Lyon - Cholet (Division 1, quarts de finale, match 2)

Deux matchs, deux victoires : l'essentiel est assuré.

Après une victoire lyonnaise à l'extérieur, les Lions reçoivent ce soir les Dogs pour le match 2 du quart de finale de Division 1. Il n'est bien sûr plus ici question de championnat, et les Lyonnais que le public attend ce soir ne sont pas ceux de la dernière journée contre Nantes : ce soir, Charlemagne attend des Lions "en mode play-offs", pour reprendre le terme du coach. L'enjeu est capital : pour Cholet, gagner ou terminer la saison; pour Lyon, arriver à se qualifier dès ce soir pour bénéficier d'un jour de récupération en plus et d'un match en moins. La patinoire est pleine, et personne n'a oublié que malgré le 5-2 ramené de Glisséo la semaine dernière, Cholet est la seule équipe à s'être imposée dans l'antre des Lions cette saison.
 
Dès la première minute, le ton est donné : sur une obstruction de Pavol Mihalik, Lyon profite déjà d'une supériorité numérique. Pressés, les Dogs parviennent finalement à dégager le palet, mais il est immédiatement renvoyé par Matej Kristin à To-Landry à la bleue, qui passe à Julien Lebey idéalement placé devant la cage, sans la défense qui était partie vers le but lyonnais. Lebey, décalé par rapport à Thibault Saez, n'a qu'à pousser le palet au fond (01'24", 1-0). Lyon installe son jeu, le palet tourne bien et les tirs sont dangereux, cependant Cholet est à l'affût et se procure une première belle occasion sur un contre, mais Matej Kristin est à la conclusion et dévie le palet. Sur un choc contre Aymeric Gillet derrière le but lyonnais, l'arbitre lève le bras, Lebey profite du fait que les Dogs sont montés à la cage lyonnaise pour envoyer à Biniek qui part rapidement à l'assaut de la cage choletaise et passe à To-Landry, devant le but, qui trompe Saez et double le score (03'31", 2-0).
 
Lyon met alors un très gros pressing sur les Dogs, multipliant les tirs sur la cage choletaise, mais les visiteurs ne se laissent pas faire, et Mihalik, Borovsky puis Drozdz sont à l'origine de plusieurs tirs cadrés, déviés ou arrêtés par le portier lyonnais. Ce travail de Cholet finit par payer lorsque Lukas Bacul intercepte un palet lyonnais et monte seul face à Kristin. Il garde la tête froide, prend son temps, vient presque au contact du gardien, ajuste son tir, et passe le palet entre les jambières (09'10", 2-1).
 
Cholet profite de ce but pour se relancer et mettre à son tour la pression sur son adversaire, dont la mécanique semble s'être quelque peu grippée après cette ouverture du score. À cette dynamique s'ajoute une supériorité numérique après une pénalité sifflée contre Jonathan Laberge, Cholet lance les hostilités avec un premier tir de Mihalik que Matej Kristin doit arrêter en deux temps, de la mitaine. À force de tirer, les Choletais se disent que ça va rentrer, ils font donc bien tourner le palet autour de la défense lyonnaise, et tirent dès qu'ils voient une ouverture. La pression monte des deux côtés, et la première friction implique Gillet et Tharreau devant la cage lyonnaise, après un arrêt du portier.
 
La bande derrière la cage des Dogs est témoin de belles bagarres pour le palet, qui permettent aux Lyonnais de s'offrir de nouvelles occasions, dont un tir de Laberge qui trouve le poteau gauche, les Lyonnais ne sont pas passés loin du 3-1. Durant les dernières minutes de cette première période, Cholet n'arrive plus à passer la ligne bleue lyonnaise plus de quelques secondes, tant les locaux les pressent en zone offensive. La pression est telle que lorsque Cholet arrive enfin à se créer une occasion, la précipitation se solde par un hors jeu.
 
Ce premier tiers a servi à prouver, s'il le fallait, l'importance de la rencontre pour les deux formations. Cependant la domination est nettement lyonnaise, malgré le but des visiteurs. Les Lions jouent un jeu agressif, rapide et résolument tourné vers l'avant, alors que les Dogs peinent à mettre en place leur système de jeu.
 

