KHL (Conférence Ouest, play-offs, demi-finale, matches 3)

À Yaroslavl, l’équipe visiteuse de St-Pétersbourg est tombée sur un Lokomotiv un peu plus volontaire, plus homogène et plus éclatant dans les deux sens de la patinoire dans ce troisième match.

C’est surtout dans le deuxième tiers où les invités ont baissé de pied. Le SKA a dû prendre des risques dans la dernière période et l’a payé cash. Privé pendant 12 minutes de son ailier de première ligne, Sergei Plotnikov, assis en prison au premier tiers, Yaroslavl n’a pu ouvrir le score qu’au deuxième vingt, par son joueur de centre Vladislav Kartayev, oublié dans le slot, pour une déviation victorieuse (1-0 à 24’04). Le SKA avait pourtant égalisé moins de trois minutes après, via le Tchèque Roman Cervenka d’un tir de loin balayé des poignets (1-1 à 26’29). Mais, St-Pétersbourg, malgré un bon Alexander Salak (30 arrêts), a ensuite craqué. D’abord en faisant deux fautes, qui sanctionnées le faisait trop défendre. Puis sans doute émoussé de ses efforts défensifs, il encaissait un deuxième but empli de patience par Yegor Averin, contournant une défensive totalement dépassée sur le coup (2-1 à 37’48).

Au dernier tiers, le SKA a eu deux power-plays qu’il n’aura pas fait fructifier. Entre eux deux, Yaroslavl a ajouté un but par Sergei Plotnikov d’un tir en entrée de zone (3-1 à 49’11). En toute fin de tiers, Sergei Konkov, de la zone neutre, enfilait en cage vide son septième but personnel dans ces play-offs (4-1 à 58’06). Pour les locaux, Curtis Sanford (33 arrêts) a été présent. Sous pression au dernier tiers, le gardien canadien a tenu la baraque. Soutenu par un défenseur hors pairs, le Norvégien Jonas Holos. À part les buteurs, Yury Petrov et Geoff Platt ont été exemplaires dans ce match affichant complet (9071 sp.). Chez les visiteurs, le centre de la troisième ligne, Vadim Shipachyov, n’aura pas déçu. Le Lokomotiv Yaroslavl, avant de recevoir de nouveau demain, mène deux victoires à une face au SKA St-Pétersbourg.

À Bratislava dans la Slovnaft Arena, la patinoire neutre et de secours pour la série opposant Prague à Donetsk, il n’aura pas suffi au Donbass d’être (presque) meilleur dans les jeux spécifiques pour l’emporter. Non, car Prague a eu la chance d’avoir un box-play sachant marquer et c’est ce qui a sauvé l’équipe praguoise. En effet, en toute fin de deuxième tiers, le joueur de centre, Petr Vrana, suivant un rebond, s’en est allé enfiler en infériorité son sixième but personnel et égaliser (2-2 à 38’58). Le dernier vingt était stérile. 48 heures après avoir battu le record de durée d’un match de KHL, les deux équipes allaient de nouveau jouer une prolongation en mort subite. Celle-ci durera moins de quatorze minutes. Après que son coéquipier Niko Kapanen aura touché un poteau (67’50), Michal Repik pour Prague marquera le but gagnant d’un tir frappé de loin (2-3 à 73’28).

Dans un match rugueux, on aura remarqué que les gardiens, Michael Leighton (41 arrêts) pour Donetsk et Atte Engren (31 arrêts) qui jouait là son premier match de play-offs en KHL ont fait leur boulot. Le second a été remarquable en exerçant une parade phénoménale du bouclier et grand écart alors que Donetsk faisait un déboulé à deux-contre-un (28’52). Il récidivait au troisième tiers en faisant bloc sur une nouvelle attaque surnuméraire adverse (47’11), puis en prolongation lorsqu’il était fusillé à bout portant (72’58). Devant  5161 spectateurs, l’arrière de Donbass, Gennady Razin, a été solide. Celui de Prague, Jakub Nakladal, aussi. Les attaquants, de l’équipe ukrainienne Evgeny Belukhin et Sergei Varlamov ont été au niveau mais ceux du club tchèque, Petr Vrana et Martin Thornberg, un peu plus. Avant de rejouer demain à Brastislava, sur glace neutre en raison des évènements d’Ukraine, Lev Prague mène deux victoires à une face au Donbass Donetsk.

Précédemment dans la conférence ouest :

Le SKA St-Pétersbourg a éliminé le CSKA Moscou par quatre victoires à zéro (1-0 ; 5-1 ; 1-2pr ; 4-5pr)

Le Lev Prague s’est qualifié par quatre victoires à zéro aux dépens du Medvescak Zagreb (4-3 ; 5-2 ; 2-5 ; 2-3)

Lokomotiv Yaroslavl intraitable à domicile élimine le Dynamo de Moscou par quatre victoires à trois (3-2pr ; 2-1 ; 2-1 ; 3-2pr ; 1-0pr ; 6-0 ; 1-5)  

Donbass Donetsk élimine le Dinamo Riga quatre victoire à trois (5-2 ; 3-1 ; 7-3 ; 1-4 ; 1-2 ; 2-1 ; 3-1)