Slovaquie - Finlande (Euro Hockey Challenge, match 5 à Košice)

Le détour en France n’a pas vraiment permis à Vladimír Vůjtek de se rassurer. Défaits 2-4 à Gap, conséquence en grande partie de la déroute personnelle du gardien Július Hudáček, les Slovaques ont sauvé la face à Grenoble deux jours plus tard, non sans avoir pleinement convaincu, si ce n’est Ján Laco, portier fétiche du coach tchèque.

Du côté de la Double-Croix, les motifs de satisfaction tournaient essentiellement autour du centième but planté aux Coqs gaulois et au nouveau record de réalisations en équipe nationale de l’emblématique capitaine Miroslav Šatan, malheureusement le plus fringant des siens à près de 40 berges. Pour le reste, les inquiétudes quant à l’effectif restent toujours aussi pesantes, surtout que Tomáš Záborský s’est ajouté sur la liste des absents certains pour le Mondial biélorusse, de même que Rastislav Staňa, fraîchement sacré avec le HC Košice mais soi-disant blessé.

Pour affronter la Finlande, son dernier adversaire en Euro Hockey Challenge, la Slovaquie n’a reçu que de minces renforts. À Košice, théâtre du premier duel, ce sont trois enfants du pays qui font leur apparition dans le groupe : Martin Marinčin, défenseur crédité de 44 matches avec Edmonton cette saison en NHL, ainsi que Radek Deyl et Tomáš Marcinko, qui ont soulevé le trophée de l’Extraliga slovaque trois jours plus tôt dans la même Steel Aréna. Pour le dernier cité, cela marque un retour longtemps inespéré sous la casaque bleue après sa grave blessure contractée aux Jeux Olympiques en ouverture contre les Etats-Unis. Mais le solide gaillard a repris du poil de la bête dès les play-offs, et les qualités défensives de ce centre sont encore plébiscitées par le staff slovaque.

Devant un public entièrement acquis à sa cause, la Slovaquie commence la rencontre tambours battants en pressant d’entrée de jeu la défense finlandaise. Radoslav Tybor se retrouve en position favorable dans le slot mais son tir n’est pas cadré. Iiro Pakarinen se rend coupable d’une faute offensive et les locaux peuvent déjà développer un power-play (3'48). Mais comme souvent avec la Double-Croix, le jeu a tendance à être statique, le palet circulant d’un côté à l’autre sans vraiment porter le danger dans la zone de but. Le slap de Ivan Švarný est certes puissant mais téléphoné si bien qu’il ne surprend en rien Jusse Saros, le jeune portier sacré champion du monde junior à la nouvelle année, qui contient sans mal.

De nouveau à cinq, les Blancs semblent finalement se mettent en jambes et l’ardeur slovaque tend alors à s’apaiser. Un mauvais contrôle de Karol Sloboda le long de la bande gauche est bien exploité par Teuvo Teräväinen qui récupère la rondelle avant de la filer en « crosse-à-crossse » à son accolyte Michael Keränen ; le Casque d’Or de SM-liiga ajuste Jaroslav Janus depuis le haut du cercle en faisant passer le puck entre le poteau et la jambière droite du gardien de Slovan Bratislava (0-1, 07'08). Composée de jeunes talents pleins d’avenir, la deuxième ligne des Leijonat se montre déjà en verve. Elle refera mouche plus tard…

Peu de temps après l’ouverture du score, Tommi Huhtala se heurte à la vigilance de Janus. Les Slovaques gâchent eux aussi quelques jolies munitions. À la 17e minute, Martin Bartek dévie dangereusement le tir du remuant Martin Réway mais son geste n’est pas assez précis pour tromper Saros. Dans la foulée, Tomáš Bulík galvaude sa chance ne trouvant que la jambière droite du goalie de Hämeenlinna alors qu’il se trouvait pourtant esseulé entre les deux cercles. Même les Finlandais se débrouillent mieux en zone neutre et débordent plus souvent les Slovaques, le jeu reste équilibré et ce jusqu’à la première pause.

