Norvège - Suède (Mondiaux 2014, groupe A)

Derby scandinave pour la première place provisoire du groupe, compte tenu des bons résultats des deux équipes pour débuter le tournoi. La Norvège suit sa feuille de route et peut se permettre d'aligner le jeune Steffen Søberg dans les cages.
 
La Suède est privée de Daniel Rahimi, victime de saignements au rein gauche lors du match face aux Tchèques. Le défenseur rentre bien évidemment au pays.
 
Les deux formations sont bien en jambes en début de partie, proposant immédiatement de bonnes séquences en attaque, d'un but à l'autre. La Norvège et son redoutable jeu de puissance se mettent en action dès la deuxième minute après une faute de Tim Erixon. Ses coéquipiers ne concèdent pas la moindre occasion franche. 
 
Les portes se ferment de part et d'autre. La Suède commence à prendre le contrôle du jeu, avec une possession du palet supérieure. Le rideau défensif norvégien lui laisse cependant peu d'espaces et les tirs se font rares. Ils sont uniquement suédois pendant plus d'un quart d'heure, le premier tir norvégien n'arrivant qu'après... dix-sept minutes ! Et encore, ce revers en angle fermé de Sondre Olden ne menace guère Anders Nilsson. À 2'40" de la pause, Niclas Andersen fait trébucher un adversaire en zone offensive et place la Norvège en supériorité. L'équipe spéciale s'installe, le palet tourne mais aucun joueur ne prend la responsabilité de prendre un tir. Andersen revient donc sans dommage.
 
Les deux équipes rentrent au vestiaire après ce tiers verrouillé. La Suède bénéficiera d'un jeu de puissance en début de deuxième tiers, pour tenter de forcer la décision, puisque Morten Ask a été pénalisé dans les derniers instants.
 
L'équipe spéciale pose son jeu assez rapidement. Le disque tourne, fait bouger la défense et Steffen Søberg sauve son premier "vrai" tir de la partie. La Norvège, pour sa part, n'en a pas besoin d'autant. Un revirement en entrée de zone et, bien lancé par Skrøder, Sondre Olsen déboule en échappée. Il contrôle bien son palet pour figer Nilsson et marquer côté plaque (1-0).
 

La Suède a donc craqué sur le deuxième tir norvégien du match. Agacée, elle colle la pression sur le but de Søberg et les esprits s'échauffent. Odegaard tombe dans le piège et prend deux minutes. Gustav Nyquist mène le jeu et trouve dans l'intervale Linus Klasen pour une petite déviation, qui file hors cadre. La Norvège échappe à l'égalisation mais subit le jeu au retour à cinq. La partie est à sens unique, bien que la Suède ne trouve pas encore la clé du cadenas. Après 28 minutes de jeu, les Norvégiens ne comptent toujours que deux tirs... La Tre Kronor, pour sa part, continue à chercher Søberg. Le cerbère norvégien brille pour les photographes avec une belle mitaine devant Jimmie Ericsson.
 
Quelques instants plus tard, Jonas Ahnelöv, monté aux avant-postes, se fait sécher derrière la cage de Soberg. Le défenseur reçoit l'aide du staff médical pour rentrer au vestiaire. Aucune pénalité n'est appelée. Les officiels sanctionnent en revanche Erik Gustafsson peu après et la Norvège cherche à faire grimper son maigre compteur de tirs. Mission accomplie, Olden trouve la mitaine de Nilsson après un débordement de Morten Ask, pour le troisième tir norvégien (32'57"). Il n'y en aura pas d'autre durant cet avantage numérique.
 
Les Suédois reprennent les choses en main et accélèrent. Klasen cherche un centre devant la cage et Holøs n'a d'autre choix que l'accrochage pour éviter la reprise à bout portant. Le jeu de puissance tourne bien. À la bleue, Nygren décale Lindström au cercle droit. Après une feinte de tir, il expédie un tir laser en lucarne au premier poteau en profitant de l'écran de Jimmie Ericsson (1-1).
 
