Ultimes choix pour Finlandais et Tchèques

Faut-il s'inquiéter pour les Tchèques après leur défaite 0-6 contre les Russes ? Peut-être pas encore. C'est l'équipe qui aura le plus de renforts tardifs, notamment du fait des longs play-offs du Lev Prague jusqu'au septième match de finale de KHL. Et aucun des quatre principaux défenseurs prévus aux championnats du monde (Nemec, Kindl, Polak et Ševc) n'est encore arrivé. En leur absence, les lignes arrières ont failli, y compris le champion du monde 2010 Tomas Mojžíš, le plus expérimenté mais pas le plus convaincants. Quant à Jagr, plus de peur que de mal puisqu'il est retour sur la glace.
 
Chaque Tchèque devra s'améliorer pour ce dernier match, qui déterminera un fort écrémage. Tous les joueurs ont été appelés à la vigilance défensive. Les Finlandais, eux, jouent prudemment en s'appuyant sur la qualité de leur gardien (aujourd'hui Pekka Rinne), mais cela ne surprendra personne. On ne joue pas pour faire plaisir au public, surtout dans un Globe qui n'a jamais sonné aussi creux, avec moins de 1000 spectateurs. C'est le dernier match international sans la Suède à se tenir dans la patinoire de Stockholm avant... très longtemps sans doute !
 

Désireux de se mettre en évidence pour la sélection, Michael Keränen ouvre le score sur un exploit individuel en se débarrassant du défenseur Michal Jordan pour battre Salak au premier poteau. Plein d'énergie, Keränen se procure aussi la deuxième grande occasion sur une magnifique passe de Komarovn mais son revers est cette fois arrêté
 
Les hommes d'Erkka Westerlund, sans leurs joueurs de première ligne Lehterä et Kontiola laissés au repos, protègent leur avantage de la manière que l'on connaît, avec beaucoup de patinage et d'engagement physique. Face à une telle intensité de jeu, les Tchèques ne trouvent guère d'ouverture. Martin Ruzicka part en contre-attaque à grande vitesse côté gauche avec Jakub Klepis et s'appuie sur lui pour partir côté droit et tromper Pekka Rinne entre les jambières (1-1). C'est à ce moment que Jagr quitte de nouveau la glace, pas encore guéri... Gulaš le remplace en première ligne.
 
Les meilleurs actions de la troisième période sont pour des Tchèques rassérénés : Hudler, sur passe de Rolinek, et Kaspar, servi par Zatovic, échouent tous deux sur Pekka Rinne. Le gardien finlandais reste solide en prolongation, tout comme son vis-à-vis Salak face à Jormakka. C'est aux tirs au but que se fait la décision, sur des tentatives précises d'Immonen et Keränen.
 
Dernier match, et dernières décisions. Entre les deux pays, c'est la sélection de la Finlande qui fait polémique : le junior Teuvo Teräväinen, un peu tendre, et la révélation de la saison Michael Keränen, pourtant auteur d'un excellent camp de préparation, ont été écartés. Selon Erkka Westerlund, il n'y avait pas de place pour ces joueurs offensifs sur les deux premières lignes, occupées par des cadres. Mais ce qu'on lui reproche plus généralement, c'est la primauté accordée aux hockeyeurs qui iront en KHL avec les Jokerit, son futur employeur... Pokka et Hytönen, eux, ont été coupés
 
Pour faire place aux renforts de NHL (Kindl, Polak, Sobotka et Hertl) et aux finalistes de KHL (Jan Kovář, Nemec, Ševc, Novotny et Sekáč), neuf joueurs ont finalement sauté : les défenseurs Mojžíš, Mozík, Jank, Krejčík et Lukáš Kovář, ainsi que les jeunes attaquants Radil, Kousal, Buchtele et Nosek.
 
Deux surprises émaillent donc la sélection tchèque : deux joueurs formés dans le même petit club morave (Prerov) qui n'avaient jamais connu l'équipe nationale avant l'actuel camp de préparation. Ondřej Vitásek, jamais international même en junior, a commencé la saison en prêt en deuxième division à Benatky : le défenseur de 23 ans de Liberec ne s'attendait sûrement pas alors à endosser le maillot tchèque, encore moins à s'envoler pour le championnat du monde. De l'attaquant Martin Žaťovič, capitaine de Karlovy Vary apprécié pour sa polyvalence, le sélectionneur Vladimir Ruzicka a dit qu'il savait qu'il le prendrait dès la fin du premier match de ce tournoi (contre la Suède).
 