À la reprise, Lyon continue sur sa lancée et Cholet cherche à inverser la tendance et durcit son jeu. Dès lors, les pénalités s'enchaînent, et les arbitres vont souvent faire le choix de l'égalité face à la pénalité : à 3 reprises dans ce tiers, et à 5 reprises dans le match, un joueur de chaque équipe sera sanctionné au coup de sifflet. Raibon et Mihalik débutent avec deux minutes pour obstruction. Moins d'une minute plus tard, Guillaume Drozdz est sanctionné et Lyon est en supériorité numérique à 4 contre 3. Les occasions lyonnaises, à l'image d'un one-timer de Trefny, ne sont pas suffisamment dangereuses, et Thibault Saez arrête sans problème les tirs qui arrivent jusqu'à lui. Dès le retour des équipes au complet, Styf est sanctionné, et c'est au tour de Cholet de jouer en supériorité numérique. L'agressivité est alors au rendez-vous, le jeu de puissance des Dogs étant beaucoup plus incisif que celui des Lions. Les visiteurs veulent profiter de ce power play pour marquer, les tirs sont puissants et Matej Kristin est très sollicité. Sur un rebond, Nicolas Biniek se sacrifie et se jette sur le palet pour le bloquer devant la cage.
 
Les arbitres sortent de nouveau deux joueurs, Olsson pour une charge contre la bande et Guineberteau pour une charge avec la crosse, puis une pénalité contre Gillet permet aux Dogs de jouer à 4 contre 3, mais pas pour longtemps, puisque Marcinek frappe Trefny d'un coup de crosse au visage et sortir pour 2' + 2'. Quelques secondes plus tard, Lyon joue de nouveau au complet et se réinstalle en zone offensive, et malgré une défense choletaise impressionnante, à force de faire tourner le palet et d'essayer de décaler les visiteurs, Biniek va finir par trouver To-Landry par une passe le long de la ligne de but, d'un côté à l'autre de la cage, et To-Landry redirige le palet dans le filet (33'27", 3-1).
 
La mécanique lyonnaise est relancée, les tirs sont nombreux sur Thibault Saez, et malgré de nombreux rebonds, la défense très recentrée des Dogs rend la reprise du palet très difficile et les sauve plus d'une fois. La frustration monte côté choletais, et c'est Oliver Styf qui va en faire les frais. Les arbitres n'ayant pas sifflé suffisamment vite au goût de l'assistance, les huées lyonnaises commencent à se faire entendre, et les arbitres doivent se consulter. Styf illustre le débat en venant montrer aux arbitres son arcade sourcilière en sang malgré son casque. La sanction tombe : Tomas Marcinek écope de 2 minutes pour charge contre la bande. Une dizaine de secondes plus tard, Jan Tomaska pour cinglage et Julien Lebey pour charge avec la crosse se retrouvent à leur tour sur les bancs de la prison. La dernière belle occasion de la période est lyonnaise et se solde par un but refusé, la cage choletaise ayant été déplacée juste avant l'entrée du palet. Guillaume Jacob prend à cette occasion 2 minutes de pénalité pour retard de jeu.
 
Le public a assisté à un deuxième tiers très décousu, à cause notamment de nombreuses pénalités. Cholet a véritablement durci le jeu, Lyon a moins d'espace et donc plus de mal à construire. Le jeu s'en retrouve un peu plus équilibré mais trop souvent interrompu.
 

Une nouvelle période débute, mais la dynamique reste la même. Pendant plus de dix minutes, les pénalités se succèdent, d'abord contre Lyon puis de nouveau contre les deux formations. Les Lions sont les plus dangereux avec des tirs cadrés de Styf et Gillet qui ne trouvent pourtant pas le fond du but. Jusqu'à une passe de Biniek pour To-Landry qui trouve enfin la lucarne choletaise (51'27", 4-1).
 
