Slovaquie – Finlande (Euro Hockey Challenge, match 6 à Poprad)

En quittant Košice, théâtre de leur première confrontation, pour Poprad, au pied des Hautes Tatras, Slovaques et Finlandais s’apprêtent à passer également de la plus grande patinoire du pays à la plus petite. Des considérations métriques qui étaient au cœur de bien des conversations en préambule du second acte. Dépassés quarante-huit heures plus tôt par les « Lionceaux », les joueurs à la Double-Croix voient dans la dimension réduite de la glace de Poprad un facteur déterminant quant à la revanche à prendre. En hockey comme ailleurs, la taille n’est pourtant pas ce qui compte le plus !

L’envie aussi peut jouer un grand rôle. Celle montrée par les locaux dès les premières secondes de la partie contraste avec l’apathie offerte au public cassovien jeudi. Bien plus vigilants en zone neutre et plus dynamiques dans la conquête du palet, les hommes de Vladimír Vůjtek prennent rapidement l’ascendant sur la Finlande. Le capitaine Miroslav Šatan montre l’exemple en portant le premier coup de boutoir sur Mikko Koskinen en reprenant au poteau gauche une passe en retrait de Ladislav Nagy (0'41). Le jeune Martin Réway, véritable satisfaction de la sélection slovaque, tente sa chance à droite après un tour de cage (3'19). Enfin, le break-away de Dávid Skokan est lui aussi contenu par Koskinen (5'58).

Les Leijonat réagissent progressivement jusqu’à se créer la plus grosse occasion depuis le coup d’envoi. Jarkko Immonen se troue sur sa reprise dans le slot et Janni Tuppurainen récupère le rebond sans plus d’efficacité. Sauf que Ján Laco, non content d’avoir perdu sa crosse dans la bagarre, s’est avancé en laissant sa cage libre de toute surveillance, et le second rebond revient dans la palette du capitaine Juha-Pekka Hytönen qui lève les bras de joie, croyant que sa frappe prenait le chemin des filets. C’était sans compter le saut périlleux du gardien de Donetsk qui, tel un poisson hors de l’eau, se dandine en arrière pour finalement récupérer le caoutchouc sur sa ligne et mettre fin à la cacophonie dans la défense des Bleus (6'39).

Cependant, l’ardeur des ouailles d’Erkka Westerlund est freinée par deux fautes successives d’Iiro Pakarinen (cinglage, 6'50) puis de Tommi Taimi (retenir, 11'33). Catastrophique dans sa gestion des jeux de puissance dans la Steel Aréna, la Slovaquie montre qu’elle a bien bossé entre temps. Elle prend ses quartiers en zone offensive mais les assauts ne sont pas assez agressifs pour surprendre Koskinen. Pourtant, le slap de Réway sur la ligne bleue est détournée en vol par Ivan Švarný, qui fait écran devant le gardien et qui trompe enfin la vigilance de ce dernier (1-0, 11'00). La Double-Croix, fanny jeudi, marque enfin contre les Finlandais et l’ouverture du score récompense une entame sérieuse.

Ce but encaissé semble réveiller les Blancs, qui dominent les débats jusqu’à la pause. Parti en échappée, Hytönen loupe son « un contre un » avec Laco, le vice-champion du monde 2012 s’interposant efficacement sur la trajectoire de l’attaquant de Lausanne (15'40). Le gardien slovaque est en revanche beaucoup moins inspiré lorsqu’il déserte son poste pour aller chercher un palet perdu en fond de zone ; pris au dépourvu, il dégage vers la droite… pile pour Hytönen qui reprend instinctivement vers la cage vide mais qui rate le coche. Immonen prend le rebond, se replace entre les deux cercles puis frappe en se retournant ; Laco sauve sa bévue initiale en repoussant de la jambière gauche (17'58). Son arrêt de la mitaine à la suite du missile de Pakarinen envoyé depuis la « bleue » prouve qu’il a vite repris ses esprits (18'42).

En power-play depuis la fin de la précédente période après un cinglage de Nagy (19'47), la Finlande recolle au score via la bombe de Tuukka Mäntylä, envoyée presque dans l’axe (1-1, 20'48). Toute la deuxième période est hachée par les pénalités qui toucheront plus particulièrement le Suomi, coupable de fautes à six reprises jusqu’à la pause. Ainsi, les deux équipes joueront à cinq contre cinq pendant seulement sept minutes au cours du tiers-temps !

