Suisse - République Tchèque (Euro Hockey Challenge, match 6)

Cinq fois de suite. Cela fait cinq fois de suite que les Tchèques ont perdu contre les Suisses, une série confirmée dans toutes les compétitions possibles. Jamais on aurait envisagé qu'une équipe du traditionnel top-6 mondial subisse une telle succession d'échecs contre une équipe n'en faisant pas partie, mais cela veut bien dire que la hiérarchie usuelle doit être révisée.
 
Or, le sélectionneur Vladimir Ruzicka a justement été rappelé pour enrayer ce déclin tchèque. Champion du monde 2010 avec un effectif comprenant seulement quatre joueurs de NHL (dont Jagr), il est là pour rééditer l'exploit. Après les forfaits des jeunes hockeyeurs de Tampa, Ruzicka cite en exemple le vétéran Jagr, qui sera encore une fois présent comme meneur. Il y a également six ou sept finalistes de KHL à intégrer, y compris le joker-surprise Jakub Klepis, absent sur blessure de la finale KHL, mais qui rejoindra l'équipe nationale en Suède le week-end prochain avec quelques jours de récupération de plus.
 
L'équipe s'étoffe donc petit à petit, y compris ce soir avec Roman Cervenka. Cela fait deux semaines qu'il est ennuyé par une bronchite, et avant-hier, il eest resté alité à l'hôtel au dernier moment alors qu'il était prévu qu'il joue. L'entraîneur estime que c'est un joueur qui a sa place sans être testé, néanmoins, pour ne pas perdre totalement la forme, il a tenu à jouer au moins ce match.
 

Dans une patinoire de Bâle mieux remplie que prévu malgré la concurrence d'un match de football, la Suisse a reposé ses deux joueurs-clés de NHL et lance dans le grand bain Robert Mayer, un gardien d'AHL à nationalité suisse et d'origine... tchèque, natif de Havirov. Ses demi-compatriotes ne lui réservent pas le meilleur accueil. Le "malade" Roman Cervenka sert magnifiquement entre les cercles Martin Ruzicka, qui ouvre donc le score dès la cinquième minute. Enfin un déblocage pour le multiple recordman des points en Extraliga ? Il n'arrivait pas jusqu'ici à retranscrire sa réussite au niveau international, et c'est seulement son deuxième but en 31 sélections.
 
Les Tchèques jouent bien mieux qu'au premier match : mieux placé, ils ont aussi plus d'idées, de patinage, d'agressivité. Mais en deuxième période, la Suisse arrive à hausser son niveau. Jakub Kovar a vite du travail et doit s'incliner face à Kévin Romy, servi par Denis Hollenstein toujours maître passeur (1-1).
 
Les deux uniques pénalités tchèques de la soirée ont la particularité d'être sifflées... à six secondes d'intervalle. En plus, la seconde sanction contre Mozik (accrocher) est assez sévère. Cette phase de près de deux minutes à 3 contre 5 est décisive, mais pas dans le sens que l'on pense. Les Tchèques défendent avec enthousiasme en infériorité, façon 2010, et ne concèdent qu'un seul tir (de Ramholt). Quand il sort de prison, Vojtech Mozik reçoit une longue passe, se fait accrocher par derrière et bénéficie d'un tir de pénalité, qu'il transforme en lucarne.
 
La Suisse essaie d'égaliser au troisième tiers-temps, notamment par Plüss, Monnet ou Neuenschwander. Mais les Tchèques continuent de porter le danger en zone offensive : Zohonora offre une bonne position de tir à Smolenak, et Linhart tire du cercle gauche, mais Mayer est solide et rapide des jambières. Il reçoit aussi l'appui de son poteau sur un dernier tir de Radil.
 
Le couperet tombe, sur le score mais surtout sur plusieurs joueurs. Les Tchèques coupent Linhart, Kudelka, Filippi, Valský et... Smolenák. Celui-ci s'était dit que son capitanat improvisé ne le protégeait pas d'une éventuelle non-sélection, il avait raison puisqu'il fait partie de la charrette malgré le "C" apposé sur son maillot !
 
Côté suisse, quatre joueurs sont retranchés, Clarence Kphargai, Caryl Neuenschwander, Tristan Scherwey et Juraj Simek. Pas plus pour l'instant, car le sélectionneur a eu plus de forfaits (Flüeler, Blindenbacher, Wick et Trachsler) que de réponses positives (Mathias Seger, Luca Cunti et Reto Schäppi) chez les ZSC Lions champions de Suisse. Blum, Bodenmann et Stancescu arriveront du vice-champion Kloten.
 
Désignés joueurs du match : Andres Ambühl pour la Suisse et Vojtech Mozik pour la République Tchèque.
 
Commentaires d'après-match
 
Sean Simpson (entraîneur de la Suisse) : "Chaque match apporte de nouvelles réflexions sur la situaation. Nous avons parlé quatre heures et demie au sujet des décisions sur l'effectif. Par respect pour les joueurs, nous prenons ces décisions très au sérieux. Y compris pour prendre les bonnes décisions."
 
 
 
Suisse - République Tchèque 1-2 (0-1, 1-1, 0-0)
Dimanche 27 avril 2014 à 13h30 à la St Jakob Arena de Bâle. 4126 spectateurs.
Arbitrage de Brent Reiber (CAN/SUI) et Danny Kurmann (SUI) assistés de Roger Arm et Joris Müller (SUI).
Pénalités : Suisse 4' (4', 0', 0'), République Tchèque 4' (0', 4', 0').
Tirs : Suisse 18 (2, 9, 7), République Tchèque 27 (7, 8, 12).
 
Évolution du score :
0-1 à 04'19" : Ruzicka assisté de Cervenka
1-1 à 24'02" : Romy assisté de Hollenstein
1-2 à 28'15" : Mozik (tir de pénalité)
 
 
Suisse
 
Gardien : Robert Mayer.
 
Défenseurs : Tim Ramholt - Robin Grossmann (2') ; Dean Kukan - Dominik Schlumpf ; Jérémie Kamerzin - Anthony Huguenin ; Clarence Kparghai.
 
Attaquants : Benjamin Plüss - Andres Ambühl (C) - Reto Suri ; Thomas Rüfenacht - Thibaut Monnet - Inti Pestoni ; Denis Hollenstein - Kévin Romy - Juraj Simek ; Tristan Scherwey - Étienne Froidevaux - Caryl Neuenschwander (2').
 
Remplaçant : Daniel Manzato (G). En réserve : Leonardo Genoni (G), Julien Vauclair (commotion), Roman Josi, Damien Brunner.
 
République Tchèque
 
Gardien : Jakub Kovář.
 
Défenseurs : Tomas Linhart (+1, 2') - Jan Kolár (+1) ; Bohumil Jank - Vojtech Mozík (+1, 2') ; Lukáš Kovář (-1) - Ondrej Vitásek (-1) ; Jakub Krejčík - Michal Jordán.
 
Attaquants : Michal Vondrka (+1) - Roman Červenka (+1) - Martin Růžička (+1) ; Tomáš Nosek - Robert Kousal - Lukáš Radil ; Radek Smoleňák (C, -1) - Tomáš Zohorna (-1) - Jakub Petružálek (-1) ; Jan Buchtele - Tomáš Filippi - Jakub Valský.
 
Remplaçant : Pavel Francouz (G). En réserve : Alexander Salák (G), Tomáš Kudělka, Lukáš Kašpar, Martin Zatovič.