Hiérarchie figée des gardiens avec un mois d'avance !

Hier soir, après le premier match face au Danemark, le sélectionneur tchèque Vladimir Ruzicka a pris tout le monde par surprise en annonçant l'ordre de ses gardiens... pour le championnat du monde qui n'aura lieu que dans un mois !
 
N'est-ce pas un peu tôt ? La désignation d'un clair numéro 1 a toujours été un principe important dans le hockey tchèque. Aux derniers Jeux olympiques, Alois Hadamczik y avait dérogé en laissant Ondrej Pavelec, son titulaire annoncé depuis un an, en tribune pour le premier match. Kovar, vite remplacé par Salak, n'avait pas profité de sa chance, et Pavelec avait joué toute la suite du tournoi... avant de craquer en quart de finale contre les Américains.
 
Redevenu sélectionneur après cette débâcle, Ruzicka a simplement attendu que Salak rejoigne le camp de préparation pour s'assurer de son état de forme, et il s'est décidé à dévoiler soudain sa hiérarchie à la presse : 1 Salak, 2 Kovar, 3 Francouz. Quant à Pavelec, il a dit l'avoir appelé pour une conversation d'un quart d'heure mais ne lui réserve pas de place, sans fermer la porte à l'avenir. "Je veux que les gardiens ait l'esprit en paix pour se préparer", a expliqué Ruzicka. Pour Salak, cette titularisation est une première.
 
C'est aussi une bonne nouvelle pour Pavel Francouz, qui fera à nouveau le voyage comme troisième gardien. Pour l'instant, ce jeune est là pour regarder, mais il a le droit à son deuxième match international ce soir. C'est important pour le garder dans le rythme car il n'a pas joué les derniers matchs de la saison à cause d'une angine et manque de pratique.
 
Le Danemark aligne lui Sebastian Dahm, et il est à l'ouvrage dès la deuxième minute sur un tir de Kousal. Il est ensuite sauvé deux fois par son poteau, sur des tentatives de Kudelka puis de Zatovic. C'est finalement Jakub Valský qui inscrit son premier but international après un tir de la bleue de Vitasek.
 
Les Tchèques restent actifs en deuxième période, mais ils sont peu précis dans leurs tirs. Tomáš Zohorna en particulier rate plusieurs fois le dernier geste. Francouz continue de s'interposer aux répliques venues de Björkstrand ou de Poulsen. Puis, Lukas Radil inscrit le deuxième but après un lancer lointain de Bank puis un travail devant la cage de Kousel.
 
Hormis une double supériorité numérique où ils laissent sortir le palet de la zone offensive pour quelques centimètres, les Danois ne sont guère dangereux, même s'ils résistent mieux qu'hier.
 
La République Tchèque a donc remporté ses 7 confrontations dans l'histoire face au Danemark, et elle en est à... 5 blanchissages ! Forcément, les fiches parfaites des gardiens tchèques, le n°2 Kovar hier et le n°3 Francouz ce soir, doivent aussi un peu à la faiblesse de l'adversaire.
 
Commentaires d'après-match
 
Vladimir Ruzicka (entraîneur de la République Tchèque) : "Nous avons bien joué derrière, mais pas tant que ça en attaque. Nous n'avons pas eu autant de chances qu'hier où nous avions poussé plus fort. D'un autre côté, nous avons bien défendu à partir de la ligne rouge. Aucun joueur n'a déçu, tous savent la différence entre l'Extraliga et le hockey international. Il ne faut pas surestimer le résultat, mais c'est important de continuer à gagner."
 
Pavel Francouz (gardien de la République Tchèque) : "Je dois admettre que j'étais nerveux, surtout au début. Mais les gars ont joué incroyablement derrière, peut-être mieux qu'hier. Les cartes sont distribuées, c'est bien de le savoir en avance. La nomination l'an passé n'était pas claire jusqu'au dernier moment, maintenant nous avons l'information. J'encouragerai les autres, je connais mon rôle. Je ne savais rien, mon téléphone a commencé à sonner hier soir avec des félicitations pour la nomination. Je pensais que c'était en rapport avec ma titularisation ce soir, mais j'ai ouvert internet et tout appris. J'en suis très heureux."
 
 
 
République Tchèque - Danemark 2-0 (1-0, 1-0, 0-0)
Vendredi 11 avril 2014 à 17h30 à Decín. 3810 spectateurs.
Arbitrage de Vladimir Sindler et Martin Frano (TCH) assistés de Petr Blümel et Stanislav Barvir (TCH).
Pénalités : République Tchèque 10' (4', 4', 2'), Danemark 12' (2', 6', 4').
Tirs : République Tchèque 34 (8, 16, 10), Danemark 20 (7, 3, 10).
 
Évolution du score :
1-0 à 17'13" : Valsky assisté de Vitasek et Filippi
2-0 à 30'15" : Radil assisté de Kousal et Janik
 
 
République Tchèque (2' pour surnombre)
 
Gardien : Pavel Francouz.
 
Défenseurs : Tomáš Mojžíš (C, 2') - Matej Stríteský ; Tomáš Kudelka - Lukáš Kovár (+1) ; Bohumil Jank (+1) - Vojtech Mozík (+1) ; Michal Gulaši (+1) - Ondrej Vitásek (+1).
 
Attaquants : Michal Vondrka (2') - Jakub Petružálek [puis Zohorna à 20'] - Tomáš Vincour (2') ; Tomáš Nosek - Robert Kousal (+1) - Lukáš Radil (+1) ; Tomáš Zohorna [puis Petružálek à 20'] - Ondrej Roman (2') - Vladimír Svacina ; Martin Zatovic (+1) - Tomáš Filippi (+1) - Jakub Valský (+1, 2').
 
Remplaçants : Tomáš Zavorka (G), Petr Pohl. En réserve : Jakub Kovár (G), Radek Smolenák.
 
Danemark
 
Gardien : Sebastian Dahm.
 
Défenseurs : Jannik Christensen - Phillip Bruggisser (-1) ; Jesper B. Jensen - Sonny Hertzberg ; Kasper Jensen (-2, 2') - Simon Grønvaldt (-1).
 
Attaquants : Morten Poulsen (-1) - Morten Green (-1, 2') - Mads Christensen (-1, 2') ; Morten Lie (2') - Jesper Jensen - Patrick Bjorkstrand ; Sebastian Svendsen (-1) - Morten Andreasen (-1) - Mathias Thinnessen (-1, 4') ; Kristoffer Lauridsen - Steffen Klarskov Nielsen.
 
Remplaçant : Patrick Galbraith (G). En réserve : Emil Kristensen, Anders Schultz.