Le lièvre et la tortue

La patinoire n'est guère remplie pour ce duel scandinave. Les deux formations ont connu des destins différents en ouverture. La Norvège a battu l'Italie dans un match important pour le maintien, objectif affiché après les nombreux forfaits des leaders habitués. Le Danemark a mal débuté face au Canada hier et doit prendre des points vite pour assurer le maintien tôt.
 
La Norvège commence en infériorité pour une crosse retenue par Henrik Odegaard. Qu'importe, Kristian Forsberg contre un tir et lance un deux-contre-un. Son tir croisé trouve la botte de Simon Nielsen, et Martin Røymark manque de peu le rebond devant le but vide. Le jeu de puissance ne se démobilise pas. Alors que le gardien danois tape sa crosse sur la glace pour annoncer la fin de supériorité, Morten Poulsen s'empare d'un palet qui traîne et ouvre la marque (0-1, photo de droite).
 
Sur l'engagement, Nielsen sauve un tir et ses coéquipiers démarrent à toute vitesse à l'opposée. Une passe transversale de Patrik Bjorkstrand plus tard, Frederik Storm lance entre les jambes de Odegaard et double la mise (0-2). Début cauchemar pour la Norvège, avec deux buts encaissés en vingt secondes !
 
Une charge de Mads Christensen leur donne de l'air avec un premier jeu de puissance. Dans ces cas-là, la tactique consiste à servir Jonas Holøs à la bleue. Le défenseur expédie une volée croisée de la bleue qui prend Nielsen hors de position (1-2). Un début de match spectaculaire, et la Norvège insiste. Campant dans la zone danoise, les joueurs de Roy Johansen attaquent la cage de Nielsen, à l'image de Mathis Olimb. Puis, Røymark, servi à droite, teste Nielsen en entrée de cercle.
 
Les bonnes intentions norvégiennes perturbent la défense. Jesper B. Jensen se rend coupable d'une évidente obstruction et replace la Norvège en supériorité. Le jeu de puissance s'installe plutôt bien, sans pour autant ouvrir la moindre position de shoot. Olimb, au-dessus, et Skrøder, sur Nielsen, sont les seuls tireurs des deux minutes. Le Danemark revient au complet et Philip Larsen envoie une passe longue dans la neutre. Elle tape un patin norvégien et envoie chanceusement Jepser Jensen en échappée. Lars Haugen gagne son duel de justesse.
 
C'est pourtant l'une des rares occasions danoises. Depuis le deuxième but, les joueurs de Jan Karlsson subissent les assauts de leur voisin. Un slalom spécial de Ken Andre Olimb met le feu dans la défense en fin de tiers et Nielsen intervient, collé à son poteau. Le tiers se termine avec un avantage au score pour le Danemark, un avantage en tirs pour la Norvège, qui a bien réagi après ce départ catastrophique.
 
Il reste cependant un but à remonter. Le Danemark se montre le premier dangereux en deuxième période, avec un lancer de Markus Lauridsen facilement capté par Haugen. La Norvège réplique par les Olimb et leur qualités de conservation de palet. Ken Andre élimine deux défenseurs et est mis au sol par Jesper B. Jensen. Olimb se fait justice lui-même. Après une première occasion chaude, il reçoit une passe astucieuse de Morten Ask. Son passage devant le but fige Nielsen et le but est ouvert pour le revers égalisateur (2-2).
 
Assommés, les Danois ? Pas du tout ! Ils confisquent le palet et tournent dans la zone adverse, sous l'impulsion de Mikkel Bødker. Mats Trygg, débordé, est pris pour accrocher. Le disque tourne, sans tir réel et un gros travail de Nicklas Roest permet aux Norvégiens de revenir au complet sans dommage.
 
L'intensité physique monte peu à peu d'un ton, avec des duels de plus en plus accrochés. Les joueurs commencent à se chauffer au moindre contact. Plusieurs échauffourées passent avant que les officiels ne finissent par intervenir en envoyant Mads Christensen se reposer deux minutes. Holøs remonte bien le palet et trouve Skrøder qui entre en zone, avec un beau contrôle à une main. Il file au but mais ne peut tirer, ceinturé par Oliver Lauridsen. Les officiels signalent un tir de pénalité. Skrøder s'avance, lève sa crosse pour feinter le tir et fixer le gardien. Il n'a plus qu'à contourner Nielsen pour marquer ras glace en angle fermé (3-2, photo de droite).
 
