Jagr blessé, les Tchèques fessés

Oleg Znarok et Vladimir Ruzicka sont nés la même année - 1963 - et se connaissent depuis très longtemps pour avoir joué l'un contre l'autre chez les juniors, le premier pour l'ancienne URSS et le second pour la défunte Tchécoslovaquie. Aujourd'hui, ils sont chargés de redresser deux équipes nationales en crise, la Russie et la République tchèque.
 

Ruzicka, qui a perdu un joueur sur blessure (Zohorna), conserve sa première ligne d'expérience Rolinek-Hudler-Jagr, tandis que Znarok continue de confier au passeur Shipachyov le soin d'alimenter en palets le néo-capitaine Ovechkin. Le gardien junior Vassilievsky a droit à sa troisième sélection pour tenter de gagner sa place et rattraper sa boulette survenue face à l'Allemagne.
 
Même la perspective de voir des vedettes comme Jagr ou Ovechkin n'a pas attiré un public suédois toujours indifférent. On ne regrettera donc pas la disparition de ces "Hockey Games" (seules la Finlande et la Russie continueront d'organiser des tournois complets pour l'Euro Hockey Tour).
 
Michal Jordan, le défenseur d'AHL qui a sa chance au vu des absences dans les lignes arrières, envoie un lancer sur la transversale... mais il prend aussi la première pénalité. Sur la supériorité numérique, Vadim Shipachyov décale superbement Viktor Tikhonov démarqué au poteau opposé, et le tir du petit-fils ricoche sur les bottes de Jakub Kovar et franchit la ligne. Le vieux regret éternel de Hadamczik - l'indiscipline - continue de handicaper l'équipe tchèque. Deuxième pénalité, contre Nosek, et... deuxième but, signé Plotnikov. Toujours sur assistance de Shipachyov, qui fait donc marquer tout le monde... sauf Ovechkin.
 
En tentant de revenir, les Tchèques laissent des espaces à leur ligne bleue et l'addition se corse. Andrei Loktionov concrétise une attaque à 3 contre 2. Puis le 4-0 arrive sur une montée offensive du défenseur Yegor Yakovlev. Le but est dans un premier temps accordé à Zubov, avant rectification.
 
Il faut dire qu'Ovechkin joue son rôle de capitaine en allant détailler l'identité des buteurs et assistants auprès des arbitres lorsque les annopnces sont fausses. Le numéro 8 récupère aussi le palet en souvenir, ce qui lui permettra de l'offrir à Yakovlev pour marquer son premier but international. Tout ce qui manque à Ovechkin, c'est d'inscrire lui-même son nom sur la feuille de pointage. Peine perdue, il fait seulement tinter le poteau.
 
Les Russes peuvent maintenant tranquillement contrôler le match, surtout que la principale menace adverse - Jaromir Jagr - regagne les vestiaires. La défense tchèque est toujours aux abois, Zatovic se trouve seul à défendre contre deux Russes, et Loktionov n'a aucun mal à doubler son compteur.
 
Les Tchèques cèdent encore une fois en infériorité pendant la dernière pénalité contre Vitasek. C'est Viktor Tikhonov, d'un tir sans préparation sur le côté gauche, qui porte le score final à 0-6, après un dernier poteau d'Ovechkin.
 
Quant à Jagr, il souffre d'un hématome sur le haut de la cuisse, qui pourrait être d'origine musculaire, au niveau des adducteurs. Il est donc au repos pour le dernier match du tournoi, afin de se soigner pour les championnats du monde. Mais après une telle déculottée, c'est toute l'équipe tchèque qui a besoin de pommade.
 
Commentaires d'après-match
 
Oleg Znarok (entraîneur de la Russie) : "Qui a dit que c'était une victoire convaincante ? Uniquement le score. Il ne doit pas y avoir d'euphorie. Il y a beaucoup de problèmes dans notre jeu, par exemple notre défense en première période. La composition contre la Suède sera la pluss proche possible de celle qui jouera les championnats du monde. Nous attendons quelques renforts qui nous rejoindront ensuite. J'ai une idée de la façon dont nous utiliserons Sergei Mozyakin. Attendez."
 
