Amiens - Morzine-Avoriaz-Les Gets (Ligue Magnus, Play Offs, 1er tour, match 2)

L'abnégation justement récompensée

Après une victoire acquise dans la douleur, contrairement à ce que le score peut laisser présager, Gothiques et Pingouins se retrouvent pour un deuxième match qui sent la poudre. Exactement les mêmes acteurs que la veille, Tommie Hartogs fait de nouveau confiance à Andrew Hare pour garder la cage des visiteurs, malgré un premier match compliqué. Pour espérer faire la bonne opération du soir, les deux équipes vont devoir clairement hausser le niveau de jeu par rapport à la veille.

Les Gothiques sont les premiers à se mettre en évidence. D'abord par Bouchard qui teste Hare d'entrée, puis grâce à une très bonne séquence de la troisième ligne qui s'installe bien, le bon tir d'Arnaud étant difficilement repoussé par le portier morzinois. Les locaux ont bien compris la leçon de la veille et sont rentrés directement dans le match.

Le match n'est pas des plus exaltants, quelques bonnes séquences de jeu sont proposées par les deux équipes, sans réellement créer de danger, et il faut attendre presque un quart d'heure de jeu pour voir la première tentative intéressante des visiteurs, grâce à un lourd slap de Carl Hudson, bien arrêté par Sopko.

Le jeu commence à se hacher et les pénalités tombent. Whitelaw est envoyé en prison, mais le powerplay amiénois est stérile et Morzine s'en sort sans danger. Et à moins de 5 minutes de la fin du tiers, Nicolas Leclerc est à son tour expédié sur le banc des pénalités. La force de frappe morzinoise se met à l'oeuvre, mais les 3 tentatives de tir à la bleue de Jones et Besson sont bien repoussées par Bouchard et Dusseau qui n'ont pas hésité à se coucher sur la trajectoire du palet.

Les hommes de Leime reviennent à égalité numérique, avant une faute de Numa Besson. Cette fois-ci la supériorité numérique d'Amiens est bien installée, et Jimi Santala peut tenter sa chance sur un bon décalage de Gascon, mais Hare fait l'arrêt, et une vingtaine de secondes après la seule opportunité locale, Carl Hudson visite également la prison. En double supériorité numérique tout devient plus facile. Danick Bouchard s'essaye une première fois, Hare repousse, mais, sur un bon décalage de Gascon, le meilleur pointeur de la saison régulière trouve enfin la faille et fait exploser le Coliséum (1-0, 19'31) !

L'assaut des Pingouins

Le tiers médian démarre sur un rythme plus intéressant, et le tempo est dicté par les visiteurs. Les locaux procèdent un peu plus par contre, quand Morzine tente de s'installer. Josselin Besson se signale par un bon slap, Sopko fait l'arrêt mais laisse un mauvais rebond, sans conséquence au score.

Mais l'envie des hommes de Tommie Hartogs finit par payer. Le capitaine Cyril Papa tente sa chance, c'est repoussé par Sopko, Kim Nabb est au rebond, tente une première fois sa chance, bute sur le gardien slovaque, prend une deuxième fois le rebond et glisse le palet par-dessus le cerbère Gothique, alors couché, du revers (1-1, 24'35)

Cette égalisation donne des ailes aux Pingouins, qui sont à la limite de passer devant sur un bon tir de Chris Jones, juste au-dessus du but. Le match s'emballe, le palet va d'un but à l'autre, et un début d'accrochage entre Mickael Brodin et Romain Bault va changer la donne. Les deux hommes s'échangent quelques coups et insultes, puis Bault tente de mettre Brodin en échec, ce dernier en rajoute en se laissant tomber, mais parvient à duper l'arbitre et envoie Romain Bault sur le banc de la prison.

Les Gothiques parviennent à récupérer le palet en infériorité numérique, Danick Bouchard tente de dégager les siens mais envoie le palet tout droit dans les filets de protection, et écope logiquement d'une pénalité.

Cette double supériorité est une aubaine pour la bande à Béron, qui va pouvoir tenter de concrétiser sa domination au niveau comptable. L'ancien amiénois tente d'abord sa chance, c'est contré, il récupère et décale Carl Hudson, sur sa gauche, qui envoie un missile et donne l'avantage à des Pingouins plutôt inspirés sur ce deuxième tiers (1-2, 32'03).

Les Gothiques tentent alors de se réveiller, par l'intermédiaire de leurs cadres. Gascon et Ouimet sont mis en échec par Hare avant une nouvelle supériorité numérique. Cette fois-ci les locaux parviennent à tirer au but, mais Ouimet et Bouchard, par deux fois, ne trouvent plus l'ouverture du coffre-fort morzinois, et Hare permet à son équipe de rentrer aux vestiaires en tête.

Enfin du spectacle !

D'entrée de troisième tiers, Amiens recolle au score. Martin Gascon entre en zone, prend un tir, Hare fait l'arrêt mais laisse un très mauvais rebond, Ilpo Salmivirta qui traînait par-là ne se fait pas prier et crucifie le jeune portier canadien (2-2, 40'20).

Morzine est sonné mais pas KO, et tente de reprendre le contrôle du score plutôt rapidement. Nabb, Papa, Whitelaw et Hudson tentent tour à tour leur chance en moins de deux minutes, mais Sopko se montre solide. Amiens réplique par Bouchard, bien lancé par Gascon, mais le québécois perd son duel face au gardien morzinois.

