Suède - République Tchèque (Mondiaux 2014, groupe A)

Leçon de jeu de puissance
 
Les Tchèques paraissent presque évoluer à domicile tant leurs supporters sont nombreux pour ce choc face à la Suède. Avec la blessure de Roman Polák au match 1, la République Tchèque a activé Michal Jordan, qui restera sur le banc. Vladimir Ružicka a par ailleurs choisi de faire évoluer ses lignes par rapport au premier match, en alignant le prodige Tomáš Hertl aux côtés de la légende Jaromír Jágr.
 
L'effet ne met que huit secondes (!) à se faire sentir. Le gamin - en photo à gauche - s'échappe plein axe, transperce la défense et ajuste Nilsson côté mitaine (0-1). Comme s'il y avait besoin de cela pour chauffer le public ! Hertl vient tout simplement d'inscrire le deuxième but le plus rapide de l'histoire du Mondial, après celui de Demagin pour la Biélorussie en 2009 (cinq secondes).
 
La Suède accuse le coup, son plan de jeu volant en éclats d'entrée. Les Tchèques imposent leur style et contraignent Mikael Backlund à commettre une faute. Jan Kovár est le premier en action en cherchant un rebond près de la cage, provoquant une petite échauffourée. Petr Zámorský et Martin Ševc l'imitent de la ligne bleue. Les tirs pleuvent de partout sur la cage de Nilsson. La Tre Kronor a la tête dans le seau. Cervenka entre en zone, patiente le long de la bande et donne une passe parfaitement dosée à Jakup Klepiš. Le revers ne trompe pas Nilsson, mais de peu.
 
Les Nordiques mettent plus de sept minutes à desserrer l'étau, sans pour autant approcher le gardien. Et encore, Tomáš Rolínek protège bien son palet et attaque la cage, faisant se lever le public tchèque. La défense dégage le palet de justesse devant Jágr, à l'affût d'une cage ouverte. Cinq tirs à un après huit minutes, cela fait désordre pour le tenant du titre. Les Tchèques sont partout, surgissent pour voler des palets dans les crosses suédoises.
 
La première vraie occasion scandinave ne survient qu'à la douzième minute, via Jimmie Ericsson à bout portant. Elle est suivie d'une égalisation inattendue d'Oscar Möller, qui prend le rebond de Backlund alors que Salak est perturbé par Joakim Lindström. Le gardien tchèque réclame une obstruction, que les officiels lui refusent (1-1).
 
La dynamique tchèque est complètement brisée et la partie tombe dans un faux rythme. La Suède en profite pour être plus offensive et le cinglage d'Ondrej Vitásek leur donne un premier jeu de puissance. Ou plutôt d'impuissance. Rolínek et Novotný conservent le palet pendant la première minute, puis Cervenka et Zatovic amorcent une contre-attaque que Nilsson stoppe. La Suède ne s'installe pas du tout et n'obtient qu'une chance en fin de supériorité, lorsque Backlund parvient à déborder. Mais l'attaquant de Calgary rate la cage...
 

Les Tchèques, si flamboyants en début de match, ont bien du mal, mais Linus Klasen les aide en prenant une pénalité dans la dernière minute. Un but au début, un but à la fin : les Tchèques passent devant à 25 secondes de la sirène sur un tir puissant du cercle gauche signé Jirí Hudler à la conclusion d'un jeu en triangle (1-2). Le premier tiers s'achève avec un déroulement étonnant. Dominateurs pendant plus de la moitié du tiers, les Tchèques encaissent un but surprise, sont dominés et, à leur tour, marquent contre le cours du jeu...
 
Le but a fait du bien aux Tchèques, qui rentrent avec de bonnes intentions. Cervenka travaille fort derrière la cage et Calle Järnkrok concède une faute. Le jeu de puissance ne donne rien et les deux équipes alternent les occasions. Salak sur un tir du cercle droit, Nilsson de la botte... Puis, Rolínek intercepte, déborde et cherche Hertl devant la cage. La défense contre de justesse. Jan Kolar enchaîne avec un bon tir, bien bloqué par le portier des Islanders de New York.
 
