KHL (Conférence est, finale, match 3)

Menés de deux victoires par Magnitogorsk, il fallait absolument, aux joueurs locaux d’Ufa, inverser la tendance dans la série finale du groupe est s’ils voulaient conserver un espoir plutôt qu’un hypothétique exploit, toujours possible mais aléatoire.

Vladimir Yurzinov junior, l’entraîneur d’Ufa un peu sous pression, passé Head coach au cours de l’été après deux saisons en tant qu’adjoint, a modifié ses lignes en plus de remplacer 3 joueurs. Il a rappelé le vétéran défenseur, Vitaly Proshkin, vainqueur de la coupe Gagarine (2011) et champion du monde en 2008 et 2009. Il récupère l’ailier Yegor Dubrovsky, toujours convalescent mais buteur dans les matches de play-offs précédant sa blessure. Il jouera à la place de Nikita Filatov, un jeune joueur qui n’a pas percé en NHL, malgré un excellent CV en tant qu’international junior russe. Plus surprenant, le remplacement du chevronné joueur de centre Sergei Zinovyev, qui dans le dernier match avait fait une bonne prestation à nos yeux, par Alexei Glukhov, au palmarès bien moins élogieux.

Le premier tiers est rugueux et chacune des équipes tentent de s’imposer physiquement dès que l’occasion se présente. Les arbitres distribuent des pénalités. Le Salavat Yulaev Ufa a retenu la leçon du match numéro 2 (conclure ses chances) et se saisie de sa première opportunité en avantage numérique. Si Yegor Dubrovsky est frustré par Vaseily Koshechkin (3’38), l’ailier finlandais, médaillé de bronze à Sotchi, Antti Pihlström ouvre le score démarqué au milieu de la box-play de Magnitogorsk, après une passe précise d’Igor Mirnov adressée de la droite, dans un jeu installé (1-0 à 3’51). Ensuite, Ufa en manque de supérioriténe sera pas dangereux malgré sa possession de palet. Alors Magnitogorsk joue les contres. Sergei Mozyakin, peut égaliser mais le jeune portier, Andrei Vasilevsky (20 ans), s’impose face au capitaine du Metallurg (6’11). Puis, Rinat Ibragimov, un des arrières de la troisième ligne visiteuse manque la cadre (11’15). Moins d’une minute plus tard, c’est Jan Kovar qui butersur Vasilevsky le goalie local (12’11).

Le Metallurg ne trouve pas non plus la solution en power-play, dans le premier comme dans le deuxième vingt minutes. Les visiteurs, Magnitogorsk, leaders de la conférence est, se compliquent aussi leurs tâches offensives en étant plus indisciplinés qu’Ufa. À trois reprises, les invités frôleront la correctionnelle. D’abord, sur une tentative du joueur de centre Tomas Zaborsky (29’32). Ensuite, sur un envoi imprécis d’Igor Mirnov (33’50). Enfin, sur une reprise de l’arrière Andrei Zubarev dans le cercle droit (36’06).

Dans la dernière période, sur leur lancée de leur bonne deuxième partie de match, les régionaux, devant 8040 fans dévoués, créent le break. Après que Pihlström, se saisissant d’un rebond dans la bande, manque le cadre, l’ailier, Anton Slepyshev, enfile son second but des play-offs. Le capitaine de l’équipe junior russe, démarqué dans le slot, reprend une passe en retrait d’Alexander Stepanov qui faisait mine de passer derrière la cage (2-0 à 45’28). Ce but provoque l’échange de gardien devant la cage du Metallurg ! Mais Alexander Pechursky, qui fait là sa première apparition dans ces play-offs 2014, ne sera pas décisif. Son équipe va être mise KO quarante secondes plus tard. Sur un nouveau jeu de puissance d’Ufa, Antti Pihlström réalise un doublé en déviant un tir des poignets du défenseur Kirill Koltsov (3-0 à 46’08). Son adversaire groggy, le Salavat Yulaev ne sera pas miséricordieux et ajoute un quatrième but par Tomas Zaborky dans l’enclave, en supériorité placée (4-0 à 54’22).

Mike Keenan, le coach du Metallurg, l’ancien de Calgary la saison dernière, pas résigné malgré l’écart (camouflet) du tableau de marque,  jouera le tout pour le tout en remplaçant son suppléant devant la cage par un attaquant supplémentaire. En vain !

Une victoire d’Ufa méritée après sa cruelle défaite du deuxième match, acquise à la faveur d’un blanchissage réalisé par son gardien Andrei Vasilevsky (22 arrêts), parfaitement soutenu par le canadien Brent Sopel, vainqueur de la coupe Stanley avec les Blackhawks de Chicago de Cristobal Huet en 2010, et aussi par Ivan Vishnevsky, drafté au premier tour par les Stars de Dallas en 2006. Un gain obtenu aussi parce que son offensive a produit aux bons moments,. Elle a été très présente devant la cage et n’a rien lâché à l’image de son ailier Igor Mirnov toujours dangereux.

Désormais, l’écart est réduit, le Metallurg Magnitogorsk ne mène plus que deux victoires à une face au Salavat Yulaev Ufa avant d’y jouer le match 4 de la série.          

Précédemment  dans la conférence est :

Le Metallurg Magnitogorsk, a été le premier qualifié pour les finales de conférence, en éliminant le Sibir Novosibirsk par quatre victoires à zéro (3-2pr ; 3-2 ; 1-2pr ; 2-3)

Le Salavat Yulaev Ufa, maître à domicile, avait éliminé le Barys Astana par quatre victoires à deux (2-3pr ; 5-2 ; 5-2 ; 3-2pr ; 2-1 ; 3-2).