God Save the Puck #1 : Giants and Panthers split the difference

(titre : Giants et Panthers coupent la poire en deux)

A « keep in suspense » weekend

Ce week-end du 22-23 mars était synonyme de clôture de la saison régulière de Rapid Solicitors Elite Ice Hockey League, un championnat où les titres sont indépendants et où donc le vainqueur de la phase régulière est un champion à part entière.

Aucunement l’enjeu de ces rencontres puisque ce titre fut acquis le 16 février dernier par les Giants de Belfast, suite à une victoire sur la glace des Panthers de Nottingham, les précédents détenteurs du trophée. Mais de ces deux formations et de trophée (un autre cette fois-ci !), il sera question par ailleurs…

Reste que sur les dix équipes EIHL, quatre seulement n’avaient plus rien à jouer réellement dans ce « closing weekend » : les Giants de Belfast (en ligue tout du moins, eux qui furent déjà assurés du titre de champion d’Erhardt Conference et de la saison régulière), les Steelers de Sheffield (dauphins des Giants), les Stars de Dundee (vainqueurs récemment de la Gardiner Conference), et dans un autre registre les Capitals d’Edimbourg, largement lanterne rouge de cet exercice raté pour les hommes de Richard Hartmann.

S’il demeurait un intérêt léger entre les Panthers et le Clan de Braehead pour désigner laquelle des deux formations obtiendraient l’avantage de la glace, le suspense concernait surtout les quatre équipes restantes à la lutte pour les trois derniers tickets d’accession aux play-offs : il faut absolument des points pour les Stingrays d’Hull (à qui ils ne restaient qu’un match à jouer) ou pour les Flyers de Fife, en position délicate. La situation semble plus avantageuse sur le papier pour le Blaze de Coventry ou pour les Devils de Cardiff, mais avec une confrontation directe en dernière rencontre, qui pourrait, le cas échéant, poser bon nombre de problèmes aux perdants.

Peu d’enseignements avec les résultats du samedi : statu quo pour les Panthers, défaits pour leur dernier match à Belfast (5-3), mais qui profitent de la défaite également du Clan sur sa glace face aux Flyers en fusillade (4-5 t.a.b.), ce qui laisse encore trois matchs à enjeux sur les quatre du dimanche après-midi :

Fife (8) – Braehead (5) : le Clan doit s’imposer pour ravir la quatrième place et l’avantage de la glace. Quant aux Flyers, la huitième place au matin est bien trop dangereuse pour se contenter d’espérer sur les résultats des adversaires. Dans ce match accroché, les Flyers prennent l’avantage par l’ancien villardien Tim Hartung. Le polyvalent Hartung qui a joué attaquant en cette rencontre, ce qui lui a même permis d’inscrire un doublé. Derby écossais maitrisé sans trop d’encombres par les Flyers qui s’imposent 4-1 et assurent ainsi leur présence en quarts de finale. La jeune équipe du Clan termine à  la cinquième place, comme lors de sa saison de création en 2010-2011.

Hull (9) – Sheffield (2) : face à une équipe relâchée, la pression est forte sur les Anglais de Hull, virtuellement éliminés de la course aux play-offs. Les supporters l’ont bien compris et l’Arena est pleine pour cette rencontre cruciale. Les locaux prennent l’avantage par Matthew Davies mais sont rapidement rejoints sur l’égalisation d’Hewitt. Ils dominent en revanche clairement le second tiers, sur un but de Jereme Tendler et un doublé de l’ex-morzinois Guillaume Doucet. Un petit but dans ce tiers pour Sheffield, puis plus rien ne sera marqué dans ce match malgré les 22 tentatives en T3 pour les Steelers. Précieuse victoire 4-2 qui permet aux raies d’espérer un faux pas des adversaires et ainsi décrocher sur la ligne d’arrivée le dernier billet pour les play-offs.


Coventry (6) – Cardiff (7) : finalement dans cette rencontre, une prolongation prise par le Blaze et une victoire pour les Gallois, même après le temps réglementaire, pourraient  satisfaire tout le monde. Et cet aspect « calculs d’apothicaire » a peut-être expliqué les GRANDES difficultés qu’ont eu les joueurs à se libérer dans ce match fermé au possible, et qui s’est terminé sur le score de 0-0 ! Cela qualifie donc Coventry à l’issue des 60 minutes, mais pas encore les Devils qui eux doivent s’imposer dans l’attente des résultats d’Hull et de Fife. Chose qu’ils ne feront pas puisque Michael Henrich inscrit le seul but du match en prolongations (1-0, a.p.), et Mike Zacharias s’offre un solide blanchissage (33 arrets), de quoi le mettre dans les meilleures dispositions pour les play-offs après une saison mi-figue mi-raisin.

Du côté des Devils, les victoires combinées des Flyers et des Stingrays les font sortir du Top 8, achevant prématurément la saison des Gallois qui s’étaient pourtant hissés dans le carré final la saison passée. Une vraie contreperformance.

Le programme des quarts de finale :
Belfast Giants (1) – Hull Stingrays (8)
Dundee Stars (3) – Fife Flyers (7)
Sheffield Steelers (2) – Coventry Blaze (6)
Nottingham Panthers (4) – Braehead Clan (5)

(Dundee “passe” devant Sheffield au titre de champion de la Gardiner Conference. Les quarts de finale se joueront en match aller-retour).


Le come-back fou de Nottingham !