Pour autant, tout le monde n'est pas encore sûr de jouer vraiment le Mondial. Par sécurité vis-à-vis de l'état de santé de la jambe de Jagr et des bronches de Cervenka, les Tchèques ont encore 16 attaquants dans leur effectif, deux de trop.
 
Commentaires d'après-match
 
Ondřej Weissmann (entraîneur-adjoint de la République Tchèque) : "Nous voulions voir certains joueurs dans la perspective du championnat du monde. Maintenant, c'est clair. Nous étions bien meilleurs qu'hier contre les Russes. Nous avons bien défendu en zone neutre et nous n'avons pas laissé de contre-attaque à nos adversaires. Je m'aventurerais à dire qu'à partir de la moitié du match, nous étions la meilleure équipe. Dommage pour les pénaltys. Nous devons nous améliorer dans notre zone. J'espère que les arrières qui arriveront vont nous renforcer."
 
 
 
Finlande - République Tchèque 1-1 (1-0, 0-1, 0-0, 0-0) / 2-0 aux tirs au but
Dimanche 3 mai 2014 à 12h30 au Globen de Stockholm. 913 spectateurs.
Arbitrage de Tobias Björk et Mikael Sjöqvist (SUE) assistés de Henrik Pihlblad et Tobias Haster (SUE).
Pénalités : Finlande 6' (2', 2', 2', 0'), République Tchèque 6' (4', 2', 0', 0').
Tirs : Finlande 23 (6, 7, 6, 4), République Tchèque 26 (4, 6, 13, 3).
Engagements : Finlande 40 (16, 14, 9, 1), République Tchèque 18 (8, 3, 5, 2).
 
Évolution du score :
1-0 à 07'00" : Keränen assisté de Teräväinen et Hietanen
1-1 à 34'18" : Ruzicka assisté de Klepis et Vondrka
 
Tirs au but :
Finlande : Immonen (réussi), Keränen (réussi).
République Tchèque : Klepis (arrêté), Ruzicka (arrêté).
 
 
Finlande
 
Gardien : Pekka Rinne.
 
Défenseurs : Atte Ohtamaa - Ville Pokka ; Tuukka Mäntylä (+1, 2') - Juuso Hietanen (A, +1) ; Oskari Korpikari (-1) - Ville Lajunen (-1) ; Tommi Kivistö - Jyri Marttinen.
 
Attaquants : Tommi Huhtala (2') - Jarkko Immonen (A) - Pekka Jormakka ; Leo Komarov (C, +1) - Teuvo Teräväinen (+1) - Michael Keränen (+1) ; Iiro Pakarinen (-1) - Tomi Sallinen (-1) - Eetu Pöysti (-1) ; Veli-Matti Savinainen - Petteri Wirtanen (2') - Jere Sallinen.
 
Remplaçant : Juuse Saros (G). En réserve : Mikko Koskinen (G), Jere Karalahti, Jori Lehterä, Petri Kontiola, Juha-Pekka Hytönen.
 
République Tchèque
 
Gardien : Alexander Salák.
 
Défenseurs : Michal Jordán (-1) - Jan Kolár (-1, 2') ; Ondrej Vitásek - Petr Zámorský ; Jakub Krejcík - Bohumil Jank ; Tomáš Mojžíš (+1) - Lukáš Kovár (+1).
 
Attaquants : Tomáš Rolinek (C, -1) - Jiří Hudler (-1) - Jaromír Jágr (A, -1) ; Michal Vondrka (+1) - Jakub Klepiš (A, +1) - Martin Ružicka (+1) ; Milan Gulaš - Robert Kousal - Lukáš Radil ; Jan Buchtele - Martin Zatovic (2') - Lukáš Kašpar ; Jakub Petružálek (2').
 
Remplaçant : Jakub Kovář (G). En réserve : Pavel Francouz (G), Vojtech Mozík, Tomáš Nosek.