Lyon – Nantes (Division 1, 26e journée)

Les jeux sont faits
 
Après un début de saison tonitruant – on se souvient notamment de la victoire contre Lyon pour la première journée du championnat – et 10 victoires en 14 rencontres, les Corsaires, dont c'est la première saison en Division 1, ont connu leur dernière victoire le 7 décembre face à Montpellier. Une semaine plus tard, la défaite face à Rouen en quart de finale de Coupe de France a semble-t-il sonné la fin de cette belle série.
Depuis, les défaites s'accumulent, et leur sort pour la fin de saison a été scellé la semaine dernière dans le derby face à Cholet, lorsque les Dogs l'ont emporté par 3 buts à 1 au Petit Port, s'appropriant ainsi la huitième et dernière place pour les play-offs.
 
Du côté lyonnais, la première place au championnat a été assurée la semaine dernière également, en battant Courbevoie pour le dernier déplacement de la saison régulière. Les Lions ont donc les yeux rivés sur les séries et le quart de finale qui les opposera à Cholet, la seule équipe s'étant imposée à Charlemagne cette saison.
 
La rencontre est par conséquent sans enjeu réel, on s'attend à voir des Lyonnais s'épargner physiquement pour éviter toute blessure ou fatigue inutile avant les play-offs, et des Nantais qui voudront tout de même faire bonne figure pour leur dernier match.
 
Dès la première minute Lyon s'offre un tir cadré par Miroslav Kristin de la bleue, repoussé par Mojmir Bozik. Lyon tente alors d'imposer son jeu, notamment par Olsson et Biniek sur un tour de la cage, mais Bozik est à son poste. L'engagement n'est pas vraiment là, chaque équipe monte alternativement le palet sans succès, on ne sent pas de volonté d'aller au but, chaque gardien arrêtant ou déviant assez facilement les tirs cadrés peu menaçants.
 
Sur une possession lyonnaise cependant, Styf tire de la bleue, Bozik laisse un rebond juste devant le poteau et la crosse de Lebey, qui pousse le palet au fond (4'56", 1-0). Le but semble faire réagir les visiteurs, et à peine le palet remis en jeu, Josef Slavik se lance seul face au but lyonnais. Aymeric Gillet, un peu en retard, commet la faute en voulant l'arrêter, et signe la première pénalité. Nantes profite de sa supériorité numérique pour tirer, d'abord un missile de Justin Vienneau de la bleue qui finit sur le plastron de Matej Kristin, puis un tir dévié du patin par Nicolas Biniek. Les actions lyonnaises se multiplient, mais comme souvent lorsque l'engagement n'est pas au rendez-vous, le suivi vers le but n'est pas suffisant, et le palet ne trouve pas de joueur devant la cage nantaise.
 
Le reste de la période voit deux formations en manque de réussite face au but, faute de réelles occasions, et grâce à deux gardiens qui ne se laissent pas déborder. Même une double supériorité numérique ne permet pas aux Lyonnais de creuser l'écart. Les deux dernières minutes sont nantaises, après une nouvelle pénalité de Gillet sur une échappée de Dana dont le tir est arrêté par Matej Kristin, puis des tirs de Vienneau dont le dernier finit sur le poteau. Les deux équipes rentrent au vestiaire après un premier tiers assez moyen, avec peu de réelles occasions. On ressent clairement le manque d'enjeu de ce match.

 

Le jeu reprend, et 17 secondes après le début de ce tiers, Lyon bénéficie d'une supériorité numérique suite à une faute de Jan Kudrna. Pendant ces deux minutes, les Lyonnais enchaînent les tirs sur la cage nantaise, mais Bozik n'est pas là pour faire de la figuration, et les tirs sont tous déviés ou arrêtés. Même sur une interception de Gillet qui se retrouve seul face au portier nantais, celui-ci ne se démonte pas et arrête le tir.
 
Une nouvelle faute nantaise permet aux Lyonnais de s'installer en zone offensive et de multiplier les tirs, mais les locaux n'arrivent pas à trouver le chemin du but. Jusqu'à ce que Nicolas Biniek casse sa crosse sur un engagement en zone nantaise, il fait alors un aller-retour éclair au banc pour en attraper une autre et est de retour juste à temps pour faire la passe à Julien Lebey derrière la cage, qui trouve le trou de souris nécessaire pour doubler la mise (25'31", 2-0).
 
