France - Kazakhstan (Mondial U18, Division 1A)

Dernier match de ce tournoi U18 de Nice, le France-Kazakhstan s'annonce intéressant.
 
Le Kazakhstan s'est mêlé aux meilleurs dans cette édition 2014. Le promu a séduit par sa qualité défensive et sa qualité technique. Le jeu collectif a gêné les meilleurs, culminant par une victoire face à la Norvège.
 
En face, les Bleus sont assurés de finir 5e et sont à leur place. Capables de résister un temps face aux meilleurs, ils finissent par craquer physiquement et commettre de grosses erreurs. Leur jeu de passe est un point faible qui a coûté quelques buts et handicapé la construction de leur jeu offensif. Après trois défaites sévères, les Bleuets ont à coeur de rebondir.

 
La France contre le cours du jeu
 
La France entame avec de bonnes intentions. Les attaquants effectuent un échec-avant assez haut, complétant leurs mises en échec. La plus grosse charge - régulière - tombe sur le malheureux Presnov, sonné. L'attaquant peine à se relever et à revenir sur son banc.
 
Les Bleuets perdent coup sur coup Montenoise et Durand pour faire trébucher, offrant plus d'une minute de cinq contre trois. Papillon sort un bel arrêt en grand écart. La double supériorité ne dure pas la minute puisque Yadryshnikov commet une faute. Les deux équipes n'exploitent pas la situation et reviennent au complet.
 
La meilleure chance revient à Gallet, servi côté gauche par Guillaume. Le capitaine fixe la défense et décale son coéquipier, qui contrôle mal. Son tir manque de puissance mais gêne quand même Ustinovich. Le portier kazakh s'impose ensuite sur un tir masqué de Dutruel du cercle droit. Papillon n'est pas en reste. Le Kazakhstan construit bien et trouve Presnov au deuxième poteau. Le gardien français se déplace à toute vitesse et sauve son camp.
 
À la treizième minute, Guillaume déborde à droite. Il est seul, mais lance quand même en angle fermé, directement sur le masque d'Ustinovich. Papillon est à son meilleur niveau et sauve son camp deux fois de suite, face à un tir ras glace de Kiselyev puis un essai de l'aile de Koshelev.
La France dominée s'en remet à ses contre-attaques. Torres et Colotti travaillent fort dans les bandes. Colotti sort vainqueur d'un duel et trouve Maia au premier poteau, oublié au marquage. L'attaquant de l'IFK Helsinki trompe Ustinovich (1-0 à 18'38"). Josse déborde à gauche et centre vers Guillaume, à la lutte avec la défense. Le palet ne rentre pas. C'est tout de même une très bonne fin de période pour les Bleuets, avec une nouvelle action de Colomban avant de rentrer au vestiaire. Un avantage qui fait plaisir, même si la France a tout de même subi l'essentiel de ce premier tiers.
 
Devant sept supporters kazakhs - dont les papas Ustinovich et Asetov apparemment - la France, dominée nettement au premier tiers, revient avec de meilleures intentions. La défense paraît plus concentrée et Papillon n'a pas de travail. Petit à petit, le jeu se déplace dans le camp kazakh.
 
Solides dans les bandes, les Français poussent. Au duel, Coulaud provoque ainsi une faute et le jeu de puissance cherche à s'installer. Il faut attendre les dernières secondes pour voir un tir de Matima, excentré. Ce dernier accélère peu à peu et transperce la défense. Lobanov l'accroche et Matima percute violemment la bande. Il est sonné mais rentre au banc, pendant que le défenseur kazakh se dirige vers la prison. L'équipe spéciale française réalise une meilleure performance et trouve Coulaud seul au cercle gauche. L'attaquant des Gothiques expédie un tir puissant qui percute la barre transversale.
 
Le Kazakhstan déborde à droite. Panyukov lance au but et Papillon s'impose. Malheureusement pour le gardien, la relance pose toujours autant de problème. Partie de billard en entrée de zone, Coulaud récupère le palet et cherche un slalom risqué. Son plaet est contré et revient sur Tolepbergen planté devant Papillon. L'attaquant kazakh contrôle, fixe le gardien et égalise (1-1). Encore une fois, un but offert avec papier cadeau par les Français !
 

