Les surprises s'accumulent en Allemagne

Pas une seule tête de série n'est passée pour l'instant lors des play-offs de DEL.
 
Après l'élimination de Berlin et Munich en "pré-playoffs", les quarts de finale sont tout aussi surprenants. L'avantage de la glace n'aura déjà servi à rien pour deux clubs, éliminés ce soir par 4 victoires à 1.
 
Krefeld, deuxième de la saison régulière, avait battu Ingolstadt après une série houleuse au même stade l'an passé. Il a subi la revanche des Bavarois, vainqueurs ce soir par un but de Thomas Greilinger à sept minutes de la fin. Ce talent insondable, à qui son corps a souvent joué des tours, a retrouvé sa forme juste au bon moment pour les play-offs, où il compte déjà 11 points en 8 rencontres.
 
Mais le choc de ce quart de finale, c'était l'affrontement entre Mannheim et Cologne. Le KEC a passé une longue partie de la saison en tête, paraissant extrêmement solide avant de piétiner dans les deux derniers mois. Il s'était donc fait doubler par les Adler, devenus défensivement redoutables depuis l'arrivée de Hans Zach au Nouvel An. Sauf que sa tactique habituelle de la muraille à la ligne bleue n'a servi à rien en play-offs : en panne dans la construction du jeu, et en particulier en powerplay, Mannheim n'a inscrit que 6 buts en 5 matches. Bilan : une seule maigre victoire, arrachée en seconde prolongation.
 
Nuremberg, porté par les deux meilleurs joueurs de la saison régulière (Patrick Reimer et Steven Reinprecht), a été mené 3 manches à 1 par Wolfsburg, mais a un peu réduit l'écart hier en remportant sa seconde victoire (6-2) avec six buts... de la deuxième ligne. Elle s'est substituée au duo-vedette, qui n'a tenu sa réputation que dans un seul match de la série (l'autre victoire franconienne).
 
Cette hécatombe de favoris pourrait faire l'affaire de Hambourg. Débarrassé de ses deux bêtes noires (Ingolstadt et Berlin), le vainqueur de la saison régulière a cependant été mené 2 victoires à 1 par le "petit" Iserlohn, dont tout le monde se méfie à cause de la pression de son public extrêmement fervent. Les hommes de Benoît Laporte y ont même subi un vacarme devant leur hôtel à 1h30 du matin pour les empêcher de dormir... et ont répondu sur la glace par une victoire 4-0. Ce soir, ils ont repris l'avantage dans la série (3 à 2) en gagnant 3-1 ce soir, mais dans la douleur, avec un but décisif de Mathieu Roy à cinq minutes de la fin et un dernier but en cage vide. Le championnat d'Allemagne commenté.