Lyon - Bordeaux (Division 1, Finale, match 2)

Gagner pour confirmer les bonnes intentions !

Après une bonne entame de série hier, les Lyonnais, vainqueurs 4-1 du match 1, reçoivent de nouveau Bordeaux pour le match 2. Entre hier et aujourd'hui, le coach lyonnais a dû recomposer ses lignes défensives, Radovan Trefny étant hors jeu à cause d'une épaule luxée. Côté bordelais, Martin Lacroix a décidé de retravailler ses lignes, séparant notamment Desrosiers et Brodeur. On s'attend à un match intense, les Bordelais ayant déjà utilisé un joker avec leur défaite au premier match.

Les Boxers ne réitèrent pas l'erreur d'hier, et rentrent tout de suite dans le match. Beaucoup d'intensité dès l'entame, les mises en échec sont appuyées et les joueurs se rendent coup pour coup. Les deux formations montent tour à tour le palet en zone offensive, cherchant la faille dans la défense adverse. Les deux gardiens de but gardent le fort, et les quelques tirs sont déviés ou arrêtés sans grande difficulté.
 
La donne change lorsque Bordeaux se trouve pour la première fois ce soir en supériorité numérique suite à une faute de Miro Kristin sur Zemva. Bordeaux s'installe en zone offensive, Millerioux contre le lancer de Brodeur, Mariage tire à côté, et les Lyonnais finissent par se dégager. Paquin reprend le palet, passe à Majercak qui lance à l'entrée de la zone, le palet tape le casque de Matej Kristin et retombe, finissant sa course au fond du but. Le défenseur lyonnais tente de ressortir le palet, mais il a déjà franchi la ligne lorsqu'il le repousse de la crosse. Matej Kristin reste à genoux devant sa cage, et fait appel au personnel médical pendant que les arbitres discutent. Le but est accordé, François Dusseau appelle l'arbitre qui refuse de venir (6'22", 0-1). Kristin change de masque, le sien ayant été endommagé.
 
L'ouverture du score bordelaise réveille les Lyonnais, et Franck, puis Millerioux et Gillet tirent sur le but bordelais, où Gasnier veille, impeccable en ce début de match. L'intensité monte, et les deux formations finissent par commettre des fautes. À 9'57", trois joueurs sont sanctionnés, Brodeur, Zelinska et Laberge. Le jeu reprend à cinq contre quatre, et les Lyonnais s'installent à leur tour en zone bordelaise. To-Landry par deux fois échoue sur Gasnier, puis Styf lance, dévié par Zemva. Les Bordelais arrivent à se dégager, mais les Lyonnais reprennent le contrôle du palet, Franck à l'entrée de la zone laisse à Kristin dans le slot, dont le tir masqué par Franck, qui avait continué sur sa lancée, trouve le fond du filet (10'30", 1-1).
 
Moins d'une minute plus tard, Bordeaux est à nouveau sanctionné et Lyon s'installe de nouveau en zone offensive. Malgré une bonne défense bordelaise, Olsson, derrière le but des visiteurs, passe à Kristin à 2 mètres du but, qui envoie un slap au fond, Gasnier ne peut rien faire à bout portant (12'30", 2-1).
 
Bordeaux reprend de plus belle, multipliant les mises en échec sur les Lyonnais, mais a du mal à s'installer en zone offensive, jusqu'à ce que Brodeur tire. Kristin arrête de la jambière, Brodeur prend le rebond et percute Kristin sur sa lancée. Martin Obuch prend un tir à la bleue, Matej Kristin dévie le shoot, Lyon relance par To-Landry à la droite de la cage, il croise pour Lebey à gauche, qui redirige le palet au fond (13'52", 3-1). Ça brasse devant la cage bordelaise, et deux visiteurs sont sanctionnés, dont Savage 10 minutes pour méconduite. Le jeu reprend à 5 contre 4.
 
Les Lyonnais continuent le pressing en zone offensive, ils tournent autour du but bordelais et enchaînent les tirs. Gillet passe à Olsson au centre qui tire, Gasnier laisse le palet libre, Laberge prend le rebond, repoussé à nouveau par Gasnier, mais Kristin est tout seul au second poteau et marque son troisième but ce soir, en cage ouverte (15'11", 4-1). À peine le jeu relancé, les Bordelais sont de nouveau sanctionnés, par Savage qui prend 2'+10' pour charge avec la crosse. Les Lyonnais ne parviennent pas à mettre à profit cette nouvelle supériorité numérique, et malgré une bonne présence offensive, le score n'évolue plus, Gasnier enchaînant les gros arrêts.
 
