KHL (Conférence Ouest, play-offs, demi-finale, matches 4)

À Yaroslavl, la veille, les visiteurs, SKA St-Pétersbourg, étaient passés à côté de leur match. Leur début de série tout n’a pas été folichon, non plus.

Une première victoire étriquée. Puis, deux matches perdus. Où, en 60 minutes de jeu, ils ont encaissé, à chaque fois, trois buts avec Alexander Salak devant leur cage. On se doute que le staff du SKA a dû sévèrement réagir. Les blocs de St-Pétersbourg n’ont pas été changés, seul l’état d’esprit. Et quel état d’esprit. Anton Malyshev, pour les invités, suite à un palet perdu par la relance adverse à la ligne bleue, ouvrait le score de loin des poignets, parce que Curtis Sanford était masqué (0-1 à 9’20). Moins de sept minutes plus tard, le SKA menait déjà de trois buts, le deuxième était inscrit en power-play par Tony Martensson au rebond (0-3 à 16’33).

Reprendre trois buts au SKA était-il possible pour les tombeurs du Dynamo de Moscou ? Après tout, il restait du temps. De plus, dans le vingt médian, Yegor Yakolev en déviant la bonne passe de Plotnikov, réduisait la marque pour les locaux du Lokomotiv, devant 9057 fans revigorés (1-3 à 28’48). Mais en sautant sur son propre rebond, Alexander Barabanov ne laissait pas longtemps l’espoir s’installer chez les challengers combattifs (1-4 à 29’12). Emoussé à force de défendre, Yaroslavl rompait de nouveau. Viktor Tikhonov en supériorité ajoutait son grain de sel du centre du cercle droit (1-5 à 36’13).

Le SKA était supérieur aussi dans les jeux spécifiques. Alors, au démarrage de la dernière période, il n’y avait presque plus d’espoir chez Dave King, le coach du Lokomotiv, qui échangeait ses cerbères. Ultime tentative de provoquer une réaction de ses courageux joueurs ou gestion de son premier gardien, le Canadien Curtis Sanford (19 arrêts) ? On pencherait volontiers pour le cas n°2 car les joueurs de Yaroslavl concluent désormais moins leurs mises en échec. Bref, le SKA du Finlandais Jukka Jalonen, son entraîneur, sera impitoyable jusqu’au bout. Dans une fin de match belliqueuse, hachées de pénalités, Ilya Kovalchuk, pendant un avantage numérique, enfilait le sixième but de son équipe après un lancer frappé fort de loin (1-6 à 59’52).

Pas grand monde à ressortir individuellement du Lokomotiv ce soir. Le défenseur Alexei Vasilyev a fait son job. On a trop demandé à Jan Holos, Staffan Kronwall, Daniil Apalkov et Sergei Plotnikov pour qu’ils soient parfait ce soir, mais ils n’étaient pas loin. En face, le Tchèque, Alexander Salak (23 arrêts) a tenu au deuxième tiers lorsque Yaroslavl est sorti fort. Les arrières Yury Alexandrov et le canadien Kevin Dallman ont été doués. Pour les attaquants, on résumera leurs bonnes prestations à la première ligne, Thorensen-Martensson-Cervenka. Sans oublier que ce sont les troisième et quatrième lignes, qui ont marqué tous les buts, trois, de St-Pétersbourg, à égalité de joueurs sur la glace ! Le SKA St-Pétersbourg a égalisé à deux victoires partout face au Lokomotiv Yaroslav avant de jouer à domicile le cinquième match.    

À Bratislava dans la Slovnaft Arena, la patinoire choisie pour les matches à domicile de Donetsk, en raison des évènements d’Ukraine, il y avait tout de même encore 5084 spectateurs pour voir le Donbass affronter Lev Prague. Cette fois point de salut en jeux spéciaux pour les deux équipes. Alors, déjà meilleur la veille à parité de joueurs sur la glace, Donbass, qui a toujours mené, mais malmené par ailleurs, s’est imposé. Au premier tiers, Donetsk a ouvert le score par l’arrière letton Oskars Bartulis, précis du haut de l’enclave (1-0 à 16’44). Au deuxième, sur une de ses trois présences sur la glace, l’attaquant russe Alexander Toryanik, magnifiquement servi en retrait au premier poteau par Belukhin, doublait la marque pour Donbass (2-0 à 28’02).

Dans la dernière période, Prague s’accrochait et réduisait la marque par l’ailier canadien Justin Azevedo en duel avec Laco, avec moins de cinq minutes à jouer (2-1 à 55’08). Cependant, le Slovaque, Jan Laco (36 arrêts), redevient solide et préserve son but. Son vis-à-vis, Petri Vehanen (19 arrêts), est remplacé par un attaquant supplémentaire dans la dernière minute de jeu. Mais sur une rondelle perdue, Evgeny Dadonov enfile du revers dans la cage vide (3-1 à 59’25). Oskars Bartulis et le deuxième bloc, Wilson-Podhradsky ; Dadonov-Fedotenko-Yakutsenya ont bien travaillé pour Donbass Donetsk qui aura pu compter aussi sur un excellent Jan Laco (97.3%). À Prague, Petri Vehanen a fait son boulot. Niko Kapanen, le joueur de centre, aussi. Donbass Donetsk a rééquilibré la série à deux victoires partout face à Lev Prague avant de jouer ici même à Bratislava le match 5 parce que la patinoire de Prague est indisponible à cause d’un match de play-offs d’Elite Tchèque, Sparta-Vitkovice.     

Précédemment dans la conférence ouest :

Le SKA St-Pétersbourg a éliminé le CSKA Moscou par quatre victoires à zéro (1-0 ; 5-1 ; 1-2pr ; 4-5pr)

Le Lev Prague s’est qualifié par quatre victoires à zéro aux dépens du Medvescak Zagreb (4-3 ; 5-2 ; 2-5 ; 2-3)

Lokomotiv Yaroslavl intraitable à domicile élimine le Dynamo de Moscou par quatre victoires à trois (3-2pr ; 2-1 ; 2-1 ; 3-2pr ; 1-0pr ; 6-0 ; 1-5)  

Donbass Donetsk élimine le Dinamo Riga quatre victoire à trois (5-2 ; 3-1 ; 7-3 ; 1-4 ; 1-2 ; 2-1 ; 3-1)