L'heure de défier les lois de la statistique

Rien ou presque n'a arrêté la marche du Kärpät d'Oulu. Les hermines, qui ont remporté pour la sixième fois la saison régulière, ont amassé 131 points, soit un record dans la Liiga, l'ancien datant de 2011 avec 129 points pour le JYP. 
 
Profitons-en pour préciser que quinze autre records collectifs comptabilisés par la ligue ont été décrochés par le Kärpät cette saison. Ce rendement impressionnant fait état d'un bilan, sans appel, de 44 victoires pour seulement 16 défaites, 190 buts marqués pour 106 encaissés. Voilà donc un favori tout désigné des play-offs finlandais qui débutent cette semaine. 
 
L'ancien espoir du Canadien de Montréal Ben Maxwell (25 ans) a excellé en offensive pour sa première année en Finlande, passant la barre des 40 points, tout comme le cadre tchèque Ivan Huml, celui-ci ayant pris l'habitude de flirter avec les 50. La ligne bleue est bien sécurisée, surtout avec le capitaine Lasse Kukkonen et le grand espoir Ville Pokka (photo ci-dessus). Ce dernier, champion du monde junior cet hiver, a d'ailleurs obtenu le meilleur ratio de la Liiga - +32 - à seulement 19 ans. Il se pourrait bien que ce grand espoir, deuxième choix des Islanders de New York lors du repêchage NHL en 2012, vienne prochainement frapper à la porte de l'équipe nationale senior. Quant à Jussi Rynnäs, il est tout simplement le meilleur gardien du championnat.
 
Qui pour perturber les nordistes ? Le Tappara Tampere a terminé pour la deuxième année de suite à la deuxième place de la Liiga et reste sur deux victoires consécutives face au Kärpät. Ont également franchi le cap des 100 points le Lukko Rauma et le SaiPa Lappeenranta. Le JYP de Yohann Auvitu s'est classé 5e. Le défenseur français s'est définitivement remis de sa douleur à la cheville. Après avoir manqué la moitié de la saison, Auvitu a longtemps été ménagé, puis testé avec la JYP-Akatemia - qui évolue à l'échelon inférieur - avant d'avoir le feu vert.
 
Qu'en est-il des clubs de la capitale ? Ne comptez plus sur eux ! Devant passer par les qualifications pour atteindre les quarts de finale, le HIFK et le Jokerit se sont fait sortir, respectivement par les Pélicans de Lahti et le HPK de Hämeenlinna. Une incroyable désillusion alors que les Jokers, pourtant soutenus par un budget faramineux, souhaitaient plus que tout remporter un dernier titre national avant de s'exiler en KHL. Une profonde déception pour le HIFK qui n'atteindra pas les demi-finales pour la septième fois ces huit dernières années.
 
En éliminant l'IFK d'Helsinki, les Pélicans ont par la même occasion mis à la retraite Ville Peltonen. Peltonen, 40 ans, avait débuté en 1991 avec la même équipe. Deux décennies plus tard, son palmarès brille avec éclat : quatre médailles aux Jeux olympiques, huit aux Championnats du monde, champion de Finlande (avec le Jokerit en 2002, avec le HIFK en 2011), de Suisse, c'est un grand artiste qui quitte la scène.   
 
Mais une nouvelle étoile a pris son envol. Teuvo Teräväinen, lui aussi champion du monde junior, va justement profiter de l'élimination du Jokerit pour débuter sa carrière NHL à Chicago. Le jeune attaquant est parvenu à récolter 44 points en 49 matches, même si sa production s'est estompée ces dernières semaines. Il a d'ailleurs été muet lors des matches de qualification. Sous le charme de cette pépite, décidés par les rapports élogieux et après sa contribution à l'or avec les Lionceaux, le directeur général des Blackhawks Stan Bowman et son entraîneur Joel Quenneville espèrent qu'il insufflera de l'énergie supplémentaire à l'approche des séries éliminatoires. 
 
 
Auvitu prêt à batailler pour les play-offs de Liiga, deux autres Français sont déjà pleinement dans le bain dans l'échelon inférieur. 
 
Anthony Guttig (ci-contre) et Teddy Da Costa sont en demi-finale avec Hokki après avoir balayé 4 manches à 0 le HCK. Ils n'avaient jamais joué ensemble en club et leur association avait soulevé quelques interrogations. Six mois plus tard, le duo français est vu comme la surprise de l'année et a acquis l'estime des fans et des médias. Leur incroyable production - 43 points pour Teddy, 52 pour Anthony - leur a permis de devenir candidats à l'équipe-type de Mestis, verdict le 31 mars pour la fin du scrutin. Ne cachons pas que cette alchimie explosive est la bienvenue pour l'équipe de France.
 
Leur équipe de Hokki est donc déjà dans le dernier carré mais une équipe peut déjà se targuer de participer à la Liiga 2014/15. En raison du retrait du Jokerit pour la KHL, la ligue a étudié plusieurs candidatures. C'est finalement celle du Vaasan Sport qui a été retenue. Ce club existe depuis 1939 et était co-fondateur de la ligue élite en 1975... avant d'être relégué au bout d'une seule saison. Le club de Vaasa, ville située à l'extrême ouest du pays face à la Suède, sain financièrement ces dernières années, hébergé dans une arène de 4448 places, a finalement été préféré au Jukurit, Kookoo et au TuTo Hockey.
 
La Liiga étant devenu un circuit fermé et par voie de conséquence encore plus soucieuse de la santé économique de ses participants, le gagnant de la Mestis aura toujours la possibilité de formuler une licence pour obtenir une éventuelle place en 2015/16.
 
Si Anthony Guttig et Teddy Da Costa devaient rester en Mestis la saison prochaine, il se pourrait qu'ils soient confrontés à une future attraction. Avant les Jeux olympiques de Sotchi, la gardienne Noora Räty avait rencontré les dirigeants du Kiekko-Vantaa et fut même testée sur la glace. A la mi-mars, la jeune femme de 24 ans a fini par décrocher un contrat d'un an pour la prochaine saison.
 
Noora, qui a marqué les esprits avec l'équipe féminine universitaire du Minnesota, a d'ailleurs découvert les J.O. à l'âge de 16 ans avec les Lionnes finlandaises en 2006 à Turin. Elle a remporté le bronze quatre ans plus tard à Vancouver et elle a donc disputé sa troisième olympiade en Russie.
 
C'est en fait la deuxième fois que la Mestis ouvre ses portes à une femme. La centre Hayley Wickenheiser, vraie célébrité au Canada, sextuple championne du monde et triple championne olympique, y avait effectué quelques piges. Sa compatriote Shannon Szabados, gardienne du Canada aux derniers J.O., a même fait ses débuts tout récemment chez les hommes sur le circuit américain SPHL après s'être entraînée avec les Oilers d'Edmonton. Ancienne gardienne de Tampa Bay, Manon Rhéaume, première femme à avoir disputé un match officiel en NHL - en 1993 contre Boston - a fait des émules. 
 
Noora Räty n'entend pas se contenter de l'étiquette de pionnière et espère du temps de jeu. Car à l'extinction de la flamme de Sotchi, elle avait annoncé la fin de sa carrière internationale en raison du manque de compétition et évoquant la difficulté de s'associer à un championnat compétitif.  Ce coup de pouce du destin saura-t-il lui rendre raison ?