Glen Hanlon ne se laisse pas déstabiliser par les rumeurs

Glen Hanlon sera-t-il le successeur de Sean Simpson à la tête de la Nati ? Lui seul le sait ! Enfin presque… Le journal suisse Blick a révélé cette information samedi, révélation qui a eu le don de passablement agacer l’intéressé. Questionné par les télévisions suisses aussitôt la nouvelle apprise, il l’a balayée d’un revers de main, rappelé qu’il était toujours le sélectionneur de la Biélorussie et qu’il était là pour gagner avec. Serait-ce une manœuvre de déstabilisation de la presse helvète avant la rencontre de lundi ?

Si les premières actions se déroulent devant la cage de Vitali Koval, comme sur ce raid de Denis Hollenstein dont la passe est vendangée par Kevin Fiala, l’ouverture du score est bien locale. La Suisse évolue en supériorité numérique lorsque Sergei Kostitsyn récupère la rondelle dans sa zone défensive. Il part à deux contre un avec Alexei Yefimenko. Le tir soudain de l’ancien des Canadiens de Montréal trompe Reto Berra coin court (1-0, 5'32").

Toujours sur l’avantage numérique, Damien Brunner effectue une passe d’un cercle à l’autre en direction de Yanick Weber. Son tir sur réception est précis et Koval est impuissant (1-1, 6'13"). Si Brunner et Fiala sont très en vue côté suisse, Sergei Kostitsyn est intenable côté biélorusse.

C’est Geoff Platt qui se montre à la douzième minute. Il déborde plein de vitesse mais échoue sur Berra. Il obtient une deuxième chance dans la continuité de l’action mais le cerbère suisse referme la cage grande ouverte. Yanick Weber offre un premier avantage numérique aux joueurs locaux pour retenir. Roman Graborenko perd le contrôle de la rondelle à la ligne bleue et Reto Schäppi s’envole en contre-attaque. Sa feinte déjoue Koval et il donne l’avantage à la Suisse (1-2, 17'41"). Les unités spéciales sont décisives dans cette première période qui a vu les Suisses dominer au chapitre des tirs.

Le début du tiers médian est marqué par un – rare – raté de Sergei Kostitsyn. Oublié au deuxième poteau, il reçoit la rondelle dans les patins mais s’emmêle les pinceaux alors que Reto Schäppi arrive sur lui. Une belle occasion en filet ouvert est gâchée. Les deux protagonistes sont envoyés en prison et entraine donc deux minutes à quatre contre quatre. C’est Andrei Stas qui s’en sort le mieux à ce petit jeu. Il réceptionne le palet derrière le filet puis se faufile dans l’enclave. Il termine sa course sur les fesses mais les bras levés vers le ciel : son tir en pivot est passé sous le bras de Berra (2-2, 23'06"). Le reste de la période est assez pauvre et les imprécisions s’enchaînent de part et d’autre, laissant place à quelques actions individuelles comme le raid de Roman Josi qui échoue sur Koval (37').

La Suisse montre de meilleures intentions en début de troisième période. Denis Hollenstein, derrière la cage, remet dans le slot pour Luca Cunti mais son lancer du revers se heurte à Koval.
 
Sean Simpson décide de lancer dans le grand bain Etienne Froidevaux, tout juste qualifié pour ce match en remplacement de Sven Bärtschi. Absent des rotations au cours des deux premiers tiers-temps, il ne tarde pas à se montrer. Mathias Seger le met en orbite en sortie de zone, il remonte la glace sur l’aile droite et trompe Koval, masqué par un défenseur, d’un violent tir croisé qui termine sa course dans la lucarne (2-3, 43'59").

Les Biélorusses n’abdiquent pas. L’inévitable Sergei Kostitsyn donne du travail à Reto Berra, dont le rebond n’est pas exploité par Konstantin Koltsov (47’). Qui d’autre pour égaliser que ce diable de Sergei ? Il est à la conclusion d’un enchainement de passe en bas du cercle droit et son tir sur réception ne manque pas la cible (3-3, 49'49"). Tout est à refaire pour la Suisse et le retard de jeu provoqué par Yanick Weber dans les cinq dernières minutes n’aide pas leur cause. Heureusement pour eux, leurs adversaires n’en profitent pas et un faire trébucher de Dmitri Korobov ramène les deux équipes à égalité numérique.

