Corée du Nord - Bulgarie (Mondiaux de division III, 5e journée)

La Bulgarie et sa ligne de chance

Ma première pensée avant cette finale du Mondial de D3 entre les deux seules équipes invaincues, Corée du Nord et Bulgarie, va vers les Bleus de 1985 : Ville, Péloffy et les autres.

Vers ces gars des temps héroïques qui ont sorti définitivement la France du marasme des petites divisions où, justement, ils côtoyaient les protagonistes du jour. Pendant que les Bleus d’Henderson se préparent (bien, jusqu’ici) à aller dire bonjour à Lukashenko, je prends place à côté de deux membres de la délégation nord-coréenne, sapés comme des papes, qui espèrent échapper à l’enfer (de la D3) et retrouver la deuxième division poule B. En auraient-ils le niveau ? Collectivement, c’est plausible. Ça l’est moins pour les Bulgares, même s’ils disposent avec Yotov du meilleur joueur de la compétition.

Les Bulgares, qui miseront tout sur leur ligne multi-fonction (unités spéciales et animation offensive) Muhachev-Yotov-Nikolov, commencent avec la deuxième sur la glace, Kirill Hodulov se résolvant à opposer ligne pour ligne, celle animée par Hong Chun-rim étant sans conteste la meilleure chez les blancs.

L’adaptation tactique n’est pas très difficile, tant celle des Nord-Coréens est lisible. Ceux-ci, cependant, démarrent plus vite. Mieux en condition, ils cadrent leur premier lancer à 2'20''. On sent que l’enjeu est sérieux, le public plus nombreux et l’ambiance crispée sur la glace. Mihaylov en a vu d’autres et s’offre un double arrêt devant Ri Chol-min et Hong Chun-rim après trois minutes. Ce n’est qu’à 5'48'' que Mihov répond, oublié seul face à Pak Kuk-chol. Panique de défenseur, il échoue. Hong Chun-rim, en revanche, ne tremble pas quand un oubli coupable de l’ « anonyme » Stefanov (pas de nom sur son maillot), le met en position identique. Il inscrit son sixième but de la compétition et lance on équipe (1-0, 06'19''). Nerveux comme des premiers communiants (c’est une image, posséder une Bible est un délit en Corée du Nord), mes voisins applaudissent. Une prison contre Yotov, juste après l’ouverture du score pourrait les rassurer un peu plus, mais les tentatives (Hong Chun-rim encore, puis Kim Ju-hyok) échouent, les lancers manquant de précision.

Dommage car les Nord-Coréens sont plus cohérents. Au-delà de l’assonance, il y a une vérité que Mihaïlov, encore sûr malgré des réflexes émoussés, et les sacrifices de Mihov s’ingénient à masquer.

Deuxième prison pour Yotov à 10'48'', la défensive bulgare est héroïque mais pour combien de temps ? Face à la condition physique adverse, un net regain sera nécessaire aux Bulgares s’ils veulent revenir. Comme, par exemple, quand Ivan Hodulov part en contre après un raté de Kim Song-gun et fait sonner le poteau droit de Pak Kuk-chol. Les limites bulgares entrevues la veille contre Hong Kong sont mises à nu. Comme, en plus, ce sont les meilleurs (Hodulov, 16'30'', Muhachev, 17'26'') qui vont en prison et les meilleurs, aussi, qui tuent les infériorités, les Nord-Coréens sont bien partis pour l’emporter par épuisement. Ne reste que Mihaïlov, ses bottes, son gant, pour sauver la mise, même à 3 contre 5, situation où les Coréens attendent trop pour lancer et, surtout, ne cherchent pas la hauteur, point faible du quinquagénaire. Un-zéro seulement pour les Nord-Coréens à l’issue d’un tiers dominé vingt tirs à deux (même si les statistiques sont pointées avec une rigueur disons… discutable), il y a quelque-chose à corriger.

Le deuxième tiers démarre à l’identique avec deux alertes en une minute sur Mihaylov tandis que les Bulgares tournent surtout à deux lignes, signe d’impuissance. Il faut un tour de cage de Muhachev et un lancer de Yotov après deux minutes pour qu’apparaissent des signes de fébrilité chez les Asiatiques. Premières fissures auxquelles il serait facile de ne pas prêter attention. Et pourtant, c’est le début d’un retournement définitif de tendance. Ri Se-gwang en prison (la troisième nord-coréenne du match), Ri Chol-min récupère un palet seul à la rouge pour creuser le score en infériorité, mais il tergiverse des heures devant Mihaylov. Tournant du match, à la demi-heure pile qui plus est. Yotov prend alors les choses en main, transporte le palet dans le fond, travaille contre les bandes et libère Hodulov devant le but qui égalise, aussi simple que cela (1-1, 36'01'')

Nouvelle infortune pour les blancs : à 36'53'', un but leur est annulé pour toutes les raisons possibles (charge sur le gardien, trop de joueurs dans le slot et, motif le plus évident d’ailleurs invoqué par les arbitres, palet pas rentré…). Dès lors, plutôt que reprendre l’avantage, ils vont le perdre. À 39'10'', tombe la sanction de la pusillanimité quand Bogdan Stefanov, libre dans le cercle droit, lance pour une déviation de Yotov qui file à la gauche de Pak Kuk-chol (2-1). Malgré la domination globale des blancs (onze tirs partout dans ce tiers, 31-13 au total) et leur supériorité apparente, les Bulgares ont renversé le score dès qu’ils ont osé prendre l’initiative.

