Slovaquie - Norvège (Slovakia Cup, Journée 3)

Vainqueurs de leur première confrontation vendredi contre les Lettons (5-3), les Slovaques peuvent aborder leur second duel du tournoi contre la Norvège relativement sereinement quant à la victoire finale. Pour se mettre le trophée dans la poche, il leur suffit soit d’atteindre la prolongation  soit, au pire, de perdre d’un but.  Pour les Scandinaves, battus la veille 0-2 par les Baltes, les chances existent mais sont maigres : une victoire dans le temps réglementaire avec un gros écart est impérative.

C’est peut-être cette faible pression slovaque et cette mission presque impossible pour les Norvégiens qui expliquent une entame de match peu dynamique et donc pas très attrayante pour une patinoire Ondrej Nepela plus garnie que les jours précédents.

Les deux formations ne se montrent pas très inspirées dans leurs combinaisons de jeu et manquent de vitesse dans leurs mouvements. Les hommes de Roy Johansen se procurent les premières occasions, par l’intermédiaire de Per-Åge Skøder qui par deux fois bute sur Ján Laco, le dernier rempart slovaque, qui repousse d’abord de la jambière gauche puis contient la seconde tentative d’un bel arrêt.

Les Slovaques ne profitent pas de deux power-play (Mathis Olimb à 9'14 puis Andreas Martinsen à 12'06) et se retrouvent à leur tour à jouer en infériorité (Radoslav Tybor à 12'58 puis Marcel Haščák à 16'00). La Norvège est plus efficace sur son jeu de puissance et elle ouvre le score par un slap dans l’axe de son défenseur Jonas Holøs (0-1, 17'36). 

La deuxième période reprend alors que les équipes évoluent à quatre contre quatre (Patrik Lušňák à 18'44, Stefan Espeland à 19'52). Apathiques jusqu’ici, les locaux augmentent progressivement leur pression offensive. La bombe de Karol Sloboda sur la « bleue » est difficilement contenue par Lars Haugen, toute comme la tentative de Martin Marinčin avant la demi-heure.

Après une quatrième supériorité inexploitée (Skrøder à 30'32), les Blancs égalisent finalement par son duo le plus expérimenté : le capitaine Miroslav Šatan frappe dans le cercle droit et Ladislav Nagy récupère le rebond pour mieux le mettre en revers dans le dos du gardien norvégien (1-1, 32'48).  La tension entre les joueurs est de plus en plus palpable et atteint son paroxysme avec les coups échangés entre Ján Brejčák et Martin Røymark à la suite d’un retenir du défenseur de Slovan Bratislava. Les deux écopent de pénalités (35'25).

La Slovaquie est désormais clairement dominatrice. Excellents deux jours plus tôt pour leur baptême en sélection nationale, Marek Hrivík et Marek Viedenský se montrent de nouveau à leur avantage dans les cinq dernières minutes avant la pause : le premier trouve le poteau sur sa frappe tandis que le second voit sa tentative repoussée par le portier du Dinamo Minsk.

Une passe mal négociée dans le camp slovaque, et voilà les Norvégiens menés au score ! Lušňák intercepte et file derechef, slalome entre deux adversaires en zone neutre et arme lorsqu’un troisième laron s’interpose dans le cercle gauche ; visiblement surpris par ce tir, Haugen réagit trop tard et le palet file entre son épaule et le poteau (2-1, 43'36). À la décharge du gardien, il semble que la trajectoire soit détournée par le défenseur norvégien. Radek Deyl est officiellement accrédité d’une aide mais le défenseur du HC Košice ne touche pas du tout la rondelle sur cette action personnelle de l’attaquant de Piešťany.

Marinčin n’est pas loin d’accentuer l’avance des Blancs lorsqu’après avoir traversé la zone neutre, s’être infiltré facilement dans le camp scandinave et effectué un petit pont sur Mattias Nørstebø, son backhend ne peut mieux faire que d’embrasser la transversale de Haugen, définitivement battu sur cette audacieuse percée du défenseur d’Edmonton (50'36). Comme précédemment, on assiste à quelques échauffourées et l’on retrouve Brejčák, en prise cette fois-ci avec le capitaine Anders Bastiansen. Là encore, les deux sont priés de se calmer en prison (52'58).

La Norvège jette toutes ses forces en fin de rencontre. Laco a du pain sur la planche et doit sortir le grand jeu pour stopper les agressions de Røymark, Nørstebø ou encore Jonas Djupvik Løvlie. La Slovaquie est acculée dans sa zone et a les plus grandes peines à dégager la rondelle, d’autant plus que Haugen laisse sa cage vide dans l’ultime minute.

Les six Norvégiens font montre d’un incroyable acharnement. Vladimír Mihálik remet involontairement le palet dans la crosse de Holøs, lequel s’empresse de tirer dans l’axe. Skrøder gère mal le premier rebond mais Ken Andre Olimb le reprend devant le territoire de but et, tant bien que mal, le pousse au fond malgré la mitaine de Laco ; les Norvégiens lèvent les bras sur le gong et l’égalisation est donc validée (2-2, 59'59).

Qu’à cela ne tienne ! Si les Slovaques peuvent être frustrés de se faire rejoindre dans les derniers instants, la prolongation qui arrive est synonyme pour eux de victoire finale assurée. Ils prouvent d’ailleurs, dès la reprise, que leur succès est mérité. Sur une remise en jeu dans le rond droit norvégien, Peter Čerešňák tente en retrait et le rebond est repris à l’opposé par Marinčin qui en fait de même. Dávid Skokan, en filou, se planque au poteau gauche derrière Haugen, qui s’est avancé pour contrer le missile, et, par chance, hérite du ricochet ; le but grand ouvert, l’attaquant du Slavia Prague n’a plus qu’à mettre au fond et offrir à la Slovaquie son huitième trophée en Slovakia Cup, le premier depuis 2011 (3-2, 60'27).

