Kazakhstan - Allemagne (Mondiaux 2014, groupe B)

C'est déjà un match crucial pour le maintien du Kazakhstan. Le promu en a assez de faire le yoyo avec l'étage inférieur et voit en l'Allemagne un rival direct. Le public local prend fait et cause pour son ancien partenaire soviétique dans une patinoire assez bien garnie pour un match à l'heure du déjeuner.
 
Les premières minutes servent de round d'observation. Les Allemands prennent possession du palet. Le Kazakhstan s'applique et la moindre montée offensive enthousiasme la foule. À la cinquième minute, Vaslichenko prend 2'+10' après une mauvaise charge à la tête. Le jeu de puissance manque de vitesse et seule une action de Pietta près du but porte le danger. Le Kazakhstan s'en sort sans souffrir et prend confiance. Il parvient enfin à s'installer pour une bonne présence dans la zone adverse, sans pour autant réellement menacer Rob Zepp.
 
L'Allemagne ne paraît pas encore vraiment dans le match. Felix Schütz est bien seul à se démener en attaque. Et ce n'est donc pas illogique de voir le Kazakhstan ouvrir la marque dans un tonnerre d'applaudissements. Un tir de la bleue de Polishchuk est dévié par Gavrilin à hauteur du cercle et trompe Zepp (1-0). Il n'y a guère de rythme par la suite, les deux équipes se montrant très lentes dans leur jeu. On finit par enfin repérer le prodige Draisaitl dans une action près du but, mais le gardien gèle le palet.
 
Krueger commet une crosse haute et Starchenko sort à son tour. À quatre-contre-quatre, Constantin Braun tente sa chance de loin, sans réussite. Leon Draisaitl monte en puissance et sa bonne protection du palet pousse Litvinenko à la faute. Les deux minutes pour faire trébucher placent l'Allemagne en supériorité. Yeremeyev, impérial, multiplie les arrêts dans ce tiers. Malheureusement pour lui, le quinzième tir est de trop. Matthias Plachta, dans l'axe, expédie un gros tir sans écran et le gardien kazakh se fait transpercer. La rondelle glisse doucement derrière lui et c'est l'égalisation (1-1).
 

La reprise s'effectue sur le même faux rythme. Le Kazakhstan reçoit une supériorité lorsque Barta est sanctionné pour crosse haute, mais le jeu de puissance ne parvient pas à s'installer. La pénalité est tuée et le premier tir suit, lorsque Pushkaryov tente sa chance en hauteur en entrée de zone. Pas de souci pour Rob Zepp. Le gardien est cependant sauvé par sa barre transversale lorsque Pushkaryov lance du cercle gauche après une belle remontée de palet de Romanov, qui échoue sur la mitaine au rebond. Le Kazakhstan domine ce deuxième tiers, l'Allemagne n'ayant toujours pas lancé au but en dix minutes. Ses attaquants en sont réduits à défendre. Rieder sauve son camp en se jetant sur la glace pour couper une passe devant son propre but, sur un deux-contre-un kazakh.
 
Les premiers tirs allemands finissent par arriver et Yeremeyev réalise des miracles. Il sort un tir et son rebond, puis une action de Mauer sur sa gauche. Le match tourne à l'avantage de l'Allemagne, qui commence à camper dans la zone kazakh. Le Kazakhstan joue en contre et manque de doubler la mise lorsqu'une passe en retrait ratée en entrée de zone envoie Romanov et Pushkaryov en deux-contre-un. Le premier feinte le défenseur et tire ras glace. Zepp gagne son duel.
 

Le tiers se termine dans un style assez fermé. Le Kazakhstan a mieux joué en deuxième période, mais n'a toujours pas beaucoup de tirs cadrés et tient surtout grâce à Yeremeyev. Ceci dit, l'Allemagne va devoir accélérer son jeu pour faire la différence. Pat Cortina l'a senti et la ligne Draisaitl a vu son temps de jeu s'accroître au détriment de la ligne Kink, invisible.
 
Le dernier tiers reprend sur le même schéma. La possession est allemande, les tirs aussi, et le Kazakhstan joue en contre. Gavrilin, servi entre deux défenseurs, s'infiltre et tire de loin, mais Zepp n'est guère inquiété. Le match se ferme et les occasions se font rares. La plupart des tirs sont trop lointains ou manquent de puissance.
 
L'Allemagne augmente la pression à mi-période et contraint Pushkaryov à dégager au dessus du plexiglas. Deux minutes pour retard de jeu et le jeu de puissance allemand se met en place. Il ne parvient pas à tester Yeremeyev, à l'image de Schutz qui s'ouvre le chemin du but et se fait contrer bêtement faute de lancer. Du coup, le Kazakhstan prend confiance et part à l'offensive. Ce qui plaît au public local, qui part dans une ola pour se réchauffer un peu...
 

L'Allemagne riposte par une montée de Constantin Braun, qui échange derrière la cage et attaque le but. Yeremeyev gagne son duel et le palet est finalement dégagé dans la confusion. Peu après, Lakiza prend deux minutes et c'est une chance en or pour l'Allemagne à cinq minutes du terme. Le jeu de puissance s'installe, tourne bien et ne sort pas du camp adverse. Malheureusement pour les Allemands, les tirs sont tous hors cadre malgré de bons décalages. Les minutes défilent et le Kazakhstan obtient les deux dernières chances. Une remise devant l'enclave offre un tir au-dessus, puis, sur le dernier engagement, Zepp s'impose de la botte. Prolongation.
 
