Interview de Filip Kubis gardien des Phénix de Reims.

Filip Kubis gardien des Phénix de Reims depuis cinq saisons maintenant, a accepté de revenir sur cette saison décevante et sur les problèmes extra-sportifs dont a été victime le club champenois.

1 Bonjour Filip, peux-tu te présenter en quelques lignes, ton âge, ton parcours, comment tu es arrivé à Reims etc.

Kubis FilipBonjour, je m'appelle Filip Kubis, j'ai 30 ans, je suis tchèque et je suis le gardien de but des Phenix de Reims. J'ai eu la proposition de François Dusseau grâce à mon ami Martin Vesely (Annecy) qui jouait à Reims à cette époque et aussi grâce à mon autre ami Radek Hovora (capitaine de Nantes) qui a bien connu François quand celui-ci était à Angers.
 
 2 La transition Dusseau/Roussu s'est passée comment ? Le projet de jeu du nouveau coach a t-il eu du mal à prendre ?
 
Il y avait un changement, c'est sûr, ce n'est pas le même type de coach, donc évidemment, il faut du temps pour s'habituer. C'est tout le temps le cas lors d'un changement de coach, mais pour moi en tant que gardien c'est moins compliqué que pour les joueurs.
 
3 L'arrivée de nombreux joueurs aussi n'a pas facilité la chose. Vous perdez deux joueurs majeurs de la saison passée : Kadic et Vsetecka. Il fallait recréer une chimie entre les joueurs.
 
Pour moi le changement de la moitié de l'équipe est plus compliqué que le changement de coach, parce qu'il faut vraiment du temps pour recréer la communication sur la glace entre les défenseurs et moi ou même avec les joueurs en général. Bien sûr que les joueurs comme Kadic et Vsetecka nous ont manqué, car ils sont très forts et ils ont une certaine expérience qui nous a énormément manqué cette saison.
 
4 Comment as-tu vécu cette saison plus ou moins difficile ? 
 
Cette saison était la plus dure depuis que je suis à Reims et ce à cause de tous les problèmes extra-sportifs (patinoire fermée, des problèmes financiers) et surtout à cause du classement, on espérait jouer les playoffs.
 
5 Quelle a été ta réaction au moment où tu apprends que le club a des soucis financiers et qu’il est contraint de libérer des joueurs ?
 
Ça m'a étonné et j'avais un choix à faire, soit rester et accepter les nouvelles conditions ou partir. J'ai décidé de rester pour aider l'équipe. J'étais triste de perdre des amis, des bons joueurs et j'étais désolé pour eux.
 
6 Le groupe a été impacté par cette annonce ?
 
Bien sûr, même si on a essayé de ne pas y penser sur la glace, ça restait dans nos têtes quand même.
 
7 La fermeture de Bocquaine a dû entraîner des difficultés pour la préparation des matches, quel a été ton sentiment face à cet imprévu ?
 
On a éprouvé des difficultés dans la préparation, car on était obligé d´avoir des entraînements tôt l'après-midi. Donc par moments, on ne pouvait pas tous s’entraîner ensemble car il y a des joueurs qui travaillent à côté ou font leurs études.
 
8 La fin de saison a été faite de hauts et de bas pour l’obtention du maintien, voire pour une éventuelle qualification en playoffs. Vous avez gagné face à Lyon, ce qui fut certainement votre meilleur match de la saison, et derrière vous perdez contre des adversaires à votre portée. Tu expliques ça comment ?
 
On a bien commencé après le Nouvel an, on a gagné 3 matches consécutifs, ainsi que celui contre Lyon. Mais malheureusement  les autres matches ne se sont pas terminés comme on l'aurait souhaité. On a peut-être pensé que ça allait être facile après, mais les autres équipes ont bien joué contre nous.
 
9 On a senti un vestiaire tendu en fin de saison juste avant l'officialisation du maintien à travers certaines réactions de joueurs. On reprochait à certains de jouer avant tout pour gonfler leurs stats que pour l'équipe. Qu'en penses-tu ?
 
Je ne sais pas, il faut demander aux autres joueurs, mais c´est possible qu'après notre maintien devenu officiel, certains ont essayé d'améliorer leurs stats.
 
10 Que penses-tu des supporters rémois et plus précisément des Givrés qui malgré la délocalisation des matchs à Châlons viennent vous voir ? C’est important pour toi d’avoir un public qui te soutient, en plus de ça tu sembles être le « chouchou » ?
 
Je les admire beaucoup et pas seulement parce qu'ils vont nous voir à Châlons, mais aussi parce qu'ils font la route pour nous voir lors des matches à l'extérieur qui sont parfois à des centaines de kilomètres. Ils nous soutiennent même si on ne gagne pas ou si on joue mal. C'est impressionnant parce que je n'avais pas l'habitude, en République Tchèque ce n'est pas comme ça. Personnellement, c'est très important parce que j´aime bien le contact avec le public et ça me donne de l'énergie quand j'entends mon nom et quand ils nous soutiennent. Je leur tire un grand coup de chapeau et je leur dis merci.
 
11 Tu fais partie des références au poste de gardien dans cette division, pourquoi ne pas avoir voulu tenter l’aventure en Magnus ? 
 
Bien sûr que j´aimerais bien ! Mais pour l´instant je n'ai pas eu de proposition de club de Magnus. Mais si elle arrive, je ne suis pas contre et je l'attends (sourire).
 
12 La saison étant terminée, quel est le programme maintenant ? 
 
Je retourne un peu en Tchéquie pour voir ma famille et mes amis. Peut-être des vacances à la mer avec ma copine et je vais commencer tôt la préparation pour la saison prochaine.
 
13 On a pu remarqué sur ton casque le rébus : I Love House Music. Tu aimes faire la fête ? :)
 
(Sourire) Des fois oui, mais ce n'est pas trop la question de faire la fête mais plutôt juste la musique en elle-même. J'adore cette musique et ce depuis des années. 
 
14 Dernière chose, tu as suivi les Jeux de Sotchi ? Qu’as-tu pensé de la prestation de ton pays, la République Tchèque ? Ce tournoi t’a plu ? 
 
Oui bien sûr, j'ai regardé quand je pouvais. Je suis bien content car même un petit pays comme la République Tchèque a réussi à avoir 8 médailles. Malheureusement pour le hockey, on a perdu en quart de finale.
 
Un grand merci à Filip Kubis pour sa disponiblité ainsi qu'à sa compagne pour la traduction.