Allemagne - Lettonie (Mondiaux 2014, groupe B)

Ce sont deux équipes victorieuses qui se retrouvent pour cette deuxième journée de la compétition. Si les Allemands ont logiquement mais difficilement écarté le Kazakhstan aux tirs au but pour leur entrée dans le tournoi, les Lettons ont pour leur part créé une des premières sensations de ce mondial en battant la Finlande, surfant ainsi sur la vague de leur excellent parcours olympique.
 
Guntis Galvins allume la première mèche après quelques secondes mais les deux équipes débutent prudemment sans se découvrir. Philipp Grubauer a la mitaine ferme face à Ronalds Ķēniņš alors que les premières frictions apparaissent. La Lettonie veroruille sa zone défensive mais elle oublie Daniel Pietta en bonne position devant le but. Alors qu'Herberts Vasiļjevs reçoit la première pénalité de la rencontre, ce sont encore les Lettons qui se montrent les plus dangereux sur un contre lorsqu'Andris Džeriņš se présente seul face à Grubauer, mais le portier allemand dévie la rondelle in extremis.
 
La pression allemande en power-play reste vaine mais permet aux hommes de Pat Cortina de s'installer dans la zone offensive. À partir de là, l'Allemagne va garder la maîtrise du palet alors que la Lettonie va essentiellement procéder par contre-attaques. Finalement la Mannschaft est récompensée sur une belle passe en profondeur de Hördler pour Oppenheimer. Gudļevskis repousse, mais Marcel Noebels a bien suivi et n'a plus qu'à pousser le palet derrière la ligne (1-0, 12'15").
 
Les Allemands se font une petite frayeur sur un palet relâché par Grubauer devant Džeriņš, alors que Gudļevskis sort un arrêt à bout portant devant Draisaitl. Le portier letton est sollicité jusqu'à ce que Torsten Ankert se fasse pénaliser à trois minutes de la fin du tiers. Cette première supériorité numérique est l'occasion pour les Lettons de porter enfin le danger devant la cage allemande. Après avoir fait circuler le palet pendant plus d'une minute dans la zone offensive, ils trouvent enfin l'ouverture sur un tir de Miķelis Rēdlihs relâché par Grubauer. Georgijs Pujacs profite de la confusion dans le slot pour pousser le palet derrière la ligne (1-1, 18'35").
 
Le tiers s'achève sur quelques frictions qui vaudront une pénalité pour dureté à Kaspars Daugaviņš. Petite cause, grands effets, puisque l'Allemagne reprend donc le jeu en supériorité numérique. Et il ne faut que trente secondes et un remontée de palet pour que Frank Mauer, libre de tout marquage, s'y reprenne à deux fois du revers pour battre Gudļevskis (2-1, 20'30").
 
La Lettonie essaie bien de réagir mais elle le fait de manière confuse devant Grubauer. Daugavinš n'a semble-t-il par retenu la leçon de son indiscipline puisqu'il repart en prison pour avoir fait trébucher Ankert. Mais cette fois l'issue est plus heureuse pour les Lettons. L'Allemagne n'arrive pas à marquer en supériorité malgré un power-play installé et une belle reprise de Noebels.  
 
De retour à cinq contre cinq, la Mannschaft se fait surprendre un très beau mouvement à deux entre Ronalds Ķēniņš et Miķelis Rēdlihs, le premier remettant au second pour une conclusion imparable. Grubauer et sa défense ne peuvent que constater les dégâts (2-2, 27'15"). De nouveau rejointe au score, l'Allemagne monopolise ensuite la rondelle avec notamment un dribble de Felix Schütz qui aurait mérité meilleure issue.
 
Les Allemands seront freinés dans leur élan par une pénalité pour surnombre. Bien installés en jeu de puissance, les Lettons ne parviennent pas à trouver le décalage alors que Zemgus Girgensons rate une cage grande ouverte. Les Allemands poussent de nouveau dans les dernières minutes du tiers mais sans succès, Seidenberg ratant une belle opportunité juste devant le slot en ne cadrant pas son tir du revers
 
Au coude à coude, les deux formations ont 20 minutes pour se départager. Cette fois, les Lettons subissent moins le jeu et les débats sont plus équilibrés. Même si la plupart des tirs lettons ne sont pas cadrés, le danger est permanent autour de la cage de Grubauer. Les Allemands restent dangereux et les esprits s'échauffent suite à un tir de Barta difficilement capté par Gudļevskis. La Lettonie se montre la plus dangereuse dans ce tiers avec notamment un tir de Džeriņš qui donne le frisson à la défense allemande. 
 
Les minutes passent et la décision tarde à se faire alors que les deux équipes se découvrent de moins en moins. Et sur une ouverture de Constantin Braun, Oppenheimer se présente seul face à Gudļevskis. Le portier letton fait l'arrêt mais Pujacs avait accroché au préalable Oppenheimer et les arbitres accordent un tir de pénalité à l'attaquant allemand. Ce dernier ne se fait pas prier et trompe Gudļevskis en plaçant le palet entre les jambes du gardien (3-2, 55'26"). Les Lettons tentent de réagir dans les dernières minutes mais se heurtent à Grubauer. Les Allemands tiennent leur succès et ne le lâcheront pas.
 
Deuxième victoire allemande, cette fois dans le temps réglementaire. Une victoire qui s'est décidée dans les dernières minutes sur ce tir de pénalité très bien transformé par Oppenheimer, qui devient un spécialiste de l'exercice puisqu'il avait déjà marqué contre le Kazakhstan.
 
