Slovaquie – République tchèque (Mondial 2014, groupe A)

Au moment d'affronter ses frères (ennemis) tchèques en ouverture du Mondial biélorusse, la Slovaquie se rappelle qu'elle a quitté sa dernière compétition officielle en pliant devant ces mêmes Lions fraternels. C'était il y a un peu plus de deux mois à Sotchi, théâtre d'une déroute retentissante au pays.

Pourtant, Vladimír Vůjtek, le coach... tchèque de la Double-Croix, est toujours là, après avoir traversé bien des turbulences liées à l'échec olympique et à la querelle entre les deux leaders du hockey national que sont Zdeno Chára et Miroslav Šatan. En face, sur le banc des Češi, Alois Hadamczik a jeté l'éponge après la campagne de Russie et a été remplacé par Vladimír Růžička, finalement choisi alors que... Vůjtek avait lui aussi été pressenti. Bref, comme toujours, ce duel tchéco-slovaque est autant une histoire de famille que de sport.

À Minsk, les deux formations ont donc bien des choses à se faire pardonner. Dans ce premier duel du tournoi, tout pourrait se jouer autour de la composition des effectifs ; si le capitaine slovaque Šatan, 40 ans bientôt, est à peine plus jeune que Jaromír Jágr, il n'en reste pas moins que c'est l'exception dans un groupe où la jeunesse domine désormais.

Sans conteste la plus rodée aux échéances internationales, la République tchèque entend bien profiter de l'inexpérience slovaque, et c'est ce qu'elle parvient à faire en début de match. Roman Červenka réalise un excellent fore-checking dans le coin gauche adverse et s'empare du palet avant de centrer pour Jan Kovář qui attend devant le territoire de Ján Laco ; sa reprise sonne la première alerte de la partie mais le rebond est maîtrisé par trois Slovaques sur le retour (1'38).

Le jeu est toutefois heurté du fait des pénalités successives. Juraj Mikúš écope d'abord de deux fois deux minutes pour une crosse haute sur Ondřej Vitásek (2'17). La Slovaquie parvient à contenir les Tchèques sur ce début d'infériorité et même à rééquilibrer les forces en présence : Marek Viedenský chipe la rondelle dans la crosse de Jágr, part en break-away mais se fait accrocher par Ondřej Němec alors qu'il arme devant Alexander Salák (2'57).

Martin Marinčin, coupable d'un cinglage, remet cependant son équipe en infériorité (4'34), et comme Němec est revenu entre temps, la Double-Croix doit jouer un temps à 3 contre 5. Une débauche d'énergie excessive qui coûte cher aux bleus. Jágr tente d'abord de glisser son revers au poteau droit (5'13) puis, après une première tentative, Němec remet le couvert dans l'axe et son slap passe cette fois-ci en puissance (0-1, 6'24).

Les Slováci sont désorganisés et montrent beaucoup de peine à stopper les attaques tchèques. Ils s'en remettent alors à leur gardien qui repousse le danger de la jambière (6'41) puis du plastron (7'10). Šatan sonne la révolte côté gauche d'une frappe cinglante en plein dans Salák (8'35). Le tour de cage de Karol Sloboda n'est pas plus fructueux, le portier de Saint-Pétersbourg refermant l'espace à temps sur sa droite (9'18).

La rencontre est rythmée et la Slovaquie rééquilibre les débats, bien aidée par un power-play offert par Petr Zámorský (accrocher, 15'12). Ladislav Nagy réalise un joli « une-deux » avec Šatan mais le champion du Monde 2002 bute encore sur Salák (15'49). Mikúš trouve plus tard le poteau droit sur son tir côté rapproché (18'12). Cette ardeur est cependant freinée par une nouvelle faute (retenir de Ján Brejčák sur Jágr, 19'25) et Laco plie mais ne rompt pas jusqu'à la sirène.

