Briançon - Angers (Ligue Magnus, finale, match 5)

La tension monte peu à peu dans cette finale inédite de Ligue Magnus entre deux clubs jamais titrés.
 
Briançon a assumé le statut de favori avec deux larges victoires, mais à chaque fois, Angers a répliqué le lendemain. Cette cinquième rencontre donnera une "balle de match" au vainqueur, qui se rapprochera plus près que jamais du sacre tant espéré. Les Diables rouges enregistrent le retour de Jimmy Jensen et renforcent donc leur avantage en profondeur d'effectif, en plus de compter sur leur public chauffé à blanc dans une patinoire comble.
 

Durant toute cette finale, l'équipe qui a ouvert le score est toujours sortie gagnante. C'est dire l'importance de ne pas prendre des pénalités peu recommandables. C'est pourtant le cas quand Tim Crowder fait trébucher Golicic qui remonte le palet. Luciano Basile aligne un powerplay à cinq attaquants, avec Ankerst et Labrecque pour tenir la bleue, mais sans forcer la "boîte" angevine, à accès VIP très réduit.
 
Briançon gêne la défense adverse par un pressing à deux, et récupère souvent les palets contrés, ce qui lui assure un certain monopole du jeu. Angers a des occasions plus sporadiques mais pas moins dangereuses. Gaborit vole ainsi le palet à Bisaillon et sert en retrait Henderson lancé vers la cage.
 
Un surnombre local est suivi d'un cinglage grossier de Szélig derière la cage qui fait perdre sa crosse à Skinnars : 1'13" à cinq Angevins contre trois ! Un manque de vitesse et des contrôles approximatifs ruinent pourtant cette opportunité exceptionnelle pour les Ducs. Et c'est donc Briançon qui convertit un passage en prison de Campbell : le décisif Danny Kearney, déjà auteur d'un quadruplé au premier match de cette finale, signe un tir parfait en angle fermé, dans le haut du filet (1-0, 14'49"). Avant même de penser à égaliser, Angers, trop indiscipliné, doit tuer deux autres pénalités de Fortier et de Busto. Son gardien Florian Hardy repousser des lancers de Bisaillon (avec le casque) et Bernier à mi-distance.
 
Il reste encore une minute d'avantage numérique aux Briançonnais au retour des vestiaires. Ils travaillent avec acharnement sur un rebond, dans une forêt de crosses. Le palet écarté est récupéré par Bostjan Golicic dont le tir soudain en pivot se fraye un chemin inattendu entre les bottes de Hardy (2-0, 20'38"). Les Ducs obtiennent immédiatement un powerplay pour un palet envoyé par-dessus le plexi par l'Angevin de naissance Mathieu Jestin. En infériorité, Damien Raux se procure une occasion, puis soulève proprement la crosse de Crowder servi au second poteau. La sanction se renverse, avec cette fois un ex-Briançonnais qui pénalise Angers (Levêque). Il est rejoint par Golicic, sévèrement pénalisé pour un coup de crosse dans la jambe. Ce 5 contre 3, d'une durée encore plus longue que le précédent (1'19"), est encore vendangé et s'achève symboliquement par une glissade de Michael Busto en contrôle du palet à la ligne bleue. Le jeu des Ducs ne tient plus debout...
 
En supériorité, à égalité ou en infériorité numérique, c'est Briançon qui contrôle la glace et le palet. Florian Hardy maintient tant qu'il peut son équipe à flot, en repoussant du bras droit un tir de Matthieu Frecon, et avec un dernier arrêt face à Pierre-Antoine Devin dans les dernières secondes.
 

Il reste encore un tiers-temps, et Angers revient sur la glace avec un autre état d'esprit. Danny Kearney part en prison pour crosse haute, et les Ducs se montrent enfin dangereux en jeu de puissance, avec en particulier un lancer lointain de Johan Skinnars sur la barre transversale. Mais tous les maux angevins ne sont pas guéris, et en particulier ceux de Tim Crowder en grande difficulté ce soir : sa mauvaise passe en zone neutre offre un breakaway en infériorité à Mathieu Frecon, qui ne parvient pas à conclure sa feinte sur son revers.
 
