Kazakhstan - Lettonie (Mondiaux 2014, groupe B)

À moins que la Suisse - seule équipe à zéro point - tombe vraiment très bas, c'est le match-clé pour le Kazakhstan s'il veut se maintenir dans l'élite mondiale. Et il devra le faire sans Fyodor Polishchuk, suspendu un match pour avoir levé sa crosse au menton de Sergei Kostsitsyn dans un geste d'intimidation.

La Lettonie n'a pas su capitaliser sur son exploit face à la Finlande, en perdant le lendemain contre l'Allemagne. Le jeune Lipsbergs y a montré ses limites, dominé physiquement par les gabarits germaniques. Ted Nolan avait essayé de mettre Meija en fin de match, sans succès. Il tente un nouvel essai en réintégrant Juris Stals, absent au dernier match après un petit choc. Cet habitué des rôles secondaires a joué cette année en première ligne en Extraliga slovaque et mérite donc une chance.

La première présence de Stals sur une ligne plus offensive est un succès immédiat : il délivre une belle passe à Miks Indrasis qui marque dans le haut du filet. Mais ce but précoce est suivi d'une égalisation tout aussi rapide : la longue passe de Maksim Semyonov trouve Talgat Zhailauov, parti dans l'intervalle dans le dos des défenseurs Sotnieks et Pujacs. Le seul Kazakh "ethnique" de l'équipe d'Asie centrale transforme son breakaway entre les bottes de Masalskis (1-1).

La Lettonie avait expliqué avant le match la nécessité d'être disciplinée. Elle fait tout le contraire... Elle prend trois pénalités dans cette première période, et doit à Masalskis de rester dans le match face aux nombreux tirs adverses. Le Kazakhstan s'essouffle cependant peu à peu, et à sa troisième supériorité numérique, il reste installé à peine quinze secondes sur les deux minutes.

On se dirige vers la pause... quand le défenseur letton Jekabs Redlihs commet une grosse erreur. Il est complètement pris de vitesse en patinage arrière pendant qu'Evgeni Rymarev accélère sur l'aile droite, et se sentant mal placé, il choisit d'inverser avec son collègue défensif Jass. Mais pendant ce temps, l'attaquant du Kazahstan a eu tout le temps de placer un tir en angle au poteau opposé de Masalskis (2-1).

Sans doute sermonnée par Ted Nolan à la pause, la Lettonie réagit par une belle combinaison en contre-attaque. Mikelis Redlihs et Ronalds Kenins s'échangent le palet en le remontant, les défenseurs adverses regardent faire sans prêter attention à Arturs Kulda qui accélère vers le but une fois la ligne bleue passée et dévie victorieusement le service de Redlihs (2-2).

Lipsbergs part en prison à son tour pour une obstruction sur le gardien Eremeïev, qui en a un peu rajouté. Antropov, d'un rebond en angle, ne trouve pas la cible. Après quatre infériorités numériques, c'est enfin au tour de la Lettonie de jouer en supériorité, pour un succès immédiat. Eremeïev a la vue totalement masquée sur le tir axial de Kulda à la ligne bleue (2-3).

Dans une première échauffourée sérieuse entre les équipes, Nikolaï Antropov rudoye Mikelis Redlihs - qui fait minuscule à ses côtés - et le courageux juge de ligne ceinture le capitaine kazakh. Faut-il avoir le bras long pour s'emparer de ces 110 kilos ! Les arbitres choisissent de sanctionner les deux joueurs, ce qui est d'autant moins anodin qu'Indrasis commet un cinglage. À 4 contre 3, un Zhailuaov toujours très actif tire, finit son action sur le gardien... et prend deux minutes pour charge avec la crosse.

Pendant près d'une minute, on joue donc... à 3 contre 3. Très inhabituel de voir auant d'espaces, et les Kazakhs se font piéger quand les deux premiers joueurs sortent de prison en même temps. Comme on est en deuxième période, Redlihs sort dans le camp adverse et personne ne le couvre ! Kristaps Sotnieks lui envoie le palet pour une échappée solitaire, entre les bottes du gardien (2-4). La Lettonie contrôle maintenant le tempo, a le match en mains et se pense à l'abri...

Mais même si la pénalité de Redlihs s'est révélée un mal pour un bien, les supporters lettons n'ont pas fini de se lamenter de l'arbitrage. Un plongeon forcé d'Antropov envoie Vasiljevs en prison pour un "faire trébucher", et Girgensons l'y rejoint pour un retard de jeu. À 5 contre 3, Nikolaï Antropov place son grand gabarit juste devant le gardien et propulse le palet au fond à la fin d'une séquence de tirs. On continue à 5 contre 4, et à cinq secondes à peine de la sirène, Antropov masque un lancer qui frappe la botte de Masalskis... et atterrit dans la palette de Blokhin qui a le but grand ouvert (4-4). Tout est à refaire !

Le travailleur Juris Stals connaît son moment de gloire au début de la troisième période. Il fonce sur l'aile gauche et son tir, légèrement touché par crosse de Kazantsev, part en lucarne (4-5). C'est son septième championnat du monde, mais seulement son premier but, et il est si important ! Pour cette déviation malencontreuse, le malheureux défenseur, quant à lui, n'apparaîtra plus sur la glace.