Marcel Haščák retient Pakarinen qui donne simultanément un coup de coude à son homologue slovaque : les deux filent en prison (21'09) et puisque Tommi Taimi retient ensuite la crosse de Michel Miklík (22'20), la Slovaquie évolue à 4 contre 3. Martin Štajnoch, par deux fois, puis Švarný tentent de loin mais manquent de précision (22'44). Ce dernier en vient aux mains avec Jyri Marttinen et les deux bagarreurs vont à leur tour poser leurs fesses sur le banc des fautifs (23'17). Nagy relance dans le cercle droit slovaque, remonte le terrain, slalome dans la défense finlandaise en mettant dans le vent trois blancs mais, pris de vitesse, il glisse et bouge la cage de Koskinen sans avoir pu armer (23'47).

Les Lions ont ensuite deux opportunités de prendre l’avantage. Veli-Matti Savinainen intercepte en zone neutre et s’échappe vers le but mais Laco s’avance bien et annihile la velléité de l’attaquant de Iougra Khanty-Mansiïsk (24'02). À forces de nouveau égales, les attaquants finlandais grillent un « trois contre un » en tergiversant trop devant la cage, permettant ainsi le retour de la défense slovaque (24'38). La pression offensive de la Double-Croix s’accentue après que Petteri Wirtanen ait accroché Rastislav Špirko (28'00). Du côté slovaque, on s’en remet encore à la puissance de Štajnoch mais le défenseur frappe encore à côté. Le rebond est repris par Miklík, qui voit sa frappe repoussée, puis Radoslav Tybor tente un rapproché au poteau gauche mais Koskinen réagit promptement.

C’est au tour de la Finlande d’évoluer en supériorité (retenir de Šťastný, 30'03) mais l’aubaine est en réalité pour la Slovaquie. Peu convaincants sur leur jeu de puissance, les visiteurs ont toutes les difficultés à franchir la zone neutre. Švarný chipe d’ailleurs la rondelle puis frappe de suite depuis le centre de la glace ; même si ce n’est pas cadré, le palet embrasse la bande et repart dans la direction de Šatan qui contrôle et trompe Koskinen d’un joli backhand au poteau droit (2-1, 31'16). Le vétéran signe là sa quatre-vingt-cinquième réalisation sous le maillot national et gonfle un peu plus le record qu’il a battu à Grenoble une semaine auparavant.

Les Blancs accusent le coup et semblent manquer de souffle sur les agressions locales. Notamment sur ce joli débordement de Marek Ďaloga qui poursuit sur un tour de cage avant d’essayer un revers au poteau gauche. Le rebond est mal négocié mais le défenseur de Pardubice hérite encore du palet et place une mine depuis la « bleue » que Koskinen contient du plastron (34'40). La Finlande est sur les rotules et les deux bâtons élevés successifs de Pakarinen (34'50) et Marttinen (37'15) n’arrangent rien à l’affaire. Cependant, la Slovaquie n’en profite pas pour faire le break malgré la remontée de Réway le long de la bande gauche qui adresse parfaitement pour Špirko dans le slot, lequel ne parvient pas à cadrer sa reprise (37'33).

Sans perdre en intensité ni en dynamisme, le troisième opus de la partie est toutefois moins riche en occasions, la Finlande étant clairement fatiguée, la Slovaquie couvrant parfaitement la zone neutre. Les cinq premières minutes de la reprise sont dominées par les Bleus qui font le siège de la zone finlandaise et il ne manque pas grand chose à Martin Marinčin, Réway, Nagy ou Haščák pour trouver la faille. L’échappée de Savinainen, encore contenue par Laco, marque la dernière chaude alerte avant la faute de Peter Čerešňák en toute fin de rencontre (crosse haute, 57'56). La Finlande tente alors son va-tout en sortant Koskinen dans l’ultime minute pour se retrouver de fait avec deux unités de plus sur la glace. La tension est à son comble, les Lions jettant toutes leurs forces, la Double-Croix résistant au mieux à l’invasion. Le public est libéré à la sirène : leurs chouchous l’emportent enfin sur les Finlandais après dix ans de disette.