La Slovaquie resserre les rangs au retour sur la glace et, après avoir tué le reste d'infériorité, met la pression dans le camp tchèque jusqu'à obtenir à son tour un jeu de puissance inusité (obstruction de Jakub Petružálek sur Viedenský, 23'04). Tomáš Tatár intercepte la relance du capitaine Tomáš Rolínek et remet immédiatement à Michel Miklík, lequel repique au centre avant d'envoyer une frappe flottante vers Salák : le gardien dévie légèrement de l'épaule droite dans sa lucarne (1-1, 25'17). Les bleus égalisent sur leur premier tir cadré du deuxième tiers-temps ! Pour autant, Brejčák s'en prend de nouveau à Jágr en fond de sa zone (double-échec, 27'48) et les blancs peuvent de nouveau faire le siège de la cage de Laco. Tatár arrive quand même à s'échapper mais sa frappe ne surprend pas Salák (29'13).

La République tchèque tue en défendant très haut une nouvelle infériorité après un vilain geste de Jakub Kindl sur Tomáš Marcinko (32'14) mais, hormis la tentative à distance de Vladimír Sobotka arrêtée de la mitaine par Laco (34'47), elle ne parvient pas ensuite à rendre efficace au score sa domination sur le terrain. La Slovaquie ne démérite pas cependant et elle se créé des occasions essentiellement en contres. Marcinko file sur la gauche mais son centre pour Miklík est dévié in extremis par un défenseur qui se jette sur le puck (35'17).

Martin Réway relance depuis son camp, zizague en zone neutre, fait un « une-deux » avec Miklík sur la bleue, se replace dans le cercle droit puis repasse à son centre qui décale à son tour pour Marek Viedenský. L'attaquant de Worcester hérite du puck alors qu'il saute du banc après un changement de poste avec Marcinko mais reprend toutefois avec succès dans le cercle gauche (2-1, 35'45). La Slovaquie prend l'avantage après deux buts inscrits sur quatre tirs cadrés sur l'ensemble de la période et elle le conserve jusqu'à la pause malgré une escapade à deux de Petružálek et Jiří Novotný gâchée par la vigilance de Laco (38'27).

La troisième période perd en rythme et en activité offensive. Hormis un missile de Kovár dans l'axe repoussé de la jambière par Laco (41'47), le danger est rarement porté devant les cages jusqu'aux dix dernières minutes.

C'est le break-away de Marcinko le long de la bande droite qui remet le feu aux poudres ; son centre est bien repris par Réway qui tente le revers au premier poteau mais Salák, contraint au grand écart, stoppe l'assaut du patin (51'39). Marek Hrivík part à son tour en échappée mais est fauché par Vitásek à la sortie du cercle gauche (52'55), ce qui permet quand même à son équipe de bénéficier d'un ultime power-play. Hrivík, toujours lui, n'est pas loin de transformer le rebond de Sloboda mais le gardien tchèque repousse de nouveau du patin (54'32).

Dépassés depuis la reprise, les Tchèques n'ont pas dit leur dernier mot et jettent leurs dernières forces dans la bataille. Alors que les craintes émises au sujet du peu d'expérience de la défense slovaque semblaient levées, Peter Čerešňák, irréprochable jusque-là, est en retard sur la couverture de Jágr devant le territoire de Laco et le vétéran tchèque dévie au fond, avec l'aide du poteau gauche, le centre de Němec adressé sur la ligne de but (2-2, 57'53).

Comme le week-end précédent contre la Norvège, la Double-Croix se fait revoir dans les tous derniers instants et en est quitte pour la prolongation. Sauf que l'issue est cette fois-ci différente, une remontée de Jakub Klepiš conclue par un slap en entrée de zone mettant fin aux espoirs slovaques de revanche olympique (2-3, 61'50).

Désignés joueurs du match : Ján Laco (Slovaquie) et Ondřej Němec (République tchèque).

Commentaires d'après-match

Vladimír Vůjtek (entraîneur de la Slovaquie) : « On a cru aux trois points. On a eu une bonne occasion de tuer la partie mais ce sont à l'inverse les joueurs expérimentés de la République tchèque qui l'ont fait. On était très nerveux en entame et les défenseurs jouaient différemment qu'en phase de préparation. C'était plutôt une bonne chose pour nous que de perdre seulement d'un but à la première pause. On a mieux joué à partir du deuxième tiers-temps. (…) Čerešňák a été parfait, c'est dommage cependant qu'il se laisse devancer par Jágr sur le deuxième but tchèque. »

