Allemagne - Finlande (Mondiaux 2014, groupe B)

Les deux équipes abordent la rencontre dans des situations opposées. La Finlande est à la recherche de ses premiers points dans le tournoi après avoir perdu ses deux premiers matches. L’Allemagne se présente, elle, avec cinq points et deux victoires au compteur. Une rencontre cruciale pour la Finlande, à la relance dans l’optique d’arracher une qualification en quarts de finale. Pat Cortina a inséré Denis Reul à son groupe en lieu et place de l’attaquant Alexander Weiss, il dispose donc de quatre paires défensives.

Le match débute tranquillement avec quelques minutes d’observation et de jeu en zone neutre. Il faut attendre une altercation entre Jehre Karalahti, qui venait de charger Daniel Pietta, et Marcus Kink pour avoir un peu d’action (4’). Mikka Salomäki obtient la première chance du match, bien placé au second poteau mais Denis Reul l’empêche de convertir. Le solide défenseur allemand n’a pas été intégré pour rien cet après-midi et bénéficie d’un temps de glace non-négligeable. Pat Cortina tourne bel et bien à quatre lignes en défense.

Mais une fois que la Finlande passe à la vitesse supérieure, elle surclasse son adversaire dans tous les compartiments du jeu. Ils gagnent les mises au jeu, frappent leurs adversaires et ne laissent pas le moindre répit à Rob Zepp. C’est donc assez logiquement qu’ils ouvrent le score. Jori Lehterä distille une passe diagonale à Petri Kontiola qui, du bas du cercle gauche, reprend de volée. Ce tir ne laisse aucune chance à Zepp tant il est puissant et précis (0-1, 9’33’’). Les Lions remettent immédiatement la compresse avec Tommi Huhtala qui fonce au filet, Jarkko Immonen récupère la rondelle et force Zepp à un arrêt reflexe.

Il faut attendre la douzième minute pour voir le premier des trois lancers allemands de cette première période. Mais le tir du poignet de Frank Hördler est facilement repoussé de la botte par Pekka Rinne. L’équipe finlandaise continue sa domination territoriale et met beaucoup de trafic devant la cage adverse. Ville Lajunen perce vers la cage et glisse le palet dans l’enclave. Immonen s’est démarqué et n’a qu’à pousser au fond du filet d’un Zepp impuissant (0-2, 14’16’’). L’Allemagne rentre au vestiaire après une première période difficile, au cours de laquelle la Finlande a été impitoyable.

La Nationalmannschaft revient avec de meilleures intentions et prend le jeu à son compte. Sa première grosse occasion du match est pour Marcus Kink, qui alerte Pekka Rinne de près. Le jeu se déroule de longues minutes en zone défensive finlandaise et les occasions s’enchaînent. Felix Schütz contraint Rinne à un arrêt de la botte mais Alexander Barta ne peut convertir le rebond. C’est ensuite Kai Hospelt qui sert Marcel Noebels seul dans l’enclave. Son tir, dévié par la crosse de Miikka Salomäki, n’est pas cadré. À force de presser, ils obtiennent un premier avantage numérique. Sur une bonne circulation de palet, Frank Mauer se retrouve seul au deuxième poteau mais la crosse d’un défenseur le prive de la réduction du score.

Et à force de vendanger, les Allemands risquent de s’en mordre les doigts. La Finlande fait parler son rapide jeu de transition et se procure des occasions en contre-attaque. Coup sur coup, Olli Palola trouve la lucarne de Zepp et Leo Komarov glisse la rondelle entre ses jambes en duel (0-4, 32’24’’). En trente secondes, l’Allemagne a perdu de gros espoirs de remontée. Pire, ils sont près d’encaisser deux autres contre-attaques mais Zepp dévie un lancer de Petteri Wirtanen avant de voir celui de Kontiola se dérober du cadre. Les hommes de Pat Cortina ont apporté la réaction attendue au cours du  tiers médian, mais à force de ne pas convertir leurs occasions – et deux avantages numériques – ils se retrouvent  relégués à quatre longueurs avant l’ultime période.