Entre Belfast et Nottingham, c’est une longue histoire. On retrouvait déjà les deux formations en finale des play-offs la saison passée, avec l’avantage pour les Anglais qui avaient finalement réalisé le « Grand Slam » (vainqueur du championnat, des play-offs et de la coupe).

Cette saison voit une sacrée inversion des rôles ! Déjà auréolés du titre en championnat, les Nord-Irlandais ont donné un triple rendez-vous aux Panthers.

Tout a commencé ce vendredi 21 avec la finale aller de la Challenge Cup. Une compétition que les Panthers ont remportée lors des quatre précédentes éditions. Avantage psychologique ? Pas vraiment en apparence, car la confiance est clairement côté Giants cette saison.

Dans une Odyssey Arena à la merveilleuse ambiance, et sous les yeux de personnalités locales comme la snowboardeuse slopestyle Aimee Fuller, récemment remarquée à Sochi, Belfast jouera cette partie en trombe, bien résolu à prendre le plus bel avantage qui soit avant le match retour. Deux tiers renversants, un dernier beaucoup plus calme et une victoire finale 5-2 pour les Giants, qui prennent un sérieux avantage avant le déplacement au National Ice Centre.

Bis repetita le lendemain, samedi, mais pour une rencontre qui relevait plus de l’exhibition qu’autre chose. Pour le compte du championnat cette fois-ci, le leader Belfast avait à cœur de terminer sa saison de la plus belle des manières à la maison. Quant aux visiteurs, une défaite couplée à une victoire du Clan pouvait leur faire perdre l’avantage de la glace en quarts, une première fictive depuis la saison 2006-2007. Sur la glace, énormément de points communs avec la rencontre de la veille, et un nouveau succès pour Belfast, le 43e en 52 rencontres (5-3). Une saison parfaitement maîtrisée, tandis que les Panthers sauvent leur quatrième place du fait des deux défaites du week-end pour Braehead.

Ce mardi soir se jouait donc la manche retour de cette finale de la Conference Cup. Et il fallait honnêtement chercher loin pour trouver des pronostics favorables aux Panthers, bien qu’un match retour à la maison, au célèbre National Ice Centre (nb : la patinoire de Nottingham est la plus importante de Grande Bretagne, elle reçoit chaque année le carré final des play-offs d’EIHL), laisse augurer quelques espoirs si les jaunes s’en donnent les moyens.

C’est ce qu’ils feront très vite, et à l’issue d’un premier tiers maîtrisé sans avoir outrageusement dominé, les Giants se retrouvent déjà en difficulté, menés de deux buts. La réduction du score par le défenseur Jeff Mason laisse à penser que Belfast a repris le fil mais Eric Werner recreuse l’écart. Il reste alors 20 minutes aux joueurs locaux pour aller combler l’écart au score cumulé, et la délivrance viendra d’un nouveau but en power play (comme trois des quatre buts des Panthers dans la rencontre) par Matt Ryan.

Egalité au score cumulé, et pas de différence faite en EIHL par rapport au nombre de buts inscrits à l’extérieur, place donc à 5 minutes de mort subite qui resteront infructueuses. Le titre se jouera donc aux tirs au but, et à ce petit jeu là un seul joueur trouvera le filet : il s’agit du Tchèque Petr Kalus qui offre la coupe aux Panthers auteurs d’un superbe retour. Ils conservent alors cette Challenge Cup pour la 5e saison consécutive, et privent dans le même temps les Giants de Belfast de la possibilité d’un Grand Slam qui semblait à leur portée.



The Premier League zone

En Premier League aussi se jouait le week-end de clôture de la saison régulière. Rien de très nouveau sous le soleil (ou sous le fog plutôt !). Les quatre favoris ont pris les quatre premières places, mention particulière pour les Phoenix de Manchester qui remportent le titre du championnat, eux qui avaient eu bien plus de mal la saison passée avant de se révéler finalement en séries et de remporter les play-offs. Le héros local Michal Psurny termine meilleur pointeur de la saison avec 95 points. Vainqueurs du championnat la saison passée les Flames de Guildford, l’équipe des anciens Magnusiens Kvetan (Dijon) et Kristoffersson (Mulhouse), terminent à la troisième place derrière le Bison de Basingstoke.

Saison terminée pour les Phantoms de Peterborough et pour les « presque Londoniens » de Slough, qui auront connu beaucoup de mésaventures cette année (utilisation de 6 gardiens différents dans la saison !).

Le programme des quarts de finale :
Manchester Phoenix (1) – Bracknell Bees (8)
Basingstoke Bison (2) – Sheffield Steeldogs (7)
Guildford Flames (3) – Telford Tigers (6)
Milton Keynes Lightning (4) – Swindon Wildcats (5)






Last but not least !


Soulignons en Scottish National League le titre pour l’équipe "réserve" des Capitals d’Edimbourg, après avoir battu à Murrayfield le Storm de Kilmarnock.

La saison régulière de « Moralee Conference » (refonte de la zone Nord de National Ice Hockey League) a également pris fin ce week-end. Les écossais de Solway Sharks, déjà champions de la zone Nord la saison passée, remportent à nouveau le championnat. Rappelons que cette équipe compte dans ses rangs le Slovaque Juraj Senko, qui avait fait une pige à Dijon en 2008-2009. Ils devancent les Hawks de Blackburn et les Stars de Billingham qui complètent le podium.

Quant à la réserve des Titans de Telford, le chemin de croix a pris fin ce dimanche face à Sutton (3-4), une 25e défaite en 28 matchs et 5 petits points au compteur.
(crédit photo : www.togger.co.uk)