Deuxième couronne suédoise pour Skellefteå et Bellemare

Qu'il est bien difficile de se frotter à l'unanimité. Des vingt finales nationales de son histoire, l'édition 2014 semblait l'une des plus difficiles pour le Färjestads BK, 5e de la SHL suédoise.
 
Il faut dire que l'épouvantail Skellefteå a de quoi épouvanter, rarement un club n'a autant dominé le hockey suédois. Ces deux dernières années, le SAIK a maîtrisé la saison régulière sans concurrence aucune et n'a subi que trois revers en play-offs.
 
L'appréhension et la fébrilité ont finalement gagné le club de Karlstad puisque Färjestad, pris à la gorge, a laissé filer cette finale sans avoir pu prononcer un mot. Lors des trois dernières confrontations, le Skellefteå AIK a dicté sa loi 3-0, 6-2 et 8-1. 
 
S'il y avait une image à retenir, ce serait celle-ci : alors que le score n'était "que" de 3-1 dans la troisième manche, on a pu voir dans le tiers médian Rickard Wallin agiter sa serviette tel un drapeau blanc sur le banc des pénalités. Vous vous doutez de la suite, l'orage s'est déchaîné en laissant agonisante une équipe de Karlstad proche du balayage. À l'issue de ce match, le coach de Färjestad Leif Carlsson a même estimé qu'il n'y avait plus aucune chance dans cette finale. Une manœuvre afin de déclencher une dernière étincelle à son équipe ?
 
Enfin titularisé lors du match 3, Charles Bertrand, sur une quatrième ligne confidentielle, a plus été un spectateur de la boucherie qu'autre chose. Carlsson ne l'a pas rappelé pour ce match 4 et continue de faire confiance à son portier Fredrik Petterson-Wentzel. Il faut préciser que ce dernier avait été remplacé après 3 buts encaissés en première période avant que cinq pions ne suivent lors de la rencontre précédente. Après cette série, l'entraîneur des gardiens Erik Granqvist précisera que "PW" aura combattu malgré une douleur à la hanche. 
 
Sans surprise, celui-ci doit s'employer rapidement, sur une tentative de Joakim Lindström devant le slot dès les premières secondes. Néanmoins, Färjestad est loin d'apparaître défaitiste. Rigoureux en défense, les locaux s'offrent une bonne opportunité à leur premier avantage numérique : Anders Bastiansen, à droite, centre fort pour Christian Berglund, devant le demi-cercle, dont l'essai frôle le poteau gauche. 
 
Dans ce premier tiers-temps, Skellefteå sera particulièrement dangereux par une reprise d'Oscar Möller, George "Bud" Holloway - sur son aile gauche qui élimine le défenseur Nygren mais délivre un tir trop croisé - et encore par Möller qui tente de forcer face aux jambières solides de Petterson-Wentzel. Avant la pause, Bastiansen est à deux doigts de partir seul, mais Markus Svensson le devance par une sortie propre.
 
Auteur d'une première période satisfaisante, Färjestad va néanmoins manquer d'air en deuxième face à un SAIK qui veut l'étouffer pour assurer le titre. Si Oscar Möller traîne toujours devant le but des verts, il manque toutefois de réussite à deux reprises. Le K.O. semble se rapprocher quand les visiteurs frappent deux fois le poteau à une minute d'intervalle.
 
A la 25e minute, Pierre-Édouard Bellemare libère le palet côté gauche pour Arvidsson qui prolonge la passe vers Holloway (photo ci-dessus), le Canadien tape le poteau gauche. À la 26e minute, Emanuelsson centre pour Melker Karlsson qui frappe, Petterson-Wentzel est de nouveau sauvé par le montant de son but.
 
La seule occasion franche de Färjestad de la période interviendra à la 31e, l'arrière Niklas Arell offre deux tirs successifs plein axe, le premier repoussé par Markus Svensson, le second, du revers, passant au-dessus de la cage. Par la suite, Svensson couvrira d'ailleurs un rebond de Bastiansen après un tir lointain de Lundh.
 

De l'autre côté, c'est un autre tir lointain qui attire l'attention : celui de Karlsson, dont le rebond est à deux doigts d'être repris dans un angle ouvert par Möller. Enfin, à une quarantaine secondes de la deuxième pause, Bellemare effectue un excellent débordement côté droit, le premier tir est arrêté mais le deuxième est avorté par une couverture incorrecte de Hillding.
 
Ce jeu de puissance qui déborde dans le troisième tiers ne pourra être validé malgré des essais d'Arvidsson et un slap de Bellemare. Cependant, une minute après l'expiration de cette pénalité, le Skellefteå AIK ouvrira la marque par le jeune Anton Lindholm. Le défenseur du SAIK, posté à la ligne bleue, lève suffisamment son palet pour l'envoyer lucarne opposée, son partenaire et capitaine Jimmie Ericsson faisant écran devant l'enclave (0-1, 42'46"). 
 