À l’instar du premier acte, les Finlandais évoluent rapidement en infériorité suite à la sortie de Jere Sallinen (22'05). Cela ne les empêche pas de parfaitement maîtriser le jeu de puissance adverse et de se montrer même menaçants par deux fois en contre. Les Bleus deviennent de plus en plus apathiques, hormis les attaquants de la troisième ligne : Réway est le seul à faire illusion en zone d’attaque via un excellent fore-checking et il se retrouve d’ailleurs en position favorable à la suite d’un joli mouvement instigué en relais par Bartek et Rastislav Špirko. Encore une fois cependant, Saros intervient de main de maître.

En face, la Finlande prend tranquillement le contrôle du match. Peu avant la demi-heure de jeu, le défenseur Tuukka Mäntylä, dans l’enclave, oblige Janus à s’arracher une nouvelle fois. La domination blanche est encore plus nette à l’amorce des dix dernières minutes du deuxième tiers et c’est par la force des choses qu’ils font le break par l’entremise de leur capitaine Juha-Pekka Hytonën. Le joueur de Lausanne, seul en attaque sur un changement de lignes, tente sa chance dans le cercle droit : le palet passe entre les jambes de Deyl qui masque la vision de son gardien, lequel capitule une seconde fois (0-2, 30'18).

Deux minutes plus tard, Réway puis Bartek se montrent une nouvelle fois à leur aise, mais Saros ne se laisse toujours pas avoir. En fin de période, son vis-à-vis slovaque parvient à contenir les tentatives de Jani Tuppurainen puis de Tomi Sallinen alors que les deux équipes jouent à quatre contre quatre après les tours en prison simultanés de Deyl et Pakarinen (37'58).

Repartie à l’attaque après avoir recouvert de l’entrain, la Slovaquie est refroidie par le troisième but finlandais inscrit par Teräväinen au corps-à-corps dans le slot, concluant ainsi un excellent travail de Keränen sur l’aile droite (45'09). C’est désormais cuit pour les hommes de Vujtek qui accusent le coup un moment avant d’enfin se ressaisir dans en fin de rencontre, notamment via ses vieux cadres, Šatan et Ladislav Nagy. Ils bénéficient d’une ultime supériorité grâce à la faute de Tommi Taimi mais restent bredouilles au score, le jeune Saros faisant étalage de toutes ses qualités à une Steel Aréna qui, malgré le peu de poids de ses chouchous dans la partie, manifeste son contentement. La Finlande s’impose contre la Slovaquie pour la vingtième fois en vingt-huit confrontations et poursuit son invincibilité de dix ans face à son adversaire du soir, lauréat pour la dernière fois à Ostrava… le 28 avril 2004 au Mondial tchèque !

Désignés joueurs du match : Martin Marinčin (Slovaquie) et Juuse Saros (Finlande)

Réactions d’après-match

Vladimír Vůjtek (entraîneur de la Slovaquie) : « On a assisté à un hockey rapide et intéressant. L’équipe de Finlande a été meilleure à la finition. Elle nous a débordés surtout en deuxième période. Je la félicite, ainsi que son entraîneur, pour cette victoire. Nous sommes toujours en phase de préparation, nous avons 31 joueurs à disposition, certains y arrivent mieux que d’autres. On s’efforce doucement de trouver l’effectif optimal. »

Erkka Westerlund (entraîneur de la Finlande) : « Nous sommes heureux que ce match se soit disputé dans un stade plein, ce fut agréable d’évoluer dans une telle atmosphère. Nous avons offert une très bonne copie au cours de cette rencontre, notamment en défense et surtout au poste de gardien. »

Martin Réway (attaquant de la Slovaquie) : « Notre zéro pointé au score nous contrarie. Nous avons eu quelques occasions mais nous n’avons pas su les concrétiser. Nous devons apprendre de cela et nous améliorer dans le geste final pour le second match à Poprad. J’appréhendais un peu les grandes dimensions de la glace de Košice mais je les ai finalement bien maîtrisées. À Poprad, sur une surface réduite, ça devrait mieux me convenir. »

