KHL (Conférence Est, play-offs, quart de finale, matches 6)

Ufa, sur la route mais avec le vent en poupe (trois victoires à la suite) et Novosibirsk, à domicile, étaient maître de leurs destins, afin de rejoindre Magnitogorsk et Astana, dès ce soir, en demi-finale. Y aura-t’il un septième match dans leurs séries ?

À Novosibirsk, l’équipe locale du Sibir était menée de deux buts au démarrage du dernier tiers. Emil Garipov (49 arrêts), le jeune espoir au poste de gardien chez les visiteurs de Kazan, avait déjà été éprouvé, sans succès, à 25 reprises. Comme ses coéquipiers d’Ak Bars étaient disciplinés, les 7500 supporters de Novosibirsk, ne voyaient pas comment ses favoris allaient s’employer pour l’emporter. L’espoir est revenu dans les travées pleines de la KSK Sibir lorsque son attaquant Dmitry Kugryshev, d’un tir à mi-distance du cercle droit, a réussi à réduire le score (1-2 à 42’08). Moins de trois minutes plus tard, son partenaire, l’arrière Alexander Kutuzov a réussi à égaliser en frappant de loin (2-2 à 44’41). Kazan a ensuite retrouvé sa solidité défensive pour finir, sans encombre, le temps réglementaire et les premières vingt minutes de mort subite. Finalement, Stepan Sannikov sera le héros du match en marquant dans la confusion le but gagnant, sous Garipov, après un rebond, qui qualifiait Novosibirsk en demi-finale de conférence est (3-2 à 85’42). Avec ses buteurs du soir, le Sibir a pu compter sur un gardien, le Finlandais Mikko Koskinen (34 arrêts), performant, sur Konstantin Alexeyev défenseur intraitable, et sur quatre attaquants impressionnants d’utilité (Dmitry Monya, Jori Lehterä, Alexei Kopeikin et Jarno Koskiranta). Le Sibir est la première équipe moins bien classée en saison régulière à éliminer une mieux classée. Le sixième de la conférence est , Sibir Novosibirsk Region, élimine le troisième, Ak Bars Kazan, par quatre victoires à deux (1-3 ; 3-2pr ; 7-1 ; 3-6 ; 0-1 ; 3-2pr).

À Nizhny Novgorod, devant 5550 partisans, les joueurs locaux du Torpedo n’avaient plus le choix face à Ufa qui les avait toujours battus à domicile dans la série. À la fin du premier tiers, en trente secondes, Nizhny Novgorod avait fait le plus difficile, le break ! D’un lancer balayé du cercle droit, l’attaquant Denis Parshin a ouvert le score (1-0 à 19’03) et le centre finlandais Jarkko Immonen lui a emboîté le pas, au rebond, en power-play (2-0 à 19’33). Mais les visiteurs du Savalat Yulaev ont été patients et étaient revenus à égalité (2-2 à 33’03) au moment d’attaquer le dernier tiers, notamment en supériorité grâce à son buteur Yegor Dubrovsky (4 buts en 6 matches). Mais de nouveau en moins d’une minute, le Torpedo créait la cassure par Vladimir Galuzin oublié au second poteau (3-2 à 47’54) et par l’ailier Sakari Salminen au rebond dans le dos d’Andrei Vasilevsky, le gardien du Savalat Yulaev (4-2 à 48’25). Cette fois, Ufa n’avait plus le temps de temporiser avec moins de douze minutes à jouer. Tirant de l’arrière, les hôtes de la Nagorny Arena, allaient craquer encore une fois en infériorité sur le second but du finlandais Sakari Salminen, qui faisait sortir Andrei Vasilevsky (5-2 à 51’06). Pour l’anecdote, Jarkko Immonen, en power-play, marquait lui aussi un second but (6-2 à 56’47). Ivan Katusin (29 arrêts), le portier du Torpedo a fait le boulot. L’arrière Vladimir Denisov a été une tour en défense. Les attaquants Vladimir Galuzin et Vadim Krasnoslobodtsev (quelle vision du jeu sur le quatrième but) ont été remarquables aussi.  Salavat Yulaev Ufa et le Torpedo Nyzhny Novgorod, sont à égalité trois victoires partout avant de jouer la belle à Ufa.

Précédemment  dans la conférence est :

Metallurg Magintogorsk s’est qualifié pour les demi-finales en battant Admiral Vladivostock par quatre victoires à une. (3-1 ; 5-3 ; 4-3pr ; 2-3pr ; 4-3pr).

 Barys Astana remporte sa série contre Avtomobilist Yekaterinburg par quatre victoires à zéro (3-2pr ; 5-4pr ; 1-2 ; 1-2).