Norvège - Kazakhstan (Mondial U18, Division 1A)

Coup d'envoi de la 4e journée, ce match oppose le promu kazakh, dont le niveau très solide a surpris, et le favori norvégien. On dénombre 400 écoliers dans les tribunes. Autant dire que l'ambiance est au rendez-vous !

 
La Norvège débute bien, puis s'arrête
 
La rencontre s'engage sur un bon rythme. Le défi physique sera au rendez-vous. Les charges pleuvent. Aucun coup de sifflet avant la septième minute, des déplacements incessants... 
 
La première intervention des officiels envoie Tolepbergen en prison. La défense tient bien le coup, et, hormis un léger coup de chaud bien dégagé, s'en sort. Sauf qu'à peine le puni de retour, Gran gagne son duel épaule contre épaule entre les deux cercles, vole le palet et tire en pivot ras glace. Ustinovich est battu (1-0 à 08'30"). Les choses ne s'arrangent pas pour le Kazakhstan, car Bykov fait tomber un attaquant qui déboule à toute allure. Lobanov le suit peu après sur le banc des pénalités. Le cinq-contre-trois norvégien s'installe et le palet tourne vite. Ustinovich parvient à s'étendre pour geler une passe à travers l'enclave. Lindstad prend deux minutes sur l'action.
 
Le danger s'éloigne de la cage kazakhe et, lors du bref avantage numérique pour les hommes d'Alexander Linyov, Tolepbergen se distingue par sa combativité. Il se crée tout seul deux occasions, sorties par Gronstrand. Le portier s'impose ensuite sur un essai masqué de Koshelev, durant un temps fort kazakh. Il se poursuit par une pénalité de Bjerke. La vitesse du Kazakhstan, symbolisée par un démarrage de Koshelev, est impressionnante. Le jeu de passe aussi, et il faut un Kaasastul courageux pour bloquer un tir au deuxième poteau devant une cage ouverte après une passe transversale. Gronstrand se montre tout aussi solide sur sa ligne. La Norvège s'en sort avec ce court avantage de 1-0, mais a souffert sur la fin de tiers.
 

À la pause, les 400 enfants ont choisi leur camp. Un côté Kazakhstan, avec un grand drapeau prêté par les deux supporters qui ont fait le déplacement, et un côté Norvège. L'ambiance est vraiment sympathique pour ce match !
 
Le Kazakhstan prend les affaires en main
 
Le deuxième tiers se ferme. Les deux équipes ne concèdent plus guère d'occasions, même en supériorité. La Norvège ne fait rien de bien constructif durant la faute de Shtefan.
 
La première vraie occasion du tiers survient après sept minutes. Lindstad sorti pour un faire trébucher inutile en zone offensive sous le nez de TJ Foster, le Kazakhstan installe son jeu de puissance. Koshelev, servi au cercle droit, expédie un slap violent, sauvé par Gronstrand. À une seconde de la fin de la pénalité, le Kazakhstan égalise. Lobanov lance vers la cage et Yadryshnikov, en déséquilibre, plante le rebond au fond des filets (1-1 à 29'04").
 
Un but qui frustre la Norvège car il ne restait qu'une seconde de supériorité. Sur l'action suivante, Marthinsen commet une obstruction à la bleue offensive. La défense s'en sort sans aucune difficulté. De retour à cinq-contre-cinq, le Kazakhstan lance Shtefan sur l'aile gauche. En entrée de cercle, il lance au but avec l'écran du défenseur. Gronstrand est sauvé par son poteau.
 
La bonne phase kazakhe s'arrête une nouvelle fois à cause d'une pénalité, lorsque Grents tente de voler le disque dans les patins adverses. Faire trébucher appelé et la Norvège, à la peine dans ce match, pose son jeu. Face à une défense concentrée et attentive pour couper les passes, les Nordiques gaspillent leur chance sans le moindre tir. Le Kazakhstan, lui, ne rate pas l'aubaine. Saateras sur le banc pour charge contre la bande, les joueurs d'Asie centrale s'installent. Gronstrand relâche un tir de la bleue, le rebond est pris par Koshelev et sauvé, et le palet revient sur Medvedev. Le défenseur a une cage ouverte en angle fermé et parvient à marquer en hauteur (1-2 à 38'24"). Le tiers se termine peu après sur cette surprise : Le Kazakhstan mène au score. 
 
Le promu en patron
 
Il faudra au promu plus de constance que face à la Lettonie. Menant après deux tiers, les joueurs avaient craqué en trois minutes en encaissant quatre buts... La Norvège l'entend bien ainsi et attaque d'entrée. Asetov, revenu défendre près de la cage d'Ustinovich, met un joueur au sol et laisse ses coéquipiers à un de moins. Presnov et Koshelev pressent le porteur assez haut et contribuent à la bonne défense de leur équipe. Une défense qui ne prend aucun risque : le Kazakhstan ne construit plus, il défend.
 