Plus entreprenants pendant les deux premiers tiers-temps, les Allemands ont globalement mérité leur victoire même si le réveil letton au troisième tiers aurait pu faire basculer la rencontre de l'autre côté. La Lettonie de son côté pourra regretter d'avoir trop subi en début de rencontre. Après le succès inaugural inattendu face à la Finlande, cette (courte) défaite face à l'Allemagne ramène Ted Nolan et ses joueurs sur terre. La lutte promet d'être serrée dans ce groupe !
 
Désignés joueurs du match : Frank Hördler pour l'Allemagne et Miķelis Rēdlihs pour la Lettonie.
 
Commentaires d'après-match
 
Pat Cortina (entraîneur de l'Allemagne) : "Je suis satisfait de notre performance aujourd'hui. C'est une étape importante dans la bonne direction. Nous avons été plus combatifs aujourd'hui et mis plus de trafic devant la cage. Maintenant nous avons besoin de récupérer et d'améliorer notre performance d'un match à l'autre."
 
Thomas Oppenheimer (attaquant de l'Allemagne) : "Quand vous sortez des deux premiers matchs des championnats du monde avec cinq points, on peut être plus que satisfait. Nous avons maintenant accumulé beaucoup de confiance en nous. Ensuite, on aborde les autres matchs de manière tout à fait différente que si on commence avec des défaites. Sur le premier but, Frank Hördler a fait une super passe. Le fait que j'ai marqué un deuxième tir de pénalité consécutivement n'a pas de raison particulière. On s'y entraîne une fois par semaine avec les Freezers. Le perdant doit payer le petit déjeuner, donc je suis toujours très concentré dans de telles situations ! Blague à part, il y a également une part de chance quand on tire un penalty. C'est du 50-50 et j'ai eu de la chance deux fois maintenant. Il faut toujours regarder le gardien quand on remonte la glace et attendre le bon moment pour tirer. Il faut toujours avoir une idée quand on se lance mais au final, on décide ce que l'on fait en fonction du positionnement du gardien."
 
Leon Draisaitl (attaquant de l'Allemagne) : "Aujourd'hui, nous avons montré que nous pouvons mieux jouer. Mais on doit dire que ce n'était pas facile lors du premier match contre le Kazakhstan, car un premier match dans la compétition n'est tout simplement jamais facile. Nous, les jeunes, essayons de faire notre travail défensif sur la quatrième ligne et de créer le danger s'il y a la possibilité et cela a très bien fonctionné."
 
Marcus Kink (attaquant de l'Allemagne) : "C'était dans l'ensemble un bon match dans lequel nous nous sommes améliorés. Les entraîneurs nous ont très bien préparés à l'adversaire. Nous avons été patients et avons beaucoup patiné. Cela nous a permis de maintenir la pression et se créer des occasions. Je pense que cela s'est vu aussi avec les statistiques des tirs. "
 
 
 
Allemagne - Lettonie 3-2 (1-1, 1-1, 1-0)
Dimanche 11 mai 2014 à 12h45 à la Minsk Arena. 11200 spectateurs.
Arbitrage de Steve Patafie (USA) et Jyri Rönn (FIN) assistés de Pierre Dehaen (FRA) et Jon Kilian (NOR).
Pénalités : Allemagne 4' (2', 2', 0'), Lettonie 6' (4', 2', 0').
Tirs : Allemagne 33 (10, 15, 8), Lettonie 21 (8, 2, 11).
 
Évolution du score :
1-0 à 12'15" : Noebels assisté d'Oppenheimer et Hordler
1-1 à 18'35" : Pujacs assisté de Rēdlihs et Ķēniņš (sup. num.)
2-1 à 20'30" : Mauer (sup. num.)
2-2 à 27'15" : Rēdlihs assisté de Ķēniņš
3-2 à 55'26" : Oppenheimer (tir de pénalité)
 
 
Allemagne (2' pour surnombre)
 
Attaquants :
Frank Mauer - Alexander Barta - Felix Schütz 
Thomas Oppenheimer (+1) - Kai Hospelt (A, +1) - Marcel Noebels (+1)
Yannic Seidenberg - Daniel Pietta - Marcus Kink
Tobias Rieder - Matthias Plachta (-1) - Leon Draisaitl (-1)
Alexander Weiß (-1)
 
Défenseurs : 
Torsten Ankert (-1, 2') - Constantin Braun (A, -1)
Frank Hördler (C, +1) - Benedikt Kohl (+1)
Justin Krueger - Sinan Akdag
Moritz Müller
 
Gardien :
Philipp Grubauer
 
Remplaçant : Rob Zepp (G).
Non alignés : Danny aus den Birken (G), Denis Reul, Yasin Ehliz.
 
Lettonie
 
Attaquants :
Miķelis Rēdlihs (+1) - Kaspars Daugaviņš (+1, 4') - Ronalds Ķēniņš (+1)
Miks Indrašis - Zemgus Girgensons - Roberts Lipsbergs
Mārtiņš Cipulis - Herberts Vasiļjevs (C, 2') - Aleksandrs Ņiživijs
Armands Berzins (-1) - Andris Džeriņš (-1) - Gints Meija (-1)
Koba Jass
 
Défenseurs :
Artūrs Kulda (A, -1) - Guntis Galviņš (-1)
Georgijs Pujacs (A, +1) - Kristaps Sotnieks (+1)
Māris Jass - Jēkabs Rēdlihs
 
Gardien
Kristers Gudļevskis [sorti de 59'13" à 60'00"]
 
Remplaçants : Edgars Masaļskis (G), Rodrigo Laviņš.
Non alignés : Ivars Punnenovs (G), Jānis Jaks, Juris Štāls.