Capitaine dès sa 3e sélection (plutôt que le chauffeur de bus)

Les Tchèques jouent leur premier gros test de leur préparation face à la Suisse, une nation qui les bat maintenant régulièrement. On comprend un peu le problème en constant que la Nati aligne deux joueurs de NHL (Roman Josi et Damien Brunner)... et les visiteurs aucun. Pire, un seul joueur a pour l'instant donné son accord (Hudler).
 
Si le nouveau sélectionneur Vladimir Ruzicka s'est montré compréhensif pour le vétéran Marek Zidlicky, il a en revanche tiqué en apprenant que les trois jeunes joueurs de Tampa Bay ont tous trois déclaré forfait. Gudas se plaint du genou, Palat serait commotionné bien qu'il ait marqué 3 points aux 2 derniers matches, et Sustr n'a même pas d'excuse médicale puisque c'est son agent qui lui a recommandé de ne pas aller à Minsk parce qu'il est en fin de contrat.
 
Alors, Ruzicka a poussé une sérieuse gueulante juste avant le match : "La génération actuelle est différente de la précédente. Ou de la mienne. J'ai toujours reconnu que le sommet de la saison serait le championnat du monde. Il est intéressant que Palat n'avait pas non plus de contrat aux Jeux olympiques. J'ai parlé à Martin Urban, la fédération assure bien les joueurs. Bien sûr, il y a un risque de blessure, mais on peut se blesser partout."
 
Toujours sans renfort très notable (Michal Jordán est un débutant au niveau international), cette équipe tchèque reste très inexpérimentée, au point de confier le capitanat à Radek Smolenak... dont c'est à peine la troisième sélection même s'il a 27 ans ! Le précédent à porter le "C", le défenseur Mojzis, a pris froid.
 
Celui qui fait la une ce soir, c'est toutefois Stéphane Rochette. L'arbitre québécois de 46 ans, qui officie en LNA depuis 13 ans, officie pour le dernier match de sa carrière, et reçoit l'ovation d'une patinoire de Neuchâtel pleine à craquer lors d'une cérémonie spéciale.
 
Défaillance de chronomètre dans la capitale de l'horlogerie
 
Les Tchèques commencent bien la partie avec notamment deux tirs de Lukas Radil, qui s'est retrouvé en bonne position face au but. Mais dès la première pénalité sifflée contre Mozik, le jeu de puissance local frappe : Damien Brunner reprend une passe de derrière la cage de Denis Hollenstein (1-0). Malgré ce but trompeur, il y a beaucoup d'espaces dans la défense suisse. On recense deux occasions de Zohorna dont un 2 contre 1, et Vondrka est lui aussi oublié par la défense. Il faut donc plusieurs arrêts de Leonardo Genoni pour préserver ce score.
 
Le canton de Neuchâtel est normalement un sanctuaire de l'horlogerie. Entre Le Locle et La Chaux-de-Fonds survit un savoir-faire ancestral de cette industrie qui a disparu de l'autre côté de la frontière (en Franche-Comté). Mais ce soir, la capitale cantonale fait honte à son horlogerie. Le tableau d'affichage, qui n'affichait déjà pas les pénalités en première période, cesse tout à fait de fonctionner au cours du deuxième tiers-temps. Le jour même où la patinoire du Littoral bat son record d'affluence ! Consternation étonnée des Tchèques sur leur banc : leur masseur suit le temps avec un chronomètre manuel, qui n'est peut-être même pas suisse...
 

 

Le jeu tchèque est de fait déréglé dans cette deuxième période, mais c'est surtout parce que les Suisses ont changé de tactique en pressant à deux : les visiteurs sont confinés dans leur zone défensive et peinent à sortir proprement. La Nati est donc installée, le défenseur Roman Josi reçoit le palet à la ligne bleue et signe une action d'éclat en dribblant dans une défense passive avant de tirer dans le haut du filet (2-0). Le gardien Salak doit ensuite éviter le pire sur deux tentatives de Pestoni, puis pendant deux infériorités numériques.
 
Les Tchèques se remettent à patiner de manière plus vive en troisième période et obtiennent de bonnes positions de tirs, mais Genoni continue de tout bloquer. Tomas Filippi, servi par une belle passe de Petruzalek, manque pour sa part le but. Le suivant à trouver le chemin des filets est donc le persévérant Inti Pestoni, pour la Suisse. Il a le temps de contrôler la passe de Monnet, puis de marquer pour son deuxième match consécutif (le Tessinois avait ouvert son compteur international contre le Bélarus).
 