L'élan tchèque s'interrompt lorsque Zámorský est sanctionné pour un accrocher. Fransson de la bleue, Klasen à deux reprises testent Salak, qui repousse. La pénalité est tuée et Jirí Hudler fait parler la poudre, tout en technique. La défense peine à suivre et Nilsson doit intervenir après un premier tir manqué de Sekác. Les Tchèques remportent la mise au jeu qui suit. Passage derrière la cage de Hertl, gros lancer de la bleue et Zatovic, dos au but, dévie le palet du mollet au fond des filets (1-3).
 
La Suède, sonnée, subit encore une bonne présence d'un Hertl intenable, avant d'obtenir enfin des occasions. Lundqvist rate son tir croisé à trois mètres du but sur une passe de derrière la cage, puis un bon shift envoie Hudler purger sa peine sur le banc. La Tre-Kronor passe la cinquième et le jeu de passe fait tourner la défense en bourrique. Après quelques moments chauds tout près du but - notamment un palet qui traverse l'enclave et que la Suède ne parvient pas à pousser au fond - le disque revient à la bleue, plein axe, pour un tir terrible d'Oscar Möller. Salak, masqué, ne peut rien faire (2-3).
 
Les Tchèques partent à l'assaut dès l'engagement et Ondrej Nemec sonne la charge. Jan Kovár, très en vue dans ce match, est à la réception de cette attaque en ligne et Nilsson dégage. Dans la foulée, Sjögren prend deux minutes. Le disque tourne à toute vitesse pour des tirs de Zámorský et Cervenka. La défense suédoise plie, mais ne rompt pas. Il n'y a qu'un but de retard à la pause, tout reste à faire.
 

Les Tchèques ont décidément de l'énergie et de la motivation. Ils prennent à nouveau le contrôle du match, faisant circuler le palet à toute vitesse. Nilsson a déjà du travail avec Novotný à l'affût d'un rebond sur un tir de la bleue. La domination tchèque plaît à ses supporters, qui entament une ola. Malheureusement pour eux, Petružálek prend deux minutes et la Suède ne lambine pas. Un tir bloqué dans l'axe revient sur Möller, qui décale à l'opposée Lindström. Avec autant de monde sous les yeux, Salak n'a rien vu et la cage est ouverte (3-3). Deuxième but en supériorité numérique pour la Tre-Kronor !
 
Tout est à refaire pour les Tchèques, qui poussent Tim Erixon à la faute. Le jeu de puissance s'installe et Kovár dévie un tir. Le public lève les bras mais le palet file à côté ! Puis, c'est une volée de Hudler que Nilsson repousse sur un de ses défenseurs avant de geler le rebond. Le disque ne quitte plus la zone suédoise au retour à cinq. Un retour bref, car Klasen commet un accrocher. Le tir du cercle de Klepiš termine sa course dans la mitaine de Nilsson. La pénalité est tuée et Möller, intenable, s'approche de Salak. Le palet est dégagé et Petružálek s'accroche dans un duel avec un défenseur. Les deux hommes tombent au sol et le Tchèque prend deux minutes. La défense se sacrifie pour contrer les tirs, avec notamment Möller à la baguette. Elle résiste, et Möller continue à presser avec un nouveau lancer du cercle capté par Salak. Il reste quelques secondes et Pär Mårts demande un temps mort avant une mise au jeu en zone offensive. Cela ne donne rien : prolongations.
 
La prolongation est très fermée, les deux équipes peinant à construire. Il faut attendre la dernière minute pour voir Mikael Backlund traverser la défense comme dans du beurre. Salak, étalé sur la glace, sort un grand écart. L'ultime tir de la période supplémentaire revient à Jágr lancé dans l'axe et un défenseur le dévie au-dessus.
 
Tirs au but !
Backlund tente une "Forsberg" mais Salak ne mord pas dans la feinte.
Kovár s'avance et échoue sur Nilsson.
Klasen feinte de passer le palet entre les jambes, mais se le redonne du patin, but !
Klepiš à toute vitesse force Nilsson à se mettre au sol et égalise.
Lindström marque côté plaque mi-hauteur.
Cervenka ne trouve pas le cadre.
 
