Šatan égale un record avant de venir en France

Les températures sont printanières à Bratislava, mais pas dans la patinoire Ondrej-Nepela, où l'équipe russe a un peu pris froid. Le gardien Aleksandr Eremenko souffrait d'une petite infection et était incertain, mais comme sa doublure Galimov s'est blessée à l'épaule, il a bien failli qu'il joue, même malade.

 
Attendant la fin de la cérémonie, les joueurs russes se refroidissent aussi en bord de glace. Surtout la première ligne du jour Dadonov-Shipachyov-Petrov, qui n'a pas joué le premier match et est donc hors compétition depuis près de trois semaines. Cela fait même un mois pour Kirill Petrov, l'attaquant de Kazan : avec le défenseur Chudinov, ils lâchent le marquage de Juraj Mikúš, qui vient prendre le rebond d'un tir de Ladislav Nagy. Cette même ligne est de nouveau coupable à la treizième minute, quand Juraj Valach décale David Skokan avec le but grand ouvert (2-0).
 
Menée de deux buts, les Russes se ruent à l'assaut des cages de Jan Laco. Oui, ce même gardien qui avait tenu en échec toutes leurs stars aux Jeux olympiques et avait commencé à les faire douter. Il enchaîne les arrêts tous plus acrobatiques. À Sotchi, ce n'est qu'aux pénaltys que Laco avait fini par s'incliner. Et aujourd'hui, il s'avoue vaincu sur... un tir de pénalité. Ivan Svarny fait trébucher Sergei Shirokov, qui se fait justice lui-même (2-1).
 
Les vétérans slovaques de NHL entrent alors en scène. Ladislav Nagy concrétise une pénalité de Shipachyov, mais Enver Lisin répond dans la minute qui suit. Puis c'est le grand revenant Miroslav Šatan, grand banni des Jeux olympiques parce qu'il ne peut plus côtoyer Zdeno Chara, qui inscrit le 4-2. Un but historique : en marquant 82 fois en équipe nationale, Šatan égale le record slovaque détenu par Josef Golonka (sous le maillot tchécoslovaque pour ce dernier). Šatan, lui, incarne plus que personne le maillot à la double croix, porté pour la première fois en 1993, année de l'indépendance. Il l'a porté 171 fois, plus que personne (même si le record de 212 sélections appartient à Igor Liba si l'on compte les rencontres jouées par des Slovaques pour la Tchécoslovaquie).
 
La Russe démarre très fort en troisième période. Elle se crée deux grosses occasions, et Evgeni Dadonov transforme la seconde, réduisant le score à 4-3. Mais ensuite, tout en étant dangereux par Hascak et Nagy, et les Slovaques défendent bien et conservent leur avantage.
 
Après huit défaites consécutives, la Slovaquie réussit donc à battre la Russie, ce qui ne lui était plus arrivé depuis les JO 2010. Elle a malheureusement perdu Lapšanský, blessé au genou, qui sera remplacé cette semaine par Martin Reway : l'international 20 ans, qui évolue en junior majeur à Gatineau, fera ses débuts en sénior à Gap et à Grenoble, où il devra prouver son adaptation au hockey adulte.
 
Pour la Russie, la concurrence ne fait que commencer, sans Petrov qui doit renoncer pour raisons familiales. Cinq demi-finalistes battus de KHL attendent d'intégrer le stage dès le retour à Moscou (le gardien Vasilievsky, les défenseurs Zubarev et Yakovlev, les attaquants Plotnikov et Averin). Et sept joueurs de NHL vont les rejoindre : le gardien Khudobin, les défenseurs Belov et Orlov, les attaquants Kuznetsov, Kulyomin, Loktionov... et un certain Aleksandr Ovechkin qui a beaucoup à se faire pardonner.
 