Le soulagement est visible chez les jaunes. Ils ne sont pour autant pas sortis du bois, et Kristian Forsberg manque de peu le deuxième but sur le cinquième tir de son équipe dans ce tiers... La sirène retentit : match nul à la pause.
 
Les esprits s'échauffent dès la reprise. L'échange d'amabilités n'est pas du goût des officiels, qui renvoient Lindström et Forsberg au purgatoire. Pour le reste, le fil conducteur reste le même. L'attaque-défense favorise la Suède. Nyquist est mis au sol devant l'enclave sur un tir de Gustafsson. Fautif, Bonsaksen laisse ses coéquipiers à un de moins. Cela ne donne rien et Mikael Backlund le suit sur le banc. La Norvège a une chance en or de passer devant. Trygg s'y emploie en chauffant la mitaine de Nilsson. Holøs enchaîne avec une mine de la bleue qui file à côté. Nilsson est hors de position mais aucun Norvégien ne parvient à sauter sur le rebond. Les Olimb continuent à mettre le feu ; Morten Ask reçoit la passe juste devant le but et son tir ras glace trouve la botte de Nilsson, avant le retour au complet de la Suède. La Norvège a laissé passer sa chance.
 
Les jaunes ne tardent pas à repartir à l'attaque. Nyquist déborde à gauche, résiste à Trygg, contourne la cage et centre devant le but (photo en bas d'article). Järnkrok est planté devant la cage et Linus Klasen, au deuxième poteau, ne rate pas l'offrande (1-2, photo de droite). Les joueurs de Roy Johansen accusent le coup et Espeland commet une faute. Une fois la pénalité tuée, la Norvège ouvre enfin les vannes, forcée de faire le jeu pour revenir au score. Les Suédois évoluent plus en contre-attaque. Sur l'une d'elles, Rasmussen percute violemment la balustrade et paraît souffrir de l'épaule.
 
Le rêve de retour norvégien paraît prendre du plomb dans l'aile lorsque Andreas Stene sort pour un retenir à sept minutes de la fin. Fort heureusement pour les rouges, Mikael Backlund se rend coupable d'une crosse haute. Les deux équipes se montrent tout aussi maladroites à 4 contre 4.
 
Les dernières secondes sont tendues. La Norvège n'arrive à rien offensivement et la Suède en profite pour confisquer le palet. Nilsson sort pour une dernière offensive norvégienne à six et Nyquist rate une cage vide, de même qu'Axelsson. Bilan, Mads Hansen obtient un bon tir en hauteur que Nilsson repousse. Ce sera la dernière occasion.
 
Victoire logique de la Suède, même si elle fut longue à se dessiner. La Norvège a choisi de jouer très défensivement, s'appuyant sur Steffen Søberg dans les cages et Jonas Holøs en défense (32 minutes de temps de jeu, soit 12 de plus que le deuxième de son équipe, Mats Trygg). Mais cela n'a pas suffi à s'octroyer le hold-up parfait.
 
Désignés joueurs du match : Steffen Søberg (Norvège) et Mattias Ekholm (Suède)
 
Commentaires d'après match :
 
Pär Mårts (entraîneur de la Suède) : "Je suis content de cette victoire. La Norvège a très bien défendu. Nous n'avons pas assez attaqué leur cage, mais avec 16 chances de marquer à 4, c'est l'équipe qui le méritait qui a gagné."
 