Victoire de la Suède, portée par un énorme Oscar Möller et un power-play prolifique. Les Tchèques sont partis fort et ont globalement dominé la rencontre, avant de baisser de pied en fin de match. La victoire suédoise paraît un peu contre le cours du jeu, mais les Nordiques ont eu le mérite de ne rien lâcher.
 
Les scouts de Los Angeles présents en tribunes (Alyn McCauley et Christian Ruutu) auront apprécié la performance de leur ancien premier choix de draft Oscar Möller. Un retour à Los Angeles du joueur de Skellefteå devient une rumeur insistante...
 
Désignés joueurs du match : Oscar Möller (Suède) et Alexander Salak (République Tchèque).
 
Commentaires d'après-match :
 
Anders Nilsson (gardien de la Suède) : "Beaucoup d'efforts, nous sommes bien revenus après le premier but. Les Tchèques ont une équipe technique, qui joue bien près du but. Le tournoi est vraiment bien, l'accueil est très bon et l'ambiance extraordinaire. Il faudra que nous soyons meilleurs au prochain match car nous avons souffert ce soir."
 
Oscar Möller (attaquant de la Suède) : "La clé du match aura été les équipes spéciales. Nous avons essayé de jouer simple en supériorité, d'envoyer le palet à travers le trafic, cela a très bien fonctionné ce soir."
 
 
 
Suède - République Tchèque 4-3 t.a.b. (1-2, 1-1, 1-0, 0-0)
Dimanche 11 mai 2014 à 20h45 à la Chizhovka arena de Minsk. 6018 spectateurs.
Arbitrage de Roman Gofman et Konstantin Olenin (RUS) assistés de Nicolas Fluri (SUI) et Andre Schrader (ALL).
Pénalités : Suède 12' (4', 4', 4', 0'), République Tchèque 10' (2', 4', 4', 0').
Tirs : Suède 25 (6, 9, 7, 2), République Tchèque 33 (8, 14, 11, 0).
 
Évolution du score
0-1 à 00'08" : Hertl assisté de Nemec et Rolínek
1-1 à 11'26" : Möller assisté de Backlund
1-2 à 19'35" : Hudler assisté de Ševc et Kovár (sup. num.)
1-3 à 31'53" : Zatovic assisté de Hertl et Nemec
2-3 à 36'02" : Möller assisté d'Ericsson et Lindström (sup. num.)
3-3 à 48'40" : Lindström assisté de Nygren et Möller (sup. num.)
 
 
Suède
 
Attaquants :
Oscar Möller (-1) - Mikael Backlund (A, -1) - Joakim Lindström (-1)
Jimmie Ericsson (A) - Calle Järnkrok (2') - Gustav Nyquist
Simon Hjalmarsson - Mattias Sjögren (2') - Dick Axelsson
Linus Klasen (4') - Joel Lundqvist (C) - Nicklas Danielsson
Dennis Rasmussen [une présence].
 
Défenseurs :
Mattias Ekholm (-2) - Erik Gustafsson (-2)
Tim Erixon (+1, 2') - Johan Fransson (+1)
Jonas Ahnelöv - Daniel Rahimi
Magnus Nygren.
 
Gardien :
Anders Nilsson.
 
Remplaçant : Joacim Eriksson (G).
 
République Tchèque
 
Attaquants :
Tomáš Rolínek (C, +1) - Tomáš Hertl (+2) - Jaromír Jágr (A, +1)
Roman Cervenka - Vladimír Sobotka - Jakub Klepiš
Jirí Sekác (-1) - Jirí Novotný (-1) - Jirí Hudler (-1, 2')
Martin Zatovic (+1) - Jan Kovár - Jakub Petružálek (+1, 4').
 
Défenseurs :
Jakub Kindl (+1) - Ondrej Nemec (A, +1)
Martin Ševc - Ondrej Vitásek (2')
Jan Kolár - Petr Zámorský (2').
 
Gardien :
Alexander Salák.
 
Remplaçants : Jakub Kovár (G), Michal Jordan.
Blessé : Roman Polák.