KHL (Conférence Ouest, finale, match 1)

À Prague, les Lev (Lions) avaient récupéré leur gardien titulaire devant la cage, l’expérimenté Finlandais, Petri Vehanen (36 ans, ex-international, champion du monde en 2011, vainqueur de la coupe Gagarine en 2010), pour affronter, devant 5834 spectateurs, le surprenant Lokomotiv Yaroslavl, qui pouvait se targuer d’avoir éliminé les deux favoris à l’ouest, le tenant du titre et leader de la conférence, le Dynamo de Moscou, et son dauphin le SKA St-Pétersbourg !

Les Tchèques complètent un peu plus leur échec avant dans le premier tiers. Dans le même temps, ils se précipitent un peu. Heureusement, leurs unités spéciales vont être remarquables. À la fois en défense où ils tuent deux pénalités. Et en attaque, où ils ouvrent le score par l’arrière champion du monde 2010 Ondrej Nemec d’un tir frappé de la pointe (1-0 à 14’14). Moins de 45 secondes, plus tard, Prague réussit le KO en doublant la marque par Jakub Klepis, un autre champion du monde 2010, par un tir des poignets de loin lorsque le portier de Yaroslavl était complétement masqué  (2-0 à 14’59).

Dans le deuxième vingt, le Lokomotiv a dominé. Mais les défensives n’ont pas accordé de bonne position de tir. Les gardiens ont fait leur boulot.  Petri Vehanen, celui de Prague, a été imbattable. Ses escouades de box-play ont repoussé deux autres infériorités et Prague mène toujours de deux buts à l’entame de la dernière période.

Une dernière période que les visiteurs de Yaroslavl ne vont pas bien gérer. En effet, leur très jeune défenseur de la troisième ligne, Ilya Lyubushkin, sera sanctionné d’une pénalité majeure pour une charge à la tête de Lukas Cingel un attaquant du quatrième trio adverse (46’27). Néanmoins ses coéquipiers résisteront à un homme de moins pendant 5 minutes. Ils s’opposeront derechef pendant 2 minutes cette fois quand Igor Musatov cirait le banc de leur geôle (52’30). Si défensivement, le Lokomotiv maîtrise désormais la situation, il ne trouve toujours pas la solution au cadenas tchèque et à son gardien  Petri Vehanen (32 arrêts). Même sur un nouveau power-play. Lorsque le Finlandais Niko Kapanen aggrave le score, d’abord en chipant  la rondelle à Galimov, puis en se saisissant de son propre rebond au nez et à la barbe de 4 défenseurs adverses, les carottes de Yaroslav étaient cuites dans ce premier match de la série (3-0 à 58’02). Le gardien canadien du Lokomotiv, Curtis Sanford (20 arrêts), excédé parfois d’être autant voilé dans ce match au point de charger dans le dos Michal Repik (51’42), n’est pas remplacé par un attaquant supplémentaire.

Grâce à un blanchissage de Petri Vehanen, bien secondé par ses défenseurs, les deux Canadiens  Marc-André Gragnani, Nathan Oystrick et le buteur Nemec, et des attaquants complets comme le joueur de centre finlandais Niko Kapanen, le Suédois Martin Thornberg ou le Canadien Justin Azevedo, le Lev Prague s’est octroyé le premier point de la série avant de recevoir de nouveau le Lokomotiv Yaroslavl dans deux jours.

Commentaires d'après-match

Kari Jalonen (entraîneur du Lev Prague) : "C'était important de bien commencer la série, et nous l'avons fait. Nous avons bien joué dans toutes nos lignes, surtout en défense. Je suis satisfait du combat de mes joueurs. J'espère que nous serons capables de continuer à ce niveau."

Dave King (entraîneur du Lokomotiv Yaroslavl) : "Nous devrons nous montrer bien meilleurs si nous voulons que cette série dure. Nous essaierons d'améliorer notre jeu au deuxième match. Ce match s'est décidé dans les unités spéciales. Nous avons pris beaucoup de pénalités. Nous n'avons pas concrétisé nos avantages numériques, ils ont très bien joué en powerplay."

 

Précédemment dans la conférence ouest :

Lokomotiv Yaroslavl avait éliminé le SKA St-Pétersbourg par quatre victoires à deux (1-0 ; 4-5pr ; 4-1 ; 1-6 ; 2-3 ; 2-0)

Le Lev Prague s’était qualifié en éliminant le Donbass Donetsk par quatre victoires à deux (5-2 ; 3-4pr ; 2-3pr ; 1-3 ; 3-1 ; 0-1).