C’est le moment que choisit Mikhail Grabovski pour sortir de sa tanière. Il part en contre défier Berra et, après quelques secondes de flottement, l’arbitre indique que le palet a bel et bien franchi la ligne (3-4, 57'54"). Une ultime situation d’avantage numérique côté suisse, ainsi que la sortie du gardien n’y changent rien. Le public exulte et fête cette deuxième victoire de ses protégés. C’est en revanche la soupe à la grimace chez les Helvètes, toujours bloqués à zéro point après trois rencontres. Si le match contre les États-Unis avait apporté des signes positifs, cette défaite brouille à nouveau les cartes. Il va falloir se battre pour le maintien. Une chose est sûre, Glen Hanlon n’a pas été déstabilisé par les rumeurs répandues dans la presse suisse.

Désignés meilleurs joueurs de la rencontre : Eric Blum (Suisse) et Sergei Kostitsyn (Biélorussie).

Commentaires d'après-match

Mathias Seger (capitaine de la Suisse) : "À ce moment, c'est la défaite la plus amère que j'ai vécue. Je n'ai pas sorti le palet de la zone avant l'égalisation à 3-3. C'est mon erreur."

Sergei Kostsitsyn (attaquant du Bélarus) : "Pour moi, le plus important est d'avoir pu jouer avec Grabovsky et Kalyuzhny en troisième période. Ce sont des joueurs très forts. Notre coach Glen Hanlon sent bien le jeu, et il savait qu'en nous mettons tous trois ensemble, nous nous créerions des occasions et nous marquerions des buts."

 

Suisse - Biélorussie 3-4 (2-1, 0-1, 1-2)
Lundi 12 mai 2014 à 16h45 à la Minsk Arena de Minsk. 13 207 spectateurs.
Arbitrage de Daniel Piechaczek (ALL) et Martin Frano (TCH) assistés d'Andre Schrader (ALL) et Jon Kilian (NOR).
Pénalités : Suisse 10' (4', 4', 2'), Biélorussie 8' (4', 2', 2').
Tirs : Suisse 31 (13, 7, 11), Biélorussie 23 (6, 12, 5).

Évolution du score :
0-1 à 05'32" : S. Kostitsyn (inf. num.)
1-1 à 06'13" : Weber assisté de Brunner et Josi (sup. num.)
2-1 à 17'41" : Schäppi (inf. num.)
2-2 à 23'06" : Stas assisté de Korobov et Platt
3-2 à 43'53" : Froidevaux assisté de Seger
3-3 à 49'49" : S. Kostitsyn assisté de Kalyuzhny et Grabovski
3-4 à 57'34" : Grabovski

 

Suisse

Attaquants :
Simon Moser – Kevin Romy (-1) – Damien Brunner (-1, 2')
Luca Cunti (-2) – Kevin Fiala – Denis Hollenstein (-2)
Andres Ambühl (A, -1, 2') – Benjamin Plüss puis à 40' Etienne Froidevaux – Reto Suri
Thomas Rüfenacht – Reto Schäppi (+1, 2') – Victor Stancescu (+1)

Défenseurs :
Roman Josi (A, +1) – Dominik Schlumpf
Mathias Seger (C, -2) – Yannick Weber (-1, 4')
Eric Blum (-2) – Robin Grossmann
Dean Kukan

Gardien :
Reto Berra [sorti à 58'41"].

Remplaçant : Leonardo Genoni (G). Absent : Sven Bärtschi (côtes cassées).

Biélorussie

Attaquants :

Aleksei Kalyuzhny (C) – Andrei Stepanov (-1) – Mikhail Grabovski (A, +1)
Geoff Platt (+1) – Andrei Stas (+1) – Sergei Kostitsyn (+2, 2')
Andrei Kostitsyn (-1) – Aleksandr Kitarov puis à 20' Evgeni Kovyrshin (-1) – Konstantin Koltsov (-1)
Aleksei Ugarov – Aleksei Yefimenko (+1) – Artyom Volkov.

Défenseurs :
Dmitri Korobov (+2, 2') – Roman Graborenko (+1)
Vladimir Denisov (A, +1, 2') – Oleg Yevenko (+2)
Nikolai Stasenko – Kirill Gotovets (-1)

Gardien :
Vitali Koval.

Remplaçants : Andrei Mezin (G), Andrei Karev. Réserve : Kevin Lalande (G), Nikita Osipov, Ivan Usenko.