Spectateurs à côté d'Ovechkin

Le nouvel espoir de la Russie, si souvent déçue au poste de gardien, se nomme Andrei Vassilievsky, 19 ans. Ses grands débuts ont été gâchés la semaine dernière en Lettonie : c'est le junior d'en face, Ivan Punnenovs, qui lui a volé la vedette en résistant aux nombreuses attaques russes. Vassilievsky a eu moins de travail et a été battu sur un contre un de Juris Stals (0-1). Cette défaite "contre un adversaire qu'on est obligé de battre" a ulcéré Oleg Znarok, le nouvel entraîneur de la Russie, qui a haussé le ton et dénoncé un manque de combativité.
 
Znarok a ensuite rappelé que personne n'avait sa place acquise dans l'effectif, pas même les joueurs de NHL qui viennent d'arriver : ils sont six, Belov, Orlov, Kuznetsov, Kulyomin, Loktionov et bien sûr la star Ovechkin, qui a droit à son premier capitanat en équipe nationale. Il y a beaucoup de monde dans ce groupe (plus de cinq lignes). Une seconde vague de joueurs de NHL arrivera après le premier tour et il faudra aussi compter avec les finalistes de KHL, dont l'étincelant Mozyakin.
 
Les finalistes de DEL pourront-ils quant à eux rejoindre l'équipe d'Allemagne ? On en a douté après une maladresse de communication lors d'une conférence de presse mardi dernier à Mannheim. La conférence était consacrée au prochain match de préparation contre la Suisse, et Pat Cortina a expliqué renoncer aux finalistes et garder l'équipe qui s'est préparée ensemble. Ce qui a provoqué une réaction très agacée du meilleur marqueur des play-offs Thomas Greilinger : "Que se serait-il passé si la finale avait opposé Mannheim et Berlin ? Aurait-il renoncé à 15 joueurs ?" Cortina a été obligé de préciser que sa déclaration ne concernait que ce match - pour laisser un temps de repos aux finalistes - et que cinq à sept d'entre eux seront intégrés au dernier match de préparation avant les Mondiaux (face aux Américains).
 
À trop regarder les stars russes, les Allemands sont giflés trois fois en sept minutes : un lancer axial d'Ilya Nikulin, légèrement dévié, une cage ouverte de Sergei Plotnikov parfaitement servi par une passe transversale de Shipachev, et une promenade sans opposition de Tikhonov. Les joueurs locaux, en tendant d'aider leurs camarades parfois désarmés face à la technique russe, quittent leurs positions et désorganisent toute la structure défensive. Démarqué à son tour par Loktionov dans le slot, Anton Glinkin enfonce le clou pour terminer la première période à 0-4. Et tout cela sans qu'Ovechkin ait vraiment un impact, puisqu'il compte un seul tir. Il finira le match à deux lancers.
 
Passive pendant vingt minutes, l'Allemagne se met enfin à jouer au retour sur la glace. La défense russe commence aussi à faire des erreurs. Celle de Denisov est sans conséquence, pas celle de Nikulin. Sur la contre-attaque, Matthias Plachta, le "vieux" de 24 ans au milieu des gamins Draisaitl et Kahun, conclut une bonne combinaison. Ces trois attaquants excellent avec le palet depuis le début de la préparation, même si Cortina a laissé entendre qu'il était moins satisfait de leur jeu sans palet.
 
Une nouvelle erreur de Zaitsev est exploitée par Kink qui passe à Hördler pour une belle action devant le but, mais Vassilievsky est à la parade, y compris sur le rebond de Seidenberg. La quatrième ligne russe reste la plus dangereuse, mais Kulyomin ne conclut pas dans le slot une belle combinaison de Plotnikov et Shipachev.
 
Si la Russie ne concède aucune pénalité, l'Allemagne poursuit ses bonnes statistiques en n'encaissant aucun but en trois infériorités numériques. Kink se procure même une échappée, poursuivi par les deux défenseurs russes. Le second but local vient finalement d'une bourde grossière du junior porté aux nues Vassilievsky : le gardien d'Ufa sort au milieu de sa zone pour une relance... sur Felix Schütz, qui tire le plus directement possible, du revers, dans les filets ainsi désertés. Le score final est donc de 2-4, et l'Allemagne s'est bien remise de son premier tiers catastrophique.
 
Désignés joueurs du match : Nikolai Goc pour l'Allemagne et Andrei Loktionov pour la Russie.
 