Commentaires d'après-match
 
Oleg Znarok (entraîneur de la Russie) : "Le staff est globalement heureux. Le deuxième match, malgré le résultat, a été meilleur que le premier. Dans les deux dernières périodes, les gars ont montré le hockey que l'on attend d'eux : actif, agressif, émotionnel. L'équipe nous a écoutés. Nous avons dormi en début de match, il ne peut pas y avoir d'excuses. Peut-être que nous avons pâti d'avoir attendu cinq minutes debout devant le vestiaire, parce qu'on nous a fait sortir dix minutes avant la cérémonie."
 
Ladislav Nagy (attaquant de la Slovaquie) : "Je pense que cette victoire nous donnera la confiance nécessaire. C'était une meilleure performance que vendredi. Nous n'avions pas pu gagner à cause de notre jeu de puissancce. Contre les Russes, il faut bien patiner et défendre si on veut réussir. Nous avons patiné plus fort qu'eux au début. Nous avons fini par gagner mais nous devons améliorer notre jeu défensif."
 
 
 
Slovaquie - Russie 4-3 (2-0, 2-2, 0-1)
Dimanche 13 avril 2014 à 17h00 à la patinoire Ondrej-Nepela de Bratislava. 6409 spectateurs.
Arbitrage de Vladimír Baluška et Róbert Müllner (SVK) assistés de Lukáš Kacej et Jozef Tvrdoň (SVK).
Pénalités : Slovaquie 10' (2', 6', 2') ; Russie 10' (2', 8', 0').
Tirs cadrés : Slovaquie 20 (6, 6, 8) ; Russie 25 (7, 10, 8)
 
Évolution du score :
1-0 à 00'22" : Mikus assisté de Nagy et Stehlik
2-0 à 12'28" : Skokan assisté de Valach
2-1 à 21'30" : Shirokov (tir de pénalité)
3-1 à 24'44" : Nagy assisté de Šatan (sup. num.)
3-2 à 25'35" : Lisin assisté de Dadonov et Galuzin
4-2 à 28'11" : Šatan assisté de Mikus et Sloboda
4-3 à 40'21" : Dadonov assisté de Varnakov et Medvedev
 
 
Slovaquie
 
Gardien : Jan Laco.
 
Défenseurs : Richard Stehlík (2') - Karol Sloboda (+1) ; Ivan Švarný (A, +1) - Martin Štajnoch (2') ; Jan Brejčák (-1) - Peter Čerešňák (-1, 2') ; Vladimir Mihálik (+1) - Juraj Valach (+1, 4').
 
Attaquants : Ladislav Nagy (A, +1) - Juraj Mikúš (+1) - Miroslav Šatan (C, +1) ; Adam Lapšanský - Rastislav Špirko - Martin Bartek ; Martin Bakoš (-1) - Andrej Šťastný (-1) - Marcel Haščák (-1) ; Mário Lunter (+1) - Patrik Lušňák (+1) - David Skokan (+1) ; Peter Zuzin.
 
Remplaçant : Jaroslav Janus (G). En réserve : Julius Hudáček (G), Radoslav Tybor (estomac), Marek Ďaloga, Tomáš Bulík, Michel Miklík.
 
Russie
 
Gardien : Aleksandr Eremenko [sorti à 59'01"].
 
Défenseurs : Roman Rukavishnikov (-2) - Maksim Chudinov (-2) ; Andrei Mironov - Nikita Zaitsev (-1) ; Mikhaïl Grigoriev (+1) - Vassili Tokranov (+1) ; Evgeni Medvedev (C, +1) - Aleksandr Kutuzov (+1).
 
Attaquants : Evgeni Dadonov (-2) - Vadim Shipachyov (-1, 2') - Kirill Petrov (-3) ; Nikolaï Prokhorkin - Ilya Zubov (A) - Sergei Shirokov (A) ; Dmitri Kugryshev (+1) - Vladimir Galuzin - Enver Lisin (+1) ; Anton Glinkin - Fyodor Malikhin (4') - Mikhaïl Varnakov (+1, 4').
 
Remplaçant : Stanislav Galimov (G). En réserve : Konstantin Korneev, Denis Denisov, Sergei Kalinin, Aleksandr Burmistrov, Maksim Karpov.