Sinan Akdag place la première banderille, bien décalé sur la gauche. Il a du champ libre et lance au but. Yeremeyev sauve et perd son masque en cherchant à contrôler le rebond avant un adversaire. De l'autre côté, Starchenko lance du cercle droit, entre les jambes de Kohl. Zepp ne se laisse pas surprendre. L'Allemagne confisque le palet sur la fin de la période supplémentaire, sans parvenir à se mettre en position de tir. La séance de tirs au but est donc inévitable.
 

Starchenko pour le premier tir. Il tire plein centre, Zepp sauve.
Barta feinte et lève le palet en lucarne. Yeremeyev, au sol, est battu.
Antropov, patient, cherche entre les jambières mais Zepp ferme la porte.
Rieder échoue côté plaque.
Upper égalise mi-hauteur.
Oppenheimer slalome et trouve un trou entre les jambières. Victoire de l'Allemagne !
 
L'Allemagne s'est longtemps heurté à Vitali Yeremeyev, et s'en sort donc avec deux points. Toujours cela de pris dans la course au maintien. Mais le manque de vitesse et le jeu trop périphérique risquent de coûter cher face à des adversaires plus complets. Le Kazakhstan a, comme souvent, très bien défendu, comptant sur quelques exploits individuels pour faire la différence. Dans ce cadre, un point pris, c'est toujours cela...
 
Joueurs du match : Vitali Yeremeyev (Kazakhstan) et Leon Draisaitl (Allemagne)
 
Commentaires d'après match :
 
Pat Cortina (entraîneur de l'Allemagne) : "Nous avons été meilleurs dans le premier tiers, eux ont été meilleurs que nous dans le second. Le troisième fut équilibré. Le premier match est toujours difficile, nous avons beaucoup de jeunes qui découvrent les championnats du monde pour la première fois. Je suis content de l'effort, de la combativité de l'équipe. Nous avons deux points et chercherons à être meilleurs demain. Bravo au Kazakhstan et à son gardien, qui a fait des arrêts importants"
 
Ari-Pekka Selin (entraîneur du Kazakhstan) : "C'était un match très fermé, chacun a eu son tiers. Nous avons pris trop de pénalités au troisième. Mais c'est un bon point, nous en avions besoin pour débuter le tournoi. Des matchs difficiles sont à venir."
 
Thomas Oppenheimer (attaquant de l'Allemagne) : "Le Kazakhstan nous a rendu la tâche difficile et ils ont eu leurs chances pour gagner. Nous avons trop tiré de l'extérieur et pas assez attaqué la cage, donc même si nous avons beaucoup de tirs, nous avons eu peu d'occasions franches. Jouer ce Mondial est un grand moment pour moi, j'étais un peu nerveux."
 
 
 
Kazakhstan - Allemagne 1-2 t.a.b. (1-1, 0-0, 0-0, 0-0)
Samedi 10 mai 2014 à 12h45 à la Minsk Arena. 12880 spectateurs.
Arbitrage de Aleksi Rantala (FIN) et Vladimir Sindler (TCH) assistés de Jimmy Dahmen (SUE) et Miroslav Valach (SVK).
Pénalités : Kazakhstan 20' (6'+10', 0', 4', 0'), Allemagne 4' (2', 2', 0', 0').
Tirs : Kazakhstan 20 (4, 4, 9, 3) Allemagne 46 (16, 11, 16, 3).
 
Évolution du score :
1-0 à 10'08" : Gavrilin assisté de Polishchuk et Dallman
1-1 à 18'49" : Plachta assisté d'Ankert et Draisaitl
 
Tirs au but : 
Kazakhstan : Starchenko (arrêt), Antropov (arrêt), Upper (but)
Allemagne : A. Barta (but), Rieder (arrêt), Oppenheimer (but)
 
 
Kazakhstan
 
Attaquants :
Vadim Krasnoslobodtsev (-1) - Nikolaï Antropov (C, -1) - Roman Starchenko (-1, 2')
Konstantin Romanov - Dmitri Upper (A) - Konstantin Pushkaryov (2')
Andrei Gavrilin (+1) - Fyodor Polishchuk (+1) - Talgat Zhailauov (+1)
Mikhaïl Rakhmanov - Andrei Spiridonov - Mikhaïl Panshin.
 
Défenseurs :
Aleksei Litvinenko (A, -1, 2') - Kevin Dallman
Roman Savchenko - Artemi Lakiza (2')
Aleksei Vasilchenko (2'+10') - Anton Kazantsev (+1)
Maksim Semyonov - Evgeni Blokhin
 
Gardien :
Vitali Eremeïev
 
Remplaçant : Aleksei Ivanov (G).
 
Allemagne
 
Attaquants :
Frank Mauer - Alexander Barta (A, 2') - Felix Schütz
Thomas Oppenheimer - Kai Hospelt - Marcel Noebels
Yannic Seidenberg (-1) - Marcus Kink (A, -1) - Daniel Pietta (-1)
Tobias Rieder (+1) - Leon Draisaitl (+1) - Matthias Plachta (+1)
Alexander Weiss
 
Défenseurs :
Torsten Ankert (+1) - Constantin Braun
Frank Hördler (C, -1) - Benedikt Kohl
Justin Krueger (-1, 2') - Sinan Akdag
Moritz Müller (+1)
 
Gardien :
Rob Zepp
 
Remplaçant : Philipp Grubauer (G).