Brest2 - AC Boulogne-Billancourt (Division 3, Quart de Finale)

L’ACBB en favori

Une semaine après avoir subi la première relégation sportive de l’équipe fanion de son histoire, la vie continue au club des Albatros de Brest. Discrètement, l’équipe réserve évoluant en Division 3 est toujours en course pour l’accession au « Final Four ».

Nullement perturbée par un changement d’entraîneur en cours de saison (Bruno Maynard a été remplacé par Sami Wikstrom), la très jeune équipe brestoise a réalisé une splendide fin de saison régulière. Enchaînant quatre succès consécutifs, ils ont décroché in-extremis la qualification aux play-off  qui leur avait échappé de peu l’an passé. Cette fois, c’est bien Courbevoie2 qui reste à la porte.

L’objectif de qualification étant rempli pour une équipe servant essentiellement à donner du temps de jeu et aguerrir les jeunes pousses locales, les matchs à venir ne sont que du bonus. De manière un peu inattendue, la réserve brestoise est parvenue à faire chuter de fort belle manière les Diables Rouges valenciennois en huitième de finale.

L’aventure se poursuit donc et l’adversité va crescendo. L’AC Boulogne-Billancourt se dresse maintenant sur le parcours brestois. L’illustre club au maillot « rétro » digne de sa date de création (1954) a connu une saison nettement plus tranquille. Survolant largement la poule A avec 13 victoires (dont un 7-3 et 5-2 face à Brest2) et un match nul, ils sont un des favoris pour la montée en Division 2.

Composés d’une ancienne doublure de Ligue Magnus dans les cages (Franck Constantin) et de plusieurs joueurs à l’expérience de Magnus, Division 1 et 2 (respectivement Benoît Paillet, Yann Guyot, Anthony Becaglia), les Tigres boulonnais partent favoris dans ce quart de finale ouvrant les portes au carré final.

Certes, certains joueurs brestois ont pu fouler sporadiquement les glaces de Division 1, voire de Ligue Magnus cette saison, mais en ayant uniquement un rôle de complément. Une exception notable, le renfort de dernière minute de Gaëtan Cannizzo, titulaire en équipe une. L’international espoir est un renfort bienvenu pour la défensive bretonne face au potentiel offensif des Tigres. Auteur d’une bonne première saison en Ligue Magnus, il est le point d’ancrage d’une base arrière tournant à seulement quatre défenseurs pour ce match.

Le match s’amorce par un round d’observation d’une demi-douzaine de minutes où l’ACBB tente de prendre le dessus en balançant au fond tout en essayant d’être premiers sur le palet par leur supériorité technique et leur vitesse.

Les choses se débloquent sur la première prison du match sifflée à l’encontre du capitaine Anthony Becaglia (6’23’’). Brest ne profite nullement de la supériorité numérique au contraire. Coupable de deux mauvaises relances finissant directement dans une crosse adverse, Brest ne peut empêcher Ian Fellbom d’ouvrir le score sur un lancer en pivot en infériorité numérique (0-1 à 6’56’’).

C’est encore une passe directe à l’adversaire qui force le gardien breton Benoît Le Quemener à faire un arrêt couché à bout portant sur Léonard Schue (11’25’’). Des erreurs qui peuvent coûter très cher et qui ont déjà coûté un but.

Karl Gourgand avait déjà fait bonne impression lors de la saison 2008-2009 au Rïnkla stadium du temps où il évoluait en Division 2 avec les Peaux-Rouges d’Evry. S’il n’a rien perdu de sa technique, il lui manque encore un petit quelque chose pour la finition. Profitant de sa vitesse pour déborder la défense brestoise, il voit sa tentative s’écraser sur le poteau (16’10’’).

Constantin est enfin sérieusement mis à contribution en fin de tiers par la paire Yann Bourhis-Jérémy Cormier mais ce dernier ne peut reprendre au dernier moment un palet errant. Dommage car le portier des Tigres étaient hors-position (17’). Les locaux terminent le tiers-temps par une infériorité numérique qui est bien gérée et tuée à l’entame de la deuxième période (20’03’’).

Hormis les déchets dans les relances en sortie de zone défensive, les jeunes Albatros ont montré quelques bonnes combinaisons pour créer des contres. Ainsi, un jeu à une touche de palet rapidement exécuté propulse Oscar Chapron en échappée avec un défenseur boulonnais sur ses talons. L’attaquant brestois tente en vain de conclure du revers mais Constantin ferme la porte (22’20’’).

La réussite se refuse à l’un mais sourit à un autre, Uy Nam Duong en l’occurrence qui parvient d’un palet lobé à tromper Le Quemener après un cafouillage devant l’enclave (0-2 à 23’17’’). Brest ne profite pas de l’obstruction de Kevin Lanson sanctionnée peu après le but du break (23’39’’). Trop peu de tirs sont en effet portés sur le but de Constantin pour tromper sa vigilance.

Les Albatros sont malgré tout de plus en plus pressants et même dominants dans ce tiers médian mais l’efficacité fait clairement défaut. Se découvrant davantage, ils sont aussi plus vulnérables aux contres adverses mais les Tigres sont de plus en plus discrets et subissent les assauts adverses. Gaëtan Cannizzo n’hésite pas à se porter à l’offensive et crée une brèche qui lui permet de décaler le palet pour Oscar Chapron qui tente un tir en course mais ne trouve pas le cadre (33’46’’).