Ils accusent le coup et se font malmener par Koshelev dans les bandes. Le jeune talent résiste aux contacts et Nesa l'accroche. En infériorité, Colomban intercepte et démarre en échappée. Il est retenu et mis au sol. Les officiels signalent logiquement un lancer de pénalité, à la grande joie du public venu nombreux.
 
Colomban s'avance au ralenti. Trop lentement, puisqu'il finit par perdre le palet avant même de lancer au but ! L'équipe biélorusse, en tribunes pour espérer la troisième place, n'en croit pas ses yeux.
 
La fin de tiers devient compliquée pour les Français. Au duel en entrée de zone, Koshelev gagne le palet et lance vers le but. Son tir est contré par Durand qui reste au sol. Simultanément, Dutruel sèche Koshelev qui doit être aidé pour se relever. L'attaquant de Megève prend une méconduite de dix minutes. Le Kazakhstan se retrouve en supériorité, et bientôt à cinq-contre-trois lorsque Montenoise touche Grents au visage. Mais il ne reste que dix secondes avant la pause. Le Kazakhstan bénéficiera de 38 secondes de double supériorité au début du prochain tiers.
 
La France est dans le coup. Mais il faut d'abord tuer les deux pénalités. La première se termine, mais la deuxième est fatale. Il ne reste que dix secondes lorsque Neznamov surgit pour bonifier un rebond (1-2). 
 
La réaction française s'annonce par Delbaere et Nesa. Les deux attaquants fournissent un gros travail dans les bandes et le palet revient sur Montenoise à la bleue. Le défenseur lance un tir croisé que Ustinovich repousse du bout de la botte. Sur l'action, Yadryshnikov prend deux minutes. Les Bleuets poussent. Ils mettent la pression devant la cage et parviennent à fixer le gardien sur un poteau. La rondelle glisse au deuxième mais la reprise est hors cadre !
 
 
Coulaud, trop virulent, est pris par la patrouille dans la foulée. Malgré un gros travail de Guillaume au début de l'infériorité, la France cède à une seconde de la fin de la pénalité. Koshelev fixe la défense côté droit et sort une passe magique à l'opposée. Grents, tout seul au cercle, trouve la cage ouverte (1-3). La France a le mérite de ne pas lâcher. Torres et Maia travaillent fort et cherchent une déviation, hors cadre.
 

La fatigue paraît se faire sentir peu à peu. Les passes sont encore plus imprécises. Gallet se fait même voler le palet dans la crosse dans le coin et Papillon doit sauver son camp. Puis, Koshelev est envoyé en échapée. Papillon sort un superbe arrêt. Nouvelle erreur une minute après, un défenseur redonne le palet directement dans la crosse d'Asetov. Le capitaine échoue sur Papillon.
 
L'attaque française cherche un second souffle. Thiry, monté aux avant-postes, tente une passe à travers l'enclave, mais les Français n'ont pas la crosse au sol. La reprise est trop risqué et rate. Papillon sort pour un attaquant de plus et le contre de Panyukov arrive cage vide (1-4). Même là, les Français essaient encore. La dernière action du match est lancée par Guillaume avec l'aide de Josse, mais Coulaud ne peut conclure.
 

La France s'incline donc pour la quatrième fois de suite, avec encore une fois un seul but marqué. Le match laisse le même sentiment de frustration. La France, volontaire, s'est créée de bonnes situations mais a péché par maladresse. La finition pose problème certes, mais c'est surtout la faiblesse de la relance et du jeu de passe qui ont coûté cher. À chaque match, une mauvaise relance aboutit sur une crosse adverse pour un but encaissé. Quant au jeu de puissance, il a peiné à produire, la faute à une circulation de palet déficiente.
 
De bonnes intentions, de la combativité, mais l'équipe de France était un peu trop limitée pour ce niveau. Il va falloir un gros travail physique pour tenir la comparaison avec les meilleurs, et conserver la lucidité pour faire les bons choix.
 