Jeu et caractère, qui favorisent clairement les Bulgares, s’accompagnent d’un revers, à savoir une discipline déficiente. Après être repartis en infériorité numérique (sans conséquence), les Bulgares gâchent une supériorité en se faisant punir tout de suite (coup de coude de Yotov), ce qui prolonge le statu quo car les Coréens ont abdiqué. Ne disons par ailleurs pas trop de mal de Kirill Yotov, qui inscrit le troisième, comme le grand qu’il est, en partant de la rouge pour emmener Pak Kuk-chol d’une feinte et creuser l’écart (3-1, 46'18'').

À mesure qu’approche le terme et, surtout, un renouvellement de leur bail dans la cave du hockey mondial, les Nord-Coréens perdent leur dynamisme et commettent des fautes de frustration, perdant autant de ce précieux temps. Dernier sursaut d’espoir, le 2+10' appelé contre Mihov. Kirill Hodulov n’a aucun mal à choisir un planton pour la purger puisque la moitié de son équipe regarde la glace sans y glisser. Le sélectionneur asiatique prend alors son temps mort mais Hong Chun-rim gâche le plan, s’il y en avait un, en fauchant littéralement Nikolov. Il ne reste plus qu’aux Bulgares de revenir à cinq et assurer, ce que fait Ivan Hodulov (13e but) en profitant d’une cage ouverte par un cafouillage (4-1, 53'55'').

Les derniers assauts coréens, rendus caducs par leur déficit d’accélération, échouent sur Mihaïlov auteur, discrètement mais sûrement, d’une excellente performance dans les buts. Quand sa propre équipe gagne quatre à un alors qu’elle a tiré deux fois moins que son adversaire, le gardien mérite, plus que son collègue Nikolov, d’être MVP. Distinction qu’il recevra certainement l’an prochain en D2B à l’occasion des roustes qu’encaisseront ses partenaires. Car il y sera, à ce Mondial, en l’absence de relève dans les cages. Un bon coup d’ascenseur ? Peut-être pas, avec cette première ligne.

Élus hommes du match : Pak Kuk-chol pour la Corée du Nord et Martin Nikolov pour la Bulgarie.

 

Corée du Nord – Bulgarie 1-4 (1-0, 0-2, 0-2).
Samedi 12 avril 2014 à 12h30 à la patinoire de Kockelscheuer
Arbitrage de Tim Tzirtziganis (BEL) assisté de Simone Lega (ITA) et Botond Palkovi (HON)
Pénalités : Corée du Nord 16' (0', 6', 10'), Bulgarie 30' (8', 8', 14')
Tirs : Corée du Nord 49 (20, 11, 18), Bulgarie 24 (2, 11, 11)

Évolution du score :
1-0  à 06'19'' : Hong Chun-rim assisté de Ri Chol-min
1-1 à 36'01'' : Hodulov assisté de Yotov et Muhachev
1-2 à 39'10'' : Yotov assisté de Stefanov et Muhachev
1-3 à 46'18'' : Yotov assisté de Vasilev
1-4 à 53'55'' : Hodulov assisté de Yotov et Boyadjiev (sup. num.)


Corée du Nord

Gardien : Pak Kuk-chol.

Défenseurs : An Choi-hyok - Ri Pong-il (A) ; Kim Nam-hyok - Kim Song-gun ; Pak Song-jin - Kim Chol-hyok ; Kim Myong-chol - Jon Song-chol.

Attaquants : Kim Hyok-ju - Hong Chun-rim - Ri Chol-Min ; Ri Se-gwang - Ju Sung-hyok (C) - Kim Kwang-ho ; Kim Kuk-chol - Ri Chol-jin - Kim Ju-hyok ; Kim Chol-bom.

Remplaçant : Pak Il.

Bulgarie

Gardien : Konstantin Mihaylov.

Défenseurs : Bogdan Stefanov - Petar Mihov ; Nikola Bozhanov - Aleksandar Vasilyev ; Alexander Panev.

Attaquants : Stanislav Muhachev (C) - Aleksei Yotov - Martin Nikolov ; Maksim Eftimov - Ivan Hodulov (A) - Martin Boyadjiev (A) ; Yanaki Gachev - Krasimir Monov - Aleksandar Panev ; Ivan Velev - Tomislav Georgiev.

Remplaçant : Dimitar Dimitrov (G). Absents : Radosvet Petrov (G), Rosen Hristov.