Même à quatre (prison de Le Neuresse à 36’52’’), Brest manque de peu le but par Cormier après un bon poke-check de Yoann Pobbubni (38’). Mais ce deuxième tiers est définitivement l’apanage des occasions stériles pour les Albatros.

Une inefficacité qui vole en éclat quinze secondes après le démarrage de l’ultime période. Les Tigres de l’ACBB sont pris à froid par le centre de Cormier qui trouve Oscar Chapron. Ce dernier fait mouche en profitant d’un but laissé ouvert par Constantin (1-2 à 40’15’’). La réaction boulonnaise est tout aussi rapide. Fellbom posté derrière le but de Le Quemener parvient à trouver Schue en retrait qui glisse le palet entre les jambières du cerbère brestois (1-3 à 40’25’’).

Bien trop naïfs, les Bretons n’ont pas profité bien longtemps de la dynamique qu’ils tentaient d’insuffler en marquant leur premier but. Les efforts d’un Cannizzo qui semble omniprésent en attaque et en défense créent quelques opportunités mais l’indiscipline prend bientôt le dessus pour son équipe.

Heureusement pour eux, leur jeu d’infériorité est plus convaincant et empêche le néo-défenseur Benoît Paillet et l’attaquant vedette Yann Guyot d’alourdir le score (43’31’’). L’ACBB s’est ressaisi après un deuxième tiers plus terne et presse des Brestois ne tournant plus qu’à deux lignes. Le plastron de Le Quemener dit non aux tirs des inévitables Gourgand et Fellbom (48’30’’ et 50’20’’).

Très présent dans ce match, Oscar Chapron effectue un bon revers qui finit dans la mitaine de Constantin (53’07’’). L’attaquant gâche son match quinze secondes plus tard en effectuant une mauvaise charge dans le dos qui blesse le joueur de l’ACBB et lui vaut un 5’+20’ synonyme d’expulsion immédiate (53’22’). Tardant à regagner le vestiaire, l’arbitre Stéphane Phelippe ira même jusqu’à interrompre le match en attendant qu’il disparaisse du banc de son équipe (54’05’’).

Réduit à quatre pendant cinq minutes par cette punition majeure incompressible, le cinglage de Sacha Grimshaw (54’34’’) n’arrange pas les choses pour Brest. En double supériorité, l’occasion est belle pour l’ACBB de s’offrir un matelas plus confortable avant de regagner leurs pénates. L’essai est conclu par une passe décalée de Fellbom reprise de volée au second poteau par Léonard Schue pour un doublé personnel (55’24’’ à 1-4).

L’avance boulonnaise s’arrête à trois buts. Une issue logique pour l’ACBB qui fait office de favori dans cette série et même dans la division. Les bonnes intentions brestoises n’auront pas suffit. À force de manquer de réussite par des tirs mal ajustés ou trop peu dangereux, les Albatros ont fini par tomber dans la frustration et paient leur indiscipline en fin de match.

Il reste le match retour à disputer mais il paraît difficile aux Bretons d’inverser la balance face à un adversaire qui n’a pas perdu un seul match cette saison. Brest ira de toute façon sans pression en région parisienne dans le seul but de pratiquer du bon hockey et se faire plaisir. Le contrat est d’ores et déjà rempli.



Brest2 – AC Boulogne-Billancourt 1-4 (0-1, 0-1, 1-2)
Samedi 29 mars 2014 à 18h40 au Rïnkla Stadium. 257 spectateurs.
Arbitrage de Stéphane Phelippe assisté de Nicolas Gestin.
Pénalités : Brest2 37' ( 2', 4’, 6’+5’+20’), ACBB 18’ ( 2', 4’, 12’).
Évolution du score :
0-1 à 06’56’’ : Fellbom (inf. num.)
0-2 à 23’17’’ : Uy Nam Duong
1-2 à 40’15’’ : O. Chapron assisté de Cormier et Bourhis
1-3 à 40’25’’ : Schue assisté de Fellbom et Guyot
1-4 à 55’24’’ : Schue assisté de Fellbom (sup. num.)


Brest2

Gardien : Benoît Le Quemener.

Défenseurs : Sacha Grimshaw – Clément Gonzales ; Maxime L’Arvor (A) – Gaëtan Cannizzo.

Attaquants : Jérémy Cormier (C) – Yann Bourhis – Oscar Chapron ; Jérémy Le Neuresse – Marlo Chapron – Yoan Poddubny ; Maxime Souet – Yann Tephany – Mathieu Carrasco-Leiva.

Remplaçants : Clément Tanguy (G), Alexis Gerbet, Baptiste Gauthier. Absents : Dimitri Motreff, Anthony Callec, Owen Guibert, Nicolas Medina, Aldwin Bahro, Guillaume Bellec.

AC Boulogne-Billancourt

Gardien : Franck Constantin.

Défenseurs : Kevin Lanson – Louis Orlowski ; Benoît Paillet – Alois Gallet (A) ; Warren Dermidjian – Xavier Le Garrec.

Attaquants : Anthony Becaglia (C) – Christophe Jolly – Karl Gourgand ; Léonard Schue – Yann Guyot – Ian Fellbom ; Julien Libat – Thomas Ramonatxo – Uy Nam Duong.

Remplaçant : Erwan Sergeant (G). Absents : Antoine Motte, Simon Fellbom, Anthony Daguerre, Vincent Boucicot.