Andrei Loktionov (attaquant de la Russie) : "Ce sont mes premiers buts en équipe nationale et, bien sûr, j'en suis très heureux. Evgeni Kuznetsov m'a demandé si j'avais déjà marqué en sélection, et m'a apporté le palet, qui prendra maintenant place chez moi dans mon musée."
 
Evgeni Kuznetsov (attaquant de la Russie) : "Quand on marque contre les Tchèques en début de match, on joue toujours bien on gagne. Avec les Tchèques, il faut immédiatement faire savoir que l'on est les numéros 1. Si on manque les occasions, cela devient difficile parce qu'ils défendent bien."
 
 
 
Russie - République Tchèque 6-0 (4-0, 1-0, 1-0)
Samedi 2 mai 2014 à 16h00 au Globen de Stockholm. 2358 spectateurs.
Arbitrage de Tobias Björk et Mikael Sjöqvist (SUE) assistés de Jimmy Dahmén et Emil Yletyinen (SUE).
Pénalités : Russie 10' (4', 4', 2'), République Tchèque 10' (4', 4', 2').
Tirs : Russie 21 (10, 7, 4), République Tchèque 28 (11, 10, 7).
 
Évolution du score :
1-0 à 05'47" : Tikhonov assisté de Shipachyov et Nikulin (sup. num.)
2-0 à 06'54" : Plotnikov assisté de Shipachyov et Tikhonov (sup. num.)
3-0 à 11'45" : Loktionov assisté de Kuznetsov
4-0 à 18'30" : Yakovlev assisté de Zubov et S. Kalinin
5-0 à 25'45" : Loktionov assisté de Kutuzov et Kuznetsov
6-0 à 48'52" : Tikhonov assisté d'Orlov et Ovechkin (sup. num.)
 
 
Russie
 
Gardien : Andrei Vasilevsky.
 
Défenseurs : Ilya Nikulin - Dmitri Orlov ; Yegor Yakovlev (+2) - Anton Belov (+3) ; Andreï Zubarev - Maksim Chudinov (2') ; Aleksandr Kutuzov (+1) - Nikita Zaïtsev (2').
 
Attaquants : Aleksandr Ovechkin (C, 2') - Vadim Shipachyov (4') - Sergei Plotnikov ; Viktor Tikhonov (+2) - Andrei Loktionov (+2) - Evgeni Kuznetsov (+2) ; Sergei Shirokov (A) - Aleksandr Burmistrov - Nikolaï Kulemin (A) ; Sergei Kalinin (+1) - Ilya Zubov (+1) - Evgeni Dadonov (+1) ; Anton Glinkin.
 
Remplaçant : Anton Khudobin (G). En réserve : Stanislav Galimov (G), Evgeni Medvedev, Denis Denisov, Mikhaïl Varnakov, Vladimir Galuzin.
 
République Tchèque
 
Gardien : Jakub Kovář.
 
Défenseurs : Tomáš Mojžíš - Jan Kolár ; Ondrej Vitásek (2') - Petr Zámorský ; Bohumil Jank (-2) - Vojtech Mozík (-2) ; Jakub Krejcík (-1) - Michal Jordán (-1, 4').
 
Attaquants : Tomáš Rolinek (C) - Jiří Hudler (-1) - Jaromír Jágr (A) puis à 23' Lukáš Kašpar (-1) ; Michal Vondrka (-1) - Jakub Klepiš (-1) - Jakub Petružálek (-1) ; Jan Buchtele - Robert Kousal - Lukáš Radil ; Martin Zatovic (-2) - Tomáš Nosek (-1, 2') - Milan Gulaš (-1, 2').
 
Remplaçant : Pavel Francouz (G). En réserve : Alexander Salák (G), Lukáš Kovár, Martin Ružicka.