Miroslav Šatan (attaquant et capitaine de la Slovaquie) : « Les Finlandais ont bien patiné et ont su saisir leurs chances de but. Nous, nous avons essayé de patiner avec eux mais nos occasions sont restées sans suite. Les Finlandais ont densifié la zone de but et il nous a fallu un certain temps avant que l’on comprenne qu’il fallait décaler les plats vers l’arrière pour nos défenseurs. C’était clairement un match plus rythmé que ceux joués en France et ça ne peut être que positif en prévision des Mondiaux qui approchent. »

Martin Marinčin (défenseur de la Slovaquie) : « On a voulu s’arracher devant notre public, mais nous n’avons pas marqué alors que la Finlande a transformé les occasions qu’on lui a offertes. On doit davantage presser devant le but, c’est comme ça qu’on arrivera à inscrire des buts. Il reste encore suffisamment de temps avant le début des Mondiaux pour nous améliorer. Moi, les grandes surfaces me conviennent bien, j’aime bien jouer avec le palet. Paradoxalement, je ne me réjouis pas du match de Poprad, la glace n’y est pas de bonne qualité. »

 

Slovaquie – Finlande 0-3 (0-1, 0-1, 0-1)

Jeudi 24 avril 2014 à 17h00 à la Steel Aréna de Košice. 8347 spectateurs (guichets fermés).

Arbitrage de Vladimír Baluška et Jozef Kubuš (SVK) assistés de Tibor Rovenský et Martin Korba (SVK)

Pénalités : Slovaquie 6' (2', 2', 2') ; Finlande 8' (2', 4', 2')

Tirs : Slovaquie 28 (9, 8, 11) ; Finlande 31 (10, 9, 12)

Évolution du score :

0-1 à 07'08'' : Keränen assisté de Teräväinen et Pakarinen

0-2 à 30'18'' : Hytönen assisté d'Immonen et Hietanen

0-3 à 45'09'' : Teräväinen assisté de Keränen

 

Slovaquie

Gardien : Jaroslav Janus

Défenseurs : Marek Ďaloga (-1) – Karol Sloboda (-1) ; Vladimír Mihálik (-1) – Martin Marinčin (-1, 2') ; Ivan Švarný – Juraj Valach ; Ján Brejčák (-1) – Radek Deyl (-1, 2').

Attaquants : Ladislav Nagy (A, -1) – Juraj Mikúš (-1) – Miroslav Šatan (C, -1) ; Radoslav Tybor (-2, 2') – Tomáš Marcinko (-2) – Michel Miklík (A, -2) ; Martin Réway – Rastislav Špirko – Martin Bartek ; Peter Zuzin – Tomáš Bulík – Martin Bakoš.

Remplaçants : Ján Laco (G), Andrej Šťastný (A). Non-utilisés : Július Hudáček (G), Peter Čerešňák (D), Richard Stehlík (D), Martin Štajnoch (D), Marcel Haščák (A), Patrik Lušňák (A), Dávid Skokan (A).

Finlande

Gardien : Juuse Saros.

Défenseurs : Tuukka Mäntylä – Juuso Hietanen (+1) ; Oskari Korpikari (+2) – Jere Karalahti (A, +1) ; Esa Lindell (+1) – Tommi Taimi (+1, 2') ; Jyri Marttinen – Tommi Kivistö.

Attaquants : Jani Tuppurainen (+1) – Jarkko Immonen (+1) – Juha-Pekka Hytönen (C, +1) ; Michael Keränen (+2, 2') – Teuvo Teräväinen (+2) – Iiro Pakarinen (+2, 2') ; Tommi Huhtala – Tomi Sallinen – Jere Sallinen (2') ; Veli-Matti Savinainen – Petteri Wirtanen (A) – Eetu Poysti ; Miika Lahti.

Remplaçant : Mikko Koskinen (G).