L'intensité physique augmente alors, ainsi que les contacts, les tirs se multiplient des deux côtés mais les gardiens sont impeccables. Les esprits s'échauffent, au point que Dufek et Dana tombent les gants au centre de la glace, mais le corps arbitral intervient et les sépare avant tout échange de coups. Ils vont tout de même aller se calmer dix minutes en prison. Quarante secondes plus tard, une charge contre la bande est sifflée contre les visiteurs, et à une minute de la fin de la période, sur une attaque nantaise, Miroslav Kristin commet la faute. Ça sera un tir de pénalité. Radek Hovora s'avance seul sous les huées du public lyonnais, Matej Kristin monte à sa rencontre et repousse le palet, le mouvement vers l'avant est interrompu, ce tir ne sera pas transformé.
 
Ces vingt minutes ont été lyonnaises, en nombre de tirs et en possession du palet. La frustration monte des deux côtés, les Nantais n'arrivent pas à être dangereux devant la cage, et les Lyonnais n'arrivent pas à aller au bout de leurs actions. C'est bien le nombre d'actions lyonnaises qui fait la différence dans le score.

 

Pour commencer cette dernière période, Nantes change de gardien, Pierre Pochon remplace Mojmir Bozik. Les Corsaires ne veulent pas rentrer bredouilles et mettent la pression sur les Lions, d'abord par Slavik seul contre Matej Kristin, puis par le reste de la formation qui enchaîne les tirs et pousse le gardien lyonnais à la faute (42'54", 2" retard de jeu pour cage déplacée). Le jeu en infériorité numérique des Lions est un jeu agressif et opportuniste, avec des joueurs qui vont chercher leurs adversaires jusque derrière leurs buts. C'est donc exactement ce que fait Julien Lebey, et il est récompensé par un palet laissé libre par la défense nantaise juste devant la cage, qu'il n'a qu'à mettre au fond pour réaliser son premier coup du chapeau de la saison (44'02", 3-0).
 
Les visiteurs ont un sursaut d'orgueil et montent à l'assaut du but lyonnais. Malgré de nombreux tirs, ils n'arrivent pas à tromper le gardien, jusqu'à ce que, en supériorité numérique après une faute de Jonathan Laberge, Samson lance un tir puissant de la bleue, face à la cage. Matej Kristin ne peut rien faire, les Corsaires réduisent la marque par un très beau tir en pleine lucarne (45'53", 3-1). L'intensité des contacts reste importante, et à chaque pénalité, l'équipe en supériorité numérique s'installe en zone offensive, mais le score n'évolue plus.
 
Deux pénalités nantaises en une trentaine de secondes permettent à Lyon de jouer en double supériorité numérique, le coach François Dusseau demande alors son temps mort. Lyon fait tourner le palet, et on assiste à une séance de tirs en règle, les Nantais ont beaucoup de mal à se dégager mais arrivent finalement à tuer cette double pénalité. Le reste du match verra deux nouvelles pénalités, dont une faute bien inutile d'Arnaud Magallon sur Petr Grygar qui renverra le Lyonnais aux vestiaires (57'22", 5'+20', coup de genou) et une charge avec la crosse de Kudrna, mais le match est terminé sur le plan sportif.
 
Un match bien moyen pour finir la saison, malgré une patinoire comble et un record d'affluence à Charlemagne. Même la réception de Bordeaux début janvier n'avait pas rassemblé autant de monde ! Pas d'enjeu pour les équipes, les Lions ont les séries dans le viseur, et les Corsaires ont terminé leur saison quel que soit le score.
 
Place maintenant aux play-offs, avec un premier tour face à Cholet, match aller le 8 mars à Glisséo et match retour le 15 mars à Charlemagne (en cas d'égalité 1-1, match 3 le 16 mars, toujours à Charlemagne). Les 25 points pris à domicile cette saison sur un maximum de 26 feront bien partie des points positifs de cette équipe lyonnaise, alors que la vraie saison débute !
 
À noter le beau geste d'un visiteur qui a fait un heureux en offrant une de ses crosses à un tout jeune spectateur lyonnais à la sortie de la glace et la nomination par François Dusseau de son homologue entraîneur Claude Devèze "meilleur joueur du match" pour l'ensemble de sa saison sous le pavillon des Corsaires.
 
 
Lyon – Nantes 3-1 (1-0, 1-0, 1-1)
Samedi 1 mars 2014 à 20h15 à la patinoire Charlemagne, Lyon. 3 547 spectateurs.
Arbitrage de Benjamin Gremion assisté de Gildas Fontaine et Sueva Torribio.
Pénalités : Lyon 47' (4', 2'+10', 6'+5'+20'), Nantes 30' (6', 8'+10', 6')
Etoiles du match : Julien Lebey (Lyon), Claude Devèze (Nantes)
 
Evolution du score :
1-0 à 04'56" : Lebey assisté de Styf et Biniek
2-0 à 25'31" : Lebey assisté de Biniek (sup. num.)
3-0 à 44'02" : Lebey (inf. num.)
3-1 à 45'53" : Samson assisté de Demers (sup. num.)