Jokerit - HIFK (Liiga, 56e journée)

Alors que le Kärpät d'Oulu et le Tappara de Tampere mènent toujours d'un train d'enfer la Liiga finlandaise, c'est un match historique qui se dessine à Helsinki. Ce samedi 1er mars 2014, il se pourrait bien que ce soit, à moins d'une hypothétique série en play-offs, le dernier derby entre le Jokerit, engagé en KHL dès la saison prochaine, et le HIFK. Le contexte est d'autant plus particulier que les deux équipes s'affrontent à l'occasion du Talviklassikko, la classique hivernale finlandaise. 
 
La particularité ne s'arrête pas là puisque, avant ce dernier match, aussi bizarre que cela puisse paraître, chacune des deux équipes a remporté 105 victoires sur l'autre ! C'est donc la belle, a priori la dernière pour les deux géants de la capitale qui n'ont cessé de se chamailler depuis 1963.
 
Le Talviklassikko d'Helsinki, c'est une initiative introduite en 2011 au Stade olympique, un lieu qui n'avait pas vu un match de hockey en extérieur en 70 ans. 36 644 spectateurs s'étaient pressés à la première édition - un record sur le territoire scandinave - et la deuxième avait permis d'atteindre une affluence cumulée de 70 908. La pelouse étant à chaque fois mise à mal, un nouveau klassikko en extérieur n'a pas vu le jour en 2013, avant tout pour ne pas déstabiliser l'équipe de football de Finlande, engagée alors pour les qualifications pour la Coupe du monde. Mais avec la fin de leurs échanges sulfureux en point de mire, il ne pouvait en être de même en 2014, une année historique pour le championnat finlandais.
 
Avant de partir à l'assaut du "Big East", le Jokerit a toujours bon espoir de remporter un septième et dernier titre national, cramponné au sixième rang, la dernière place directement qualificative pour les quarts de finale. Les Jokers ont bien digéré la trêve olympique, s'imposant contre le TPS Turku (5-2) et le JYP de Jyväskylä (3-0). D'ailleurs, pour ce match contre l'équipe de Yohann Auvitu (pas encore totalement remis de sa blessure), le capitaine Ossi Väänänen, médaillé de bronze aux Jeux olympiques, était de retour dans l'effectif. Il avait manqué le précédent... parce que son équipement était bloqué à Sotchi !
 
Concernant le grand rival, l'IFK d'Helsinki, la situation est bien plus critique. L'équipe, 10e à 9 points du Jokerit, vit le même syndrome que la saison précédente puisqu'il semble bien qu'elle sera obligée de passer par le tour préliminaire pour une place en quart de finale. D'ailleurs, mathématiquement, elle n'est pas encore assurée de disputer ces fameux play-offs car derrière se trouve le HPK de Hämeenlinna, également à 9 points mais avec un match en moins au compteur. Et comme l'année dernière, la direction du HIFK a éjecté son entraîneur, qui n'a finalement pas passé l'hiver une fois de plus, décision officialisée la veille de ce Talviklassikko. 
 
Le coach Raimo Summanen pensait pourtant que sa formation avait trouvé son rythme de croisière en novembre, affichant une série de huit victoires consécutives et atteignant le quatrième rang de la Liiga. Malheureusement, depuis, les déconvenues se sont succédé. L'hiver a été particulièrement rude avec notamment huit revers enregistrés à ses dix derniers matches. Vendredi, Summanen a donc fait ses valises, lui qui avait succédé à Pasi Sormunen en janvier 2013 dans des circonstances similaires. C'est Harri Rindell, déjà derrière le banc du HIFK au début des années 90, qui le remplace.
 
Cependant, peut-être justement à cause d'un HIFK mal en point, la foule ne s'est pas autant mobilisée qu'avant puisque seulement 23 500 sièges sont occupés, 15 000 sont vides. Ce n'est en tout cas pas à cause des températures car le mercure affiche 0°C ce samedi après-midi. Il est à rappeler qu'en 2012, 34 264 personnes avaient défié la neige, le blizzard et les -16°C ! Pour ceux qui sont présents dans le stade, ils n'auront pas le plaisir de voir deux joueurs de premier ordre : le gardien n°1 du Jokerit Leland Irving et le capitaine du HIFK Ville Peltonen.
 
Le spectacle offert par les anciennes gloires avant le plat de résistance - avec notamment Jari Kurri, Esa Tikkanen, Juha Lind et Petri Varis - était un sympathique hors-d'oeuvre. La rencontre qui a suivi, entre deux équipes déjà en configuration play-offs, fut un duel intense. Les deux gardiens ont excellé dont le Joker Timo Niemi, 21 ans et aligné pour son premier match complet en Liiga. 
 