M.Barbez commence à avoir la main lourde en cette fin de match et signale beaucoup de pénalités. Tout d'abord Szabo est envoyé en prison, mais la supériorité numérique amiénoise ne produit toujours pas. L'attaquant slovaque sort de prison, mais 3 secondes plus tard, Grégory Béron est sanctionné à son tour. Cette jeu de puissance est mieux géré, la palet circule bien et Valentin Claireaux trouve le fond des filets. Mais le but est justement refusé par l'arbitre, puisque Hare avait déplacé sa cage, volontairement aux yeux du head, qui lui inflige une pénalité et permet aux locaux d'évoluer en double supériorité pour la deuxième fois.

Cette fois, le double powerplay est inefficace et Morzine s'en sort sans dommages.

Le jeu des pénalités continue, et c'est Valentin Claireaux qui est écope de deux minutes cette fois-ci. Béron et Mora s'essayent, mais Sopko est vigilant. Amiens pense avoir fait le plus dur en tuant la pénalité, mais laisse Nabb s'échapper. Le premier buteur morzinois défie Ramon Sopko, mais, en deux temps, le gardien slovaque fait l'arrêt, alors qu'Ohlsson est envoyé pour 2 minutes en prison pour cinglage. Morzine n'est pas dangereux sur ce jeu à 5 contre 4 et on revient à égalité numérique sans suspense.

La troisième ligne amiénoise peut voir la glace, entre deux pénalités, et Mathias Arnaud va mettre Carl Hudson à la faute puisque ce dernier met sa crosse dans le visage du français et le défenseur prend 2'+2' de pénalité, alors qu'il ne reste que trois minutes à jouer.

Les Gothiques se montrent offensifs, mais ni Bouchard ni Salmivirta ne parviennent à tromper Hare, et on va tout droit en prolongation, alors que Morzine a encore une minute à jouer en infériorité numérique.

Hudson en héros

Amiens profite de son jeu de puissance pour attaquer d'entrée de prolongation. Santala et Salmivirta mettent à l'épreuve Hare qui ne craque pas, et tient bien la baraque. Une fois la pénalité tuée, les Pingouins se montrent dangereux, grâce à Béron et Szabo, tous les deux désavoués par Sopko. Le duo Ouimet-Bouchard se crée une belle occasion lorsque le triple buteur du premier match tente de servir le sérial pointeur qui n'arrive pas à reprendre.

Morzine récupère le palet, Ozolins part côté droit, élimine son vis-à-vis, rentre en zone offensive, laisse le palet en retrait pour Hudson qui arme un slap laser, trouve le fond des filets, et donne la victoire à Morzine (2-3, 65'08) !

La défaite aura du mal à passer du côté des Gothiques. Ils ont été plutôt dominateurs dans la globalité, mais l'inefficacité criante du jeu de puissance, 1 sur 9 ce soir, aura eu raison d'eux et de leur volonté de partir à la Skoda Arena avec deux points d'avance. Il faudra améliorer ce point-là s'ils veulent voir les quarts de finale cette année.

Morzine de son côté n'a jamais lâché. Aussi bien lorsqu'ils étaient menés au score que lorsqu'ils étaient en infériorité, les hommes de Tommie Hartogs se sont montrés irréprochables dans le comportement et dans l'envie. Ils récupèrent l'avantage de la glace. Il leur faudra bonifier ça dès vendredi à domicile.

 

Amiens – Morzine-Avoriaz-Les Gets 2-3 après prolongation (1-0, 0-2, 1-0, 0-1)

Mercredi 19 février 2014 à 20h à la patinoire du Coliséum, 2512 spectateurs

Arbitrage de Nicolas Barbez assisté de David Courgeoin et Jérémy Métais

Pénalités : Amiens 10' (2', 4', 4', 0'), HCMAG 18' (6', 2', 10', 0')

Tirs cadrés : Amiens 33 (9, 12, 10, 2), HCMAG 24 (2, 11, 7, 4)

Evolution du score :

1-0 à 19'31'' : Bouchard assisté de Gascon et Santala (double sup. num.)

1-1 à 24'35'' : Nabb assisté de C. Papa et Jones

1-2 à 32'03'' : Hudson assisté de Béron et Szabo (double sup. numé.)

2-2 à 40'20'' : Salmivirta assisté de Gascon et Santala

2-3 à 65'08'' : Hudson assisté d'Ozolins et J. Besson

 

Amiens

Gardien : Ramon Sopko

Défenseurs : Aziz Baazzi – Jimi Santala ; Kevin Dusseau – Johan Ohlsson ; Vincent Bachet – Nicolas Leclerc

Attaquants : Ilpo Salmivirta – Martin Gascon – Danick Bouchard ; Fabien Kazarine – Valentin Claireaux – François Ouimet ; Mathias Arnaud – Marius Serer – Romain Bault

Remplaçants : Léo Bertein (G), Rémi Thomas, Romain Carpentier, Quentin Fauchon. Absents : Fabien Bourgeois, David Bastien (luxation de l'épaule)

Morzine-Avoriaz-Les Gets

Gardien : Andrew Hare

Défenseurs : Numa Besson – Teemu Linkomaa ; Charlie Doyle – Carl Hudson ; Balazs Goz – Mickaël Brodin ; Simon Barbero

Attaquants : Kim Nabb – Cyril Papa – Chris Jones ; Grégory Béron – Peter Szabo – Josselin Besson ; Loïc Gaydon – Jon Whitelaw – Janis Ozolins ; Loïc Mora

Remplaçant : Kevin Maso.