Norvège - France (Mondial U18, Division 1A)

La victoire contre l'Italie a sans doute assuré à la France son maintien. Il est temps de montrer un peu plus d'ambition. Pour cela, il faut s'imposer ce soir face à l'un des gros poissons du tournoi : la Norvège.
 
Des Norvégiens pas tellement convaincants hier, avec  une victoire longue à se dessiner face à la Biélorussie. Les Nordiques se sont imposés aux tirs au but, et n'ont donc pris que deux points. Une défaite face aux Bleuets sonnerait le glas de leurs espoirs de montée.
 
La Norvège est désignée comme étant l'équipe à domicile : elle bénéficie donc du dernier changement.
 
Quentin Papillon débute le match. La Norvège a aussi fait tourner, avec Fredrik Gronstrand pour ce départ à la place de Sander Berg. Les Français sont pour leur part privés de Bastien Maia, blessé.
 
Des Bleuets accrocheurs
 
Papillon se chauffe rapidement avec deux tirs norvégiens dès la première minute. La Norvège prend vite possession du palet, avec quelques tirs pas trop dangereux. Papillon reste serein et précis avec sa mitaine. Petit à petit, les Français entrent dans le match. Ils répondent au défi physique et les défenseurs anticipent bien les trajectoires pour couper les passes.
Malgré tout, le jeu est norvégien. Ce n'est donc pas une surprise de voir l'ouverture du score. Un tir de la bleue est contré et revient entre les deux cercles. Papillon avait anticipé. Il parvient à repousser le premier tir, mais le rebond traine dans l'enclave et Lindstad le met au fond (1-0 à 06'34"). Une série de contres favorables pour un but cafouillage, peut être même pas marqué de la crosse, et initialement attribué à Hoff. Les Bleuets subissent et peinent à entrer dans la zone nordique. Une bonne sortie de zone libère cependant Matima sur l'aile droite, pour une remise vers Colotti, accroché : deux minutes.
Le jeu de puissance ne met pas longtemps à produire. Profitant d'un changement de ligne, une passe longue de Papillon surprend la Norvège. De l'aile gauche, le palet revient sur Guillaume dans l'axe. Le capitaine voit son tir contré, mais le palet revient dans la course de Delbaere, qui contrôle et ajuste le gardien (1-1 à 12'28"). 
MatimaUn but qui remet la France dans le match. Désormais, les Bleuets font jeu égal. Le rythme s'élève, avec un Julien Guillaume présent en attaque comme en défense. La Norvège n'a plus guère de situation dangereuse ; Papillon sort tout de même un bel arrêt, au moment où Gallet prend deux minutes. L'équipe spéciale française joue parfaitement le coup, limite la Norvège aux extérieurs, coupe les passes et l'équipe revient au complet. Profitant d'un changement de ligne, Matima déborde à droite et cherche à remiser dans l'axe pour créer un deux-contre-un. Sateraas l'accroche et place la France en supériorité. Malheureusement, cela ne donne rien et les équipes rentrent au vestiaire sur ce score de 1-1. La France s'est montrée un peu trop spectatrice, surtout en début de match. Cela s'est amélioré au fil des minutes.
 
La Norvège, plus efficace
 
Le tiers débute bien pour la France. Papillon, solide sur sa ligne, brille aussi à la crosse. Il dégage son camp et lance par la même occasion Nesa sur l'aile gauche. Ce dernier parvient à servir Marion, lancé dans l'axe, pour un duel avec Gronstrand, gagné par le portier norvégien. Le gardien du Jokerit Helsinki s'impose sur la mise au jeu qui suit devant un lancer du cercle droit. 
Une faute de Gran dans la neutre place la France en supériorité. La France pousse et s'installe longuement en attaque. Guillaume décale Delbaere, pour une reprise sans contrôle qui se trouve déviée par le haut du corps d'un coéquipier. Gronstrand sauve sur sa ligne et gèle le palet. 
La partie s'ouvre et on file d'un but à l'autre. Papillon s'illustre, rapide et mobile.
GranAprès un bon tir de Coulaud, la Norvège se crée une chance à son tour. Gran déborde à gauche et centre à travers l'enclave. Olsen s'est libéré et loge le palet au dessus de la botte de Papillon (2-1 à 30'19"). Un but qui casse les jambes des Français. Les Bleuets subissent le jeu et patinent après les Norvégiens. Un mouvement de Hoff libère une ligne de tir et Papillon s'impose. 
Pas de pause dans ce match, très peu d'arrêts de jeu. Le rythme est intense. 
La France lutte pied à pied. Josse lance même un deux contre un et choisit le tir. Gronstrand s'impose. A quelques minutes de la fin, la Norvège s'installe encore. Un lancer de la bleue à travers la foule est bien sorti par Papillon, mais le rebond est libre et Knold s'en empare pour le but du break (3-1 à 36'35"). Un coup dur pour les Français, coupables d'avoir peut être trop ouvert le jeu. La situation se corse avec une pénalité de Grabherr, mais ses coéquipiers défendent bien et limitent les occasions adverses. La Norvège rentre au vestiaire avec deux buts d'avance, plus constante et précise dans son jeu. La France est forcée de jouer au rythme de la Norvège et n'arrive pas à imposer son style.
 
