République Tchèque - Canada (Mondiaux 2014, groupe A)

C'est un nouveau choc dans cette poule complètement imprévisible. Les Tchèques ont souffert mais gagné en ouverture face à la Slovaquie, puis dominé la Suède et perdu... Le Canada s'est fait surprendre par la France avant de rebondir face au Danemark. Pour viser un bon quart de finale, les deux équipes veulent les trois points.
 
Le Canada a ajusté un peu ses lignes, plaçant Brayden Schenn au centre du premier bloc aux côtés de Alex Burrows et Nathan MacKinnon. Kyle Turris passe en deuxième ligne avec Matt Read et le capitaine Jason Chimera. Cody Hogdson centre la troisième avec Troy Brouwer et Nazem Kadri. Enfin, l'efficace Joel Ward apporte son expérience à Sean Monahan et Jonathan Huberdeau. La logique transparaît dans ces lignes : un joueur énergique et physique par ligne pour gratter les palets vers ses coéquipiers plus techniques.
 
La République Tchèque, de son côté, a gardé ses blocs mais aligne pour la première fois son deuxième gardien Jakub Kovar.
 
La prudence est de mise. S'il y a quelques duels dans les bandes, aucun ne débouche sur des tirs. Cela change après quatre minutes, avec un triple arrêt de Reimer. Le portier des Leafs sort un lancer à sa droite, le rebond à sa gauche et un autre rebond à bout portant, le tout avec un calme visible. À la cinquième, Sekac reçoit le palet tout seul devant Reimer. Il le feinte pour le mettre au sol, lève son revers... Transversale ! Un raté incroyable...
 
Les Tchèques prennent nettement l'ascendant et multiplient les tirs sur Reimer. À force de dominer, ils provoquent la réussite. Un palet perdu dans la neutre place le Canada en difficulté. Klepiš s'avance le long de la bande, trouve Sobotka dans l'intervale. La petite passe à travers l'enclave fait mouche et Cervenka, oublié au marquage dans ce contre, fusille Reimer (1-0). Le Canada n'y est pas du tout. 
 
Il faut une pénalité de Jan Kovár, qui accroche Myers dans la neutre, pour que les joueurs à la feuille d'érable découvrent la zone offensive. Très timidement, ceci dit, la construction n'y étant pas du tout. Le jeu de puissance se termine mais il paraît avoir donné un peu de confiance. Les Canadiens parviennent enfin à effectuer une présence longue durée en attaque. Le travail derrière le but de Jonathan Huberdeau permet de gratter le palet et une passe entre les cercles de Sean Monahan trouve Joel Ward. L'attaquant des Capitals reprend à la visite de l'éclair et égalise (1-1). Les Tchèques en perdent leur hockey, à l'image d'un palet perdu par Zámorský, peu attentif à sa conduite de puck. 
 
Si le palet circule vite des deux côtés, le jeu manque sérieusement de précision. On ne compte plus les passes imprécises. Chaque camp perd le palet aussi rapidement qu'il ne le gagne. Finalement, la seule chance notable en fin de tiers revient à Sekác, qui envoie un tir puissant du cercle gauche après un festival technique de Novotný sur l'aile droite. Le tiers se termine sur ce score de parité, après vingt minutes fermées. Les Tchèques peuvent se mordre les doigts de s'être montrés si inefficaces en début de match (13 tirs à 4).
 
Le Canada s'est-il rassuré à la pause ? La percée de Matt Read qui se termine par un tir en hauteur paraît le démontrer. Les joueurs de Dave Tippett ont pris possession du palet. Ce n'est pas illogique de voir le deuxième but arriver. Chimera lance en profondeur Matt Read. Ce dernier s'infiltre entre deux défenseurs. Michal Jordan tente de lui prendre le palet, qui file vers finalement vers Kyle Turris. L'attaquant d'Ottawa se retrouve seul devant le but et ne rate pas la chance (1-2). Les très nombreux supporters tchèques qui ont fait le voyage sont un peu sonnés. L'ambiance s'est refroidie... Et lorsque Sekác envoie une grosse charge sur Gudbranson, c'est sur la glace que cela chauffe ! Le Tchèque est puni de deux minutes évidentes.
 
Le jeu de puissance canadien tourne plutôt bien le palet. MacKinnon teste la mitaine de Jakub Kovár du cercle gauche, puis un palet vient rebondir près du poteau. Le portier tchèque rate le palet et, à l'affût, Brayden Schenn manque d'en profiter. Idem pour Braydon Coburn, servi à bout portant par un Nazem Kadri très en jambes. Les Tchèques manquent de tranchant et ne parviennent guère à s'installer en zone offensive. À la mi-match, ils commettent même un surnombre. Le Canada cherche à creuser l'écart mais n'obtient qu'une bonne chance, par Troy Brouwer, collé dans l'enclave. La supériorité s'inverse avec une faute de Monahan. Jágr et ses coéquipiers tentent de pilonner Reimer. 
 