Les arbitres sifflent toujours beaucoup de part et d'autre, ce qui pourrait bénéficier à l'équipe en retard à la marque. Rohat est en prison pour un coup de coude revanchard en zone offensive après avoir été chargé dans la bande, puis Bernier retient une crosse angevine. Mais les hommes de Simon Lacroix n'ont toujours pas la clé en jeu de puissance. Ils grattent bien le palet en fond de zone, mais créent peu de trafic devant un Ronan Quemener bien placé et serein dans ses interventions.
 
Dans le bruit assourdissant imposé par les supporters briançonnais, Angers peine à gérer la fin de match. Un temps mort demandé trop tard est refusé à Simon Lacroix, et Hardy ne sait pas trop quand sortir. Lorsque Brian Henderson se laisse aller à charger Ankerst dans le dos en zone offensive, on se dit que cette faute condamne Angers. Mais sur l'engagement, Dave Labrecque est sanctionné pour un cinglage. Du coup, on retourne engager dans la zone briançonnaise, avec cinq joueurs de champ pour les Ducs. Mais ils ne sont pas meilleurs qu'avant dans cet exercice.
 
Ce match s'est décidé sur les unités spéciales. Les meneurs de l'attaque briançonnaise ont contrôlé le palet en supériorité numérique et ont fait la décision, avec en chef de file Danny Kearney qui a étalé toute sa classe technique. Les joueurs d'énergie, notamment le duo de quatrième ligne Rohat-Frecon, ont été très précieux en infériorité numérique.
 
Dominé comme à chaque "match impair", Angers pourra-t-il réagir encore une fois ? Cette fois, on ne remet pas le couvert demain, mais dans trois jours et en se déplaçant sur la petite glace du Haras, où Briançon espère atteindre son nirvana.
 
Commentaires d'après-match (sur L'Équipe 21)
 
Ronan Quemener (gardien de Briançon) : "Il fallait qu'on gagne pour reprendre l'avantage. On a été très sérieux défensivement, on a mis deux buts en powerplay, mais on a pris trop de pénalités à la fin qui ont gâché un peu notre plaisir. Cette soirée donne des frissons, il faut qu'on revienne avec la coupe pour avoir la même ambiance."
 
 
 
Briançon - Angers 2-0 (1-0, 1-0, 0-0)
Mardi 1er avril 2014 à 20h00 à la patinoire René-Froger. 2162 spectateurs.
Arbitrage de Nicolas Barbez et Bruno Colleoni assisté de Pierre Dehaen et Yann Furet.
Pénalités : Briançon 18' (4', 6', 8') ; Angers 16' (8', 4', 4').
Tirs : Briançon 34 (12, 18, 4) ; Angers 32 (8, 9, 15).
 
Évolution du score :
1-0 à 14'49" : Kearney assisté d'Ankerst et Labrecque (sup. num.)
2-0 à 20'38" : Golicic assisté d'Ankerst et Kearney (sup. num.)
 
 
Briançon
 
Gardien : Ronan Quemener.
 
Défenseurs : Richie Crowley - Sébastien Bisaillon ; Florian Chakiachvili - Mathieu Jestin ; Viktor Szelig - Teddy Trabichet.
 
Attaquants : Denny Kearney - Dave Labrecque - Marc-André Bernier ; Jimmy Jensen - Jaka Ankerst - Bostjan Golicic ; Lionel Tarantino - Damien Raux - Pierre-Antoine Devin ; Sébastien Rohat - Matthieu Frecon - Gasper Cerkovnik.
 
Remplaçants : Aurélien Bertrand (G), Thibault Farina, Cédric Di Dio Balsamo.
 
Angers
 
Gardien : Florian Hardy.
 
Défenseurs : Gary Lévêque - Michael Busto ; Andrej Mrena - Cédric Custosse ; Florent Aubé - Frederik Borjesson.
 
Attaquants : Johan Skinnars - Éric Fortier - Tim Crowder ; Jonathan Bellemare - Braden Walls - Cody Campbell ; Julien Albert - Brian Henderson - Robin Gaborit ; Tomas Baluch.
 
Remplaçants : Alexis Neau (G), Damien Sanchez, Paul Bahain, Léonard Nalliod-Izacard, Alexis Crosnier.