KHL (Conférence Est, finale, match 1)

Le leader de la conférence est, le Metallurg Magnitogorsk, recevait le quatrième, le Salavat Yulaev Ufa, pour disputer le premier match de la série finale de conférence.

C’est la revanche de celle de 2011 remportée par Ufa, qui gagnera, cette année-là, le titre suprême : la coupe Gagarine.

Devant 7308 spectateurs, le Metallurg a décidé, dans le premier tiers, de compléter son échec avant. Mais la méthode des joueurs locaux donnera des résultats mi-figue, mi-raisin et se révèle très risquée. En effet, à deux reprises, en moins de treize minutes de jeu, les visiteurs d’Ufa ont pris les devants. Denis Khlystov, qui a joué quatre saisons à Magnitogorsk, ouvrait la marque. En deux-contre-un, l’ailier expérimenté de la première ligne des visiteurs volleye un rebond du plexi, à la manière d’un tennisman, dans une cage ouverte (0-1 à 4’08). Puis, le Finlandais de 23 ans, ancien espoir des Oilers d’Edmonton (NHL), Teemu Hartikainen, marque le second but de son équipe, pendant une pénalité différée jouée à six attaquants, il lance du point d’engagement gauche (1-2 à 12’14).

À chaque fois, le Metallurg a eu les ressources et le talent d’égaliser. D’abord en supériorité par le joueur de centre Mikhail Yunkov. Le joker, récemment arrivé du Spartak de Moscou, a dévié un tir des poignets (1-1 à 8’12). Ensuite, par le jeune attaquant Bogdan Potekhin, qui s'est joué d’Alexei Kaigorodov pour se présenter victorieusement en breakaway face à Andrei Vasilevsky pris entre les jambières (2-2 à 17’57).

Dans le deuxième vingt, Mike Keenan, le coach de Magnitogorsk, venu de Calgary à l’intersaison et entraîneur des New York Rangers en 1994 lors de leur succès en coupe Stanley (NHL), sentant la menace peser sur son plan de match, change l’état d’esprit de son équipe. Cela a souri à son premier trio. Sergei Mozyakin, le meilleur buteur (35/34 buts) et meilleur pointeur (76/73 points en 48/54 matches) des deux dernières saisons régulières de KHL, champion du monde en 2008 et 2009 avec la Russie, sera le buteur. Il reprend sans contrôle, esseulé dans une défense à trous et impuissante, une passe impeccable adressée, par Denis Zaripov, du bureau de Gretzky (3-2 à 26’26).

Dès lors, Ufa exercera une domination stérile et va échouer en fin de tiers sur son premier avantage numérique où Vasily Koshechkin (25 arrêts), le grand gardien de 2 mètres du Metallurg, sera solide.

Salavat Yulaev se tirera deux balles dans le patin dans la dernière période. Indiscipliné, il devra annihiler deux prisons avec l’aide de son portier, Andrei Vasilevsky (23 arrêts). Le reste du temps l’emprise inefficace d’Ufa sera toujours en péril, à la merci d’une offensive tranchante de Magnitogorsk. Le remplacement du cerbère des visiteurs par un attaquant supplémentaire ne changera pas le cours de la rencontre.

Le Metallurg Magnitogorsk s’est imposé grâce à des unités spéciales supérieures à celles d’en face (sans trop de mal). Mais aussi parce que les défenseurs Viktor Antipin et Evgeny Biryukov ont été irréprochables. Alors que ses joueurs de mises en jeu, Kovar, Pare, Kazionov, et Yunkov ont été très efficace. Mais on retiendra aussi les performances des attaquants Denis Zaripov, et du capitaine Sergei Mozyakin.

Le Metallurg Magnitogorsk mène une victoire à zéro face au Salavat Yulaev Ufa avant de recevoir pour une deuxième fois de suite après demain.     

           

Précédemment  dans la conférence est :

Le Metallurg Magnitogorsk, a été le premier qualifié pour les finales de conférence, en éliminant le Sibir Novosibirsk par quatre victoires à zéro (3-2pr ; 3-2 ; 1-2pr ; 2-3)

Le Salavat Yulaev Ufa, maître à domicile, avait éliminé le Barys Astana par quatre victoires à deux (2-3pr ; 5-2 ; 5-2 ; 3-2pr ; 2-1 ; 3-2).