La Finlande se contente de gérer la troisième période. L’Allemagne a également levé le pied, en vue du choc de demain face à la Suisse ? Ils se procurent néanmoins deux occasions consécutivement. Leon Draisaitl fait parler sa qualité de passe pour trouver Rieder face au but, mais son tir est capté de la mitaine par Rinne. C’est ensuite Kai Hospelt qui bute sur le cerbère avec un tir en pivot. Olli Palola obtient la dernière occasion de but pour la Finlande mais son tir ricoche sur le poteau droit de Zepp (55’). Un dernier avantage numérique allemand à gérer et Pekka Rinne signe un blanchissage pour la première victoire à Minsk de son équipe. La machine finlandaise est enfin lancée et l’espoir d’atteindre les quarts de finale revit. L’Allemagne sera demain dans la même situation qu’aujourd’hui face à la Suisse, qui sera en quête d’une première victoire du tournoi. Les deux équipes s’étaient affrontées à Mannheim en préparation avec une victoire allemande (2-0).

Désignés meilleurs joueurs : Marcus Kink (ALL) et Petri Kontiola (FIN).

Commentaires d'après-match

Jori Lehterä (attaquant de la Finlande) : "Après deux défaites nous étions prêts à hausser notre niveau de jeu dans ce match. Nous avons démarré fort et avons bien joué pendant soixante minutes. Je pense que ce match est un tournant dans notre tournoi. Parfois, il faut savoir reculer de deux pas pour mieux avancer. Ce soir nous avons joué en équipe. Les cinq joueurs sur la glace jouaient ensemble et de manière intelligente. Pekka [Rinne] a fait un très bon match devant le filet."

Petri Kontiola (attaquant de la Finlande) : "C'est toujours bien de marquer mais ça ne sert à rien si nous ne réussissons pas le prochain match et que nous devons recommencer le travail. C'est peut-être un tournant dans le tournoi, cela nous permet en tout cas de retrouver le sourire. Nous étions frustrés après ces deux défaites."

 

Allemagne - Finlande 0-4 (0-2, 0-2, 0-0)
Mardi 13 mai 2014 à 16h45 à la Minsk Arena de Minsk. 10 959 spectateurs.
Arbitrage de MM. Konstantin Olenin (RUS) et Martin Frano (TCH) assistés de MM. Justin Hull (CAN) et Miroslav Valach (SVQ).
Pénalités : Allemagne 8‘ (4', 4’, 0’), Finlande 6' (0', 4’, 2’).
Tirs : Allemagne 20 (3, 10, 7), Finlande 29 (16, 8, 5).        

Évolution du score :
0 – 1 à 9’33’’ par Kontiola assisté de Lehterä
0 – 2 à 14’16’’ par Immonen assisté de Lajunen et Huhtala
0 – 3 à 31’54’’ par Palola assisté de Kontiola
0 – 4 à 32’24’’ par Komarov assisté de Karalahti et Ohtamaa

Allemagne

Attaquants :
Frank Mauer (-2) – Alexander Barta (A, -2) – Felix Schütz (2', -2)    
Kai Hospelt (-2) – Thomas Oppenheimer (2’, -1) – Marcel Noebels (-1)     
Marcus Kink (A) – Yannic Seidenberg – Daniel Pietta         
Tobias Rieder (-1) – Matthias Plachta (-1) – Leon Draisaitl

Défenseurs :
Torsten Ankert (-2) – Constantin Braun (2‘, -2)        
Benedikt Kohl (-2) – Frank Hördler (C, 2‘, -2)         
Justin Krueger – Sinan Akdag
Denis Reul – Moritz Müller

Gardien :        
Robb Zepp

Remplaçants : Philipp Grubauer (G). Non alignés : Danny Aus den Birken (G), Alexander Weiss

Entraîneur : Pat Cortina

Finlande

Attaquants :    
Jori Lehterä (A, +2) – Petri Kontiola (+2) – Olli Palola (+2)  
Olli Jokinen (C, +1) – Leo Komarov (A, 2’, +1) – Iiro Pakarinen (+1)         
Jarkko Immonen (+1) – Jere Sallinen (2’, +1) – Tommi Huhtala (+1)          
Petteri Wirtanen (2’) – Veli-Matti Savinainen – Miikka Salomäki

Défenseurs :   
Tuukka Mäntylä (+2) – Juuso Hietanen (+2)
Atte Ohtamaa (+1) – Jere Karalahti (+1)        
Tommi Kivistö (+1) – Jyri Marttinen 
Ville Lajunen (+1)

Gardien : Pekka Rinne

Remplaçants : Mikko Koskinen (G). Non alignés : Juuse Saros (G), Pekka Jormakka (commotion cérébrale).

Entraîneur : Erkka Westerlund