Caen - Brest (Ligue Magnus, play-down, match 4)

Les Drakkars asphyxiés par les Albatros.

Les Drakkars ont pris l’avantage hier, mais les Brestois ont su revenir dans le match pour finalement perdre 5 à 4. Luc Chauvel connaît bien ses joueurs et pense que cette remontée brestoise va éviter qu'ils ne s’emballent et leur faire garder à l’esprit que rien ne sera facile dans cette série.

Le match de ce soir est un tournant dans ces play-downs, soit Caen fait le break à 3 victoires à 1, soit Brest revient à égalité. Comme souvent cette saison, les tribunes de Caen La Mer se remplissent tranquillement, mais le public a une fois de plus répondu présent, conscient de l’importance de ce match.

Da Costa est encore absent ce soir coté caennais et Pain coté brestois.

Le premier engagement est gagné par Poudrier mais ce sont les Brestois qui s'installent et tirent par deux fois à la bleue par Evans (qui a un air de Manavian avec sa grosse barbe). Ce sont les Drakkars qui se montrent les plus dangereux suite à un bon travail de Chauvel qui décale Deshaies. Celui-ci frappe à la bleue, le tir est dévié par Grendka qui a pris la place au centre du second bloc à la place de Da Costa.

Caen pousse et Geffroy lance un slap lourd en entrée de zone, palet capté par la mitaine de Dupont, qui semble bien dans son match en ne laissant pas de rebonds. La domination est caennaise durant ces cinq premières minutes et les Brestois n’arrivent pas à s’installer dans la zone locale. La première pénalité est un retard de jeu de Graham Avenel. Romand décale Dewey plein axe qui lance une frappe lourde, Dupont est encore impérial de la mitaine. Le jeu caennais est installé mais bien trop prévisible pour surprendre Dupont et les Albatros. C’est ensuite Brice Chauvel qui est sanctionné pour accrocher. Le powerplay breton n’est pas plus reluisant mais Brest marque son premier but via Pard, bien lancé derrière la défense caennaise par Michal Dian (0-1  9’15’’).
 
Ce duo va faire très mal au Drakkars ce soir. Pendant une pénalité de Romand, les Brestois reviennent en zone caennaise mais le power play est encore trop stéréotypé, cherchant en permanence le jeu à la bleue avec Evans qui tire à deux reprises sur Normandon. Les Caennais accusent le coup après ces deux prisons, Brest domine et pilonne Normandon. Mais ce sont les Drakkars qui réagissent par Geslain qui décale Dewey. Le Canadien, seul face à Dupont, lance un slap lourd et puissant qui passe au-dessus. Deux minutes sont ensuite sifflées contre Romand et Hennebert. Les Caennais monopolisent le puck mais n’arrivent pas à inquiéter Dupont si ce n’est sur un bon slap de Stuart côté mitaine. Dian est lancé en contre-attaque mais Normandon veille au grain et gagne le face-à-face.

Les Brestois plient mais ne rompent pas et c’est une perte de palet de Gomane à la bleue qui permet à Brest d’amorcer un nouveau contre avec Pard en breakaway face à Normandon, le gardien normand gagne encore son duel. Ce premier tiers se termine avec une nouvelle pénalité caennaise pour Gyesbreghs qui préfère charger le joueur à la bleue plutôt que le palet. La domination territoriale a été caennaise dans ce premier tiers, mais les Drakkars sont trop peu dangereux pour inquiéter un bon Dupont et une défense brestoise qui joue assez bas. Brest mène au score logiquement car les plus grosses occasions sont de leur côté, surtout en contre.

Les Albatros commencent ce tiers en supériorité. Dian et Prosvic jouent derrière la cage de Normandon, Pard arrive plein axe et reçoit le palet pour un slap surpuissant qui fait trembler les filets du cerbère caennais (0-2, 20’58"). Ce but a assommé les joueurs de Luc Chauvel, ils manquent d’agressivité et de vitesse. Caen ne profite pas de la pénalité infligée à Holik, toujours aussi inefficace à 5 contre 4.

On a du mal à imaginer comment les Drakkars vont revenir dans le match, surtout que Poudrier sort blessé suite à une charge avec le coude d’un Brestois, faute qui ne sera pas sifflée. Sans leur maître à jouer, les Drakkars semblent perdus sur la glace de Caen La Mer. Les hommes d’Oprandi mettent la pression sur Normandon par Holik et Dian. Les Caennais sont en train de plier, incapable de sortir de leur zone. 

Alexandre Palis, qui a pris la place de Poudrier sur le premier bloc, se retrouve seul face à Dupont après un gros travail de Romand dans les coins. Mais le jeune Caennais n’arrive pas à ajuster son tir. Brest confirme sa domination grâce à ce diable de Dian qui prend le temps d’ajuster son tir suite à un mauvais rebond laissé par Normandon (0-3,  29’54’’).