Le jeu de puissance se poursuit et, à la dernière seconde, Bastiansen franchit le rideau défensif. Morten Madsen l'accroche et c'est une nouvelle supériorité. Le palet tourne très patiemment et finalement, Daniel Sorvik est le seul à lancer au but, avec une mitaine de Nielsen. Le Danemark s'en sort facilement et, quelques instants plus tard, Mathis Olimb est sanctionné d'une méconduite de dix minutes.
 
Un palet perdu à la bleue offensive permet à Ken Andre Olimb de prendre de vitesse Jesper B. Jensen. Le défenseur danois l'accroche pour éviter l'échappée et concède sa troisième pénalité du match. Nielsen reste concentré face au mouvement du palet, repoussant de rares tirs. Le tiers se termine par une mêlée générale avec un vilain geste sur Morten Madsen qui venait de s'offrir le dernier tir à deux-contre-un. Les deux capitaines sont convoqués par les arbitres, qui vont ensuite expliquer la décision aux entraineurs. Lars Haugen reste finalement le seul sanctionné, pour cinglage. Daniel Sorvik servira la pénalité en début de troisième tiers.
 
Lars Haugen passe deux minutes assez tranquilles, ses coéquipiers effectuant le travail défensif pour priver les Danois de position de tir. C'est d'ailleurs le leitmotiv de ce début de troisième tiers. Le Danemark a la possession du palet, la Norvège joue en contre, à l'image d'un débordement de Sondre Olden sur l'aile gauche. La trappe dans la neutre gêne considérablement les Danois.
 
La chance de revenir survient après sept minutes sur une faute de Mathis Olimb, qui vient à peine de finir de purger sa méconduite. Cela ne donne rien du tout, tant le manque de précision dans les passes contraste avec le début de match danois ! C'est finalement un rebond capricieux sur la bande qui manque de tromper Haugen, qui était sorti derrière sa cage... Haugen tente alors de réparer l'insolente balustrade avec la crosse !
 
Le temps défile en faveur des Norvégiens, très solides défensivement. Ils bénéficient en prime d'un surnombre adverse à neuf minutes de la fin. Après un gros travail dans le coin droit, le palet revient de l'autre côté et les passes à une touche entre Holos et Mathis Olimb libèrent Mats Trygg plein axe. Son tir profite d'un bon écran de Skrøder pour faire mouche (4-2). Coup de massue sur le Danemark ! Même l'excellent Philip Larsen en perd son hockey. Il perd un palet à la bleue offensive et laisse Martin Røymark en échappée. Simon Nielsen sauve les meubles...
 
Une crosse haute d'Andreas Martinsen - involontaire, sur une mise en échec adverse - est sanctionnée de deux minutes et le Danemark cherche à rebondir. Poulsen attaque la cage et son compère Christensen prend un coup de crosse dans le dos par Odegaard (photo de droite). C'est un cinq-contre-trois pour 1'33" et Jan Karlsson pose son temps mort pour préparer ce moment-clé.
 
Cela ne paie qu'à la toute fin du double avantage. Le tir de Nicklas Jensen entre les deux cercles est contré et Jannik Hansen récupère le rebond devant une cage ouverte (4-3). Un but 100% Vancouver, ou presque puisque l'écran de Morten Madsen a largement contribué au but. Simon Nielsen sort pour la dernière minute. Hansen s'offre un dernier bon tir, mais il manque le cadre.
 
La tortue norvégienne s'impose donc face au lièvre danois. Le départ canon des joueurs de Jan Karlsson a petit à petit fondu. Une fois passés devant, les Norvégiens se sont repliés dans leur carapace. Le sprint final des Danois se sera révélé trop juste...
 
Désignés joueurs du match : Ken Andre Olimb (Norvège) et Morten Green (Danemark).
 
Commentaires d'après-match :
 
Jan Karlsson (entraîneur du Danemark) : "Nous avons réalisé le départ que nous voulions, avec deus buts. Nous avons bien joué dix minutes. Nous avions insisté sur le très bon jeu de puissance norvégien, mais nous avons pris des pénalités stupides, en zone offensive. Nous avons joué un peu trop rude et cela a fait 2-1 et relancé la Norvège. Le deuxième tiers a été très mauvais, nous avons été notre propre ennemi avec toutes ces pénalités. Il y a parfois de bonnes pénalités, mais ce n'était pas le cas aujourd'hui. Cela a fait tourner le match et nous n'avons pas réussi à réagir."
 