Gustav Nyquist (attaquant de la Suède) : "Ils ont joué à cinq derrière tout du long. Nous n'avons pas réussi à nous créer assez d'occasions devant la cage. Notre jeu de puissance a eu quelques occasions et leur gardien a fait de beaux arrêts. Mais nous sommes restés trop périphériques, nous n'avons pas assez joué devant la cage. C'est bien pour la concentration de jouer ces matchs serrés. La Norvège a fait un grand match, ils ont eu leurs chances. Il n'y a aucun match facile dans ce tournoi. La France ? Ce sera un match difficile, c'est une équipe physique, une très bonne équipe. Il y a de grands joueurs, comme Stéphane Da Costa. De notre côté, beaucoup de joueurs viennent d'élite suédoise, qui est un très bon championnat. L'équipe est bonne, il y a une bonne alchimie qui nous a permis de revenir au score ce soir encore."
 
Roy Johansen (entraîneur de la Norvège) : "La Suède a une belle équipe. Nous avons réussi à la stopper pendant deux tiers, mais nous avons perdu notre concentration au troisième. Je suis déçu du résultat car nous avions une chance de prendre au moins un point."
 
Sondre Olden (attaquant de la Norvège) : "Nous avons joué une très bonne équipe de Suède. Notre tactique consistait à faire un grand match de hockey défensif. C'est presque le match parfait sur ce plan, avec une belle performance de notre gardien. Nous avons manqué le but du 2-0 et l'avons payé cher derrière. Mais c'est difficile de tenir 60 minutes à défendre. Demain, il y a un match très important contre la Slovaquie, il va falloir récupérer. La France ? Ce sera difficile, ils ont battu le Canada et la Slovaquie. Il nous faut prendre des points, c'est donc un match aussi important que demain."
 
 
 
 
Norvège - Suède 1-2 (0-0, 1-1, 0-1)
Mardi 13 mai 2014 à 20h45 à la Chizhovka Arena de Minsk. 6389 spectateurs.
Arbitrage de Jyri Rönn (FIN) et Maksim Sidorenko (BLR) assistés de Masi Puolakka (FIN) et Anton Semjonov (EST).
Pénalités : Norvège 14' (2', 4', 8'), Suède 12' (4', 2', 6').
Tirs : Norvège 14 (1, 6, 7), Suède 35 (8, 15, 12).
 
Récapitulatif du score
1-0 à 22'47" : Olden assisté de Skrøder
1-1 à 36'33" : Lindström assisté de Nygren et Möller (sup. num.)
1-2 à 47'18" : Klasen assisté de Nyquist et Erixon
 
 
Norvège
 
Attaquants : 
Martin Røymark - Mads Hansen (A) - Kristian Forsberg (2')
Ken Andre Olimb - Anders Bastiansen (C, +1) - Mathis Olimb
Per-Åge Skrøder (+1) - Morten Ask (2') - Sondre Olden (+1)
Niklas Roest (-1) - Andreas Stene (-1, 2') - Andreas Martinsen (-1)
 
Défenseurs :
Jonas Holøs (A, 2') - Henrik Odegaard (2')
Mats Trygg (-1) - Alexander Bonsaksen (2')
Daniel Sørvik - Stefan Espeland (+1, 2')
 
Gardien :
Steffen Søberg
 
Remplaçants : Lars Volden (G), Robin Dahlstrøm, Jonas Djupvik Løvlie.
En tribunes : Lars Haugen (G).
 
Suède
 
Attaquants : 
Oscar Möller - Mikael Backlund (A, 4') - Joakim Lindström (2')
Gustav Nyquist (+1) - Calle Järnkrok (+1) - Linus Klasen (+1)
Jimmie Ericsson (A) - Mattias Sjögren (-1) - Simon Hjalmarsson (-1)
Niklas Olausson - Joel Lundqvist (C) - Dick Axelsson (-1)
Denis Rasmussen
 
Défenseurs :
Mattias Ekholm - Erik Gustafsson (-1, 2')
Tim Erixon (+1, 2') - Johan Fransson
Jonas Ahnelöv (-1) - Niclas Andersen (2')
Magnus Nygren (+1)
 
Gardien :
Anders Nilsson
 
Remplaçant : Joacim Eriksson (G).
Absent : Daniel Rahimi (saignements au rein gauche).