Commentaires d'après-match
 
Pat Cortina (entraîneur de l'Allemagne) : "Au premier tiers, nous n'étions que spectateurs, beaucoup trop passifs. Cela a rendu les choses faciles à la Russie. Nous ne devons pas regarder mais faire notre match, surtout contre les grosses nations. Dans les deux derniers tiers, nous y sommes mieux parvenus. Tobias Rieder a réalisé un très bon début. Ce n'était pas facile pour lui, car il est arrivé hier d'Amérique du nord et n'avait pas encore pu jouer avec sa ligne. Au deuxième match à Landshut, il aura plus de temps de glace. Dominik Kahun joue mieux que nous l'attendions. Il a été une surprise positive aujourd'hui. Leon Draisaitl a encore fait un gros match, mais de sa part nous l'attendons."
 
Tobias Rieder (attaquant de l'Allemagne) : "Dès ma première présence, j'étais directement à côté d'Aleksandr Ovechkin, et j'ai pensé : waouh ! C'est un grand exemple, une des superstars en NHL, un joueur de grande classe, et jouer tout de suite contre lui pour mon premier match international, je ne l'oublierai certainement pas. L'atmosphère était impressionnante, comme les nombreux joueurs de NHL. Et que tout cela se passe ici à Munich, à une demi-heure de [ma ville natale] Landshut, c'est un rêve : ma famille et mes amis étaient tous dans la patinoire. Je vais donner le meilleur de moi chaque jour, montrer aux entraîneurs qu'ils peuvent compter sur moi, et leur rendre aussi difficile que possible de ne pas me prendre aux championnats du monde."
 
 
 
Allemagne - Russie 2-4 (0-4, 1-0, 1-0)
Jeudi 24 avril 2014 à 19h30 à l'Olympiaeishalle de Munich. 5100 spectateurs.
Arbitrage de Roland Aumüller et Willi Schimm (ALL) assistés de Gabriel Gaube et Martin Holzer (ALL).
Pénalités : Allemagne 6' (0', 2', 4'), Russie 0' (0', 0', 0').
Tirs : Allemagne 15 (2, 7, 6), Russie 39 (22, 6, 11).
 
Évolution du score :
0-1 à 04'00" : Nikulin assisté de Loktionov et Glinkin
0-2 à 04'38" : Plotnikov assisté de Shipachev
0-3 à 05'30" : Tikhonov assisté de Belov
0-4 à 13'18" : Glinkin assisté de Loktionov
1-4 à 30'01" : Plachta assisté de Goc et Kahun
2-4 à 43'16" : Schütz
 
 
Allemagne (2' pour surnombre)
 
Gardien : Rob Zepp [sorti à 58'30"].
 
Défenseurs : Frank Hördler (C, -1) - Benedikt Kohl ; Nikolai Goc (-2) - Dennis Reul (-1) ; Constantin Braun (-1) - Daryl Boyle ; Sinan Akdag - Justin Krueger (+1).
 
Attaquants : Frank Mauer - Felix Schütz (+1, 2') - Yasin Ehliz ; Thomas Oppenheimer (-2) - Kai Hospelt (-2) - Daniel Pietta (-2) ; Yannic Seidenberg (-1) - Alexander Barta (-1) - Marcus Kink (2') ; Dominik Kahun (+1) - Leon Draisaitl - Matthias Plachta ; Tobias Rieder.
 
Remplaçant : Felix Brückmann (G). En réserve : Felix Grubauer (G), Marcel Noebels.
 
Russie
 
Gardien : Andrei Vasilevsky.
 
Défenseurs : Dmitri Orlov (+1) - Anton Belov (+1) ; Denis Denisov - Nikita Zaïtsev (+1) ; Ilya Nikulin - Andreï Zubarev ; Yegor Yakovlev (+1) - Dmitri Kalinin (+1).
 
Attaquants : Aleksandr Ovechkin (C) - Aleksandr Burmistrov (+1) - Viktor Tikhonov (+1) ; Sergei Shirokov - Ilya Zubov - Evgeni Kuznetsov ; Anton Glinkin (+1) - Andrei Loktionov (+1) - Maksim Pestushko ; Nikolaï Kulemin - Vadim Shipachyov - Sergei Plotnikov (+1).
 
Remplaçant : Anton Khudobin (G). En réserve : Stanislav Galimov (G), Aleksandr Kutuzov, Evgeni Medvedev, Maksim Chudinov, Mikhaïl Varnakov, Sergei Kalinin, Vladimir Galuzin, Nikolaï Prokhorkin.