La France craque
 
BullCamil Durand s'offre le premier tir de la bleue à la reprise, repoussé par Gronstrand. La Norvège domine encore, et il faut un Papillon à la mitaine solide pour tenir le score. Les choses se compliquent lorsque Durand prend un coup. Il peine à revenir au jeu et commet une faute. Deux minutes, suivies de deux autres pour Dutruel en sortie de zone. Le cinq contre trois ne dure pas longtemps heureusement, puisque les officiels signalent un faire trébucher de Gran. Entre temps, Christian Bull avait trouvé la barre transversale d'un lancer puissant de la bleue... 
La France revient au complet et n'exploite pas quelques secondes de supériorité. Pleins de bonne volonté, les Français jouent vers l'avant mais leurs passes manquent de précision. 
KopperudUn geste défensif de Montenoise est jugé irrégulier par les arbitres, qui envoient le défenseur en prison. La France résiste bien en infériorité avec un gros travail de Guillaume au pressing et de Papillon sur sa ligne. Mais à la dernière seconde, alors que Montenoise a un pied sur la glace. Kopperud s'avance au cercle droit et trouve une superbe lucarne (4-1 à 53'10").
L'écart se creuse et il ne reste que cinq minutes. Josse lance Matima qui slalome dans la défense et envoie Marthinsen en prison. Gronstrand sort trois tirs et le palet revient dans la zone française. Inexplicablement, une mauvaise passe trouve Knold tout seul au deuxième poteau, qui trompe Papillon (5-1 à 53'10"). Les Français n'y sont plus du tout. 
Papillon repousse un tir excentré, et le rebond est encore libre (6-1 à 57'01"). Le gardien a été très lent sur son déplacement, témoignage d'un mental encore fragile. Mais il n'a pas été aidé par sa défense ce soir, pas assez vive pour nettoyer les rebonds.
Temps mort pour la France, complètement cuite physiquement comme mentalement depuis le 4e but. Les Nordiques gèrent la fin de match face à des Français épuisés. C'est donc une nette victoire 6-1 pour le favori, qui reste en course pour la montée.
 
Les Norvégiens, plus précis dans leur jeu, auront fait courir les Français tout le match. A force de trop subir, les Bleuets se sont fatigués et ont fini par commettre des fautes, donc à s'épuiser encore plus en infériorité.
La bonne volonté n'a pas suffi. Les joueurs de Romain Guibet ont fini par lâcher physiquement comme mentalement dans le dernier tiers.
 
Les joueurs
Performance solide des Norvégiens dans leur ensemble. Gronstrand a été irréprochable dans les buts. Menée par Bull et Marthinsen, la défense a laissé peu d'espaces. Offensivement, Kopperud et Olsen ont fait mal.
Les Français se sont beaucoup battus, à l'image de Delbaere et Matima, mais a peiné à la relance. Beaucoup d'abnégation de Guillaume, présent dans toutes les situations de jeu. La défense a été moins en vue, surtout en fin de match avec des erreurs grossières.
 
Norvège 6-1 France (1-1, 2-0, 3-0)
Lundi 14 avril 2014, 19h30. Patinoire Jean-Bouin de Nice, 916 spectateurs.
Arbitrage de Viki Trilar (Slovénie) assisté de Franco Espinoza (Suisse) et Gregor Rojko (Slovénie).
Tirs : Norvège 33 (9, 11, 13), France 17 (3, 5, 9)
Pénalités : Norvège 10' (4', 2', 4'), France 10' (2', 2', 6')
 
Récapitulatif du score
1-0 à 06'34" : Lindstad assisté de Hoff et Sateraas
1-1 à 12'28" : Delbaere assisté de Guillaume et Coulaud (sup. num.)
2-1 à 30'19" : Olsen assisté de Gran et Kopperud
3-1 à 36'35" : Knold assisté de Marthinsen et Drillestad
4-1 à 53'10" : Kopperud assisté de Olsen
5-1 à 55'25" : Knold assisté de Olsen (inf. num.)
6-1 à 57'01" : Kopperud assisté de Olsen et Gronstad
 
Composition des équipes
 
Norvège
Gardiens : Fredrik Gronstrand 
Défenseurs : Christian Kaasastul - Emil Sateraas (C) ; Christian Bull - Andreas Marthinsen ; Jesper Nipe - Sondre Bjerke ; Cato Knutsen.
Attaquants : Ludvig Hoff (A) - Martin Ronnild - Vetle Lindstad ; Eirik Lavik - Herman Kopperud (A) - Colin Olsen ; Martin Gran - Magnus Henriksen - Stian Nystuen ; Henrik Knold - Tobias Fladeby - Petter Gronstad ; Oskar Drillestad.
Remplaçant : Sander Berg (G)
 
France
Gardien : Quentin Papillon
Défenseurs : Loïc Chapelier - Arthur Montenoise-Oudot (A) ; Camil Durand - Hugo Gallet ; Thomas Thiry - Thibaut Colombin (A) ; Maxime Ritz.
Attaquants : Loïc Coulaud - Julien Guillaume (C) - Jérémy Delbaere ; Adrien Josse - Fabien Colotti - Rudy Matima ; Nathan Grabherr - Vincent Nesa - Kévin Marion ; Léo Dutruel - Robin Colomban - Antoine Torres.
Remplaçant : Raphaël Garnier (G)
Absent : Bastien Maia