La plupart des tirs n'arrivent pas jusqu'au gardien et Kovár commet à son tour une grosse faute avec un cinglage sur Bieksa. Le défenseur des Canucks s'écroule, touché au visage. Il perd une dent dans l'affaire et aura besoin de points de suture. Cela ne l'empêchera pas de revenir au jeu immédiatement ! 
 
Kovár est puni de cinq minutes de pénalité pour cette énorme faute, ainsi que d'une pénalité de match. Le public s'occupe pendant la coupure avec une "ola" assourdissante. Le powerplay canadien se montre redoutable. Jason Garrison et Ryan Ellis s'échangent le palet et l'arrière des Predators envoie un missile plein axe. Ward cherche le rebond, le touche et le disque part en retrait. MacKinnon s'en empare et envoie un tir puissant dans la cage ouverte (1-3). Et la supériorité continue. Quelques secondes plus tard, le deuxième groupe de supériorité sert Morgan Rielly à la bleue. Son tir du poignet trouve le chemin du but grâce à l'écran de Burrows (1-4).
 
Salák entre en jeu à la place de Kovár et s'illustre immédiatement en sauvant un tir de MacKinnon de la mitaine, puis une occasion de Schenn au second poteau, servi par MacKinnon. Mais il concède rapidement une faute en frappant Burrows avec la mitaine. C'est un 5 contre 3. Pour finir, à quelques secondes de la fin de la pénalité - et du tiers - il s'interpose devant Ward dans l'enclave. 
 
La reprise met fin à la supériorité numérique canadienne. L'ampleur du score ne donne pas à la partie un rythme incroyable, loin de là. Le Canada gère sans forcer et les Tchèques paraissent manquer de carburant pour relancer la machine. Les minutes défilent sans rien de notable à signaler, à l'exception d'un slap de Kolár dans l'axe bloqué par Brayden Schenn, qui rentre péniblement au banc. Peu après, MacKinnon concède deux minutes pour crosse haute. Reimer supplée sa défense pour quelques arrêts dont un difficile sur un slap de Kolár, juste après la fin de pénalité. Mais globalement, les Tchèques manquent de rythme et de précision. Leurs passes sont systématiquement coupées par les défenseurs canadiens. 
 
À huit minutes de la fin, les Tchèques trouvent enfin quelques forces pour poser leur jeu d'attaque. Le palet tourne un bon moment jusqu'à ce que Jiri Novotný se libère en tête de cercle pour une volée entre les jambières, après avoir inversé sa position avec Hudler (2-4). Le match va-t-il tourner ? Une pénalité de Garrison le permet en tout cas. Rolínek entre en zone, passe-abandon pour Jágr qui lance. Rolínek cherche le rebond et Hertl se jette pour le mettre au fond (3-4). Un fan présente immédiatement sa pancarte, avec Jágr en gourou et Hertl en ninja apprenti... 
 
Pendant ce temps, Reimer tient son équipe à bouts de bras en multipliant les arrêts. Le duo Jágr-Hertl met le feu dans la défense, planté dans l'enclave. Reimer se montre intraitable avec plusieurs parades impressionnantes à bout portant. À trois minutes de la fin, Jágr en fait trop et reçoit une pénalité. Un peu d'air pour une équipe canadienne en grosse difficulté dans ce troisième tiers. Le power-play ne donne rien, si ce n'est du temps gagné. Et à 25 secondes de la sirène, l'obstruction de Hudler sur Reimer achève les espoirs tchèques.
 
Victoire du Canada dans ce match imprévisible. Après un début en feu, les Tchèques se font égaliser contre le cours du jeu. Apathiques, ils sont terrassés par leur propre indiscipline et apparaissent sans réaction... La fin de match disputée à 100 à l'heure devient ainsi inattendue, et le retour au score a échoué de peu. James Reimer aura finalement sauvé le Canada ce soir...
 
Désignés joueurs du match : Roman Cervenka (République Tchèque) et Joel Ward (Canada)
 
Commentaires d'après-match :
 
Vladimir Ruzicka (entraîneur de la République Tchèque) : "Nous avons disputé une bonne première période mais avons fini à 1-1. La différence dans ce match se fait sur les cinq minutes de pénalités en deuxième tiers, sur lesquelles ils marquent deux fois. Nous avons alors pressé, mais nous n'étions pas assez bons ce soir."
 