Vladimír Růžička (entraîneur de la République tchèque) : « On a bien débuté, on a joué activement et on était plus souvent sur le palet en zone offensive. Les Slovaques ont basé leur jeu sur une défense vigilante, ce à quoi on s'attendait. Nos défenseurs ont quand même bien attaqué et ont parfois pris pas mal de risques. Notre adversaire a mis à profit des situations de contre-attaque. On est quand même parvenu à le mettre sous pression en troisième période et, par chance, on a égalisé. En prolongation, on a été l'équipe la plus chanceuse. »

Miroslav Šatan (attaquant et capitaine de la Slovaquie) : « On peut avoir des regrets de ne pas l'avoir remporté compte tenu de la physionomie du match. Des erreurs en défense, des petites imprécisions et des changements de lignes mal négociés nous ont coûté des points supplémentaires. On pouvait s'attendre à ce que la première période soit nerveuse, on a beaucoup de jeunes joueurs qui effectuaient leur première en championnats du monde. On a joué les cinq premières minutes en infériorité puis on s'est ressaisis. »

Michel Miklík (attaquant de la Slovaquie) : « C'est difficile à encaisser. On avait le match en mains, on avait juste à garder le score. On peut expliquer notre défaite par un manque de forces et des erreurs commises en défense. Aujourd'hui, le Canada a sous-estimé la France, demain il jouera différemment. On ne pourra pas se permettre contre lui le même début de match que ce soir. »

Martin Réway (attaquant de la Slovaquie) : « Avant le match, j'aurais signé pour un point pris aux Tchèques mais, là, je suis déçu. On savait que ça allait être un match exigeant. On aurait dû faire plus attention quand on menait 2-1 à la fin. Jágr a montré sa force. C'est dommage que je n'arrive pas à mettre mon occasion au fond dans la troisième période, j'aurais dû la mettre entre les jambes du gardien. On doit oublier ce match désormais et se préparer pour le Canada. »

 

Slovaquie – République tchèque 2-3 a.p. (0-1, 2-0, 0-1, 0-1)
Vendredi 9 mai 2014 à 20h45 à la Chizhovka Arena de Minsk. 6920 spectateurs.
Arbitrage de Viacheslav Bulanov (RUS) et Daniel Piechaczek (ALL) assistés de Ivan Dedioulia (BLR) et Stanislav Raming (RUS).
Pénalités : Slovaquie 10' (8', 2', 0', 0') ; République tchèque 10' (4', 4', 2', 0').
Tirs : Slovaquie 16 (5, 4, 7, 0) ; République tchèque 33 (17, 10, 5, 1).

Evolution du score :
0-1 à 06'24" : Němec assisté de Hudler et Červenka (sup. num.)
1-1 à 25'17" : Miklík assisté de Tatár
2-1 à 35'45" : Viedenský assisté de Miklík et Réway
2-2 à 57'53" : Jágr assisté de Němec et Hertl
2-3 à 61'50" : Klepiš assisté de Vitásek et Ševc

 

Slovaquie

Attaquants : Ladislav Nagy (A, -1) – Marek Hrivík – Miroslav Šatan (C, -1)
Martin Réway (+1) – Tomáš Marcinko – Michel Miklík (A, +1)
Richard Pánik (2'+2') – Juraj Mikúš –Tomáš Tatár (+1)
Radoslav Tybor – Marek Viedenský (+1) – Dávid Skokan

Défenseurs :
Marek Ďaloga (-1) – Karol Sloboda (-1)
Martin Marinčin (2') – Peter Čerešňák (-1)
Ivan Švarný (+1) – Juraj Valach
Ján Brejčák (2'+2', +1)

Gardien :
Ján Laco

Remplaçant : Jaroslav Janus (G). Non-utilisé : Július Hudáček (G).

République tchèque

Attaquants :
Jaromír Jágr (A) – Vladimír Sobotka – Jakub Klepiš
Tomáš Hertl (+1) – Roman Červenka – Tomáš Rolínek (C, -1)
Jiří Sekáč – Jan Kovář – Jiří Hudler
Jakub Petružálek (2', -1) – Jiří Novotný (-1) – Martin Zaťovič

Défenseurs :
Ondřej Němec (A, 2', +1) – Jakub Kindl (2', +1)
Roman Polák (-1) – Martin Ševc
Petr Zámorský (2', -1) – Jan Kolář
Ondřej Vitásek (2', +1)

Gardien :
Alexander Salák

Remplaçant : Jakub Kovář (G).