Publicité

KHL (Conférence Est, play-offs, demi-finale, matches 1)

À Magnitogorsk, les joueurs locaux du Metallurg, parfois malmenés, se sont sortis de ce premier match qui les opposait à Novosibirsk grâce à leur disicipline, leur gardien rassurant, Vasily Koshechkin (32 arrêts) et surtout Sergei Mozyakin.

En effet, le capitaine des favoris de la série a été présent sur les trois buts de son équipe. L’ailier a distillé deux passes décisives exceptionnelles sur les buts du joueur de centre Jan Kovar, en power-play, son sixième des play-offs (1-0 à 6’43) et de l’attaquant Danis Zaripov, tout en haut de l’enclave, son cinquième (2-0 à 41’01). Ensuite, c’est lui qui a délivré les 5442 spectateurs de la Metallurg Arena, d’un tir frappé dans le cercle gauche, au bout de 6’29 de jeu en mort subite (3-2 à 66’29). Les visiteurs du Sibir, menés parfois un peu contre le cours du jeu, avaient égalisé en moins de deux minutes au cours du dernier tiers. Les arrières Konstantin Alexeyev, lucarne d’un tir frappé fort tout en haut du slot (2-1 à 51’03) et Ivan Lekomtsev, patient dans un angle fermé dans le haut des filets (2-2 à 52’51) ont été les buteurs du Sibir. À l’image de son portier, pourtant bien protégé par son défenseur Vyacheslav Belov, le Finlandais Mikko Koskinen (23 arrêts), un des meilleurs de la KHL, vacille en dégageant le palet au-dessus du plexi pendant la prolongation (ce qui donnera le power-play décisif à Magnitogorsk), Novosibirsk, même avec le « momentum » d’avoir égalisé au dernier tiers, a craqué et n’a pu empêcher la défaite à cause d’indisciplines malvenues. Cela malgré les efforts offensifs de son ailier Dmitry Monya. Metallurg Magnitogorsk mène une victoire à aucune face au Sibir Novosibirsk avant de recevoir encore une fois pour le deuxième match de la série.

À Astana, au Kazakhstan, dans un palais de la glace affichant complet (4070 sp.), l’équipe locale du Barys s’est fait surprendre par Ufa, moins de deux minutes après le début de la prolongation. Contre le cours du jeu, c’est l’équipe la plus disciplinée qui l’a emporté. La rigueur a aidé les visiteurs et leur gardien Andrei Vasilevsky (35 arrêts) à ne pas plus subir les assauts des Nord-Américains, les défenseurs Cam Barker et Mike Lundin, les attaquants Dustin Boyd, Brandon Bochenski ou l’ailier régional Andrei Gavrilin qui ont été les principaux atouts d’Astana, le favori de la série, qui avait ouvert le score d’un tir de loin et des poignets de l’Américain Mike Lundin (1-0 à 2’25). Au deuxième tiers, Ufa a égalisé en supériorité à la faveur d’un mouvement personnel du joueur de centre Dmitry Makarov, une lucarne trouvée du cercle droit (1-1 à 33’21). Avant, dans une troisième période plus fermée, de prendre les devants grâce à l’attaquant Alexei Kaigorodov. Un but qui est presque la copie conforme du premier d’Ufa, la lucarne en moins (1-2 à 42’11). Finalement, le Barys égalise avec moins de quatre minutes à jouer par une déviation de son joueur de centre Nikolai Antropov (2-2 à 56’28). On pouvait donc croire Astana bien parti dans la prolongation. Mais on se trompait. Vitaly Yeremeyev (25 arrêts), le portier d’Astana, sur un rebond dans le trafic, moins prompt qu’un petit coup du revers de la palette de l’ailier Nikita Filatov, s’incline en laissant passer le puck entre ses jambières (2-3 à 61’17). Salavat Yulaev Ufa mène la série contre le Barys Astana par une victoire à zéro avant de retourner jouer à Astana le match numéro deux.     

Précédemment dans la conférence est :

Metallurg Magnitogorsk s’est qualifié pour les demi-finales en battant Admiral Vladivostok par quatre victoires à une. (3-1 ; 5-3 ; 4-3pr ; 2-3pr ; 4-3pr).

 Barys Astana a remporté sa série contre Avtomobilist Yekaterinburg par quatre victoires à zéro (3-2pr ; 5-4pr ; 1-2 ; 1-2).

Sibir Novosibirsk Region a éliminé Ak Bars Kazan, par quatre victoires à deux (1-3 ; 3-2pr ; 7-1 ; 3-6 ; 0-1 ; 3-2pr).

Salavat Yulaev Ufa a sorti le Torpedo Nizhny Novgorod avec quatre victoires contre trois (1-3 ; 0-1 ; 1-2pr ; 2-4 ; 4-2 ; 6-2 ; 2-1)