Dave Tippett (entraîneur du Canada) : "Je n'ai pas aimé notre premier tiers, nous étions vraiment médiocres avec le palet. Il n'y avait aucune pression sur le but adverse. Notre jeu de puissance nous offre deux buts importants en deuxième. En troisième, nous les avons laissé revenir et rendre le match serré. L'équipe a encore beaucoup de travail à faire. Les Tchèques ont vraiment appuyé et leurs meilleurs joueurs ont changé de braquet. Deux pénalités nous ont aussi compliqué la tâche. Ce sont trois points précieux. Notre objectif reste de progresser à chaque match, d'éliminer les erreurs et d'avancer par étapes. Nous sommes chanceux de rentrer au vestiaire à 1-1 après le premier tiers. Notre jeu de puissance a bénéficié des modifications de lignes, avec une présence devant le but de Ward ou Burrows. Elles nous ont aussi permis d'avoir de bonnes séquences dans le match. En troisième, Reimer a réalisé des arrêts décisifs. Kevin Bieksa a perdu une dent dans l'affaire et aura aussi besoin de points de suture."
 
Jonathan Huberdeau (attaquant du Canada) : "Le début de partie a été difficile. C'est bien que l'on ait réussi à capitaliser sur nos chances en supériorité, car nous avions eu des difficultés en jeu de puissance avant ce match. Reimer a fait un très bon match car c'était plutôt difficile à la fin. Il va falloir travailler plus fort au prochain match et mieux finir. La saison avec Florida a été difficile, c'est donc une chance de venir à ce championnat mondial pour bien finir la saison."
 
James Reimer (gardien du Canada) : "Chaque point est important dans ce tournoi. Ils sont vraiment venus avec beaucoup d'énergie, il faut leur reconnaître ce mérite. Je me sentais bien en début de match. J'ai essayé de jouer mon jeu, faire le premier arrêt. La défense a fait un très bon travail pour nettoyer la zone, bloquer des tirs, et elle a très bien joué en infériorité."
 
 
 
 
République Tchèque - Canada 3-4 (1-1, 0-3, 2-0)
Lundi 12 mai 2014 à 20h45 à la Chizhovka Arena de Minsk. 6317 spectateurs.
Arbitrage de Lars Brüggemann (ALL) et Viacheslav Bulanov (RUS) assistés de Stanislav Raming (RUS) et Sakari Suominen (FIN).
Pénalités : République Tchèque 37' (2', 6'+5'+20', 4'), Canada 6' (0', 2', 4').
Tirs : République Tchèque 34 (13, 3, 18), Canada 20 (4, 9+2, 5).
 
Récapitulatif du score
1-0 à 05'55" : Cervenka assisté de Sobotka et Klepiš 
1-1 à 09'56" : Ward assisté de Monahan et Huberdeau
1-2 à 23'22" : Turris assisté de Read et Chimera
1-3 à 36'07" : MacKinnon assisté de Ward et Ellis (sup. num.)
1-4 à 36'24" : Rielly assisté de Bieksa (sup. num.)
2-4 à 52'11" : Novotný assisté de Hudler
3-4 à 53'00" : Hertl assisté de Jágr (sup. num.)
 
 
Canada
 
Attaquants :
Alexandre Burrows (-1) - Brayden Schenn (-1) - Nathan MacKinnon (-1, 2')
Jason Chimera (A, +1) - Kyle Turris (A, +1) - Matt Read (+1)
Nazem Kadri - Cody Hogdson - Troy Brouwer
Jonathan Huberdeau - Sean Monahan (2') - Joel Ward
Mark Scheifele
 
Défenseurs :
Jason Garrison (2') - Kevin Bieksa (C)
Braydon Coburn (-1) - Tyler Myers (-1)
Ryan Ellis (+1) - Erik Gudbranson (+1)
Morgan Rielly
 
Gardien :
James Reimer
 
Remplaçant : Ben Scrivens (G).
 
République Tchèque (2' pour surnombre)
 
Attaquants :
Tomáš Rolínek (C) - Tomáš Hertl (-1) - Jaromír Jágr (A, -1, 2')
Roman Cervenka (+1) - Vladimír Sobotka - Jakub Klepiš (+1)
Jirí Sekác (+1, 2') - Jirí Novotný (+1) - Jirí Hudler (+1, 2')
Martin Zatovic (-1) - Jan Kovár (-1, 2'+5'+20') - Jakub Petružálek (-1)
 
Défenseurs :
Ondrej Nemec (A) - Jakub Kindl
Martin Ševc (-1) - Ondrej Vitásek (-1)
Jan Kolár (+1) - Petr Zámorský (+1)
Michal Jordan
 
Gardien :
Jakub Kovár puis Alexander Salák à 36'24"
 
Blessé : Roman Polák (D).