Ted Nolan met alors en place une trappe en zone neutre qui fonctionne parfaitement. Le Kazakhstan est peu dangereux, alors que la Lettonie place des contre-attaques rapides dès qu'elle récupère le palet. Dzerins retient la crosse de Dallman dans le coin, mais la pénalité est tuée.

L'ultime faute du Kazakhstan, une obstruction de Vasilchenko sur Lipsbergs en entrée de zone, les coupe dans leur élan à trois minutes et demie de la fin. La Lettonie gère intelligemment en contrôlant le palet pour gagner du temps précieux. Trop tard ensuite pour les Kazakhs même s'ils sortent leur gardien.

La Lettonie est loin d'avoir réalisé un match plein, mais au moins ses arrières comme Jekabs Redlihs ou Kristaps Sotnieks sont-ils capables de compenser leurs erreurs défensives par de bonnes relances. Les Baltes comptent maintenant 6 points et les quarts de finale paraissent tout à fait à leur portée.

Quant au Kazakhstan, même l'apport physique de Nikolaï Antropov ne paraît pas devoir le sauver de la relégation. Il a joué plus de vingt minutes ce soir et il faudra voir dans quel état de forme seront les attaquants très utilisés (Antropov, Starchenko, Upper) demain face à la terrible Russie.

Désignés joueurs du match : Kevin Dallman pour le Kazakhstan et Georgijs Pujacs pour la Lettonie.

Commentaires d'après-match

Edgars Masalskis (gardien de la Lettonie) : "Nous sommes assez proches et le vainqueur ne se distingue pas nécessairement par son talent. Parfois une envie de vaincre plus forte ou parfois une erreur décident du sort d'un match. Les deux équipes étaient nerveuses car nous savions que le perdant serait en mauvaise posture. Je suis satisfait du résultat, même si ma performance n'était pas la meilleure."

 

Kazakhstan - Lettonie 4-5 (2-1, 2-3, 0-1)
Mardi 13 mai 2014 à 20h45 à la Minsk Arena. 10 870 spectateurs.
Arbitrage d'Igor Dremelj (SLO) et Marcus Vinnerborg (SUE) assistés de Vit Lederer (TCH) et Joep Leermakers (HOL).
Pénalités : Kazakhstan 8' (0', 6', 2'), Lettonie 18' (6', 10', 2').
Tirs : Kazakhstan 29 (12, 13, 4), Lettonie 27 (4, 14, 9).

Évolution du score :

0-1 à 01'15" : Indrasis assisté de Stals et Redlihs
1-1 à 04'43" : Zhailauov assisté de Semyonov et Krasnoslobodtsev
2-1 à 19'45" : Rymarev assisté d'Antropov et Savchenko
2-2 à 23'41" : Kulda assisté de Redlihs et Kenins
2-3 à 29'51" : Kulda assisté d'Indrasis (sup. num.)
2-4 à 34'07" : Redlihs assisté de Sotnieks et Daugavins
3-4 à 39'11" : Antropov assisté de Dallman (double sup. num.)
4-4 à 39'55" : Blokhin assisté d'Antropov et Dallman (sup. num.)
4-5 à 43'22" : Stals assisté de Galvins


Kazakhstan

Attaquants :
Roman Starchenko (-1) - Nikolai Antropov (C, 2', -2) - Evgeni Rymarev
Konstantin Pushkaryov (-1) - Dmitri Upper - Konstantin Romanov (-1)
Vadim Krasnoslobodtsev - Talgat Zhailauov (2') - Andrei Gavrilin
Mikhail Panshin - Andrei Spiridonov - Mikhail Rakhmanov

Défenseurs :
Aleksei Litvinenko (A, 2') - Kevin Dallman (-1)
Artemi Lakiza (-1) - Roman Savchenko
Aleksei Vasilchenko (2', -2) - Anton Kazantsev (-2)
Yevgeniy Blokhin (+1) - Maksim Semyonov (+1)

Gardien :
Vitali Yeremeyev

Remplaçant : Aleksei Ivanov (G). Absents : Pavel Poluektov (G), Fyodor Polischuk (suspendu).

Lettonie

Attaquants :
Ronalds Ķēniņš (+1) - Kaspars Daugaviņš (A, +2) - Miķelis Rēdlihs (2', +2)
Miks Indrašis (2', +1) - Zemgus Girgensons (2', +1) - Juris Štāls (+1)
Mārtiņš Cipulis - Herberts Vasiļjevs (C, 2') - Aleksandrs Ņiživijs (2')
Roberts Lipsbergs (2', -1) puis Armands Bērziņš à 40'- Andris Džeriņš (2', -1) - Gints Meija (-1)

Défenseurs
Artūrs Kulda (+1) - Guntis Galviņš (+2)
Georgijs Pujacs (A) - Kristaps Sotnieks (2')
Māris Jass (+1) - Jēkabs Rēdlihs (2')

Gardien
Edgars Masaļskis

Remplaçants : Kristers Gudļevskis (G), Rodrigo Laviņš. En réserve : Ivars Punnenovs (G), Jānis Jaks, Koba Jass.