Michal Vondrka sauve l'honneur en fin de match sur une passe de Radil. Le néo-capitaine Smolenak aurait même pu réduire le score à 3-2, mais il perd son face-à-face avec Genoni. Le match s'achève par une charge contre la bande de Jakub Petruzalek sur Julien Vauclair : nouvelle commotion cérébrale pour le défenseur jurassien, dont le forfait pour le championnat du monde est précipitamment annoncé dans la soirée avant de temporiser pour la décision finale.
 
Commentaires d'après-match
 
Radek Smolenak (capitaine de la République Tchèque) : "J'ai épprécié que nous ayons été capables de nous reprendre après une mauvaise deuxième période et deux buts de retard. Nous avons travaillé jusqu'à la fin. Les Suisses ne sont pas les Russes, ils jouent en équipe. Ils avaient assemblé Brunner ou Josi, mais il ne m'a pas semblé que l'un d'eux sortie du lot. Ils travaillent tous à fond. [...] Bien sûr, j'ai été content du choix des entraîneurs. C'est agréable d'être capitaine quand on sait qu'on succède à Jiri Novotny, Tomas Rolinek, Tomas Plekanec et d'autres grands joueurs. J'ai tout de suite écrit la nouvelle à Plekanec, nous sommes en contact tout le temps. Plek m'a dit que ça avait dû se décider entre moi et le chauffeur de bus."
 
 
 
Suisse - République Tchèque 3-1 (1-0, 1-0, 1-1)
Vendredi 25 avril 2014 à 19h45 à la patinoire du Littoral, Neuchâtel. 6165 spectateurs.
Arbitrage de Stéphane Rochette (CAN) et Didier Massy (SUI) assistés de Nicolas Fluri et Gilles Mauron (SUI).
Pénalités : Suisse 4' (2', 2', 0'), République Tchèque 35' (4', 4', 2'+5'+20').
Tirs : Suisse 33 (7, 16, 10), République Tchèque 32 (11, 6, 5).
 
Évolution du score :
1-0 à 05'39" : Brunner assisté de Hollenstein (sup. num.)
2-0 à 23'17" : Josi assisté de Romy et Hollenstein
3-0 à 55'32" : Pestoni assisté de Monnet et Grossmann
3-1 à 57'29" : Vondrka assisté de Radil
 
 
Suisse
 
Gardien : Leonardo Genoni.
 
Défenseurs : Dominik Schlumpf - Roman Josi ; Dean Kukan - Julien Vauclair (2') ; Tim Ramholt (+1) - Robin Grossmann (+1) ; Jérémie Kamerzin - Anthony Huguenin.
 
Attaquants : Denis Hollenstein - Kévin Romy - Damien Brunner ; Thomas Rüfenacht (+1) - Andres Ambühl (C, 2') - Inti Pestoni (+1) ; Benjamin Plüss - Thibaut Monnet (+1) - Juraj Simek ; Tristan Scherwey - Étienne Froidevaux - Caryl Neuenschwander.
 
Remplaçant : Daniel Manzato (G). En réserve : Robert Mayer (G), Clarence Kparghai, Reto Suri.
 
République Tchèque
 
Gardien : Alexander Salák.
 
Défenseurs : Tomas Linhart (-1, 2') - Tomáš Kudelka (-1) ; Bohumil Jank (-1) - Lukáš Kovár (-1) ; Michal Jordán (+1) - Vojtech Mozík (+1, 2') ; Ondrej Vitásek (2') - Jakub Krejcík.
 
Attaquants : Jan Buchtele (-1, 2') - Tomáš Zohorna (-1) - Martin Ružicka (-1) ; Michal Vondrka (+1) - Robert Kousal (+1) - Lukáš Radil (+1) ; Radek Smolenák (C, -1) - Tomáš Nosek (-1) - Lukáš Kašpar ; Martin Zatovic - Tomáš Filippi - Jakub Petružálek (-1, 2'+5'+20').
 
Remplaçant : Jakub Kovár (G). En réserve : Pavel Francouz (G), Jan Kolár, Roman Cervenka (malade), Jakub Valský.