjalmarsson fait un très bon travail pour se coucher devant un lancer de Vatanen et en restant compact. En revanche, son partenaire Johnny Oduya laisse filer entre ses jambes la passe transversale de Mikael Granlund pour Teemu Selänne à gauche du but, mais Henrik Lundqvist réussit un arrêt magnifique de la jambière en grand écart. La Finlande se procure une occasion supplémentaire quand Petri Kontiola sort le palet de la bande vers Juhamatti Aaltonen seul dans l'axe, mais son tir côté plaque est bien détourné par Lundqvist.
 
Simon HjalmarssonLe 0-0 à la pause n'est donc pas si mauvais pour la Suède qui a tué trois pénalités. Elle peut attendre les coups de sifflet en sa faveur. Le petit Granlund est pénalisé en zone offensive pour avoir chargé avec élan Hjalmarsson (qui n'a même pas bougé sur le "choc"). Le meilleur jeu de puissance du tournoi entre donc en piste. Kukkonen et Korpikoski se couchent cependant avec autant d'adresse que de courage devant les lancers, et la Finlande tue la pénalité.
 
Au moment où l'on revient au complet, Sami Vatanen effectue un dégagement a priori interdit, qui n'est pas jugé comme tel car Olli Jokinen a été gêné par un adversaire en zone neutre. Le centre finlandais peut donc partir à la poursuite du palet qui a rebondi dans la balustrade, et il prend un tir dans un angle impossible. La rondelle trouve un moyen de se glisser entre Lundqvist et son poteau (0-1, 26'17"). Le meilleur gardien du monde vient d'encaisser un but-gag : le tournant ?
 
Alfredsson charge Vatanen avec la crosse, mais il y a toujours une jambe suédoise pour contrer les tirs finlandais. Et par un effet-miroir, c'est au tour de la Suède de marquer sitôt la pénalité tuée. Olli Määttä, le débutant de la défense finlandaise qui ne récoltait que des louanges, perd le palet dans le coin. La Suède déclenche alors un jeu en triangle parfait : Niklas Bäckström ressort le palet vers Jonathan Ericsson à la ligne bleue qui donne une cage grande ouverte à Loui Eriksson côté droit (1-1, 31'39").
 
Olli Jokinen fait trébucher Steen pour le second avantage numérique de la Suède. Celle-ci concède d'abord un breakaway de Korpikoski... avant de conclure. Lehtonen ne voit pas partir le slap de la bleue d'Erik Karlsson que (1-2, 36'26"). La Suède est tout près d'assommer le match sur une énième déviation, de Niklas Kronwall sur passe d'Alfredsson, mais elle touche le haut de la transversale.
 
Tuomo RuutuLe jeu reste assez ouvert en dernière période. Tuomo Ruutu traverse entre deux Suédois en zone neutre et se présente à 2 contre 1 : il choisit le tir mais manque le cadre. Vatanen monte trop en zone neutre, Carl Hagelin est dans une situation similaire mais Lehtonen capte le tir dans sa mitaine.
 
Sedin retient Granlund en zone offensive pour la dernière pénalité de la partie. Le jeu de puissance finlandais s'en remet beaucoup trop autour de Selänne, qui perd le palet dès l'engagement gagné, puis a deux tirs contrés. Il est plus dangereux avec sa seconde ligne, mais Lundqvist est solide dans ses cages.
 
Il ne reste plus que sept minutes et la Finlande doit prendre plus de risques, sans y parvenir de manière efficace. Carl Hagelin contre ainsi Sami Salo et se procure un 3 contre 2 : la circulation de palet est parfaite, mais Loui Eriksson tire à l'extérieur des filets. Ce sera la dernière occasion, et elle est suédoise. Même avec la sortie de leur gardien, les hommes d'Erkka Westerlund n'arrivent à rien.
 
Dès l'instant où elle a été menée, la Finlande a paru battue psychologiquement. Comme s'il restait toujours un petit complexe d'infériorité, dès lors qu'il reste peu de temps à jouer et qu'elle n'a pas un grand historique d'égalisations tardives. Cela ne faisait plus partie de son plan de jeu. Elle a été victime de la défaillance de son jeu de puissance et en particulier de son idole Teemu Selänne, qui est passé à côté de son match et a gâché nombre d'occasions. Les Finlandais devront maintenant continuer leur série à succès quand il s'agit de jouer pour une médaille de bronze.
 
La Suède avait choisi de privilégier la défense pure avec les duos défensifs de Detroit (Ericsson-Kronwall) et Chicago (Hjalmarsson-Oduya) qui ont joué 22 minutes chacun. Le défenseur-vedette Erik Karlsson a joué moins de 16 minutes, assez pour inscrire un but, et son ex-partenaire, l'autre défenseur offensif Oliver Ekman-Larsson, a ciré le banc. Le jeu de Tre Kronor n'est pas le plus spectaculaire, mais ses fondamentaux sont au point : tactique en place, défense compacte, possession, déviations.
 
 
 
Suède - Finlande 2-1 (0-0, 2-1, 0-0)
Vendredi 21 février 2014 à 16h00 au palais des glaces Bolchoï de Sotchi. 9476 spectateurs.
Arbitrage de Konstantin Olenin (RUS) et Tim Peel (USA) assistés de Derek Amell et Chris Carlson (CAN).
Pénalités : Suède 10' (6', 2', 2'), Finlande 4' (0', 4', 0').
Tirs : Suède 25 (13, 9, 3), Finlande 26 (10, 8, 8).
 
Évolution du score :
0-1 à 26'17" : O. Jokinen assisté de Vatanen
1-1 à 31'39" : Eriksson assisté de Jo. Ericsson et Bäckström
2-1 à 36'26" : Karlsson assisté de Steen et D. Sedin (sup. num.)
 
 
Suède
 
Gardien : Henrik Lundqvist.
 
Défenseurs : Niklas Kronwall (C, 2') - Jonathan Ericsson ; Niklas Hjarlmarsson - Johnny Oduya ; Alexander Edler - Erik Karlsson.
 
Attaquants : Alexander Steen (2') - Patrik Berglund (C, 2') - Daniel Alfredsson (A, 2') ; Daniel Sedin (+1, 2') - Nicklas Bäckström (+1) - Loui Eriksson (+1) ; Gabriel Landeskog (A) - Marcus Johansson - Jakob Silfverberg puis à 30' Gustav Nyquist ; Carl Hagelin (-1) - Marcus Krüger (-1) - Jimmie Ericsson (-1).
 
Remplaçants : Jhonas Enroth (G), Oliver Ekman-Larsson. En réserve : Jonas Gustavsson (G), Henrik Tallinder, Henrik Zetterberg (hernie discale).
 
Finlande
 
Gardien : Kari Lehtonen [sorti à 59'16"].
 
Défenseurs : Kimmo Timonen (A, +1) - Sami Vatanen (+1) ; Olli Määttä (-1) - Sami Salo (-1) ; Sami Lepistö - Juuso Hietanen ; Ossi Väänänen - Lasse Kukkonen.
 
Attaquants : Mikael Granlund (-1, 2') - Jarkko Immonen - Teemu Selänne (C, -1) ; Jussi Jokinen (+1) - Olli Jokinen (2') - Tuomo Ruutu (+1) ; Lauri Korpikoski - Petri Kontiola - Juhamatti Aaltonen ; Leo Komarov (A) - Jori Lehterä - Antti Pihlström.
 
Remplaçant : Antti Niemi (G). En réserve : Tuukka Rask (G), Aleksander Barkov (genou), Sakari Salminen.