Son équipe s'est d'abord illustrée avec un tir de la droite de Janne Lahti, Ladislav Nagy dévie finalement sur la botte gauche de Ville Husso. Niemi doit s'employer à son tour devant une action spectaculaire du HIFK : de sa zone défensive, Daniel Fernholm effectue une superbe relance, Mika Partanen se saisit du palet avant d'entrer en zone offensive, il se retrouve seul face à Timo Niemi mais sa tentative frôle le poteau gauche. Cette première période est néanmoins à l'avantage du Jokerit. En supériorité numérique, Nagy, à droite de l'enclave, parvient notamment à toucher le poteau opposé.
 
Le deuxième tiers sourira aux Jokers. Un excellent travail de Steve Moses dans son camp favorise un contre à 3 contre 1, Henrik Koivisto s'échappe couloir droit et centre pour Moses, l'ailier américain n'est pas gêné par le plongeon de Mäkela et frappe, la rondelle est déviée par le patin droit de Husso et s'élève au-dessus du montant. L'ancien attaquant de l'Université de New Hampshire devient incontrôlable et ouvre finalement le score. Travaillant en attaque le long de la balustrade, Moses gagne le palet et livre une action individuelle remarquable, il contourne Fernholm, Husso et, arrivé au poteau opposé, il marque du revers (1-0, 36'03").
 
Dans le dernier tiers-temps, le HIFK semble faire preuve de davantage de détermination. Juuso Puustinen frappe une première fois à gauche, c'est détourné du bout de la mitaine par Niemi, la rondelle revient alors vers Oscar Eklund qui reprend de volée, son essai est puissant et finalement bien plus précis (1-1, 46'22"). Moins d'une minute plus tard, le HIFK double la mise. Le Jokerit est installé dans le camp adverse et s'acharne à réagir de suite. Leurs adversaires résistent, à l'image de Corey Elkins qui gratte et s'accroche tel une sangsue. L'abnégation du colosse américain est finalement récompensée. Le Jokerit cède sous la pression de ce poison et c'est un contre pour Puustinen qui part seul, le casque d'or - meilleur marqueur du club - loge alors du revers le palet entre les jambes de Timo Niemi (1-2, 47'13").
 
Malgré des essais de Nagy et Lahti, Ville Husso consolidera le résultat pour le HIFK. La sirène retentit, c'est une explosion de joie qui gagne les rouges avec cette victoire si particulière. Poussé vers l'excellence dans ce contexte si particulier, l'IFK d'Helsinki se rassure un peu et devient donc le seigneur de la capitale avec ce 106e succès contre le Jokerit. S'il s'agit peut-être d'une nouvelle étincelle pour le HIFK, ce dernier feu d'artifice évoque évidemment la fin d'une époque. Sous les yeux sans doute nostalgiques d'une masse intergénérationnelle dans ce cadre historique, devant sa télévision, une des plus grandes rivalités du hockey mondial a pris fin. À moins qu'un destin farceur ne les réunisse dans un avenir très proche...
 
 
Jokerit - HIFK 1-2 (0-0, 1-0, 0-2).
Samedi 1er mars 2014 à 17h00 au Stade olympique de Helsinki. 23485 spectateurs.
Arbitrage de Anssi Salonen et Timo Favorin assistés de Joonas Saha et Pasi Nieminen.
Pénalités : Jokerit 8' (4', 2', 2'), HIFK 8' (2', 2', 4').
Tirs : Jokerit 23 (11, 3, 9), HIFK 29 (9, 14, 6).
 
Évolution du score :
1-0 à 36'03" : Moses
1-1 à 46'22" : Eklund assisté de Puustinen
1-2 à 47'13" : Puustinen
 
 
Jokerit
 
Gardien : Timo Niemi.
 
Défenseurs : Niko Peltola (2') - Jere Karalahti ; Antti-Jussi Niemi - Ossi Väänänen (C) ; Esa Lindell - Mikko Kousa.
 
Attaquants : Janne Lahti - Teuvo Teräväinen - Ladislav Nagy ; Jarkko Ruutu - Henrik Koivisto - Steve Moses (4') ; Broc Little - Ben Walter (2') - Jani Rita ; Antti Tyrväinen - Tomi Mäki - Markus Hännikäinen.
 
Remplaçant : Miika Wiikman (G).
 
HIFK
 
Gardien : Ville Husso.
 
Défenseurs : Miihkali Teppo (2') - Mikko Jokela ; Oscar Eklund - Daniel Fernholm ; Tuukka Mäkelä - Jason DeSanctis.
 
Attaquants : Toni Leinonen - Corey Elkins (4') - Juuso Puustinen (2') ; Janos Hari - Teemu Ramstedt - Iiro Pakarinen ; Roope Talaja - Arttu Luttinen - Mika Partanen ; Julius Nyqvist - Thomas Nykopp - Ryan Thang.
 
Remplaçant : Joakim Lundström.