Les trente minutes de pénalité sifflées contre Bordeaux dans ce premier tiers ont vraiment mis un frein à leur bonne entame de match. De leur côté, les Lyonnais ont su concrétiser ces supériorités numériques par trois fois, faisant oublier leur faible jeu de puissance en saison régulière.

Le deuxième tiers débute, à l'image de la fin du premier, avec deux formations offensives. Desrosiers intercepte une passe, part tout seul en contre, passe Millerioux et tire, trouvant la jambière de Kristin. Les Lyonnais, qui continuent leur marche en avant, pressent les Boxers, Laberge, du bout de la crosse, contrôle le palet et le pousse pour Olsson qui se retrouve tout seul face au but et dévie le palet au fond (22'52", 5-1).

Les Bordelais, piqués au vif, augmentent encore l'intensité avec de grosses mises en échec. Les Lyonnais ne se laissent pas faire mais ne répliquent pas pour autant. Les Boxers pressent les Lyonnais, une première relance hasardeuse de Kristin laisse la cage ouverte, un défenseur se mettant devant le palet pour éviter le but, Brodeur repart quelques secondes plus tard en break avec Horrut, Kristin fait un gros arrêt en se couchant sur le palet. Les Lyonnais relancent mais les Boxers reprennent le contrôle du palet par Paquin qui tire de l'entrée de la zone, Brodeur rate le rebond et Kristin se couche sur le palet. La pression monte sur le but lyonnais jusqu'à ce que Zeliska à gauche passe à Brodeur devant la cage, qui passe le palet dans un trou de souris au deuxième poteau (28'39", 5-2).
 
Les Lyonnais multiplient ensuite les infériorités numériques. Matej Kristin doit enchaîner les arrêts, mais la défense lyonnaise ne facilite pas l'installation des visiteurs en zone offensive. Alors que la pénalité de Laberge arrive à son terme, Lebey sort le palet de la glace et est sanctionné pour retard de jeu. Bordeaux a donc encore deux minutes en supériorité numérique mais ne trouve pas de solution face à une défense et un gardien lyonnais solides. La pénalité contre Lebey se termine alors que Biniek intercepte un palet et part tout seul en contre. Obuch le fait trébucher mais Lebey reprend le palet au niveau de la bleue, tire sur Gasnier qui dévie, et Kristin au rebond rate la cage. Obuch est sanctionné de deux minutes. Les gones s'installent de nouveau en zone offensive, un contre bordelais finit sur la botte de Kristin, les Lyonnais repartent de suite en zone offensive, et en cage ouverte le tir lyonnais est miraculeusement repoussé par Gasnier puis contré par Paquin qui retient le geste de l'attaquant.
 
Une charge contre la bande de Boubé sur Figon-Gage, puis une obstruction de Savage permettent à Lyon d'évoluer en double supériorité numérique pendant 44 secondes puis à cinq contre quatre jusqu'à la fin du tiers, mais les tirs lyonnais ne sont pas cadrés et le score n'évolue plus.
 
Il reste 30 secondes de supériorité numérique aux Lyonnais pour débuter cette dernière période, et ils s'installent directement en zone offensive. Ce début de période va très vite, trop vite même, et les Lyonnais sont sifflés deux fois en l'espace de 30 secondes, Jules Breton pour une charge contre la bande sur Cadren, et Gillet pour faire trébucher sur Desrosiers. Bordeaux est en double supériorité numérique, et compte bien saisir l'occasion pour revenir au score. Les Boxers s'installent en zone offensive, avec un tir de Paquin qui passe au dessus de la cage, et les Lyonnais dégagent. Les Bordelais se réinstallent, mais Biniek parvient à dégager à son tour. Majercak passe à Brodeur, qui tire, sur le rebond laissé par Kristin, Dufek fait la faute sur Desrosiers, dont la crosse touche Dufek en tombant. Les deux joueurs sortent deux minutes et le jeu continue à cinq contre trois pour quelques secondes.
 
De retour à cinq contre cinq, le public assiste à quelques minutes durant lesquelles le jeu s'accélère encore. Les actions offensives s'enchaînent mais le jeu n'est pas suffisamment construit et les deux camps tirent trop vite pour être réellement dangereux, les palets volent autour des buts. Une faute de Zeliska sur Kristin change l'équilibre, permettant à Lyon d'évoluer une nouvelle fois en supériorité numérique. Quatre petites secondes de supériorité sont suffisantes pour que Lebey reprenne une passe de Styf par un slap qui passe entre Gasnier et son deuxième poteau, au ras de la glace (50'26", 6-2).
 