La Norvège ne parvient pas à sortir de la toile d'araignée, concédant même un tir de Koshelev. C'est l'indiscipline qui finit par coûter cher au promu. Lobanov prend deux minutes, suivi de Presnov. La Norvège exploite une minute de double avantage numérique dans les derniers instants. Le premier joueur remet le pied sur la glace au moment même où Ronnild, planté dans l'enclave, reprend victorieusement une passe de derrière la cage signée Hoff. (2-2 à 52'34").
 
La fin du calvaire ? Et non ! Sur l'engagement, le Kazakhstan part à l'attaque. Les deux défenseurs échangent à la bleue, Tolepbergen décoche un tir et Gronstrand relâche son troisième mauvais rebond du match, converti pour la troisième fois, par Yadryshnikov (2-3 à 52'49"). Les Kazakh sont comme des morts de faim sur la glace et ne lâchent rien. Il n'y a aucun espace pour les Nordiques. Mieux, il y a des boulevards dans la défense norvégienne. Koshelev lance un deux-contre-un sur l'aile droite. Il s'avance et choisit le tir. Rapide, précis côté plaque (2-4 à 57'21"). Un but qui récompense l'énorme match du Kazakhstan, extrêmement solide. Le temps mort et la sortie du gardien ne changent rien. Même la pénalité de Svinukhov n'aide pas la Norvège. Elle permet au Kazakhstan de ne pas commettre de dégagement interdit. Lobanov envoie le palet loin, hors cadre. Le rebond sur la balustrade est récupéré par le rapide Koshelev, pour un but cage vide (2-5).
 
Victoire du Kazakhstan sur la Norvège donc. Un succès de prestige, parfaitement mérité. Rapides, techniques et très concentrés en défense, les Kazakhs ont su capitaliser en supériorité et étouffer la Norvège grâce à une défense haute et "toile d'araignée". Les Nordiques, apathiques, ont peiné à développer leur jeu et ont trop cherché les exploits individuels. La prestation poussive face à la Biélorussie se confirme cette fois par une sanction sévère.
 
La Lettonie, elle, se frotte les mains. Il lui suffit de battre l'Italie pour remonter en élite mondiale.
 
 
Norvège 2-5 Kazakhstan (1-0, 0-2, 1-3)
Jeudi 17 avril 2014, 12h30. Patinoire Jean-Bouin de Nice.
Arbitrage de TJ Foster (Canada) assisté d'Örjan Ahlen (SUE) et Matthieu Loos (FRA).
Tirs : Norvège 18 (7, 4, 7), Kazakhstan 27 (7, 12, 8)
Pénalités : Norvège 10' (4', 6', 0'), Kazakhstan 18' (6', 4', 8')
 
Récapitulatif du score
1-0 à 08'30" : Gran assisté de Olsen
1-1 à 29'04" : Yadryshnikov assisté de Lobanov et Presnov (sup. num.)
1-2 à 38'24" : Medvedev assisté de Koshelev (sup. num.)
2-2 à 52'34" : Ronnild assisté de Hoff et Gran (sup. num.)
2-3 à 52'49" : Yadryshnikov assisté de Tolepbergen et Sentyushkin
2-4 à 57'21" : Koshelev assisté de Grents et Medvedev
2-5 à 58'49" : Koshelev assisté de Lobanov (cage vide)
 
 
Norvège
 
Gardiens : Fredrik Gronstrand
 
Défenseurs : Christian Kaasastul - Emil Sateraas (C) ; Christian Bull - Andreas Marthinsen ; Jesper Nipe - Sondre Bjerke ; Cato Knutsen.
 
Attaquants : Ludvig Hoff (A) - Martin Ronnild - Vetle Lindstad ; Eirik Lavik - Herman Kopperud (A) - Colin Olsen ; Martin Gran - Magnus Henriksen - Stian Nystuen ; Henrik Knold - Tobias Fladeby - Petter Gronstad ; Oskar Drillestad.
 
Remplaçant : Sander Berg (G)
 
Kazakhstan
 
Gardien : Nikita Ustinovich.
 
Défenseurs : Dmitri Bykov - Anuarbek Tanimov ; Ilya Lobanov - Sergei Omelyanovich ; Nikita Medvedev - Danil Svinukhov ; Denis Sentyushkin.
 
Attaquants : Alikhan Asetov (C) - Dmitri Presnov - Semyon Koshelev (A) ; Dmitri Makeyev - Kaisar Amanov - Stepan Shtefan ; Nikita Neznamov - Kirill Panyukov - Kirill Yadryshnikov ; Bekmukhanbet Tolepbergen - Artur Shetle - Alexey Kiselyov ; Dmitri Grents.
 
Remplaçant : Bogdan Belokonski (G)