La guerre est déclarée

La finale du championnat suédois débute cette semaine, comme un air de déjà-vu, entre deux puissances de la SHL : Skellefteå et Färjestad.
 
Après avoir largement dominé une deuxième fois de suite la saison régulière, le Skellefteå AIK continue d'écraser toute concurrence en play-offs. Le SAIK n'avait perdu qu'un match en série la saison dernière, ils n'en sont pour le moment qu'à deux revers après avoir éliminé le HV71 et Linköping.
 
Markus Svensson fait le job devant les filets et le club du nord compte six des huit meilleurs marqueurs des play-offs dont... Pierre-Édouard Bellemare qui maintient un rythme d'un point par match. Plus que jamais, le champion est candidat à sa propre succession et, pour beaucoup d'observateurs, il semble bien que ce soit l'aube d'une nouvelle dynastie. Le mental est intact. Interrogé par Expressen, Bellemare a promis la guerre.
 
Le Färjestads BK pourra-t-il empêcher un doublé de Skellefteå ? L'équipe de Karlstad, souvent placée dans le dernier carré, a remporté son dernier sacre en 2011, ce fut aux dépens de cette même formation. Seulement, même s'il ne date que de trois ans, il s'agit tout de même d'une autre époque. Le SAIK venait tout juste de percer sur la scène suédoise, présent alors en finale pour la première fois en 33 ans. Cette saison, Färjestad n'a pas terminé sur le podium et fait donc figure d'outsider face à une équipe finaliste une quatrième fois en quatre ans. Les rôles sont donc inversés.
 
Le FBK a éliminé aisément Brynäs en quart avant d'éprouver davantage de difficultés en demi-finale contre Växjö, passé près de forcer un septième match. Les Lakers menaient 3-2 dans le match 6... avant que le Tchèque Milan Gulaš, excellent joker, n'égalise à 49 secondes de la fin ! Puis, lors de la prolongation, le très contesté capitaine Rickard Wallin - seulement 4 buts en saison régulière - envoya Färjestad vers sa vingtième finale.
 
Avouons-le, on aurait aimé se dire que deux internationaux français disputeraient cette finale suédoise. Seulement voilà, Charles Bertrand est toujours ignoré par son entraîneur Leif Carlsson.
 
Le Français n'est donc - pour l'instant - plus dans les plans d'un coach qui a pris l'habitude de ne pas chambouler une formule qui lui réussit. Sur le papier, il ne s'agit pas de la meilleure équipe mais elle est sacrément volontaire et opportuniste. Le FBK connait d'ailleurs une série de six victoires de rang à l'extérieur. Se poursuivra-t-elle ? Premiers éléments de réponse ce mardi pour la première manche.
 
Si la couronne suédoise n'a pas encore été décernée, on sait d'ores et déjà quelles équipes se sont qualifiées pour la SHL 2014/15. Après dix journées de "Kvalserien", Örebro a sauvé sa peau avec succès, terminant en tête du classement. L'ÖHK avait remporté cinq de ses sept premiers matches et a finalement assuré son maintien au bout du huitième.
 
Mais pour cette Kvalserien, les yeux étaient surtout rivés vers Stockholm. Après deux ans d'attente, l'AIK et le Djurgårdens IF allaient entamer des retrouvailles - toujours - sulfureuses. Si chacune des deux équipes se sont imposées au Hovet, c'est finalement l'AIK qui a dû céder sa place en élite au DIF.
 
Hormis le premier match gagné justement contre le grand rival, le club de Solna a enchaîné une série noire de quatre revers consécutifs qui a finalement hypothéqué leur chance. Voir son club redescendre après quatre ans en SHL, on peut comprendre la frustration. Et que ce soit au profit du rival du comté stockholmois, la descente est encore plus difficile à accepter.
 
Ce qui a été inacceptable en tout cas, ce sont certaines réactions assez glauques de quelques prétendus "supporteurs". Plus particulièrement visés, le directeur sportif Daniel Rudslätt et l'entraîneur Rikard Franzén ont reçu plusieurs menaces de mort ainsi que... des têtes de porcs ensanglantées sur leur voiture respective. Des actes inqualifiables, la réaction ne se faisant pas attendre. Odd Swarting, président de l'AIK, a diffusé un communiqué sur le site du club afin de soutenir les deux principaux intéressés et de défendre l'idée d'un club uni malgré cette contre-performance. Même la police de Stockholm Ouest a pris très au sérieux ces menaces.
 
Néanmoins, de cette Kvalserien 2014, l'AIK peut y voir une certaine consolation. Jamais Djurgården, ses dirigeants et ses adorateurs n'auront autant remercié l'AIK. Car, avant la dernière journée, c'est Rögle qui tenait le deuxième ticket qualificatif dans sa main, à la faveur du goal-average.
 
Lors de l'ultime journée, une victoire sèche du DIF contre Västerås (6-2) et une résistance de l'AIK, déjà éliminé mais qui a joué le jeu car défait seulement d'un but face à Rögle, ont permis à Djurgården de réaliser son rêve. Une issue émotionnellement intense, notamment pour Charles Berglund, très ému et rendant hommage au club rival. En 2012, alors promu au poste d'entraîneur pour négocier la Kvalserien, il avait vu son équipe sombrer vers les abysses de l'Allsvenskan. En 2014, directeur sportif, "Challe" était au coeur de cette explosion de joie. 
 
Pourtant, malgré cette réussite, cet ancien champion olympique (en 1994), ne se sentant pas à l'aise dans ce rôle, a préféré changer de trajectoire. Mais chacun des pas en SHL de ce monument du hockey suédois - 15 titres nationaux - seront scrutés par ce nouveau spectateur privilégié.