Dans ce tiers marqué par les pénalités, Styf est sanctionné une minute plus tard pour cinglage. Bordeaux s'installe aussitôt en zone offensive et les tirs se mettent à pleuvoir, d'abord deux slaps de Desrosiers de la bleue, déviés par Kristin, puis un missile de Paquin, de la bleue encore, arrêté par Kristin. Zemva tire encore et les Lyonnais reprennent le palet, avec Olsson qui part tout seul en contre, prend un premier tir, puis son rebond qui est arrêté par Gasnier. Les Lyonnais continuent sur leur lancée, tournant autour de la cage bordelaise et profitant de toutes les occasions pour partir en contre. Dufek prend un tir sur le but bordelais, que Gasnier arrête facilement, et à la mise au jeu, Gillet à la bleue passe en face à Millerioux qui tire, son lancer est repris par To-Landry, le palet passe le long de la jambière de Gasnier et finit au fond (55'51", 7-2).
 
Le match n'est pas terminé pour autant, et locaux et visiteurs continuent à construire leur jeu, les tirs ne sont cependant pas dangereux, la plupart passant à côté ou au-dessus des cages. Le public se fait entendre dans la dernière minute, et c'est l'ovation pour les Lyonnais au coup de sifflet final.
 
Les Lyonnais ont fait le nécessaire avec la manière dans ces deux matchs et ont montré qu'ils avaient ce qu'il fallait pour la montée en Magnus. Le souvenir de la finale perdue l'an passé contre Brest semble bien lointain, le jeu de puissance est enfin largement au niveau, les Lions se déplaceront donc à Bordeaux en solides leaders de cette série. Quant aux Boxers, ils ont couru après le score, et ce malgré leur premier but . L'indiscipline leur a coûté très cher (4 buts ce soir) et il va leur falloir montrer un autre visage mardi pour revenir face à des Lyonnais conquérants. Même si les Lions doivent aller chercher une victoire à Mériadeck, ce qu'ils ont déjà fait en saison régulière.
 
Etoiles du match : Etienne Brodeur (Bordeaux), Miroslav Kristin (Lyon)
 
 
Lyon – Bordeaux 7-2 (4-1, 1-1, 2-0)
Dimanche 30 mars 2014 à 17h30 à la patinoire Charlemagne, Lyon. 2 937 spectateurs.
Arbitrage de Marie-Tjana Picavet assistée de Jérémy Kahli et Gabriel Pointel.
Pénalités : Lyon 16' (4', 4', 8'), Bordeaux 40' (30', 6', 4')
 
Evolution du score :
0-1 à 06'22" : Majercak assisté de Paquin  et Savage (sup. num.)
1-1 à 10'30" : Miroslav Kristin assisté de Gillet et Franck (sup. num.)
2-1 à 12'30" : Miroslav Kristin assisté d'Olsson et Laberge (sup. num.)
3-1 à 13'52" : Lebey assisté de To-Landry et Gillet
4-1 à 15'11" : Miroslav Kristin assisté de Laberge et Olsson (sup. num.)
5-1 à 22'52" : Olsson assisté de Laberge
5-2 à 28'19" : Brodeur assisté de Zeliska et Picot
6-2 à 50'26" : Lebey assisté de Styf et Biniek (sup. num.)
7-2 à 55'51" : To-Landry assisté de Millerioux et Gillet
 
 
Lyon
 
Gardien : Matej Kristin.
 
Défenseurs : Oliver Styf - Martin Dufek ; Aymeric Gillet - Martin Millerioux (C) ; Jules Breton.
 
Attaquants : Alexander Olsson - Jonathan Laberge - Miroslav Kristin ; Julien Lebey - Nicolas Biniek - Vikhaël To-Landry ; Elie Raibon - Timothée Franck - Frédéric Figon-Gage.
 
Remplaçants : Adrien Morel-Hervillard (G), Thomas Lapointe, Mathieu Touveron, Charly Cirgues, Léo Girod, Arnaud Magallon. Absent : Radovan Trefny (luxation de l'épaule droite).
 
Bordeaux
 
Gardien : Mickaël Gasnier
 
Défenseurs : Jan Majercak - François Paquin (A) ; Maximilien Tromeur – Cyril Boubé ; Martin Obuch – Antoine Picot
 
Attaquants : Romain Horrut – Lukas Zeliska – Etienne Brodeur ; Andrej Zidan – Vincent Cadren – Raphael Larrieu; Francis Desrosiers (A) – Dejan Zemva – Jean-François Savage (C) ; Thomas Paradis, Nicolas Mariage
 
Remplaçants : Antoine Becquet (G), Robin Jaffeux. Absents : Sebastien Ylönen (rupture des ligaments de la cheville), Fredrik Dratzen (haut du corps).