Les Dogs sont au pied du mur et se montrent plus agressifs sur le porteur du palet, ce qui leur permet de tirer, notamment après une belle passe devant la cage de Pierre-Yves Albert qui avait auparavant réussi à délester un lyonnais du palet derrière la cage de Matej Kristin. Cependant, le portier est là et le palet est repoussé. La pression continue à monter, To-Landry perd un palet en zone offensive, aussitôt monté par les visiteurs, et il se rattrape en bloquant le tir qui s'ensuit, finalement arrêté par le portier lyonnais. Quelques secondes plus tard, deux joueurs sont à leur tour sanctionnés, et une nouvelle pénalité contre Lyon moins de 10 secondes plus tard aboutit à un temps mort demandé par Cholet.
 
Il reste un peu plus de 6 minutes à jouer, Cholet est mené de 3 buts et est en supériorité numérique. Le coach Julien Pihant prend la décision de sortir son gardien et de faire entrer un attaquant supplémentaire. On assiste alors à une séance de tirs, les Dogs voulant à tout prix réduire le score. Les Lions, quant à eux, cherchent à reprendre le palet pour le lancer dans une cage vide, ce qu'Aymeric Gillet va presque réussir à faire, mais le palet passe 10 centimètres à gauche du but des visiteurs. Sur cette même action, Lyon est de nouveau sanctionné. Malgré un Matej Kristin impérial, à force de multiplier les tirs, Cholet va finir par trouver la faille par Borovsky (55'52", 4-2). Lyon joue de nouveau au complet, Thibault Saez reprend sa place entre les poteaux. Les Dogs sont relancés et nourrissent un espoir d'égalisation, peut-être en se souvenant de leur victoire fin Décembre dans cette même patinoire alors qu'ils étaient menés 3-1 à 10 minutes de la fin du temps réglementaire. À la première occasion, le coach choletais fait de nouveau sortir son gardien et, à 6 joueurs de champ contre les 5 Lyonnais, ceux-ci vont finir par commettre une nouvelle faute. Le match se finira en supériorité numérique pour Cholet, qui va tenter le tout pour le tout. Malheureusement pour eux, sur une interception, Biniek scelle le sort des Dogs en marquant le cinquième but Lyonnais de la soirée, en cage vide (59'28", 5-2).
 
Cholet échoue sur le même score que celui du match 1 la semaine dernière et finit ainsi sa saison. Lyon est qualifié en deux matchs, ce qui permet aux joueurs de bénéficier d'un jour de récupération supplémentaire, et surtout d'un match en moins. Cependant, si Lyon veut valider son objectif de montée en Magnus cette saison, il va falloir jouer des matchs pleins, et réussir à imposer le jeu quel que soit l'adversaire, ce qui n'est pas toujours le cas, comme on a pu le constater ce soir.
 
Pour connaître leur adversaire de demi-finale, dont le premier match est programmé ce mercredi, les gones doivent attendre le résultat du troisième match entre Anglet et Neuilly. À noter que les 3 autres quarts de finale vont tous se décider au terme d'un troisième match.
 
 
Lyon – Cholet 5-2 (2-1, 1-0, 2-1)
Samedi 15 mars 2014 à 20h à la patinoire Charlemagne, Lyon. 3 307 spectateurs.
Arbitrage d'Alexis Grabit assisté de Gabriel Pointel et Bastien Germaneaud.
Pénalités : Lyon 28' (4', 10', 14'), Cholet 24' (4', 16', 4')
Etoiles du match : Julien Lebey (Lyon), Thibault Saez (Cholet)
 
Evolution du score :
1-0 à 01'24" : Lebey assisté de To-Landry et Matej Kristin (sup. num.)
2-0 à 03'31" : To-Landry assisté de Biniek et Lebey
2-1 à 09'10" : Bacul
3-1 à 33'27" : To-Landry assisté de Biniek et Lebey
4-1 à 51'27" : To-Landry assisté de Biniek et Raibon
4-2 à 55'52" : Borovsky assisté de Tomaska et Grofek (sup. num.) (joueur suppl.)
5-2 à 59'28" : Biniek (inf.num.) (cage vide)