Mikkel Bødker (attaquant du Danemark, photo de gauche) : "Nous avions une avance de deux buts, on ne peut pas de permettre de prendre autant de pénalités. Ils marquent trois buts en supériorité et un tir de pénalité. Nous devons apprendre à mieux jouer lorsque nous menons au score. Et rester serein, disciplinés, car c'est très difficile de jouer à quatre contre cinq sur grande glace."
 
Roy Johansen (entraîneur de la Norvège) : "C'était un match rude et un bon match. Le Danemark a bien joué avec si peu de repos après un gros match hier. Nous avions mis en avant la discipline, et avons su attendre le bon moment en gardant un bon moral. L'aide du jeu de puissance a bien sûr été précieuse. Mais les quatre lignes ont bien joué et bien travaillé. Nous avons réussi à museler leur première ligne grâce à nos joueurs rapides. Je suis très satisfait des trois points."
 
Anders Bastiansen (capitaine de la Norvège) : "Il n'y a pas eu de mots particuliers après le deuxième but danois. Nous gardions un bon moral et nous savions que nous ne lâcherions pas, car nous sommes une équipe travailleuse. Le but du 2-1 a été très important. Je pense que nous étions meilleurs que les Danois. Nous nous sommes créé plus d'occasions qu'eux. Toutes les équipes travaillent le jeu de puissance, nous aussi évidemment. Car à cinq contre cinq, c'est très difficile de trouver des espaces, toutes les équipes patinent fort et sont solides dans leur zone. C'est un aspect très important du jeu, et on l'a vu aujourd'hui avec cinq des sept buts en avantage numérique, et même six puisque le tir de pénalité a été marqué à un de plus."
 
 
 
Norvège - Danemark 4-3 (1-2, 2-0, 1-1)
Dimanche 11 mai 2014 à 16h45 à la Chizhovka Arena de Minsk. 4837 spectateurs.
Arbitrage d'Igor Dremelj (SLO) et Aleksi Rantala (FIN) assistés de Paul Carnathan (USA) et Masi Puolakka (FIN).
Pénalités : Norvège 20' (2', 14', 4'), Danemark 14' (4', 8', 2').
Tirs : Norvège 27 (11, 9, 7), Danemark 18 (5, 4, 9).
 
Évolution du score :
0-1 à 02'35" : Poulsen assisté de Green
0-2 à 02'55" : Storm assisté de P. Bjorkstrand et Kristensen
1-2 à 06'30" : Holøs assisté de M. Olimb (sup. num.)
2-2 à 22'39" : K.A. Olimb assisté d'Ask (sup. num.)
3-2 à 31'29" : Skrøder (tir de pénalité)
4-2 à 52'15" : Trygg assisté de M. Olimb et Holøs (sup. num.)
4-3 à 56'27" : Hansen assisté de N. Jensen (sup. num.)
 
 
Norvège
 
Attaquants :
Kristian Forsberg - Mads Hansen (A) - Martin Røymark
Ken André Olimb (-1) - Anders Bastiansen (C, -1) - Mathis Olimb (-1, 10')
Sondre Olden - Morten Ask - Per-Åge Skrøder
Andreas Martinsen (2') - Andreas Stene - Niklas Roest
Jonas Djupvik Løvlie [entré 5 secondes]
 
Défenseurs :
Henrik Odegaard (-1, 4') - Jonas Holøs (A, -1)
Mats Trygg (2') - Alexander Bonsaksen
Daniel Sorvik
 
Gardien :
Lars Haugen
 
Remplaçants : Steffen Søberg (G), Stefan Espeland, Robin Dahlstrøm.
En tribunes : Lars Volden (G).
 
Danemark
 
Attaquants :
Jannik Hansen - Morten Madsen (A, 2') - Mikkel Bødker
Morten Poulsen - Morten Green (C) - Mads Christensen (4')
Frederik Storm (+1) - Jesper Jensen - Patrick Bjorkstrand (+1)
Nicklas Jensen - Julian Jakobsen (+1) - Kim Staal
 
Défenseurs :
Philip Larsen - Stefan Lassen
Markus Lauridsen - Jesper B. Jensen (A, 6')
Oliver Lauridsen (+1) - Emil Kristensen (+1)
 
Gardien :
Simon Nielsen [sorti à 58'19"].
 
Remplaçants : Patrick Galbraith (G), Philipp Bruggisser.