Färjestad tente de réagir et connaît même une bonne séquence à dix minutes de la fin mais Milan Gulas tire au-dessus et la lourde frappe de Magnus Nygren est captée. Malheureusement, quelques minutes plus tard, Nygren précipitera la chute de son équipe en faisant faute. Si la première unité du SAIK est maîtrisée, c'est la seconde qui trouvera la solution. Bud Holloway, couloir gauche, donne devant lui à Pierre-Édouard Bellemare qui s'ouvre habilement l'angle du but en déjouant du revers Fredrik Petterson-Wentzel (0-2, 57'06"). 
 
Une dernière cartouche de Nygren sera insuffisante, Martin Lundberg mettant fin au suspense, si suspense il y avait, en marquant dans les filets déserts (0-3, 58'18"). Que pouvait faire Färjestad ? Face à une équipe qui a imposé sa domination écrasante ces deux dernières années en devenant championne de Suède une deuxième fois en deux ans, invaincue pendant huit matches d'affilée en finale, une première en Suède.
 
Buteur à chaque partie de cette série finale, Pierre-Édouard Bellemare, premier Français à devenir deux fois champion de Suède, a pris une grande part dans le succès de son équipe.
 
Le Bleu (photo ci-dessus, aux côtés d'Oscar Möller) termine ces play-offs avec 14 points (9+5) en 14 matches, un sommet de carrière. Des statistiques flatteuses et un engagement perpétuel qui lui ouvrent une fois de plus une petite porte vers la NHL, intérêt confirmé par son agent Pontus Norén. À défaut d'un rêve qui se refuserait à lui, "Pi-Ed", 29 ans, continuera de porté le noir et jaune de l'équipe du Västerbotten jusqu'en 2016.
 
On félicitera également Charles Bertrand qui, sans avoir obtenu la pleine confiance de son coach, termine médaillé d'argent du championnat suédois à seulement 23 ans, après avoir remporté le bronze en Finlande en 2011. Atteignant les 18 points, le coéquipier de Bellemare Joakim Lindström reçoit le trophée Stefan Liv, remis au joueur le plus utile des play-offs. Skellefteå garde ses casques d'or et son trophée Le Mat. Pour une nouvelle dynastie ?
 
 
Färjestad - Skellefteå 0-3 (0-0, 0-0, 0-3).
Lundi 21 avril 2014 à 17h00 à la Löfbergs Arena de Karlstad. 7843 spectateurs.
Arbitrage de Mikael Nord et Ulf Rönnmark assistés de Henrik Pihlblad et Tobias Haster.
Pénalités : Färjestad 12' (4', 4', 4'), Skellefteå 10' (6', 2', 2').
Tirs : Färjestad 23 (9, 5, 9), Skellefteå 27 (8, 14, 5).
 
Évolution du score :
0-1 à 42'46" : Lindholm assisté de Norman et Lundberg
0-2 à 57'06" : Bellemare assisté de Holloway (sup. num.)
0-3 à 58'18" : Lundberg assisté d'Arvidsson
 
 
Färjestads BK
 
Gardien : Fredrik Petterson-Wentzel [sorti de 57'26" à 58'18"].
 
Défenseurs : Ole Kristian Tollefsen (C) - Magnus Nygren (A, -2, 2') ; Niklas Arell - Anton Grundel (2') ; Oliver Kylington - Ville Lajunen ; Ludwig Byström (-1, 2').
 
Attaquants : Per Åslund (-1) - Joakim Hillding (-1, 4') - Milan Gulas (-1) ; Joakim Nygård - Rickard Wallin (2') - Pontus Åberg (-1) ; Christian Berglund (-2) - Anders Bastiansen - Patrik Lundh (A) ; Martin Röymark - Christoffer Forsberg (-1) - Johan Olofsson (-1).
 
Remplaçants : Pekka Tukkola (G), Linus Fröberg.
 
Skellefteå AIK
 
Gardien : Markus Svensson.
 
Défenseurs : Fredrik Lindgren - Niclas Burström ; Johan Alm (+1) - Sebastian Aho ; Anton Lindholm (+1) - Arvid Lundberg (+1) ; Jonas Frögren (+1).
 
Attaquants : Jimmie Ericsson (C, +1, 6') - Erik Forssell - Oskar Sundqvist ; Oscar Möller - Melker Karlsson (+1) - Joakim Lindström (A) ; Viktor Arvidsson (+1) - Pierre-Édouard Bellemare (A) - George Holloway ; Adam Pettersson (2') - John Norman (+1, 2') - Martin Lundberg (+2) ; Petter Emanuelsson.
 
Remplaçant : Erik Hanses (G).