Désignés joueurs du match : Ladislav Nagy (Slovaquie) et Lars Haugen (Norvège).

Classement final – Slovakia Cup 2014

1 Slovaquie 5 points (+3), 2. Lettonie 3 points, 3 Norvège 1 point (-3).

Meilleur gardien : Lars Haugen (Norvège).

Meilleur défenseur : Marek Ďaloga (Slovaquie).

Meilleur attaquant : Marek Hrivík (Slovaquie).

Réactions d’après-match 

Vladimír Vůjtek (entraîneur de la Slovaquie) : « Après une première période confuse, on a mieux patiné dans la deuxième et je pense qu’on a été la meilleure équipe. On a eu un peu la peur de gagner dans les dernières minutes et on a encaissé un but dans l’ultime seconde. Ça arrive en hockey. Les gars avaient quand même une grosse envie de gagner, ce qui s’est confirmé dès le premier changement de lignes de la prolongation puisqu’ils ont marqué. On a derrière nous une très bonne préparation du point de vue des résultats. On a eu le scalp des fortes nations que sont la Russie ou la Finlande, on a remporté la Slovakia Cup. On n’a jamais offert une telle prestation auparavant. »

Miroslav Šatan (attaquant et capitaine de la Slovaquie) : « Je pense que le résultat parle de lui-même. Il n’y a aucune raison de ne pas être satisfait. On a bien joué au cours des deux matches, certes il y a eu quelques petites erreurs. Deux victoires et la première place finale sont une source de réjouissance. Le groupe a cherché son style de jeu pendant la préparation. Il nous a parfois manqué d’expérience mais ça peut se rattraper. Cinq victoires au total, c’est mieux que les résultats dans le passé. Je suis persuadé que l’on développera un jeu identique aux Mondiaux et que les bons résultats suivront naturellement. Il faudra beaucoup patiner et montrer de la combativité. »

Dávid Skokan (attaquant de la Slovaquie) : « On a gagné et c’est le principal. On a abordé ce tournoi avec la victoire finale comme objectif et on y est parvenus. Sur mon but, je gagne la remise en jeu et Martin Marinčin récupère le palet dans le coin. Il a l’habitude en NHL de frapper au but dans cette position, si bien que je me suis efforcé de me placer devant la cage. Le puck est arrivé devant moi et je n’ai eu qu’à le pousser au fond. C’est certainement le but le plus important de ma carrière dans la mesure où je n’en ai pas mis beaucoup et qu’aucun n’a été décisif. »

 

Slovaquie – Norvège 3-2 ap (0-1, 1-0, 1-1, 1-0)
Samedi 3 mai 2014 à 17h00 à la patinoire Ondrej Nepela de Bratislava. 8661 spectateurs.
Arbitrage de Vladimír Baluška et Róbert Müllner (SVK) assistés de Peter Šefčík et Miroslav Valach (SVK).
Pénalités : Slovaquie 12' (6', 4', 2', 0') ; Norvège 12' (6', 4', 2', 0')
Tirs : Slovaquie 30 (7, 12, 10, 1) ; Norvège 25 (9, 4, 12, 0)

Évolution du score :
0-1 à 17'06" : Holøs assisté de Olimb K.A. et Djupvik Løvlie (sup. num.)
1-1 à 32'48" : Nagy assisté de Šatan
2-1 à 43'36" : Lušňák assisté de Deyl
2-2 à 59'59" : K.A. Olimb assisté de Skrøder et Holøs
3-2 à 60'27" : Skokan assisté de Marinčin et Čerešňák
 

Slovaquie

Gardien : Ján Laco.

Défenseurs : Marek Ďaloga (+1) – Karol Sloboda (+1) ; Ján Brejčák (2'+2'+2') – Martin Štajnoch ; Martin Marinčin (A) – Peter Čerešňák (+1) ; Vladimír Mihálik – Radek Deyl (+1).

Attaquants : Ladislav Nagy (A) – Marek Hrivík (+1) – Miroslav Šatan (C) ; Martin Réway – Juraj Mikúš (-1) – Richard Pánik ; Radoslav Tybor (2', +1) – Marek Viedenský – Dávid Skokan (+1) ; Patrik Lušňák (2', +1) – Andrej Šťastný (+1) – Marcel Haščák (2', +1).

Remplaçant : Július Hudáček (G), Tomáš Marcinko (A). Non-utilisés : Jaroslav Janus (G), Ivan Švarný (D), Juraj Valach (D), Martin Bartek (A), Michel Miklík (A), Rastislav Špirko (A), Peter Zuzin (A).

Norvège

Gardien : Lars Haugen [sorti de 59'05 à 59'59].

Défenseurs : Mattias Nørstebø (-1) – Jonas Holøs (A, -1) ; Henrik Ødegaard (-2) – Stefan Espeland (2', -1) ; Alexander Bonsaksen – Daniel Sørvik ; Andreas Stene – Robin Dahlstrøm.

Attaquants : Martin Røymark (2', -2) – Mads Hansen (A, -1) – Kristian Forsberg (-1) ; Mathis Olimb (2') – Anders Bastiansen (C, 2') – Ken Andre Olimb ; Sondre Olden – Jonas Djupvik Løvlie – Per-Åge Skrøder (2') ; Steffen Thoresen – Niklas Roest – Andreas Martinsen (2').

Remplaçant : Steffen Søberg (G). Non-utilisés : Lars Volden (G), Mats Trygg (D), Morten Ask (A).