Remise des trophées
Médaille d'or : Lettonie
Médaille d'argent : Norvège
Médaille de bronze : Kazakhstan
 
Meilleurs joueurs désignés par le directorat :
Meilleur gardien : Fredrik Gronstrand (Norvège)
Meilleur défenseur : Vladislav Goncharov (Biélorussie)
Meilleur attaquant : Semyon Koshelev (Kazakhstan)
 
Meilleurs joueurs de chaque équipe, désignés par les entraineurs :
Biélorussie : D Vadim Klyavzo
France : F Julien Guillaume
Italie : F Luca Barnabo
Kazakhstan : F Semyon Koshelev
Lettonie : F Fredrik Razgals
Norvège : G Fredrik Gronstrand
 
Classement des pointeurs :
1. Martin GRAN (NOR) 5MJ, 4B, 4A, 8 pts
1. Semyon KOSHELEV (KAZ) 5MJ, 4B, 4A, 8 pts
3. Ludvig HOFF (NOR) 5MJ, 3B, 5A, 8 pts
4. Colin OLSEN (NOR) 5MJ, 1B, 7A, 8 pts
5. Ville LINDSTAD (NOR) 5MJ, 1B, 6A, 7 pts
 
Classement des défenseurs
1. Stepan FALKOVSKI (BLR), 5MJ, 2B, 3A, 5 pts
2. Eduards JANSONS (LET), 5MJ, 2B, 2A, 4 pts
3. Arthur MONTENOISE-OUDOT (FRA), 5MJ, 2B, 2A, 4 pts
4. Vadim KLYAVZO (BLR), 5MJ, 1B, 3A, 4 pts
5. Emil SATERAAS (NOR), 5MJ, 1B, 3A, 4 pts
 
Classement des gardiens
1. Alexander OSIPKOV (KAZ), 3MJ, 1.95 buts encaissés, 93,18% d'arrêts
2. Fredrik GRONSTRAND (NOR), 4MJ, 1.76 buts encaissés, 91,57% d'arrêts
3. Mattis KIVLENIEKS (LET), 4MJ, 2.37 buts encaissés, 89,87% d'arrêts
 
 
 
France 1-4 Kazakhstan (1-0, 0-1, 0-3)
Samedi 19 avril 2014, 19h30. Patinoire Jean-Bouin de Nice, 1111 spectateurs.
Arbitrage de Viki Trilar (SLO) assisté de Gregor Rojko (SLO) et Roman Vyleta (SVK).
Tirs : France 18 (7, 5, 6), Kazakhstan 33 (11, 8, 14)
Pénalités : France 22' (4', 6'+10', 4'), Kazakhstan 8' (2', 4', 2')
 
Récapitulatif du score
1-0 à 18'38" : Maia assisté de Torres et Colotti
1-1 à 34'34" : Tolepbergen assisté de Yadryshnikov
1-2 à 41'41" : Neznamov assisté de Sentyushkin et Lobanov (sup. num.)
1-3 à 50'50" : Grents assisté de Koshelev
1-4 à 59'05" : Panyukov assisté de Tanimov (cage vide)
 
 
France
 
Gardien : Quentin Papillon (sorti de sa cage 58'48" - 59'05")
 
Défenseurs : Loïc Chapelier - Arthur Montenoise-Oudot (A) ; Camil Durand - Hugo Gallet ; Thomas Thiry - Thibaut Colombin (A) ; Maxime Ritz.
 
Attaquants : Loïc Coulaud - Julien Guillaume (C) - Jérémy Delbaere ; Adrien Josse - Fabien Colotti - Rudy Matima ; Bastien Maia - Vincent Nesa - Kévin Marion ; Léo Dutruel - Robin Colomban - Antoine Torres ; Nathan Grabherr.
 

Remplaçant : Raphaël Garnier (G)
 
Kazakhstan
 
Gardien : Nikita Ustinovich
 
Défenseurs : Dmitri Bykov - Anuarbek Tanimov ; Ilya Lobanov - Sergei Omelyanovich ; Nikita Medvedev - Danil Svinukhov ; Denis Sentyushkin.
 
Attaquants : Alikhan Asetov (C) - Dmitri Presnov - Semyon Koshelev (A) ; Dmitri Makeyev - Kaisar Amanov - Stepan Shtefan ; Nikita Neznamov - Kirill Panyukov - Kirill Yadryshnikov ; Bekmukhanbet Tolepbergen - Artur Shetle - Alexey Kiselyov ; Dmitri Grents.
 
Remplaçant : Bogdan Belokonski (G).