Désignés joueurs du match : Ján Laco (Slovaquie) et Tommi Kivistö (Finlande)

Réactions d’après-match

Vladimír Vůjtek (entraîneur de la Slovaquie) : « On a inscrit deux buts, on a parfaitement joué en défense, notre gardien Laco a été au rendez-vous. Je pense que ce fut un match de qualité. J’ai senti un net progrès dans nos lignes défensives, on a bien surveillé la zone neutre pour ne pas laisser partir notre adversaire en surnombre. Je suis très satisfait du comportement qu’a de nouveau montré Martin Réway, dont on sait qu’il a un énorme talent. (…) On cherche toujours la composition optimale de nos formations. Ce qui semble sûr pour le moment, c’est notre trio de gardiens. Il faudrait en effet qu’il arrive quelque chose d’exceptionnel pour que Laco, Janus et Hudáček ne soient pas du voyage à Minsk. Richard Pánik va se joindre à nous mardi, et on verra ensuite quels autres joueurs viendront de NHL. Trois joueurs quittent l’effectif. Il s’agit du défenseur Richard Stehlík et des attaquants Tomáš Bulík et Martin Bakoš. »

Erkka Westerlund (entraîneur de la Finlande) : « Je félicite l’équipe de Slovaquie pour sa victoire. Les Slovaques ont joué un très bon match. Les spectateurs ont dû être statisfaits du jeu offert. »

Miroslav Šatan (attaquant et capitaine de la Slovaquie) : « Mon but intervient sur une situation un peu hasardeuse. Ivan Švarný a tenté sa chance mais a raté le cadre, je me suis précipité sur le rebond, j’ai réussi à me défaire d’un défenseur et à lever le palet derrière le gardien. Malgré le désavantage de l’infériorité numérique, on parvient à marquer le but qui nous assure la victoire. Ça faisait longtemps qu’on n’avait pas gagné contre les Finlandais, c’est un adversaire qui ne nous avait pas souris les autres années. C’est une victoire très encourageante avant le début du championnat du monde. »

Ján Laco (gardien de la Slovaquie) : « Ce sont des sensations magnifiques qui dominent après une telle victoire. On a joué avec dévouement, on a eu aussi un peu de chance parfois. Personnellement, le fait de revenir ici, à Poprad, m’a rappelé de bons souvenirs de mon passage au Lev. Les spectateurs ont été aussi fantastiques qu’à l’époque. »

 

Slovaquie – Finlande 2-1 (1-0, 1-1, 0-0)

Samedi 26 avril 2014 à 17h00 à la patinoire de Poprad. 4468 spectateurs (guichets fermés)

Arbitrage de Peter Jonák et Tomáš Orolin (SVK) assistés de Miroslav Valach et Martin Smrek

Pénalités : Slovaquie 10' (2', 6', 2') ; Finlande 18' (4', 12', 2')

Tirs : Slovaquie 37 (12, 11, 14) ; Finlande 32 (12, 11, 9)

Evolution du score :

1-0 à 11'00'' : Švarný assisté de Réway et Bartek (sup. num.)

1-1 à 20'48'' : Mäntylä assisté de Immonen (sup. num.)

2-1 à 31'16'' : Šatan assisté de Švarný (inf. num.)

 

Slovaquie

Gardien : Ján Laco.

Défenseurs : Marek Ďaloga – Karol Sloboda (+1) ; Martin Marinčin – Peter Čerešňák (2') ; Ivan Švarný (+1, 2') – Martin Štajnoch ; Richard Stehlík – Radek Deyl.

Attaquants : Ladislav Nagy (A, +1, 2') – Juraj Mikúš – Miroslav Šatan (C, +1) ; Radoslav Tybor – Andrej Šťastný (2') – Michel Miklík (A) ; Martin Réway – Rastislav Špirko – Martin Bartek ; Dávid Skokan – Patrik Lušňák – Marcel Haščák (2').

Remplaçants : Július Hudáček (G), Peter Zuzin (A). Non-utilisés : Jaroslav Janus (G), Vladimír Mihálik (D), Juraj Valach (D), Ján Brejčák (D), Tomáš Marcinko (A), Tomáš Bulík (A), Martin Bakoš (A).

Finlande

Gardien : Mikko Koskinen [sorti de 59'03 à 59'20 puis de 59'25 à 60'00].

Défenseurs : Tuukka Mäntylä – Juuso Hietanen ; Oskari Korpikari (-1) – Jere Karalahti (A, -1) ; Esa Lindell – Tommi Taimi (2'+2') ; Jyri Marttinen (2'+2') – Tommi Kivistö.

Attaquants : Jani Tuppurainen (-1) – Jarkko Immonen – Juha-Pekka Hytönen (C, -1) ; Michael Keränen – Teuvo Teräväinen (-1) – Iiro Pakarinen (2'+2'+2'+2') ; Jere Sallinen – Tomi Sallinen – Eetu Pöysti ; Veli-Matti Savinainen – Miika Lahti – Petteri Wirtanen (A, 2').

Remplaçants : Juuse Saros (G). Non-utilisé : Tommi Huhtala (A).