Caen se retrouve à 5 contre 3 pendant deux minutes, Graham Avenel et Daniel Carlsson ayant été pénalisés. Les joueurs savent que c’est le moment de revenir dans le match, ils poussent fort mais Dupont est impérial. Gauthier, Stuart ou Dewey n’arriveront pas à tromper la vigilance du Canadien qui fait forte impression ce soir. Gyesbreghs effectue un énième slap à la bleue, mais cela ne suffit pas. Brest a tué cette pénalité et repart de l’avant, Carlsson lance un énorme slap à distance mais Normandon est présent, tout comme lors de son duel face à Rambello. Brest a accéléré et a pris le dessus sur des Caennais dépassés que ce soit physiquement ou techniquement. Les Caennais se sont faits secouer dans ce second tiers et ont perdu Poudrier, leur maître à jouer.

Et c’est Brest qui repart de l’avant dans le troisième tiers, puisque les Albatros se montrent plus dangereux. Une nouvelle pénalité est sifflée contre Caen, et Pard installe le powerplay breton. Carlsson lance un tir frappé qui s’écrase sur le poteau caennais. La pénalité est tuée mais c’est encore Dian qui transperce facilement la défense caennaise avant de lancer Prosvic. Il transmet à Rambello qui échoue face à Normandon. Les Caennais repartent de l’avant mais on sent que le match est déjà joué. Gyesbreghs, bien décalé par Birolini, lance dans la lucarne de Dupont, mais comme depuis le début du match, le goal brestois ne tremble pas. La percée de Romand connaîtra le même sort. Le tandem Birolini/Gyesbreghs fait parler la poudre pendant que Dian est en prison. Dupont ne peut cette fois-ci rien faire sur le slap du Belge qui finit dans la lucarne (1-3, 49’19’’).

Le match devient pollué par les pénalités. À 4 contre 4, les Brestois dominent les Caennais qui sont acculés dans leur zone. Pendant une prison de Gréverend, Gyesbreghs inquiète encore Dupont, mais le jeu produit par les Drakkars est affligeant sur cette supériorité. Le surnombre qui suit clôt clairement les espoirs caenneais. Prosvic reprend le rebond laissé par Normandon suite à un tir puissant de Pard (1-4, 55’16’’). La fin de match s’envenime et les prisons pleuvent. Jérémie Romand s’énerve avec Jonathan Avenel et les deux finissent en prison. Caen bénéficie d’un nouveau power play, à 5 contre 3. Mais cela ne donne rien. Pard est même lancé en contre par Croteau et mystifie Normandon (1-5, 57’49’) en toute fin de rencontre. Plus volontaire en ce match, Brest revient à deux partout dans cette série.

 

Caen – Brest 1-5 (0-1, 0-2, 1-2)
Samedi 1er mars 2014 à la patinoire de Caen La Mer.
Arbitres: Damien Bliek et Nicolas Barbez assisté d’Aurélien Smeeckaert et  David Courgeon.
Pénalités : Caen 32’ (8’, 0’, 24’), Brest 22’ (4’, 6’, 12’). Tirs : Caen 38 (16, 13, 9), Brest 30 (10, 11, 9)

Évolution du score :

0-1 à 09’15" : Pard assisté de Dian (sup. num.)
0-2 à 20’58" : Pard assisté de Dian et Prosvic (sup.  num.)
0-3 à 39’54" : Dian
1-3 à 49’19" : Gyesbreghs assisté de Birolini et Geffroy (sup. num.)
1-4 à 55’16" : Prosvic assisté de Pard et Holik (sup. num.)
1-5 à 57’49" : Pard assisté de Croteau

 

Caen

Gardien : Lucas Normandon.

Défenseurs : Nicolas Deshaies – Alexis Gomane (A) ; Shawn Stuart – Jordan Dewey ; Alexis Birolini Vadim Gyesbreghs.

Attaquants : Jérémie Romand – Thierry Poudrier (A) – Jean-Christophe Gauthier ; Brice Chauvel – Damien  Grendka– Charles Geslain ; Udo Marie – Thibault Geffroy (C) – Fabien Métais

Remplaçants : Quentin Kello, Hugo Damy, Martin Ropert et Yohann Robert.  Absent : Kevin Da Costa

Brest

Gardien : Michael Dupont

Défenseurs : Aurélien Gréverend – David Poulin ; Vladimir Holik – Thomas Evans ; Daniel Carlsson (C) – David Hennebert (A).

Attaquants : Nicolas Motreff (Rambelo vers 30’) – David Croteau – Nicholas Pard (Motreff vers 30’) ; Aïna Rambelo (Dian vers 30’) – Jaroslav Prosvic (A) – Michal Dian (Pard vers 30’) ; Jonathan Avenel – Quentin Berthon – Graham Avenel

Remplaçants : Arnaud Goetz (G) ; Gaëtan Cannizzo ; Valentin Dumélié.